Les partis de droite et leurs électeurs

Posté le 19 juin , 2013, 9:47
6 mins

Les hasards de l’existence et de la poste ont fait que nous avons reçu, à deux jours d’intervalle, deux lettres de critique, exactement symétriques, à la rédaction des « 4 Vérités ».

La première nous accusait de critiquer trop sévèrement l’UMP et de rendre ainsi éternelle la domination socialiste. La seconde nous accusait, au contraire, d’être des sous-marins de l’UMP dont la mission serait d’empêcher la montée du Front national…

Je dois avouer que lire ensemble ces deux critiques me réjouit. Si nous apparaissions comme étant au service de l’un ou de l’autre des grands partis de droite, je croirais avoir failli à la mission des « 4 Vérités ». Nous ne sommes pas l’organe d’un parti. Nous ne sommes ni au service de l’UMP, ni à celui du FN. Nous sommes au service des idées de droite.

Ces dernières sont partiellement (et, disons-le, imparfaitement) présentes à l’UMP et au FN. Plus ou moins présentes dans le programme, plus ou moins bien appliquées au pouvoir.

Dans ce registre, l’UMP et le FN ne sont pas sur le même plan, la première ayant exercé des responsabilités nationales, au contraire du deuxième. Ce qui entraîne mécaniquement deux conséquences contradictoires :

Tout d’abord, l’UMP est spontanément créditée d’une expérience de gouvernement – ce qui lui confère un avantage politique sur le FN.

À l’inverse, l’UMP ayant montré qu’elle ne satisfaisait pas entièrement ses électeurs lorsqu’elle était au pouvoir (qu’il s’agisse de l’ouverture à gauche, de la hausse du nombre d’immigrés ou de la hausse de la fiscalité) ne peut plus faire rêver, au contraire du FN.

Ajoutons à cela que, traditionnellement, lorsque la gauche est au pouvoir, le principal parti d’opposition en profite – comme on l’a vu sur la quasi totalité des élections législatives partielles de ces derniers mois.

Du point de vue d’un électeur de droite, la principale faiblesse de l’UMP tient au fait que ses cadres semblent toujours plus à gauche que ses électeurs – ce qui implique que l’exercice du pouvoir déçoit toujours.

On objectera qu’il en va de même pour la gauche, mais ce n’est que partiellement vrai. D’une part, parce qu’aux élections, gauche et extrême gauche trouvent toujours un terrain d’entente. Et, d’autre part, parce que la gauche sait prendre des mesures symboliques pour son électorat. Quoi que l’on pense des septennats de Mitterrand, on se souvient de quel­ques mesures emblématiques qui ont satisfait ses électeurs. Et il en sera de même pour Hollande. Certes, sous son quinquennat, le chômage, les impôts et la dette auront augmenté, mais il pourra se targuer en 2017 de deux ou trois mesures supposées « de gauche » (le « mariage pour tous » étant la première).

Du côté du FN, la principale faiblesse réside dans son programme économique. Je ne le dis pas seulement parce que je suis favorable aux libertés économiques. Je le dis surtout du point de vue de la cohérence politique. En insistant sur la défense de l’État-providence, le FN prend le risque de brouiller son message qui réside principalement dans la lutte contre l’immigration – thème sur lequel les Français sont de plus en plus nombreux à le rejoindre. Or, tous les Français, au moins à droite, comprennent que l’État-providence constitue la principale pompe aspirante à l’immigration. En sorte qu’il est de plus en plus incompréhensible d’être à la fois favorable à un renforcement de l’État-providence et favorable à une réduction de l’immigration.

Toujours est-il que, comme tous les électeurs de droite, j’adhère à tel point du programme de l’UMP et à tel autre du FN. Et c’est parce que je refuse de choisir que je défends l’entente à droite.

Si l’un ou l’autre de ces deux partis optait sur tous les sujets pour un véritable anti-socialisme, c’est-à-dire pour un refus délibéré de la toute-puissance étatique (à la fois au plan du changement de population, au plan de l’accaparement des richesses, et au plan des libertés familiales, scolaires, provinciales, individuelles, etc.), la question de l’entente à droite se poserait en termes tout différents.

Cela pourrait notamment se faire à la faveur de primaires ouvertes, obligeant les appareils à tenir compte des électeurs.

Mais cela suppose deux choses : un programme de droite cohérent et un exercice du pouvoir conforme à ce programme – et donc la capacité politique des électeurs de peser sur les élus en dehors des élections (ce qui implique d’être capables de faire battre les moins à droite lors des primaires). Il y a encore du travail à faire pour que les partis de droite correspondent aux aspirations de leurs électeurs !

28 Commentaires sur : Les partis de droite et leurs électeurs

  1. peltier

    25 juin 2013

    Merci Mr Druon qui a le courage de ire la vérité….
    La droite que ns appelons de nos voeux aura le courage de faire ça :
    *abolir la loi des 35h on gagne + de 20 milliards par an
    *remplacer les fonctionnaire partant à la retraite 1 sur 3 & surtout, les remplaçants seront assujettis au code du travail de droit public ( pour éviter tout bloquage du pays on garanti à ceux en place le maintien des avantages liés a leur fonction actuelle)
    *mise en place de la TVA sociale pour baisser le côut du travail
    *diminuer le nombre de députas et des sénateurs par 3
    *le thème de la campagne présidentielle serait
    “abolition des privilèges”
    *celui que présente ça sera élu

    Répondre
  2. 24 juin 2013

    Bonjour,

    Le futur grand parti de Droite sera libéral, national et social.
    Tout est dans le dosage. Europe et libéralisme pour l’économie, politique nationale pour la lutte contre l’immigration et la sécurité, social pour ne pas laisser sur le bord de la route certaines populations (françaises) défavorisées.
    Il faudra trouver un certain nombre de cadres à gros potentiel pour appliquer cette politique et entraîner la majorité de la population française (cf. mon blog “ASSOCIATION LIBERALE ET SOCIALE”)

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      24 juin 2013

      on peut toujours rêver !
      il faudra auparavant passer par la case nationale-colbertiste !
      c’est une ancienne tradition qui réchauffe toujours le coeur frileux des Français !

      Répondre
  3. HOMERE

    22 juin 2013

    Plusieurs considérations :
    Au plan électoral,il est incontestable que le FN voit ses effectifs enfler par l’apport de voix UMP insatisfaits de la situation instable de ce parti.Il est à parier que nous n’aurons pas de changement d’ici longtemps,ce qui devrait se traduire par un niveau élevé de sympatisants et adhérents au FN.
    Au plan politique,il est incontestable que la pratique de Hollande,dans ses options et ses décisions,est de plus en plus centriste,ou sociale démocrate,ce qui devrait avoir pour effet d’attirer un certain nombre de sympatisants de l’UDI ou du Modem,voire de l’UMP.La “filière” marxiste ne serait plus électoralement porteuse de même que beaucoup d’autres groupes communautaires ayant voté Hollande.
    Au plan stratégique,il faudra,pour tous,trouver des alliances et par conséquent créer les conditions propres à les constituer.Nous constatons,aujourd’hui que les éléments propres à des alliances ne sont pas réunis.
    A droite,la position intransigeante du FN sur des sujets comme l’Europe ou l’économie,mais aussi sur la politique étatique ne permettra pas de créer des accords avec d’autres partis ce qui constituera une quasi assurance de la réélection du socialiste Président.Le rêve insensé qu’un seul parti puisse parvenir aux responsabilités nationales conduira immanquablement à l’alternance PS/UMP tant critiquée.Reste donc à trouver une alliance majoritaire de droite à partir d’un programme “commun” de droite,c’est à dire réaffirmant des principes libéraux,sociaux,nationaux et sécuritaires de même que des relations Européennes et internationales plus libérales et plus responsables.
    Au FN on a pris la décision de nommer un “Monsieur contacts” chargé d’investiguer dans le sens d’une recherche d’options possibles d’accords au plan local….c’est un encouragement très louable.Il faut aussi qu’à l’UMP les courants favorables à ce genre d’initiative soient encouragés et portés par un puissant mouvement interne à ce parti.
    Au moment où nous constatons que notre société est fortement et définitivement scindée en deux parties inexorablement incompatibles,nous devons oeuvrer à la constitution du bloc de droite sur des valeurs de droite et nous opposer systématiquement au dogme socialiste.
    Ceci passera,peut être,par un scission au sein de l’UMP mais qui ne sera possible que si une partie trouve une ouverture significative à constituer une force avec un autre parti.

