Les Verts négocient les places avec le PS…

Les Verts négocient les places avec le PS…

 

Les résultats des régionales ont aiguisé les appêtits des partis de la gauche, qui sentent le fumet de la victoire :

 

Pour les écolos, le «rapport de force» au sein de la gauche aurait en effet été «durablement» modifié. D’où ce changement de
ton avec les «partenaires». Revendiquant aujourd’hui le titre de «deuxième force politique de la gauche», voire de «troisième force du
pays», les écologistes sont bien déterminés à parler désormais «d’égal à égal» avec le PS et imposer leurs conditions.

Ainsi se donnent-ils comme base de travail, alors que les négociations entre les deux partis n’ont pas encore officiellement
débuté, de tripler leur nombre de conseillers généraux et «au moins» doubler leurs sénateurs. Soit passer, dans les conseils généraux, de
trente élus sortants -dont neuf à Paris- à plus d’une centaine (un par département au minimum) et décrocher dix à quinze sièges au Sénat, contre cinq actuellement.(…)

Si les écolos ont conscience que les scrutins uninominaux à deux tours ne leur sont pas des plus favorables, ils comptent
bien ne pas laisser passer leur chance. Quitte à laisser planer l’ombre d’un chantage? «Le PS peut obtenir la présidence du Sénat. Il serait
dérisoire, à neuf mois de la ­présidentielle, que la gauche rate le Plateau (l’équivalent du Perchoir à l’Assemblée nationale, NDLR) pour des considérations politiciennes locales», remarque
Placé, dont les ambitions personnelles pour un siège de ­sénateur dans l’Essonne ne sont un secret pour personne.

(…)Le maire Vert de Cesson prévient: «Dans la perspective d’une victoire de la
gauche en 2012
, le PS a besoin, dès les sénatoriales, de montrer qu’il peut changer sa culture hégémonique traditionnelle et prouver ainsi qu’il peut se montrer généreux avec ses
partenaires!»

D’ici à l’été, les écolos, sous l’égide de la secrétaire nationale des Verts, Cécile Duflot, vont donc mettre en place un
groupe de négociations: Jean-Vincent Placé, Jean-Marc Brûlé et le sénateur de Paris, Jean Desessard, pour les Verts, accompagnés d’André Gattolin et Pascal Durand pour Europe Écologie. En face
d’eux, côté PS, le casting devrait être le même que pour les régionales: le secrétaire national aux élections Christophe Borgel, les députés Claude Bartolone et François Lamy ou encore le
sénateur Jean-Pierre Bel.

Source : Le Figaro

 

Partager cette publication


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: