Lettre d’un jeune Officier au Président de la République après la rafle des Champs-Élysées du 25 mai 2013

Posté le juin 06, 2013, 4:42
6 mins

Monsieur le Président de la République,

Jeune officier dans la Réserve Opérationnelle de l’Armée de Terre, arrêté arbitrairement lors de la Rafle des Champs-Élysées le 25 mai 2013 et détenu pendant 24 heures, je vous prie de vouloir bien me retirer mes décorations militaires. Le déshonneur que vous m’avez fait subir ne me permet plus de porter dignement le symbole de respect qui m’était consenti par la Nation.

Juriste dans le civil, diplômé de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr et d’un master 2 de relations internationales Sécurité Défense, je pensais être digne de la République en ayant su intégrer les valeurs et les vertus enseignées tout au long de mon éducation.

N’étant pas habitant de notre capitale mais simple provincial, je me dirigeais vers la tombe du Soldat Inconnu afin de me recueillir auprès de nos aïeux tombés pour notre Liberté. Je remontais l’avenue des Champs-Élysées lorsque des mouvements de foule m’ont interpellé. Je me suis naturellement rapproché de ce qui semblait être le centre d’une action de protestation. J’ai reconnu des drapeaux de « La Manif pour Tous ». Je ne voyais que des jeunes gens obstinés mais pacifistes.

Entraîné pour des missions de protection du territoire comme Vigipirate, je venais d’apprendre que l’un de mes camarades fut blessé sur le parvis de la Défense en effectuant sa mission quelques heures auparavant. Troublé par tant d’agitation parisienne, je restais spectateur et stupéfait de la violence avec laquelle nos forces de l’ordre agissaient contre ces jeunes. Les images parlent d’elles-mêmes. Je connais la difficulté de maîtriser une foule et je ne remets pas en cause les agissements individuels de notre police, qui exécute les ordres hiérarchiques.

Cependant, je suis indigné par les arrestations complètement arbitraires organisées à la veille d’une manifestation autorisée par la Préfecture.

Le 25 mai j’ai été neutralisé alors que je n’étais que passant curieux et spectateur silencieux ! Un commandant me pointant du doigt et ordonnant à ses subordonnés de « m’embarquer » après un échange de regard… Était-il trop clair pour sembler innocent ? Ma coiffure d’officier leur semblait-elle trop courte pour incarner le simple badaud, pourtant chef de Piquet d’Honneur d’une commémoration quelques jours auparavant pour le 68ème anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945… Les mots prononcés par le Préfet me résonnent encore à la lecture du message de Monsieur Kader Arif, Ministre délégué auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants qui a dénoncé les pratiques politiques des nazis sur les individus jugés indignes.

La jeunesse française éduquée et instruite vous semble-t-elle indigne, Monsieur le Président ?

Oui, nous pouvons parler d’une RAFLE. Organisée par vos services ce soir-là. Aucune de mes (nos) libertés n’ont été respectées. Arrêté sans aucune raison, je n’avais ni signe ostentatoire partisan, ni comportement agressif. J’ai été embarqué avec véhémence comme un vulgaire délinquant, sans aucune sommation, sans aucune explication, sans aucune considération. Je n’ose parler des conditions de détention. Vingt-quatre heures de garde à vue Monsieur le Président, permettez-moi de vous rappeler que « la force sans le droit rend la vérité abjecte ».

Je ne me permettrais pas de qualifier votre opération de rafle si des arrestations massives et improvisées n’avaient pas été constatées. Ces vingt-quatre heures de détention ont au moins eu le mérite de permettre l’échange avec mes codétenus… les nombreux cadres dirigeants et étudiants supérieurs qui m’entouraient me faisaient penser à ces élites que l’on enferme par crainte qu’ils deviennent des vecteurs de conscience.

Déshonoré par ces méthodes, je suis profondément blessé et vous prie de vouloir bien me retirer mes décorations militaires qui me rendaient fier d’incarner l’amour profond de notre Patrie et les devoirs qu’elles impliquent.