    Répondre
    • veau

      10 juillet 2013

      Bravo!Superbe analyse bien que peu rassurante quant à l’avenir de notre pays!

      Répondre
  4. gizardin

    22 juin 2013

    “Du point de vue d’un électeur de droite, la principale faiblesse de l’UMP tient au fait que ses cadres semblent toujours plus à gauche que ses électeurs – ce qui implique que l’exercice du pouvoir déçoit toujours”
    Tout est dit! En outre , Guillaume d.T., vous semblez appuyer sur la touche ‘LIBERAL” ce qui me satisfait. Réduction du champ de l’Etat aux missions régaliennes dont il n’est pas avéré, compte-tenu des résultats, que l’Education dite nationale fasse partie!

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      23 juin 2013

      les ” cadres ” de l’U.M.P. ne ” semblent ” pas plus à gauche que leur électorat ” … ILS LE SONT !…. pourquoi ? … parce que, depuis L’ORIGINE, ils sont déconnectés des problèmes TRIVIAUX que doit affronter cet électorat … la majorité d’entre eux étant soit des bobos qui n’ont rien à envier socialement à ceux de ” LaGauche ” ‘, soit des ” énarques-hauts fonctionnaires ” … Ontologiquement rien ne peut les différencier des ” cadres ” du P.S. ….

      un exemple frappant :

      la majorité des Français ne veut pas aider les ” rebelles ” syriens … l’union sacrées entre les deux partis ( P.S./U.M.P. ) est cependant majoritaire au niveau des cadres pour une intervention ( masquée )

      ……………………” ELIMINONS LES MALFAISANTS “

      Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    21 juin 2013

    prenons le cas exemplaire de Monsieur Jacques Myard, Député de la Nation qui flirte depuis peu avec le F.N. parce que sa circonscription proche des terres de la Nation Picarde se ” convertit “petit à petit au F.N. …

    d’après ce que je sais, il est opposé à ” la transparence ” des revenus des élus …

    peut on lui faire … confiance ?

    Répondre
    • vozuti

      21 juin 2013

      Poser la question, c’est déja avoir la réponse: si le fn récupérait les ordures de l’ump,il n’y aurait plus aucun interet à voter fn.Ce que l’on espère du fn c’est qu’il nettoie la décharge umps,pas qu’il se roule dedans.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        22 juin 2013

        le problème est devenu maintenant … peut on encore ou enfin faire confiance au F.N. ?

        Répondre
        • peltier

          22 juin 2013

          personnellement je ferai confiance au FN
          il faut que Marine se structure et s’entoure d’économistes compétents (il y en a.!
          qu’elle fasse un beau projet applicable et réaliste et qu’elle aille au bout …..
          L’europe doit on y rester ?et dans quelle conditions
          je rest persuadé qu’elle a une bonne mentalité et qu’elle est honnète

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            23 juin 2013

            M. Le P. est une femme sympathique mais sous influence … Phillipot !

            pour gagner en respectabilité ( ce qui est légitime ) le F.N. siphonne dans l’idéologie extérieure moins à droite d’ailleurs qu’ à gauche ; ainsi ….

            son projet économique est défini par Philippot …. un énarque !

            comment voulez vous qu’il y ait un changement ?

  6. 20 juin 2013

    Qui représente la Droite en 2013 ?
    De 2002 à 2012 l’observateur impartial a pu constater que des transformations lourdes s’étaient accélérées en France, la surveillance et la restriction de l’autonomie des personnes, le transfert de peuplement et la mutation de civilisation, l’intervention étatique et les impôts, l’autocensure des médias, l’absence de volonté de réforme des abus criants.

