L’Euro 2012 et l’incitation à la guerre civile

L’Euro 2012 et l’incitation à la guerre civile

Ne parlons pas de la qualité du jeu de football de l’équipe de France à l’Euro 2012 – qui fait suite à la Coupe du Monde de 2010 –, mais parlons surtout de son comportement, à l’image d’une société diversifiée et multiculturelle, non intégrée, non éduquée – comme ont osé le laisser entendre certains journalistes, prenant ainsi le risque de sortir de l’omerta imposée par la pensée unique !

Observons d’abord le comportement d’autres équipes nationales dont les membres sont aussi divers que chez nous, comme l’Espagne et l’Angleterre.

Contrairement à notre équipe, ces joueurs chantent l’hymne de leur pays avec naturel, partagent la même passion pour le jeu du football, et se montrent camarades, sur le terrain comme au vestiaire, solidaires entre eux, auprès des journalistes comme à l’extérieur du stade.
Rien là que de très « normal » – comme, nous l’espérons, notre président de la république le souhaite pour notre pays !

Malheureusement, ce qui gêne dans cette équipe de France, c’est bien qu’elle semble refléter la problématique de notre société, telle que la majorité au pouvoir la conçoit.

Beaucoup de ses membres s’affichent ouvertement irrespectueux de la nation, de la hiérarchie, de l’Éducation nationale. Tels des marionnettes flottant dans des maillots trop grands pour elles, ces joueurs se montrent arrogants, anti-français, anti-blancs, agressifs, haineux, et s’affichent, pour certains, en stars de caniveau enrichies malgré eux.

Comment Laurent Blanc, leur entraîneur, peut-il mener « ses hommes » au combat pour une victoire éventuelle ?
Quelle autorité peut-il avoir sur des joueurs qui ne pratiquent aucun respect de l’autre, du drapeau, de la nation, et qui revendiquent ouvertement leur différence culturelle, leur religion, leur appartenance communautaire, leur indépendance ?
Quel ciment culturel peut rendre cette équipe solidaire et gagnante ?

Tout est à revoir : pas seulement le processus de sélection des joueurs et le système qui les nourrit, mais aussi le développement de notre société nationale multiculturelle, et la politique qu’entend mener la majorité au pouvoir, notamment pour l’Éducation nationale.

Laisser passer, sans rien dire, sans rien faire, sans correction de trajectoire, sans sanction, cet échec frappé d’incivilité publi­que, serait, au mieux un aveu d’impuissance, au pire, une incitation à la guerre civile !…

Partager cette publication

(42) Commentaires

  • F Répondre

       RHHHÔÔÔÔÔ!… Quinctius! Vous savez qu’on en a écartelé pour moins que ça?

    21/07/2012 à 12 h 18 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    @ Jaurès du Queyras

    confirmation de ce que je disais :

     le centre de formation de l’Olympique de Marseille a présenté 14 candidats au bac :  ……ZERO reçu(s) … ils ne devaient pas avoir les " BONS " prénoms !

    20/07/2012 à 18 h 10 min
  • F Répondre

       Belle démonstration que logique et dialectique sont décidément incompatibles…

    14/07/2012 à 10 h 37 min
  • Jaures Répondre

    En toute logique, F, quand on écrit que A entraîne B alors que C n’entraîne jamais B, si je trouve des contre-exemples, l’assertion est définitivement récusée.

    13/07/2012 à 11 h 25 min
  • F Répondre

      Jaures, en logique, quand A—>B, alors nonB—>nonA.
     Et vous passez votre temps à considérer que si A—>B, alors nonA—>nonB… ce qui est une erreur. Pensez y dans vos futures "démonstrations"…
     

    12/07/2012 à 13 h 38 min
  • Jaures Répondre

    Toni, soyez raisonnable ! Pensez-vous franchement que dans les pays où il n’y a pas de musulmans (puisque les profils que vous citez sont tous de cette religion), le calme règne sur les stades, sur la route et dans les familles où les femmes n’y sont jamais battue ?

    11/07/2012 à 15 h 49 min
  • Toni Répondre

    Sur la route, les altercations pullulent, au travail, même dans les familles où les femmes en font régulièrement les frais nous dit mr le syndicaliste.

    Et vous remarquerez que c’est presque toujours des gens du profil Ribery, nasri, Anelka qui sont impliqués dedans … On peut aussi  y ajouter les frères Guerini et certains syndicalistes de feu seafrance. Dans presque tous les cas, le désordre éclate à cause de gens comme ça.

    L’école et les parents ont renoncé ? On en compte par milliers des exemples comme ceux là. L’école a renoncé parce que comme nous sommes en démocrassie, les ministres doivent répondre aux attentes des parents à savoir leurs électeurs.

    Français blanc ou pas … Vous obtenez donc des gamins qui a 18 ans n’appartiennent pas ou à la rigueur ne se sentent pas appartenir au pays France suite aux nombreux échecs qu’ils éssuient après le baccalauréat. Ce petit monde là ira également remplir les bureaux d’avocats du divorce, n’ayant pas beaucoup d’éducation même un conjoint leur ressemblant ne formera pas un couple qui dure.

     

    On n’en est pas à parler de foot ou de bling bling mr jaures, c’est aux familles en complément avec le collège et le lycée d’expliquer les bases de la psychologie humaine aux gosses … et de les faire travailler concrètement sur ce thème.

    Autrement ça sert à rien d’être millardaire ou surdiplômés si l’individu est un sauvage comme certains de ses joueurs de foot.

    11/07/2012 à 9 h 10 min
  • F Répondre

      C’est drôle, il n’y a pas si longtemps, Jaures nous disait qu’il ne savait pas ce qu’était un blanc ou un noir. Apparemment, il l’a appris depuis…

    10/07/2012 à 19 h 11 min
  • Jaures Répondre

    Titou, vous n’y êtes pas du tout. Je ne prends pas des exemple pour généraliser mais, au contraire, pour montrer que dans un sens ou dans l’autre les exemples abondent.
    Quoi ? Découvrez-vous les matchs, de quelque sport que ce soit, qui finissent en pugilat ? On a vu récemment le père d’un international de rugby descendre sur le terrai pour participer à la bagarre générale. Partout, sur tous les terrains, la violence prolifère. Comment en serait-il autrement quand la violence est partout.
    Sur la route, les altercations pullulent, au travail, même dans les familles où les femmes en font régulièrement les frais.
    Que les présidents et autres membres de l’encadrement soient complices des débordements des sportifs est évident: seul compte pour eux les résultats et la manne financière qui en dépend.
    "A partir de là, l’important c’est les 3 points…."

    10/07/2012 à 15 h 12 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    @ Jaurès

    qu’ai je dit d’autre ?
    encore faudrait il qu’ils souhaitent être éduqués et que les éducateurs ( et les dirigeants ) les éduquent ! l’école y ayant depuis longtemps renoncé comme les …….  …."parents " ( ? ? ? )

    ainsi récemment dans un club de foot-ball d’une municipalité socialiste dont la devise est " respect et non violence " un dirigeant a frappé son … éducateur de jeunes joueurs…

    10/07/2012 à 10 h 24 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    avec sa déclaration de foi nous savons maintenant pourquoi @ Homère est un apôtre …. de l’U.M.P.

    soyons " beaufs " et surtout faisons les efforts nécessaires pour le rester !

    10/07/2012 à 10 h 15 min
  • Toni Répondre

    Jaures a écrit : "Et plus difficile encore est d’expliquer que la richesse ou la célébrité ne sont que des moyens qui seront insuffisants ou inutiles si, au fond de leur conscience, il n’ont pas le sentiment d’utilité sociale, la possibilité de s’approprier autre chose que des biens matériels – les messages artistiques, les différentes conceptions du Monde – et une capacité à savourer les rares moments jubilatoires de la vie. "

    De ça ils sont incapables mr jaures, à cause de gens vous mr le syndicaliste, à cause de l’éducation nationale (qui a du pousser un soupir de soulagement quand frank ribéry est sorti du collège) et aussi à cause de parents qui auraient mieux fait de s’abstenir d’être parents.

    Là on a une équipe composée de gens dont personne ne veut en France. ceci dit elle est à l’image des gens en France. Chaque peuple a les élus et l’équipe de foot qu’il mérite.

    Dans un autre registre le rachat de châteaux monuments historiques français par les millardaires étrangers est aussi symptomatique que ça va vraiment mal dans ce pays.

    La guerre civil ? Elle aura lieu mr le syndicaliste si vous persistez dans vos dogmes et ne faites pas l’effort de vous réformer comme l’ont fait els autres partis de gauche en Europe.

    10/07/2012 à 9 h 03 min
  • ozone Répondre

    Jaurés

    Mais c’est vous et vos amis qui détournent ce jeux ,souvenez vous de "Black blanc beurre",une image de la France…

    Tout a fait d’accord,de nos jours voilà le résultat,la triste image de cette même France.

    Pas que dans le foot.

    Le foot de club ne présente plus d’interét,ce ne sont plus que des mércenaires apatrides,il ne reste plus que les séléctions nationales pour tenter de trouver un peut du lustre passé,je ne demande pas qu’ils se fassent hara kiri,mais ils collent trop a l’image réelle du pays…

    Et pas que les joueurs.

    Il existe un autre hymne plus ancien ,jamais officiel,plus lyrique comparé a la miévrerie régionalo-socialiste qu’ils essayent d’imposer

    Viva España
    Alzad los brazos,hijos del pueblo español
    Que vuelve a resurgir
    Gloria a la Patria que supo seguir
    Sobre el azul del mar el caminar del Sol.

    Triunfa España
    Los yunques y la rueda cantan al compas del himno de la fé
    Gloria a la Patria que supo seguir
    Sobre el azul del Mar el caminar del Sol

    09/07/2012 à 22 h 11 min
  • HOMERE Répondre

    Le foot c’est de la merde…., le cyclisme c’est de la merde, le basket c’est de la merde,le hand c’est de la merde………vive Federer et Nadal…..

    Quand au rugby, c’est un sport régional avec que des étrangers noirs, tongiens, fidjiens…..

    A mort le sport……opium des peuplades européennes et des rastas continentaux….

    Avec les quotas on aurait : 1,7 noir au foot, 0,3 noir au basket, 0.001 au tennis et zéro à la pétanque…….

    Vive la sieste, sport national…….avec la pêche et la baise…..

    09/07/2012 à 19 h 16 min
  • Toni Répondre

    Jaures, n’oubliez pas que l’équipe de France 2012 est bien à l’image de la France actuelle. Elle est le résultat de vos choix électoraux et de celui de vos collègues. Là vous avez eu tort de voter à gauche mr le syndicaliste … C’est une sacrée bourde …

     

    09/07/2012 à 18 h 30 min
  • Titou731 Répondre

    @ Jaures

    Quelle magnifique façon de toujours travestir la réalité, comme d’habitude ! La théorie de prendre un exemple pour en faire une généralité, c’est beau et presque efficace… Moi aussi, je pourrais prendre l’exemple de NGapeth au volley-ball qui insulte et veut frapper l’entraîneur de l’équipe de France ou Mehdi Baala et Mahiedine Mekhissi-Benabbad qui se battent à l’arrivée d’une course d’athlétisme ou ce même Mahiedine Mekhissi-Benabbad qui bouscule une gamine de 14 ans qui fait office de mascotte lors des derniers championnats d’Europe d’athlétisme ou Teddy Tamgho, le triple sauteur, qui se fait suspendre 6 mois après avoir littéralement défoncé une camarade d’entraînement… La violence verbale et physique est partout : dans la société et donc dans le sport… Les parents ont échoué dans l’éducation, l’école a démissionné donc ne nous étonnons de rien !

    Le manque d’autorité étant le pire des maux… comme par exemple Aulas qui excuse ses joueurs qui ont insulté les Stéphanois lors d’un chant effectué sur le perron de la mairie à Lyon après la victoire en coupe de France, et qui nous explique que "bâtard" n’est pas une insulte… J’attends d’ailleurs la sanction "exemplaire" de la Fédération de football (1 ou 2 matchs avec sursis ? pour les 4 convoqués de l’Euro 2012) comme avec nos mutins de Knysna

    Et au moins, écrivez le nom nom de Thierry Dusautoir correctement… avec un seul S

    @ wolfi

    C’est vrai que le système des transferts me fait parfois penser à un marché d’esclaves… bon, ce sont plutôt des millionnaires que des esclaves mais la façon dont on vend et on achète des joueurs, ça m’a toujours fait bizarre