« On meurt pour une cathédrale non pas pour des pierres, pour un peuple non pas pour une foule. On meurt par amour de l’homme s’il est clé de voûte d’une communauté, on meurt pour cela seul dont on peut vivre » Antoine de Saint-Exupéry.

 

Afin de vous faciliter les démarches administratives, puisque ayant subi des retards répétitifs relatifs à ma solde, je prends bien naturellement des précautions d’usage en vous transmettant mon identifiant défense, communément appelé, le matricule : 0739020120.

Vous remerciant par avance pour votre diligence,

je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de mon profond respect.

http://www.ndf.fr/poing-de-vue/28-05-2013/lettre-ouverte-au-president-de-la-republique-apres-la-rafle-des-champs-elysees-du-25-mai-2013

Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

11 réponses à l'article : Lettre d’un jeune Officier au Président de la République après la rafle des Champs-Élysées du 25 mai 2013

  1. 11/06/2013

    Il s’agit bel et bien d’une rafle , la description que fait cet officier est un témoignage à charge , contre ce gouvernement et en particulier contre ce ministre de l’intérieur ..Je suis scandalisé et j’approuve tout à fait la lettre de cet officier…

    Répondre
  2. Oeildevraicon

    08/06/2013

    Je suis à peu prêt d’accord avec vous sur le fond, bien que n’ayant fait que 16 mois au service de mon pays.
    Par contre, je trouve inadmissible que le matricule 0739020120 ai été victime d’une rafle, tout comme bon nombre d’autres français simples civils, pour le simple fait d’avoir été à un certain endroit au mauvais moment (pratiques dignes d’un pays totalitaire) .
    Ensuite ce qui me révolte le plus dans cette histoire est le fait que cette police , qui jusqu’à présent n’avait que le soutient de ces français sur lesquels ils s’acharnent aujourd’hui, se trouvent encensés par ceux-là mêmes qui demain lorsque tout cela sera terminé, les feront à nouveau rentrer dans leurs casernes pour éviter que les banlieues ne s’enflamment.
    Et que feront-ils?… Eh bien ils rentrerons la queue entre les jambes et ce sans jouer les ZORO, comme ils le font actuellement avec ces français trop bien éduqués, n’ayant pas la culture des manifestations de rue.
    A ce moment là, il faudra que tout le monde se souvienne de leur comportement d’ aujourd’hui, et ne les soutienne plus, lorsqu’ils se retrouverons face à la « justice ».

    Répondre
    • Oeildevraicon

      08/06/2013

      @BRENUS suite à votre commentaire du 7 juin à 7h52mn.

      Répondre
  3. BRENUS

    08/06/2013

    A JC Sacerdot.
    Brenus, avec un seul « N » pour ne pas être confondu avec le pillard de Rome (vae victis), vous salue bien. Il est heureux de vous voir « outragé », car l’outrage, vous n’avez pas fini de le subir. La différence entre nous est que vous vous bercez d’illusions et moi pas, estimant que ce genre de « lettre » est effectivement pitoyable et a de grande chances d’être placardée là où vous savez. Quant à pleurer sur les états d’âme d’un militaire de carrière qui a choisit ce métier et en vit, adressez vous ailleurs. Pour ma part, je me suis tapé (façon dite vulgaire au peuple de s’exprimer) 27 mois d’armée en tant qu’appelé durant cette belle guerre d’Algérie, payé 30 centilmes de francs par jour tandis que les officiers passaient à la caisse, nourri comme un porc -n’ajoutez pas que je le suis, merci- alors que ces messieurs étaient traités comme des prince au mess, pour exposer ma peau, tandis que les officiers passaient a la caisse, rarement au feu et souhaitaient pour la plupart que cela dure pour gravir très vite les échelons. Tout cela dans le très beau corps des chasseurs. Et je certifie avoir entendu, lors d’une opération où il fallait déloger des fellouzes bien retranchés un de vos merveilleux officiers dire pour choisir ceux qui devraient aller s’exposer, parlant des appelés dont je faisait partie et alors qu’il y avait également des gens de carrière « envoyez les appelés et gardons les meilleurs ». J’ajoute, car cela vaut le détour, que lorsqu’une amicale des anciens quelconque a fait envoyer un frigo pour que la troupe puisse de temps en temps boire frais, ce dernier a atteri au mess et que nous avons continué a boire de l’eau croupie qui m’a pourri le system digestif (belle mentalité) Aussi, je me réjouis que mon commentaire ait pu vous toucher si ,comme je le pense, vous avez fait partie de ceux qui nous méprisaient et traitaient en moins que rien. Mettez cela dans votre poche et votre mouchoir par dessus. Tant il n’y a que la vérité qui blesse. Vulgairement votre.

    Répondre
  4. Jean-Claude Sacerdot

    07/06/2013

    « Brenus » dixit avec un seul « N » ne risque pas de conquérir Rome pas plus que quoi que ce soit d’ailleurs ! Sa vulgarité n’a d’égale que son indigence. Je me garderai quant à moi de qualifier de si outrageante façon la lettre du matricule « 0739020120 » qui, si elle peut apparaitre comme peut-être candide à l’immense mérite d’être courageuse et de mettre l’accent sur la grogne des officiers et d’un peuple tout entier, pas celui des sondages bien sûr ! Comme disait autrefois un centurion: Que Rome prenne garde à la colère des légions ! »

    Répondre
  5. Philippe Lemaire

    07/06/2013

    Avec la vulgarité invraisemblable de Sarkosy on croyait être tombé au plus bas, mais avec les méthodes liberticides de Hollande on descent encore d’un cran.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      09/06/2013

      Je ne pense qu’il y ait encore un cran de disponible, on vient de toucher la lie.

      Répondre
  6. AZ

    07/06/2013

    – L’auteur, naïvement, apprend ce qu’est une manif : toutes ces « rafles » dont il parle, c’est le lot de la plupart des manifs (très majoritairement de gauche), sur les participants desquels il ne semble jamais s’être penché…

    – A moins qu’il lui semble « anormal » qu’on s’en prenne à des classes supérieures ou à des officiers et tout à fait « normal » qu’on bastonne des ouvriers ou des étudiants gauchistes…

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      09/06/2013

      AZ, je ne pense pas qu’une manif pour tous les gauchistes dont vous faites sûrement partie sera inquiétée par la police. De bonnes connections en haut-lieu sauront vous épargner ces ennuis.
      Avec Normal 1ier les beaux de tous les casseurs de mobilier urbain de gôche sont assurés.
      Comme vous le dites si bien la plupart des manifs sont bien de gôche, peu d’intervenants sur ce site vous contrediront sur ce point.

      Répondre
      • AZ

        10/06/2013

        Hansimschnoggelloch

        Vous faites comme si, depuis 1958, la majorité des gouvernements n’avait pas été de droite, comme si les dissidents ne s’étaient pas fait bâtonner tant et plus, des antinucléaires aux opposants au Larzac.

        Quant à l’impunité, vous oubliez le vandalisme des adhérents de la FNSEA, à droite comme c’est pas permis, et dont les déprédations d’édifices publics (presque toujours du public, comme par hasard…) sont toujours restés impunis.

        Vous oubliez enfin toutes les ratonnades perpétrées par la police durant la guerre d’Algérie, notamment le lynchage de 200 Algériens le 17 octobre 1961, dans la « nuit portée disparue »…

        Répondre
  7. BRENUS

    07/06/2013

    Espérons pour l’auteur de cet article qu’il saura quel doit etre son comportement désormais, en dehors du fait de retourner ses décorations (ce dont les gauchistes se foutent totalement). A savoir qu’il n’a désormais plus aucune allégeance a respecter envers les autorités dévoyées de ce pays et qu’il peut se contenter de voir la pourriture s’installer, sans réagir autrement que pour préserver les siens immédiats. Pour les autres déjà bien corrompus, qu’ils se démerdent seuls. Sa « lettre » a Hollande est pitoyable et va probablement se trouver afficher au mur des cons si cher aux gauchistes de toute obédience.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)