Les socialistes : profa­nateurs de sépultures

Les socialistes : profa­nateurs de sépultures

Le rappeur musulman qui considère que la France est un « pays de kouffar » (infidèles se­lon l’islam) et, dès lors, la méprise, n’a finalement pas été invité aux cérémonies de commémoration de la bataille de Verdun ce qui a, bien sûr, été présenté, ici et là, comme une « victoire de l’extrême droite ».

Les cérémonies ont néanmoins eu lieu et François Hollande a pu assister, en maître d’œuvre, à un spectacle immonde.

Des adolescents français et allemands ont été invités à courir sur les tombes des soldats morts, et à les piétiner, au son barbare de percussions exercées sur des bidons.

Au terme du piétinement, après des scènes de bataille de rue, les adolescents sont tombés à terre, inertes, tandis que passait un personnage sur échasses, censé incarner la mort.

Avoir eu l’idée de faire piétiner des tombes est une étrange façon de rendre hommage aux morts.

C’est à l’évidence une idée de gauche.

Cela relève de la profanation de sépultures.

Réduire une guerre terrible et meurtrière à des scènes de bataille de rue est innommable et constitue une insulte à la mémoire de ceux dont les sépultures ont été profanées.

Tout cela a été, paraît-il, mis en scène par un cinéaste allemand qui a eu du talent autrefois, mais qui a trouvé là l’occasion de montrer ce qu’il était. Et il a été payé pour commettre son forfait.

Il fut un temps où profaner les sépultures n’était pas une activité rémunérée et tombait, au contraire, sous le coup de la loi – mais c’était avant.

Il fut un temps aussi où insulter la mémoire de soldats morts pour leur pays suscitait une réprobation et un dégoût quasiment unanime – mais c’était avant, là encore.

La France est en régime socialiste.

Comme les socialistes au pouvoir ont le sentiment, très fondé, qu’ils ne vont pas tarder à se trouver éjectés de toute position de pouvoir, on peut penser qu’ils ne partiront pas sans avoir au préalable montré leur mépris pour tout ce qu’il y a de plus sacré et de plus noble.

On frémit en se demandant ce qu’il leur reste à inventer en la matière.
Préparent-ils quelque chose pour le 14 juillet ? Envisagent-ils de faire pire qu’à Verdun, le 11 novembre prochain ?

Des gens qui ont été capables de faire ce qu’ils ont fait à Ver­dun sont capables de tout.

Avoir laissé la place de la République à des vandales destructeurs des semaines durant, alors que cette place était devenue un lieu de mémoire pour les victimes des attentats islamistes du 13 novembre dernier était déjà un comportement qui en disait long sur le respect que ces gens ont pour les morts.

Avoir laissé le pays glisser vers le chaos et les grèves à répétition, vers des tentatives de meurtres de policiers et vers de multiples scènes d’émeutes est, au présent, un comportement qui en dit long sur l’appétit de destruction qui imprègne ces gens.

On peut en venir à considérer que n’importe quel personnage qui ne serait pas de gauche et qui arriverait à l’Élysée ferait mieux qu’eux, car il semble difficile de faire pire. On peut considérer aussi qu’au stade où en est la France, il faudrait un homme ou une femme à poigne et doté d’une détermination d’acier pour entreprendre un redressement, car la situation est, décidément, très grave.

Si la désinvitation du rappeur s’en prenant à un « pays de kouffar » a été présentée com­me une « victoire de l’extrême droite », tout discours critique du piétinement de Verdun a été présenté comme discours d’extrême droite, toute remarque négative sur les vandales destructeurs de la place de la République a été décrite comme d’extrême droite. Toute indignation devant le chaos, les grèves à répétition, les tentatives de meurtres de policiers et les scènes d’émeute ne peut être décrite, par ceux qui voient l’extrême droite partout, que comme relevant de l’extrême droite.

La gauche n’a pas d’idées, mais elle est emplie de haine, de ressentiment, de détestation pour la civilisation, de crachats dirigés vers ceux qui sont attachés à une identité nationale et à une patrie si celles-ci sont occidentales. Elle continue à ravager et dévaster. Elle risque fort de continuer à ravager et dévaster longtemps après que ses représentants officiels auront quitté la scène politique.

Partager cette publication

(17) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    on vient , en Alsace, de découvrir un charnier datant … du néolithique qui témoigne d’ un … génocide ; je demande : une marche blanche, une commémoration bisannuelle et bien sûr la mise en pratique de cérémonies de culpabilisation !

    13/06/2016 à 14 h 05 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    ne vous offusquez pas davantage : des  » gamineries  » puisqu’il il ne s ‘agit là que de l’ Evènementiel dans son optique  » progressiste  » tout aussi ridicule que pût l’ être le culte républicain de l’ Être Suprême ou l’ est toujours l’ Initiation Maçonnique … le mieux est donc d’ en souligner le Ridicule

    11/06/2016 à 12 h 26 min
  • Magne Répondre

    « C’est à l’évidence une idée de gauche. »

    Non , c’est probablement une idée allemande .

    J’ai retrouve dans le grenier de ma famille une lettre datant de la 1918 où le  » poilu  » déclare : » ces  » boches  » ne respectent rien .

    Tu ne vas pas me croire , et je ne l’aurai pas cru moi – même si je ne l’avais pas vu de mes propres yeux . C’est un peuple qui n’a aucune conscience de la dignité , aucun honneur .

    La nuit , ils se couchent sur les tombeaux de nos défunts , chose qu’aucun Français ne feraient ( sous – entendu se coucher sur une tombe ) .

    Nous sommes à la frontière ( allemande ) . Bientôt nous leur feront payer  » .

    09/06/2016 à 18 h 11 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    l’ enseignement , si on peut dire, de ce spectacle était, pour ceux qui n’ auraient pas compris, le suivant :

     » voyez ce que le nationalisme a causé comme malheurs alors soyez accueillants avec ceux que vous croyez être vos ennemis  »

    aussi simple que ça Mr Millière

    09/06/2016 à 16 h 27 min
    • Jaures Répondre

      Tiens ! Vous avez le droit d’écrire des commentaires vous ?

      09/06/2016 à 17 h 57 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        suis payé à la pige ! faut bien survivre dans ce monde qui cégète !

        09/06/2016 à 21 h 38 min
        • Jaures Répondre

          Pigiste officiel !
          Il semble que notre universitaire de banlieue exilé ne supporte plus que les commentaires courtisans.

          10/06/2016 à 9 h 31 min
          • quinctius cincinnatus

            ce qui ne risque pas de vous arriver sur ce blog … mais cela vous importe peu tant … vos raisons sont toujours les meilleures, les plus intelligentes, les plus honnêtes et les plus  » humaines  »

            @ Jaurès c’ est l’ Armée du Salut incarnée en UN homme

            10/06/2016 à 15 h 42 min
  • Laudance Répondre

    Dans les salles de rédaction et les salons fréquentés par les intellos dévoyés, et dans les discours des élus rompus aux trahisons, il est de bon ton d’évoquer « les heures les plus sombres de notre histoire » devenues leitmotiv pour détourner l’attention et masquer l’incompétence des élites autoproclamées. Et il y est de bon ton aussi de faire référence à « la bête immonde » et de faire un épouvantail de son retour agité par les faussaires au nez des idiots utiles.

    Mais des quelles heures et de quelle bête s’agit-il ? De celles du passé bien entendu, de celles étiquetées nazies ou fascistes, selon la rengaine serinée par l’état ou plutôt le régime et sa police de la pensée. Mais on est loin de la réalité car, quand on regarde celle-ci de près, force est de constater que ces heures les plus sombres ne sont pas ou plus l’apanage du nazisme et du fascisme. Et que la bête immonde toujours bien vivante porte un nom qui existait déjà au moment où les deux autres sévissaient.

    Il s’agit du socialisme ou socialo-communisme dont la France est l’un des derniers bastions encore debout. Il y est le seul à ne pas avoir disparu. Au contraire, ces dernières années, sa virulence s’est accrue et est devenue violence, via sa complicité avec la religion d’amour, de tolérance et de paix, entraînant avec elle un antisémitisme qui, aujourd’hui, n’est plus larvé mais encouragé par les héritiers des gardiens du goulag et leurs alliés de circonstance.

    Pauvre France livrée à des tortionnaires largement minoritaires, mais auxquels les Français n’ont pas la lucidité, ni le courage de s’opposer. Surtout pas leurs pitoyables élus, collabos corrompus. Sont-ils donc devenus lâches au point de préférer vivre couchés, soumis à la volonté des fossoyeurs du pays ? Oui, je le crains et je crois que demain ils ne seront plus que des moutons destinés à l’abattoir par deux idéologies mortifères, celles de l’islam et des clones de Staline.

    09/06/2016 à 11 h 13 min
    • Le Ket Répondre

      @ Laudance :

      NON, non, non, non ….
      « Les heures les plus sombres de notre histoire », concernent la période du 5 mai 1789 (réunion de Etats Généraux) au 10 novembre 1799 (début du Consulat), où TOUT fut permis.

      Quant à la « bête immonde », c’est bien évidemment l’Etre Suprême, qui incarnait un culte déiste voulu par Robespierre, homme admirable, vanté et adulé par tous les socialauds-marxistes qui gangrènent les gouvernements et les administrations en Europe.

      Ce qui est savoureux et tout à fait délicat, lorsque les journaleux et les pourriticards utilisent les termes péjoratifs de « populistes », « fâââchistes » ou « nazis » envers leurs contradicteurs, c’est de se rappeler ces bons mots de Fouquier-Tinville, accusateur public du Tribunal Révolutionnaire, instrument du Comité de Salut Public :

      « Donnez-moi une phrase de n’importe qui, et je me charge de le conduire à l’échafaud ! « 

      09/06/2016 à 12 h 33 min
      • Jaures Répondre

        Révisez-votre Histoire, Le Ket.
        Des « périodes les plus sombres » il y en a eu avant 1789 et bien après.
        Bien au contraire, celles que nous vivons depuis 5 décennies sont, et de loin, les plus paisibles, les plus prospères et les plus libres. Et je défie quiconque de trouver un contre-exemple.

        10/06/2016 à 9 h 42 min
        • Le Ket Répondre

          @ Jaurès : Vous êtes chatouilleux en ce qui concerne la période révolutionnaire ?

          Moi, je n’ai rien à réviser du tout : j’assume l’héritage de 40 siècles de civilisation européenne et, contrairement aux gourous droits-de-l’hommiste et aux charlatans de la société multiculturelle.
          J
          ‘essaye d’argumenter et je n’utilise pas à tort et à travers les termes « populiste », « fâââchiste » ou « nazi » pour tenter de clore le débat, à l’exemple de ce que l’immense majorité de la classe politico-médiatique assène depuis des années pour sauver leurs dogmes.

          10/06/2016 à 13 h 55 min
          • Jaures

            Je ne suis pas plus chatouilleux sur la période révolutionnaire que sur une autre. Je ne regarde pas l’Histoire en fonction de ce que je pense ici et maintenant.
            Je dis simplement qu’affirmer que la décennie de 1789 à 1799 serait « les heures les plus sombres de notre Histoire » ne tient pas une seconde.
            Expliquez-nous simplement les éléments qui vous font avancer cela et je vous donnerait les contre-exemples qui montrent que d’autres périodes en tous points furent pires.
            Ce qui ne veut pas dire bien sûr que la décennie concernée fut un moment d’allégresse générale.

            10/06/2016 à 19 h 22 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      il ne faut pas dire que les intellos sont  » dévoyés « , comme il ne faut pas dire que l’ Art est dégénéré car cela est au mieux inexacte sinon entièrement faux

      mais on peut dire que certains intellos ou artistes sont des  » imbéciles  » et / ou que d’ autres savent exploiter à merveille l’ imbécilité humaine et cela est plus exacte sinon entièrement vrai

      je vous parlerai un jour de la  » vision  » de Picasso pour le moment je m’ en retourne à un livre sur la Physique

      10/06/2016 à 15 h 49 min
  • genau Répondre

    Les Etats ont méprisé le peuple en le faisant massacrer. Il est normal que les petits individus, tout petits, qui sont au gouvernement continuent dans cette attitude.
    Les vrais héros, couverts de sang et de boue, éperdus de misère, qu’importe, il faut bien s’amuser un peu, en république socialiste.
    Simplement, je ne crois pas qu’un tel acte eût été possible en Russie.

    08/06/2016 à 10 h 21 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      en Russie certainement pas ! c’ eût été le goulag assurément après le knout !

      09/06/2016 à 21 h 41 min
  • betsynette Répondre

    Ce qui s’est passé à Verdun pour une commémoration, est une honte de plus à mettre sur le peu de moralité de ce ….présidente et de sa consoeur la merkel…… C’est très triste de penser que des ….jeunes….n’ont pas eu une conscience, qui leur interdisse cela.

    08/06/2016 à 7 h 32 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: