Les vrais enjeux derrière la TVA sociale

Les vrais enjeux derrière la TVA sociale

Dans un article publié dans le Monde, Alain Madelin s’élève contre la TVA sociale dans la version qu’en présente le Medef. Le dispositif de transfert des charges patronales sur la TVA et la CSG, tel que le présente l’organisation patronale aurait un effet fort sur le pouvoir d’achat des Français, sans combler selon l’ancien ministre notre déficit de compétitivité.

L’effet du transfert de charge ne ferait baisser le prix de revient des produits français que de 1%. La hausse du prix des produits importés serait entièrement à la charge des consommateurs. Ce qui soit dit en passant, devrait bien avoir un effet de substitution entre produits d’importation et produits français.

Alain Madelin rappelle que la vraie question est celle du niveau des dépenses sociales : se contenter d’en transférer le financement de l’appareil productif à la consommation n’aurait sans qu’un faible effet compétitif pour la production française et un réel effet dépressif pour la consommation de produits importés.

Ce transfert n’aurait un sens véritablement vertueux que si les comptes sociaux étaient préalablement ramenés à l’équilibre et les dépenses sociales réduites.

C’est ici que le non dit des médias français étouffe les débats et donc toute avancée vers une solution. Car la seule façon de faire baisser de façon structurelle les dépenses sociales en France pour redonner de la compétitivité aux entreprises et du pouvoir d’achat aux Français, est de réduire les nombreuses prestations destinées aux non communautaires, dont les immigrés clandestins.

Partager cette publication


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: