L’État contre les Français

Posté le mai 14, 2014, 7:00
10 mins

Toute société repose sur un contrat entre l’État et les citoyens. L’État s’engage à garantir la sécurité des citoyens, à l’intérieur du territoire (d’où les forces de l’ordre) et à l’extérieur (d’où l’armée pour garder les frontières).

À cette priorité de sécurité, s’ajoutent la création et l’entretien des voies de communication et aéroports permettant aux citoyens de circuler, de travailler et de commercer, ainsi que la préservation de la santé par des établissements hospitaliers. Enfin, l’État a mission de rendre la justice.

En échange de ces services, le citoyen paie l’État par une contribution, que l’on appelle impôt.

Voilà donc la théorie. Malheureusement, la réalité est, en France, très différente.

En fait de sécurité, on a une insécurité généralisée aggravée par une invasion acceptée, disons plutôt facilitée, de populations étrangères venues par millions, principalement du tiers-monde, souvent musulmanes, la plupart du temps sans qualification – certaines d’entre elles refusant de s’adapter et pratiquant systématiquement le vol, le pillage et la violence, y compris dans les hôpitaux et établissements scolaires, où le personnel est régulièrement menacé, insulté et frappé.

Par ailleurs, l’État, toujours au mépris du contrat, au lieu d’imposer une contribution financière égale à tous les citoyens – qui, raisonnablement, ne devrait pas dépasser 20 % des revenus –, a politisé l’impôt dans un esprit de lutte des classes, certains étant imposés à 75 %, de manière à exempter d’impôt sur le revenu 52 % des citoyens, dans l’espoir qu’ils « voteront bien ». Ces citoyens privilégiés exigent néanmoins toutes les garanties de l’État, plus son assistance. Mentionnons aussi les « niches fiscales » pour plaire à certains clients.

Ce système pernicieux et immoral a un nom : la démagogie.

Le problème est que la démagogie coûte cher, très cher. Rapidement, le budget de l’État se révèle insuffisant, alors l’État emprunte chaque jour davantage, laissant se constituer une dette énorme, aliénant l’indépendance de la nation et conduisant à la ruine du pays.

Quant à la justice, elle est, elle aussi, syndiquée et politisée.

Ces résultats désastreux étant l’œuvre de la gauche, c’est à la droite, dira-t-on, de rétablir la situation. L’ennui – et ce constat est fondamental –, c’est qu’il n’y a plus de droite en France. Depuis 70 ans, la France est gouvernée à gauche. La droite a disparu en 1944, avec le Maréchal Pétain. C’était la droite des notables, médecins, notaires, propriétaires terriens, travailleurs, honnêtes, épargnants et catholiques, qui avait estimé que le danger communiste était plus grand que le danger national-socialiste. En 1945, le communisme ayant triomphé, logiquement la droite a disparu. Nous en sommes là.

Sans doute notre pays a-t-il connu quelques années de répit, avec De Gaulle deuxième manière et quelques hommes d’État de bon sens, comme Antoine Pinay, Raymond Barre, ou Alain Madelin, mais ces derniers n’ont pas modifié le sens du courant marxiste.

La France, fille aînée, non plus de l’Église, mais de Moscou, avec les communistes au pouvoir sous De Gaulle et Mitterrand, et toujours dans la majorité qui a voté en 2012 en faveur de l’apparatchik socialiste François Hollande, est aujourd’hui un pays où les socialistes ont tous les pouvoirs.

Peut-être certains lecteurs penseront-ils que ces lignes sont analogues à des milliers d’autres écrites chaque jour. C’est vrai. Alors, pour me faire pardonner, je vais vous donner le bilan de la gestion socialo-communiste, bilan indéniable qui aboutira à la disparition de notre pays.

La dépense publique, qui était de 8,9 % du PIB en 1914, est, un siècle plus tard, de 57,1 %. Le taux des prélèvements obligatoires est de 46 % du PIB, dix points au-dessus de la moyenne des pays développés. La fiscalité sur les ménages s’alourdira en 2014 de 12,6 milliards d’euros, notamment à cause de la hausse de l’IR.

Le chômage est durablement plus élevé en France que dans les autres pays occidentaux. Il frappe 11 % de la population active, dont 23 % des jeunes, contre 5,9 % en Allemagne et 6 % en Grande-Bretagne. Chaque chômeur coûte, en moyenne, 28 737 euros par an à la collectivité. Il y a en France 3,36 millions de chômeurs indemnisés, mais aussi 5,5 millions de personnes à la recherche d’un emploi.

Le montant des intérêts versés en raison de la mauvaise gestion nationale s’élevait en 2013 à 47 milliards d’euros.

Le coût des 35 heures, qui ont contribué à casser la croissance, est de 20 milliards d’euros par an. L’industrie française, de plus en plus faible sous un régime socialo-communiste et syndical, a perdu 2 millions d’emplois en 20 ans.

La fraude, en particulier la fraude sociale, fait perdre chaque année des milliards d’euros. Le député des Bouches du Rhône, Domi­nique Tian, l’a chiffrée à 20 milliards par an, dans un rapport à l’Assemblée nationale.

Ceci nous conduit aux millions d’immigrés, pour qui la France est un eldorado. Le professeur Gourevitch évalue son coût annuel, tous comptes faits, à 18 milliards, précisant que la majorité des immigrés envoient chez eux une bonne partie de ce qu’ils gagnent en France (soit quelque 9 milliards par an).

Le droit d’asile, c’est une allocation mensuelle variant entre 91 et 718 euros par mois selon la situation familiale du demandeur (et on ne comptait pas moins de 70 000 demandeurs en 2013 !).

La fraude dans les transports s’élève, pour la SNCF et la RATP, à 400 millions par an.

La Cour des comptes a découvert, entre autres scandales, que les immigrés algériens ayant travaillé en France, notamment, devenaient quasiment immortels. Ainsi, la Caisse nationale d’assurance vieillesse verse chaque année 4 milliards d’euros de retraite à l’étranger, dont un milliard en Algérie, au bénéfice d’heureux retraités, dont 50 000 Algériens plus que « centenaires » !

Ceci étant, lorsque j’entends une vieille dame française, qui a travaillé honnêtement toute sa vie, dire que sa petite retraite ne lui permet pas de manger de la viande – sans parler des jeunes Français qui sautent un repas par jour, parce qu’ils n’ont pas les moyens de s’en offrir deux –, j’ai envie de dire aux Français, aux vrais, travailleurs et honnêtes : « Prenez vos fourches et réglez le problème ! »

Passons sur les 50 000 familles polygames, illégales, mais vivant largement de l’assistanat, pour dire un mot de la fraude « de pagaille », multiforme. En 2013, 756 millions d’euros d’allocation chômage ont ainsi été versés à tort par Pôle emploi.

Enfin, l’immigration déferlante depuis des décennies explique en grande partie que la France compte 4,5 millions d’illettrés, malgré un effort de « formation » de 30 milliards d’euros par an, pour le plus grand bonheur des syndicats milliardaires et tout-puissants.

Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner que la France détienne le record mondial de consommation de tranquillisants et que le taux de suicide y soit de 179 par million d’habitants contre 138 en Allemagne et 109 aux États-Unis.

À ce train-là, la France sera un jour une entité bi-face : une face arabo-musulmane et une face de type africain. Ce sera l’anarchie, la misère et la violence et François Hollande, devenu président à vie, nous dira : « Vous voyez, je n’arrête pas de vous réenchanter la vie » ! 

Christian Lambert

15 réponses à l'article : L’État contre les Français

  1. 17/05/2014

    Bien sûr Monsieur LAMBERT,votre exposé est on ne peu plus concret et significatif d’une France qui crève d’être épuisée par nos élites énarchiques qui ont décidé,une fois pour toute,que la France est finie : pas la leur mais la nôtre.
    Vous êtes assez au fait pour avoir remarqué les interventions percutantes d’Adrien ADAUZIT sur la manière dont l’oligarchie anglo américaine s’est constituée en hyperclasse pour dominer le monde.En particulier en France,le immondes banquiers tenant les rênes de la Banque de France données par Napoléon en remerciement du 18 Brumaire.MALLET,DE NEUFLIZE,SCHLUMBERGER et DE COURSEL (Mme Chirac) – Voir LA GENESE DES DYNASTIES BOURGEOISES – en relation avec les hyperclasse US Rockefeller et Rotschild..
    S’appuyant sur les « lumières » dont les Rousseau,Diderot furent les chantres et les promoteurs de la matrice du déracinement,les oligarchies anglo américaines firent,et font toujours régner l’ordre MONDIAL;
    Nous savons tous l’appropriation de la Franc maçonnerie par les hébraïques dont le grand rabbin Maïmonide déclarait au 13eme Siècle  » Les principes Noachides démontrent le lien indissoluble entre judaïsme talmudique,et donc anti chrétien,et la maçonnerie,ce qui fait des francs maçons les laïcs d’Israël »
    La France était la cible privilégiée de cette oligarchie anglo américaine qui a asservie les oligarchies non américaines.
    Détachée de son sol c’est à dire de ses racines par les philosophes des lumières (?)(ADAUZIT appelle celà « hors sol ») la France a été alors liquidée identitairement.
    Clouons au pilori de l’histoire les histrions des lumières véritables génocidaires de notre pays qui ont livré aux requins oligarchiques financiers mondiaux notre pays qui meurt de ces avanies.
    On pourrait aussi parler de la secte du CLUB DU SIECLE filiale du CLUB DE BILDERBERG et de la FRENCH AMERICAN FOUNDATION…..ALORS NOUS AURONS ENFIN COMPRIS QUI DIRIGE VRAIMENT LA FRANCE…….
    Bonne nuit …..nos élites veillent sur nous….