    Le fait de tenir un discours de fermeté un mois avant les élections de 2002 2007 2012 a pu abuser l’électorat les deux premières fois, mais en 2012 devant la forte aggravation des déséquilibres, le caractère dérisoire des promesses a entraîné l’élection d’un président incapable et dangereux pour la civilisation, par rejet du président sortant. Voiler son incapacité à gouverner par une perpétuelle kermesse médiatique ne contribue qu’à dénaturer les institutions.

    Si la mise en scène du “Front Républicain” est encore brandie, cela risque de se retourner contre les tenants du refus de la solidarité électorale à droite. L’électeur constatera que voter à droite c’est ne plus voter…pour la gauche bis.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      22 juin 2013

      votre analyse est particulièrement bien articulée … mais il lui manque une vision pour l’avenir et on comprend aisément pourquoi , puisque . nous SAVONS AUSSI que rien ne changera dans l’idéologie, ni à l’U.M.P. ni à l’U.D.I. …et le F.N. ( qu’il soit ancien ou nouveau ) n’apparaissant pas de façon concrète comme une alternance de gouvernement qui soit véritablement crédible … quels peuvent , alors , être les choix de l’électeur de Droite ? s’abstenir ? voter F.N. comme une énième manifestation de semonce ? etc … le socialisme anti-national semble avoir encore bien de vilains jours devant nous

      SORTONS LES MALFAISANTS

      Répondre
  7. peltier

    20 juin 2013

    Bonjour, suis trés a droite
    j’aime vos articles & ça fait du bien d’avoir des journalistes de droite ,il n’y en a pas assez… hélas la majorité est de gauche…………
    Si j’avais une critique a faire a Sarko c de ne pas avoir profité de ces 100 jours dès son élection pour lancer des réformes vraiment courageuses :
    *suppression des 35h = 20MD €
    *remplacer les fonctionnaires partant a la retraite avec embauche sous contrat de travail privé
    *abolition de le loi de regroupement familiale
    *jeune délincants dans des centre ou des camps de réinssertion avec éducateur & sous encadrement militaire
    *controle des mosquées et obligation des immams de parler français
    voila c que l’ UMP soit proposer & FAIRE

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      20 juin 2013

      les temps ont changé mon bon Monsieur !
      vos propositions ” militaires ” ne sont plus d’époque !
      par contre il existe toujours des lignes maritimes Marseille- Alger

      Répondre
      • Oeildevraicon

        20 juin 2013

        A utiliser sans modération (en aller simple), ça va de soit.

        Répondre
        • peltier

          21 juin 2013

          quand une église catholique est saccagé, déversons qq tête de porc à l’intérieur d”une mosquée
          oeil pour oeil

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            21 juin 2013

            c’est le cycle infernal provocation … /… provocation …

            qui vous dit justement qu’il ne s’agit pas d’une provocation pour …. que lui réponde une autre provocation qui ELLE sera brandie comme l’ oriflamme du racisme par les media

            conclusion : il serait temps AUSSI que les gens ( qui se disent ) de droite, ne se comportent pas comme des débiles et / ou comme des beaufs …

      • peltier

        21 juin 2013

        pour sortir de l’electoralisme renvenons au mandat présidentiel à 7 ans NON RENOUVELABLE
        & qu’il aille au bout des ses projets
        & divisons le nombre des députés ,& des sénateurs par 3

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          21 juin 2013

          cela ne résoudra en rien : le chômage qui galope , l’immigration qui caracole , et les ” affaires ” qui font les écuries de la République des Augias U.M.P.S.

          sans oublier que c’est l’Europe qui décide de tout !

          Répondre
          • peltier

            21 juin 2013

            alors sortons de l’europe
            les anglais sont en meilleure situation que nous,sorti de l’euro… restant dans l ‘ UE

  8. vozuti

    20 juin 2013

    Comparer des programmes pour essayer de sélectionner un programme idéal de droite est une approche théorique qui ne tient pas compte de la réalité;car l’ump qui se déguise en parti de droite depuis 40 ans (par ses discours et ses programmes taillés sur mesure pour draguer les électeurs de droite) est en réalité à l’origine de presque toutes les dérives et les mauvaises décisions que vous dénoncez dans les 4v. Le ps a également ajouté sa contribution,mais les mauvaises décisions du ps auraient été annulées si l’on avait pu avoir une alternance entre le ps et un vrai parti de droite; cette alternance a été confisquée par l’ump qui (en trompant les électeurs de droite) a permis ce long règne destructeur de l’umps. Je suis d’accord avec les valeurs que vous défendez aux 4v, mais je pense que vous faites une énorme erreur d’appréciation en considérant que l’ump est une partie de la solution,alors que l’ump a toujours été le problème.

    Répondre
  9. quinctius cincinnatus

    19 juin 2013

    croire que l’U.M.P ET le F.N. sont deux grands partis de DROITE est une grave erreur d’appréciation à moins que les mots aient perdu la TOTALITE de leur sens
    Qu’il y ait dans TOUS les partis de ” Droite ” des gens qui soient ” de droite ” cela ne fait pas de doute … mais croire que les dirigeants de ces Partis défendent TOUTES les VALEURS de la ” Droite ” est une toute autre Histoire

    comment voulez vous réconcilier, alors que tant de valeurs les séparent, des idéologies ” ennemies ” ?

    l’Union Sacrée que vous souhaitez n’est pas encore d’actualité , nous le verrons sans plus tarder avec le projet de coopération ( sic ) économique transatlantique, alors que notre avenir c’est … la Russie … d’abord éliminer les ” MALFAISANTS ” et la … Justice peut nous être d’un grand secours … si on l’aide !

    Répondre
  10. LAURANCEAU

    19 juin 2013

    Combat et point de vue qui sont actuellement dépassés !

    IL n’y a plus, en réalité , que les partisants de la Démocratie, et en face d’eux, les plus nombreux encore aujourd’hui, les partisants de la Tyranie.

    Pour faire simple, les partisant de la démocratie fondée sur la Liberté, la Sécurité et la Propriété, et en face, les autres de l’UMPS.

    Le FN pouvant s’allier soit à l’UMP, mais pour des raisons historiques très peu probable , et aussi bien au PS pour donner à F. Hollande une majorité de rechange , ce qui risque d’arriver aux Municipales prochaines.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      20 juin 2013

      vos rêves ne seront jamais ” vos ” réalités
      ceux ( politiques, journalistes, électeurs ) qui n’ont pas encore compris qu’il faut réinventer la chose politique s’éloignent inexorablement de la jeunesse !

      Répondre
  11. vozuti

    19 juin 2013

    Aux 4v, vous attachez plus d’importance aux paroles qu’aux actes, comme si vous n’arriviez pas à admettre que le mensonge puisse exister.Ceux qui s’intéressent aux faits constatent que l’ump a toujours fait l’inverse de ce qu’il promettait dans ces discours.Avec un recul de 40 ans,on peut affirmer avec certitude que l’ump est un parti de menteurs qui ont bafoué toutes les valeurs que vous défendez aux 4v; mais à chaque fois qu’un ump met son beau costume,prend son air sérieux et vient vous dire exactement ce que vous voulez entendre, alors vous etes ensorcelés par ses paroles trompeuses et vous lui trouvez toutes les excuses possible pour toutes ses mauvaises pratiques. En ce qui concerne le fn,j’aurais aimé les voir à l’oeuvre,pour pouvoir juger;mais il y a un fait indéniable: c’est la seul parti d’opposition contre le pouvoir umps; pour ceux qui en douteraient il suffit de se rappeler l’incroyable matraquage médiatique qui a eu lieu pour l’élection de 2002. Mais tant que les français n’auront pas compris comment les escrocs fonctionnent, ils continueront à voter pour l’ump (puis le ps alternativement) jusqu’à la destruction définitive de la france et on ne saura jamais si le fn aurait pu sauver le pays.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)