Lettre ouverte à MM. Jean-Daniel Lévy, de l’Institut CSA, et Frédéric Daby, de l’IFOP

Posté le avril 04, 2010, 12:00
5 mins

Les raisons de la colère

Lettre ouverte à MM. Jean-Daniel Lévy, de  l’Institut CSA, et Frédéric Daby, de l’IFOP

Messieurs,

Pour compétents que vous paraissiez être par vos appartenances professionnelles, je ne trouve pas que votre analyse des raisons d’une abstention record comporte des éléments très nouveaux ; cette  analyse, politiquement correcte, prouverait en fait que votre appartenance professionnelle vous sépare de facto d’une partie très profonde et très importante d’une certaine opinion : celle du monde libéral et indépendant.

En effet , la France est d’abord et institutionnellement partagée en deux populations, comme l’avait bien souligné voilà des années M. Barre : le peuple exposé et le peuple protégé

Peu à peu , par les nombreuses associations qui interviennent sur Internet, le peuple exposé, celui qui peut perdre son patrimoine en entreprenant, perdre son travail par la faillite de son employeur, financer une retraite minable par répartition dont il n’a jamais approuvé le principe et sur laquelle il n’avait et n’a aucun choix ; celui qui peut être harcelé par une administration qui utilisera toutes les armes en ses pouvoirs, que ce soit sur le plan fiscal ou social ; celui qui travaille parfois 70 heures par semaine pour tenter de réussir ou de sauver son entreprise ; celui que les syndicats, essentiellement du secteur public, traitent d’exploiteur et d’affreux capitaliste ; celui qui sera exploitant agricole et devra chaque année définir sa production ou remettre en cause ses précédentes options ; tout ce monde actif, silencieux parce que trop occupé ou angoissé : ce peuple-là en a marre ! Pourquoi ?

Parce qu’il sait maintenant comment le monde institutionnel de son pays vit à ses crochets. Il sait que près de la moitié de la richesse créée par lui finance les rémunérations de la fonction publique ; et qu’en plus il doit financer les retraites et les réversions avantageuses de la même fonction publique et des élus.

Il sait que les élus se sont voté des parachutes en or, qu’ils soient députés nationaux, sénateurs ou députés  européens, et que ces parachutes sont financés par les impôts qu’il paye.

Il sait que lorsqu’il épargne pour prévoir les accidents de la vie et ses  compléments de retraite, il est sanctionné dans la moindre de ses décisions de gestion.

Il sait que les énarques, pour avoir une seule fois dans leur vie réussi un examen, seront toute leur vie des privilégiés, pantouflant dans de grandes entreprises aux salaires gigantesques et aux stocks option monstrueux, nantis de retraites complémentaires financées par les épargnants pendant 30 ans, cumulant comme les élus des postes qui « complèteront » sans vergogne leurs revenus, etc.

Les français qui sont à la peine tous les jours commencent maintenant à tout savoir et lorsqu’ils sont dépourvus de solutions démocratiques, soit ils s’abstiennent de voter, soit, quelles que soient leurs sensibilités politiques d’origine, ils votent pour un parti que les hypocrites de tous bords ont diabolisé : le Front National.

M. Sarkozy avait trois ou quatre mois pour décider, sans compromissions, les réformes les plus urgentes pour notre pays, réformes qui, en Allemagne, ont été accomplies par un socialiste. Or M. Sarkozy n’a pas osé entreprendre ce pour quoi le peuple exposé de France l’avait élu.

Voilà , Messieurs la grande colère de plus de la moitié des français et vous n’en parlez pas !

Jean-François Dufour

Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

8 réponses à l'article : Lettre ouverte à MM. Jean-Daniel Lévy, de l’Institut CSA, et Frédéric Daby, de l’IFOP

  1. Anonyme

    08/04/2010

    Bonjour

     

    Jaurès exprime ce qu’il est agréable de penser pour une majorité de français qui vote UMPS.Il est certain que pour nombre d’entre eux des mesures désagréables doivent être prises mais qu’il existe une catégorie de privilégiés supérieure à la leur qui doit supporter ces mesures en priorité.C’est en particulier le cas des fonctionnaires. Il faudrait toutefois expliquer aux syndicats de fonctionnaires qu’ils se comportent comme la noblesse à la veille de la  Révolution française.

     

    Cordialement 

    Répondre
  2. Magny

    06/04/2010

    Et encore un commentaire de Jaures ! Mais ma parole il est payé pour venir critiquer sur ce site , c’est pas possible ! Dans le cas contraire il devrait demander un complément de revenu directement à la direction du PS .

    Mon bulletin au premier qui propose la fermeture à gauche ( au minimum la fermeture de leur bouche ) .

    Répondre
  3. jptol

    06/04/2010

    Allons Jaurés un peu moins d’idéologie surrannée et un tout petit peu plus de vérité, voire de réalité. La lettre, ouverte aussi sur la critique a au moins le mérite de dire. Vous ne faites que répéter ce que d’autres, Guesdes, Constant, Laforgue ont dit en …. 1910. Vous avez toujours le même discours à un siècle de distance. Quelle évolution ! Répartition ou capitalisation ! Une opposition vieille de plus d’un siècle et toujours pas de solution. Nos députés, nos syndicalistes, nos dirigeants, ont pourtant eu tout leur temps. Jptol

    Répondre
  4. Anonyme

    06/04/2010

    Bravo! C’est bien là notre reflexion.

    Répondre
  5. mich34

    06/04/2010

    Je souscis entièrement aux propos tenus dans cette lettre ouverte dans laquelle j’entends pour une fois la vérité. Il y en a marre de ce "politiquement correct" dont on nous rebat les oreilles à longueur de journaux et d’émissions télé et radio. Nous sommes en France dans un état socialiste ; il n’y a guère de différence dans la gestion du pays entre PS et UMP. L’écart est vraiment marginal; ce ne sont que des querelles sur des broutilles ou d’ordre sémantique. Dans ces conditions il n’y a aucune chance que le pays se redresse enfin un jour. Démagogie, manque de clairvoyance et de courage et assistanat, lignes maitresses de ces formations politiques dominantes, ne font que conduire, chaque jour davantage, le pays à la ruine.

    Répondre
  6. jeunet.jp

    06/04/2010

    Bravo c’est bien résumé. Cela est cependant complètement irréaliste car en France la fonction plublique est trop importante et c’est elle qui paralyse tout. Ils coûtent très cher sont totalement inconscients, Ils ne fonctionnent qu’à travers des idéologies toutes faites et stériles, .

    De ce fait la France s’enfonce lentement mais surerment dans la médiocrité, à laquelle les allemands sont capables d’échapper. Nous n’avons en outre plus depuis Pompidou d’homme politique digne de ce nom.

     

    Répondre
  7. Anonyme

    06/04/2010

    @ Jaurès Vous devriez vous contenter de vous exprimer au sujet de ce que vous connaissez autrement que pour l’avoir appris de ceux qui ne partagent que leurs idées, généreuses il est vrai, mais avec le profit généré par les efforts des autres.

    Répondre
  8. Jaures

    05/04/2010

    Bien sûr ! C’est ça que souhaitent les abstentionnistes: retraite à 67 ans, baisse des indemnités chômage de 15%, baisse du remboursement des médicaments, baisse de l’impôt sur les sociétés,…

    Même le FN ne propose pas tout ça !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)