    Répondre
  2. BRENUS

    17/05/2014

    C’est trop drôle de lire qu’un menteur patenté tel jaurès affirme que Lambert – d’un tout autre niveau, indépendamment de son orientation politique – émet des contre-vérités. Le « floodeur » dont la mission est de parasiter ce site vous dirait bien que le soleil se lève à l’ouest. Et ça débine les autres….. Le déni : une des armes préférées des gauchistes. A laquelle vous pouvez ajouter l’insulte, la morgue imbécile et pour tout dire la connerie. Heureusement qu’en dépit de tout cela les jojos en général vont se ramasser « grave » comme disent les djeuns si chers a ces zigotos. Et dans pas longtemps.

    Répondre
    • Jaures

      18/05/2014

      Brenus, il ne suffit pas d’affirmer.
      Je vous défie de relever dans le rapport du CNAV repris par la Cour des Comptes les fameux « 50 000 » Algériens centenaires qui toucheraient leur pension.
      Je vous défie de trouver dans le rapport Tian des éléments différents que ceux que je reprends, à savoir que la fraude sociale n’est imputable que pour 10% à des particuliers et pour l’essentiel à des entreprises.
      M Lambert est peut-être d’un « autre niveau » que votre serviteur mais c’est surtout dans l’exploitation de hoax et la manipulation de chiffres. C’est efficace ici car les lecteurs fonctionnent sur le registre de la croyance et sont donc prêts à avaler n’importe quoi du moment que cela conforte leurs idées préconçues et leurs préjugés.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        18/05/2014

        Ici [ sur ce blog et dans les  » 4V²  » ] tout le monde,les lecteurs comme les journalistes, fonctionne sur et par ses  » croyances  » , appelées benoîtement  » convictions  » par certains, vous comme les autres; et le  » hoaxs  » y sont, de ce fait, utilisés en toute …. bonne » Foi  » … c’est la raison pour laquelle il faut, aussi, écouter ailleurs que dans sa Chapelle … il n’en reste pas moins vrai qu’il faut vérifier les  » rumeurs  » comme également les  » …chiffres  » … pour ce qui concerne les idées préconçues ( et non vérifiées par l’expérience ) vous êtes un expert ( vous auriez fait un très mauvais médecin mais un bon … gourou ) et pour ce qui est des préjugés vous n’avez rien à envier à vos  » adversaires  » … ils [ vos préjugés ] sont  » socialistes « , là est la seule et unique différence et vous n’êtes pas l’Homme libre que vous voulez faire croire

        Répondre
        • Jaures

          18/05/2014

          Vos griefs sont arbitraires, cher Quinctius.
          J’appuie mes arguments de données vérifiables, pas de rumeurs ou de hoax. Si c’était le cas j’accepte humblement que vous me le fassiez remarquer. Mais alors soyez précis et ne restez pas dans des généralités nébuleuses.

          Répondre
  3. huguo

    17/05/2014

    le problème est le seuil critique des parasites,ils en faut,mais pas trop,demandez aux paysans……….

    Répondre
  4. Jaures

    15/05/2014

    Evidemment avec toute la mauvaise foi du monde on peut démontrer n’importe quoi. Je passe sur le postulat que la France serait à gauche depuis 70 ans. Et quand bien même !
    Est-ce à dire que les 50 ans qui ont précédé étaient gérées par la droite ? La France des 2 guerres mondiales et de la crise des années 30 se portait-elle si bien ?
    Mais observons le reste.
    Bien sûr, les taux de prélèvements sont supérieurs à ceux de 1914. Vivait-on mieux alors ? Etait-on mieux soignés ? Mieux éduqués ? Mieux logés ? Vivait-on plus longtemps ?
    On compare les taux de chômage mais outre que Lambert oublie de nous comparer avec l’Espagne, l’Italie ou l’Irlande, il omet que l’Allemagne et l’Angleterre ont créés des « mini-jobs » ou des « contrats 0 heures » qui transforment leurs chômeurs en précaires pauvres. Quel exemple !
    On ne peut tout reprendre mais le pire exemple de cet article est le rapport Tian. Celui-ci parle bien de fraude sociale mais précise que 10% à peine concerne une fraude aux prestations. L’essentiel est la fraude des entreprises aux cotisations. D’après Tian « 5 à 7% des salaires ne sont pas déclarés…10 à 12% des entreprises seraient en infractions ».
    Lambert réclame-t-il un meilleure contrôle des entreprises ?
    Idem pour le rapport de la cnav repris par la Cour des comptes sur les retraités algériens. Il n’y est nullement question de 50 000 centenaires algériens ! Les centenaires pensionnés par la cnav en Algérie représentent 1 pour 1000, soit le même taux qu’en France. Il y 540 algériens pensionnés par la CNAV résidant en Algérie.
    Lambert construit donc son argumentaire à partir de simples hoax. Ma question est: dans quel but ?

    Répondre
    • 0094917

      17/05/2014

      Jaurès, les progrès que vous mentionnez sont dus au capitalisme, car s’il n’y avait pas eu de création de richesses provenant de l’initiative privée individuelle que l’on nomme entrepreneuriat il n’y aurait pas eu ce progrès. Aujourd’hui, vous devriez vous interroger si la fraude que vous relevez tient au fait d’entreprises qui pourraient survivre ou non en payant l’énorme tribu social auquel elles sont assujetties. Vous ne voyez donc pas le déficit public chronique depuis 1974, la dette équivalente à la production annuelle de richesses, le nombre d’agents qui travaillent pour les administrations (7 millions), le nombre de retraités (15,1 millions), le nombre total de sans emploi (9,125 millions), mais combien travaillent dans ce pays pour nourrir et financer tout cela ? Et combien de temps croyez-vous que cela va continuer ?

      Répondre
      • Jaures

        17/05/2014

        Pourquoi vous posez-vous la question de la survie pour les entreprises et non pour les particuliers ?
        Et vous auriez raison si la fraude était une particularité française. Or la fraude est un sport international. Il est sûr que s’il n’y a ni impôt, ni prestations sociales, il n’y aura plus de fraude. Par ailleurs, c’est la création de richesse qui est due au capitalisme. Son partage est le fruit de la lutte des classes car je ne me souviens pas qu’aucun avantage ait été obtenu par les salariés sans lutte parfois sanglante.

        Répondre
    • 0094917

      17/05/2014

      Jaurès, ne croyez-vous pas que les entreprises sont suffisamment contrôlées comme cela? Mais qui s’arroge ce droit de contrôle d’ailleurs et à partir de quel principe? Pourquoi des fonctionnaires et tous ces autres activistes qui gravitent dans les sphères de pouvoir créent-ils des textes à l’en contre, j’ai bien écrit à l’encontre, de ceux qui les font vivre par le fruit de leur prédation ? Car, somme toute, un homme de l’état ne produit aucune richesse mais il règlemente celui qui l’a produit et lui fait payer, ce qu’il nomme un traitement, pour cela, nous sommes entrés dans une spirale de l’appauvrissement généralisé qui est le socialo-communisme et se terminera par le communisme totalitaire, dont il faudra sortir un jour comme la plupart l’on fait au siècle dernier. Quand on nous dit que l’homme n’apprend rien de l’histoire !!!

      Répondre
      • Jaures

        17/05/2014

        De même, pourquoi demande-t-on un meilleur contrôle des particuliers et non des entreprises alors que ce sont ces dernières qui fraudent le plus ?
        Le contrôle des entreprises est nécessaires pour elles mêmes car seule une minorité fraude. Etes-vous pour une concurrence faussée où les entrepreneurs honnêtes paieraient pour ceux qui ne le sont pas ? A moins que vous disiez aux entrepreneurs que tout est permis, qu’il n’y a plus de normes sanitaires et sécuritaires, plus de garantie.
        Auquel cas, il ne faudra pas pleurer quand surviendront en France les mêmes accidents qu’en Inde ou en Turquie ou si nous consommons des produits dangereux ou frelatés comme en Chine.

        Répondre
  5. 14/05/2014

    Heureusement que les réseaux sociaux existent et permettent de prendre connaissance de certaines informations comme celles que vous nous livrez. En effet il ne faut pas compter sur les médias « autorisés » au service de cette démagogie destructrice. C’est donc grâce à cette information parallèle que les esprits se réveillent et commencent à se constituer en opposition de plus en plus grandissante. Louons donc ce réveil, cette prise de conscience et merci Christian Lambert pour votre article édifiant.

    Répondre
    • Jaures

      15/05/2014

      Un conseil: vérifiez bien toutes les assertions de M Lambert. La plupart ne sont que des affirmations arbitraires, des rumeurs et des contre-vérités.

      Répondre
    • quinctius cncinnatus

      15/05/2014

      et surtout vérifiez les à l’étalon de l’ INSEE !

      Répondre
      • Jaures

        16/05/2014

        L’Insee entre autres, Quinctius. L’idéal étant de recouper les données des multiples instituts publics ou privés. A moins de se contenter de la rumeur ou d’avoir des hoax pour seules références.

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)