Les troublantes certitudes de Bernard Debré

Les troublantes certitudes de Bernard Debré

Si la justice américaine veut un témoin à charge, il lui suffit de convoquer Bernard Debré. Le député de Paris est en effet très virulent depuis l’arrestation de DSK. Il énonce des certitudes particulièrement troublantes :

« Tout débute par une interview dimanche matin sur Europe 1. Le député affirme qu’il est «humiliant pour la France d’avoir un homme comme lui qui se vautre dans le sexe». Interrogé sur la présemption d’innocence, il rebondit : «Vous croyez que la police américaine serait venue le chercher dans l’avion, un homme comme lui [si elle n’avait pas de preuves] ? Je trouve ça misérable.»

La charge la plus violente, et qui fera grand bruit sur les réseaux sociaux, a lieu environ deux heures plus tard sur le blog de Bernard Debré. «Il était connu de beaucoup que vous aviez des attitudes sexuelles débridées, en France, en Belgique. Les choses étant connues, les participants à ces parties fines s’en vantaient, mais la France est tolérante, trop tolérante», écrit-il. «Mais trop c’est trop, vous avez humilié la France! Vous l’avez ridiculisée.»

«Vous avez été une fausse valeur, un obsédé sexuel, un escroc intellectuel. Vous avez sali votre pays.», poursuit-il, avant d’assener : «Ce que je vous souhaite c’est maintenant de vous soigner, il existe des médicaments pour les délinquants sexuels.»

Interrogé par l’Express.fr lundi matin, Bernard Debré maintient ses propos sur Dominique Strauss-Khan. Pis, il l’accuse de s’être livré à de nombreuses reprises «à ce genre d’agissements» dans l’hôtel Sofitel de New York où «il descendait toujours.» «Ça s’est produit plusieurs fois et depuis plusieurs années. Tout le monde le savait dans l’hôtel», affirme le député de Paris sans avancer de preuves.

Selon lui, la direction de l’hôtel aurait étouffé les affaires. «D’autres femmes de chambre avant Ophelia – une femme charmante de 32 ans qui travaillait très bien – avaient été agressées. Il faut arrêter de jouer les vierges effarouchées.»

Le député affirme également être soutenu par des parlementaires et laisse entendre que des ministres seraient de son côté. Sans toutefois livrer de noms. »

 

Partager cette publication