    09/07/2012 à 12 h 01 min
  • Jaures Répondre

    Quinctius, je retournerai plutôt, pour ma part votre assertion: il faut éduquer les jeunes AVANT de les sélectionner.
    Wolfi, je partage assez votre analyse. J’ajouterai que le miroir aux alouettes du "devenir riche et célèbre" concerne également le show biz, comme le montrent les foules de gamins dénués du moindre talent se presser pour participer aux diverses "nouvelles stars".
    Le problème est que les parents sont souvent complices de cet engouement. En regardant ces émissions, d’une part, et en encourageant leurs enfants à  participer à ces sélections malsaines parfois dés le premier age avec, par exemple, les concours de mini-miss.
    Plus difficile est-il sans doute de dire aux jeunes que pour réussir il faut un talent et du travail sans lequel il n’est "qu’une sale manie".
    Et plus difficile encore est d’expliquer que la richesse ou la célébrité ne sont que des moyens qui seront insuffisants ou inutiles si, au fond de leur conscience, il n’ont pas le sentiment d’utilité sociale, la possibilité de s’approprier autre chose que des biens matériels – les messages artistiques, les différentes conceptions du Monde – et une capacité à savourer les rares moments jubilatoires de la vie.

    09/07/2012 à 9 h 40 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    @ Jaurès

    le sport comme les arts devraient faire partie de l’éducation de la jeunesse … mais c’est une idée " fasciste " … pour beaucoup d’enseignants ( je le sais pour l’avoir vécu avec deux de mes enfants de niveau national en escrime )
    personnellement j’ai pratiqué à un bon niveau l’athlétisme et le rugby c’est largement aussi formateur que l’étude de la " philosophie " enseignée par un cuistre !

    09/07/2012 à 8 h 00 min
  • maxime Répondre

    Les clubs de foot sont devenus le joujous des hommes d’affaires, rentrant même parfois en bourse. Leurs valeurs sportives, formatrices ,fédératrices , identaires furent peu à peu mises de côté, au détriment de l’unique valeur marchande : gagner des sous, vendre des produits dérivés , faire des plus-values sur les joueurs, empocher un maximum de droits TV, multiplier les compétitions factices (comme la Coupe de la Ligue en France par exemple), quitte à jouer devant des stades vides le mardi à 18h. Et les joueurs s’y sont rapidement faits, devenant les mercenaires du football moderne et vendant, tels des cadres dans les Multinatinationales, leurs services aux plus offrants. Pour cela, il convenait de les déraciner,et d’encourager leur mobilité d’un pays à l’autre. C’était le rôle de l’arrêt « Bosman » où les clubs sont passés d’un quota maximum de 2 puis 3 joueurs étrangers à la possibilité d’engager un nombre illimité de joueurs « européens ». Avec le jeu des naturalisations, des passeports, de l’immigration de masse, sans parler d’une certaine « africanisation » du football, français surtout , on comprend mieux comment nous sommes passés d’équipes « homogènes » et représentatives, à des équipes hétérogènes, constituées de mercenaires transnationaux, présents pour le fric et non plus pour un désuet amour du maillot. Les recruteurs, surtout en France, toujours à la pointe en matière de xénophilie, ont eu leur rôle à jouer dans cette internationalisation du profil des joueurs. Tout d’abord, ces derniers, avec d’évidents relents esclavagistes, n’ont cessé de « chercher la perle rare » en Afrique, persuadés à tort que les joueurs africains sont plus doués que les joueurs venant d’autres horizons. Surtout, ils s’avèrent pour la plupart d’entre eux être plus « physiques » et l’arrivée massive de joueurs africains dans les championnats européens, surtout français, a eu pour conséquence un appauvrissement technique en faveur de l’émergence d’un « football d’athlètes ». Les coureurs de 100 mètres remplacent lentement mais sûrement les artistes du ballon rond. Parallèlement, toujours dans leur obsession maladive d’aller dénicher des talents dans les zones « sinistrées » (à cause des blancs bien entendu), les recruteurs sont également aller fureter du côté des « Cités ». Ces « jeunes » ont peu à peu gangrénés les Centres de Formation par leur non-culture insupportable. Hip-Hop, parler « banlieue », culte de l’argent facile, du bling-bling, des jeux vidéos, des grosses voitures, des filles faciles et bimbos (avec un Z comme Zahia), américanisation bling-bling doublée d’une paradoxale (quoique) islamisation… Cette véritable racaillisation à la sauce « gangsta US » n’étant pas faite pour déplaire aux jeunes africains, très preneurs, qui les rejoignent dans les Centres de formation. Quant aux « de souche », ils n’ont qu’à suivre , ou qu’à partir ( ce qui est le cas largement majoritaire), comme a pu récemment le rappeler l’ex-international français Vikash Dhorasoo… Asphyxie des pratiquants amateurs et de tribunes populaires qui font tache, internationalisation des joueurs, racaillisation et africanisation des centres de formation , disparition des valeurs traditionnelles des clubs, marchandisation et financiarisation, flicage généralisé dans des stades transformés en chaudrons cosmopolites parés à la consommation, chasse aux fans réticents à ce lissage, extinction des fidèles « joueurs de club » au profit de mercenaires, gavage publicitaire… Autant de facettes peu reluisantes d’un football moderne qu’on essaie encore de nous vendre comme un sport populaire…

    09/07/2012 à 7 h 46 min
  • wolfi Répondre

    Il ne serait pas idiot de poser des questions sur le problème de fond qui ronge le football français. Il est clair qu’en tant que sport populaire, miroir aux alouettes pour un grand nombre de jeunes issus de quartiers défavorisées, il attire des gamins qui ,avant de penser à jouer, aspirent à devenir riches et célèbres sans passer par la case « éducation ». Et voilà la FFF rattrapée par les effets pervers d’une formation qui se veut juste « rentable » avant d’être éducative. Si procès il y avait à instruire, on pourrait commencer par dénoncer les camps d’entraînement français – qui ont fleuri un peu partout en Afrique, lesquels ont participé largement à l’exploitation de jeunes joueurs sans bagage intellectuel à garnir à moindre coût les grands clubs de notre pays. Avec le temps, on s’est rendu compte que ces flux migratoires organisés par les agents, les clubs eux-mêmes, n’ont pas laissé le temps à ces garçons de devenir des hommes. Effet dommageable, ces mêmes joueurs dont la carrière ressemble de plus en plus à une succession de transferts marchands, toute une jeunesse issue de l’immigration s’y identifie. Elle rejette l’école, le savoir, qu’elle perçoit comme élitiste et inutile pour réussir dans la vie et croit que le football est une sorte de bulle euphorisante, tapissée de billets de banque et habité de filles faciles, dans laquelle on peut être adulé des foules sans savoir lire un livre. Dans les clubs cela se traduit par une compétition acharnée entre élèves footballeurs pour intégrer un centre de formation. L’ambiance dans ces petits clubs (généralement pauvres) a souvent été décrite comme délétère parce qu’on y joue pas avec les autres mais pour soi. La violence et la bêtise peuvent s’y répandre plus facilement qu’ailleurs puisque le niveau culturel y est très faible. Cela est d’autant plus dangereux que l’on sait qu’à ce petit niveau, coaches, dirigeants et joueurs poursuivent souvent tout en s’en défendant le seul objectif de sortir « une pépite » dont la couleur importe peu et le sens de « l’équipe » encore moins. Enfin, conséquence de tout cela, les gamins qui en parallèle du football poursuivent une scolarité « normale », ou montrent d’autres dispositions que cette basique envie de faire du football leur quotidien ont également souvent des parents qui s’inquiètent pour leur avenir. Et quel que soit le niveau de leur gosse, il le retire le plus souvent de ce qu’ils considèrent rapidement aujourd’hui comme un ghetto ne favorisant aucunement la mixité, l’échange. Ainsi, nombre de « petits blancs » quittent le football pour d’autres sports qui offrent un peu plus que du pognon ou des rêves. Pour faire revenir ces joueurs , c’est effectivement tout un système qu’il faut repenser. Un système d’éducation sportive et sociale retrouvant une éthique du sport dont le football s’éloigne dramatiquement chaque jour un peu plus.

    08/07/2012 à 21 h 20 min
  • Jaures Répondre

    Pascal, on pourrait vous suivre si ce que vous dîtes concernait tous les sports. Or, les problèmes que vous soulevez ne concerne que le foot. Vous citez le rugby mais il me semble que la France a fini 2ème de la Coupe du Monde. Ce n’est pas si mal. Et ce sonr plutôt les Anglais dont la conduite fut condamnée.
    Par ailleurs, je trouve étrange de compter les Noirs sur un terrain de foot. On ne se donnait pas cette peine quand on envoyait au front les tirailleurs Sénégalais.
    Le foot n’est pas un sport pratiqué par tous comme en Italie ou en Espagne. Il est essentiellement en vogue dans les quartiers populaires, dans les milieux urbains et certaines régions (Nord, Sud Est, Ouest). La France a d’autres sports populaires où l’Espagne ou l’italie sont peu présentes: le judo, le rugby, l’athlétisme, le handball,…
    Les équipes sont tout aussi multicolores que le foot mais le niveau d’éducation n’a rien à voir. Il n’est qu’à comparer des athlètes comme Teddy Riner, Thierry Dussautoir ou S.Diagana avec nos footballeurs, quelle que soit leur couleur de peau.
    Quant au cyclisme, très monocolore, le trouvez-vous exemplaire ? Vous identifiez vous plus aux vainqueurs du Tour de France des ces 15 dernières années, tous confondus de dopage et tricheries sous prétexte qu’ils sont Blancs ?
    Personnellement, je me fiche royalement de la couleur de peau qui prédomine dans telle ou telle équipe. Tout simplement parce que, pour ma part, je ne me sens en rien représenté par eux. Ils représentent eux-mêmes et leur sport. Ce ne sont pas des soldats. Ils ont le maillot de leur pays et, pour cela ils doivent être sanctionnés s’ils se conduisent mal (comme ceux qui se dopent ou trichent), mais ce ne sont que des gamins qui pratiquent un jeu. Que vous transposiez sur eux votre conception de votre pays est vain. Longtemps l’équipe Sud Africaine n’a compris que des Blancs. Cela n’a pas fait disparaître les noirs pour autant.

    08/07/2012 à 19 h 08 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    @  Jaurès

    vous êtes vous posé la question de savoir si les joueurs de l’équipe de France de football n’étaient pas préférentiellement sélectionnés sur le critère élitiste de la discrimination positive …

    constatons aussi que depuis que le XV de France suit la même voie dans son recrutement il suit également la même voie dans les … résultats !

    moralité : il faut sélectionner uniquement des jeunes gens …  éduqués

    08/07/2012 à 12 h 18 min
  • Pascal Répondre

    J’ai totalement arrêté de suivre le foot français depuis que l’équipe de France ressemble à celle du Zimbawe. Ce malaise on le sent partout, même parmi mes amis qui sont pas spécialement « nationalites » je vois bien leur embarra à soutenir des équipes de France absolument pas représentatives du pays. Je préfère regarder un match des championnats allemands , italiens, espagnols , portugais; on y voit le plus souvent au grand maximum que 2 ou 3 noirs sur le terrain sur 22 joueurs, alors qu’un match de L1 ou de L2 , c’est souvent entre 15 et 20 noirs sur 22 joueurs ! Cela provient du mode de recrutement actuel qui privilégie les noirs qui a l’âge de 12 ou 13 ans, sont plus développés physiquement que les blancs et les arabes. C’est justement à cet âge qu’on sélectionne en France les futurs footballeurs d’où une émorme sur-représentation des noirs dans toutes les équipes de France, sur-représentation injustifiée sportivement puisque les meilleurs footballeurs de la planète sont des blancs (Messi, Ronaldo, Pirlo, Iniesta, Xavi, Rooney etc…) à l’exception de quelques noirs (Drogba, Etoo). Ces centres de formation vont d’ailleurs souvent directement recruter en Afrique. Faute d’état civil ou par falsificarion ‘ c’est très aisé dans certains pays en payant l’officier d’état-civil), les pays concernés envoient en France des adolescents de 16, 17 ans en les faisant passer pour des minots de 14 ans. Alors forcément les français d’origine qui ont vraiment 14 ans ne peuvent rivaliser physiquement avec ces africains et finissent par s’en aller. … et à l’arrivée ces mêmes centres de formation désertés par les blancs, non pas par manque de capacités technique ou physique, mais aussi , bien souvent , à cause de l’ambiance insupportable qui y règne , d’un niveau à épanouir des racailles de banlieue, qui s’y prennent pour des cadors. exemple de 2 futurs internationaux de l’équipe de France : http://www.youtube.com/watch?v=QCrmuOkF0FE Un ami qui s’occupait d’entraîner les jeunes d’un club de foot de banlieue a cessé car me disait-il, les petits français sont de plus en plus rares. Ils sont chassés par les africains et les maghrébins.

    08/07/2012 à 12 h 11 min
  • Anonyme Répondre

    Mais bon sang regardez l’essentiel : L’équipe de France ressemble plus à une équipe d’un pays d’Afrique que d’un pays européen. Nous avons donc une équipe de mercenaires, à comparer aux nombre de non-européens des autres équipe de l’euro 2012… Donc en tant que mercenaires, ils se footent bien pour qui ils jouent. Ils empochent le fric que les pauv’cons de Français leur donnent, vu que le joueur français pur jus Gaulois est très rare (ce qui démontre son incapacité pour jouer au foot, pourrait-on remarquer, sauf très rares exceptions). Les vraies équipes de France dignes de ce nom sont celles de Rugby et de Hand ball. Ceux-là sont ignorés des blaireaux moyens mais sont honorables. Alors payez vos billets, et fermez là. Au diable le foot, religion opium du peuple !

    07/07/2012 à 18 h 35 min
  • Jaures Répondre

    Cher Titou, je ne suis pas un grand spécialiste du foot, mais ce sport a toujours été celui des immigrés et des classes populaires. D’origine italienne ou polonaise dans les années cinquante, italienne, espagnole et africaine dans les années 80, encore plus diverse en 1998 (noire-africaine, maghrébine, arménienne, espagnole, portugaise,…), les différentes équipes ont toujours alterné le meilleur et le pire.
    Les Ginola ou Cantona (qui traita son sélectionneur de "sac à m…" et fut suspendu pour violences) étaient-ils plus présentables que Nasri ou Menez ?
    Encore une fois, toutes nos équipes de France sont multicolores du hand au basket en passant par l’athlétisme ou même, de plus en plus, le rugby. Or on ne parle que de foot. Et si le problème était ailleurs, dans l’éducation dispensée dans les centre de formation, dans l’omniprésence de l’argent, dans la bêtise affichée des dirigeants.
    Avez-vous entendu s’eprimer Louis Nicollin ou Aulas ? Comment demander à des joueurs de 20 ans de bien se tenir quand leurs présidents insultent régulièrement les arbitres, les autres joueurs et les journalistes ? Est-il admissible que le sélectionneur national ait le même agent que les joueurs qu’il entraine ?
    Regardez Thierry Dussautoir, joueur exemplaire, originaire de Côte d’Ivoire, capitaine du XV France et polytechnicien. Ou les frères Lachheb, jumeaux d’origine marocaine, perchistes de l’équipe de France olympique à la fin des années 90 et tous deux polytechniciens. Qui a jamais remis en cause l’attitude des joueurs de l’équipe de France de handball pourtant d’origines aussi diverses que nos footballeurs ?
    Pourquoi ne pas comprendre que c’est le contexte et non l’origine ou la couleur de peau qui expliquent les comportements ?

    07/07/2012 à 11 h 57 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    << … Ces paroles ne sont pas chantées…>>
    Elle le seront à l’avenir.

    06/07/2012 à 21 h 52 min
  • Titou731 Répondre

    @ Jaures

    Faut pas dire n’importe quoi comme d’habitude !

    En France, on a la DNCG qui contrôle les comptes des clubs de foot qui du coup, ne peuvent pas faire n’importe quoi comme les grands clubs européens qui eux sont tous endettés. Mais ils ont un capital joueurs qu’ils comptent en actif.

    Donc on n’a pas besoin de revenir au foot pépère des années 70 puisqu’on n’est déjà pas compétitifs… Platini veut instaurer le fair-play financier mais ça fait grincer trop de dents… Pourtant, quelques-uns savent que le foot va droit dans le mur aussi… comme par exemple, les Glasgow Rangers, club mythique, qui risque fort de disparaître corps et biens ou quelques clubs espagnols ou anglais qui ne payaient plus les joueurs pendant des mois…

    Par contre, pour l’hymne espagnol, vous avez raison… à moins que les joueurs ne chantent la version franquiste… (la version donnée par hans n’était qu’un projet rejetté car les Espagnols sont trop régionalistes et chacun voulait mettre sa langue)

    Mais c’est jouer sur les mots, si j’ose dire… nos joueurs s’en foutent de l’hymne… ils ne sont pas patriotes pour un sou… l’équipe de France n’est pour eux qu’une vitrine pour essayer d’avoir une meilleure valeur marchande… et en plus, la plupart de nos joueurs "issus de la diversité" ne connaissent même pas les paroles puisque beaucoup ont d’ailleurs hésité entre la France et leur autre pays "d’origine"… (voir le pseudo scandale des quotas dans les centres de formation…. on les forme et à 21 ans, ils peuvent choisir d’aller jouer pour le pays de leur famille en Afrique (noire ou Maghreb) alors qu’ils ont fait toutes les sélections de jeunes avec l’équipe de France)

    Mais c’est un autre débat… en attendant, tous les entraîneurs et dirigeants d’équipes nationales du monde qui rencontrent une équipe de France de football de jeunes (entre 13 et 20 ans) nous demandent pourquoi nous n’avons que des joueurs noirs, quelques arabes et un blanc dans l’équipe… et ce n’est absolument pas raciste… c’est juste un constat vécu

    06/07/2012 à 21 h 13 min
  • Jaures Répondre

    Ces paroles ne sont pas chantées, Hans. Si des commentateurs ont vu des matchs de l’euro, ils pourront vous le confirmer et vous pourrez le vérifier lors des JO, si les Espagnols vous en donnent l’occasion.

    06/07/2012 à 15 h 58 min
  • wolfi Répondre

    Jaurés a écrit « Il y a moins de spectateurs dans les tribunes des stades de Ligue 1 que dans celles des clubs de 2ème division des autres pays européens » chiffres 2011/2012 Angleterre d1 34600 d2 17800 d3 7400 Allemagne d1 45200 d2 17300 d3 5600 Italie d1 22400 d2 6300 d3 2000 France d1 18 900 d2 8500 d3 1700 Espagne d1 28 800 d2 7000 d3 1900 c’est plutôt inexact. Il y a plus de spectateurs en L1 en France que partout ailleurs en L2. La L2 française arrive d’ailleurs au 3 ème rang européen en terme d’affluence ( loin derrière l’Allemagne ou l’Angleterre, par ailleurs les 2 pays les plus fans de football, mais devant l’Espagne ou l’Italie)

    06/07/2012 à 12 h 56 min
  • idnaze Répondre

    Les joueurs remunerés, ne font ‘ils pas comme les salariés avec une entreprise "roublarde" a leur egard ? 🙂

    Aprés tout ,sont ‘ils autre chose que des travailleurs cèrte trés bien payés ,mais bien vit oubliés dés lors que leur prèstation bat de l’aile ? 😉

    Bye.

    06/07/2012 à 10 h 46 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    << … il n’était pas dans son état normal: cet hymne n’a pas de paroles…>>

    Une compétition tenue récemment  lui en a donné, les voici:

    ¡Viva España!
    Cantemos todos juntos
    con distinta voz
    y un solo corazón.
    ¡Viva España!
    Desde los verdes valles
    al inmenso mar,
    un himno e hermandad.
    Ama a la Patria
    pues sabe abrazar,
    bajo su cielo azul,
    pueblos en libertad.
    Gloria a los hijos
    que a la Historia dan
    justicia y grandeza
    democracia y paz.

    05/07/2012 à 23 h 59 min
  • Jaures Répondre

    "On a jamais vu une seule larme sur le visage des joueurs de l’équipe de France aprés une des nombreuses défaites honteuses". Mais enfin, Ozone, il s’agit de foot ! Avez-vous trop d’affectif pour le dépenser sur ce jeu ? Si les joueurs perdent c’est peut-être que les autres sont meilleurs, tout simplement. Pas de quoi pleurer.
    Il y a quelques années, un bateau italien a coulé. En découvrant l’épave, on a retrouvé l’ensemble de l’équipage noyé réuni dans la salle de télévision. Le match programmé leur avait visiblement fait ignoré toute prudence.
    En France, il n’y a pas l’engouement pour le foot que l’on connait ailleurs. Il y a moins de spectateurs dans les tribunes des stades de Ligue 1 que dans celles des clubs de 2ème division des autres pays européens. Les clubs européens sont couverts de dettes tout en continuant à payer leurs stars à coups de millions qu’ils n’ont pas. Et si on renonçait à participer à cette honteuse gabegie ? Retrouvons notre foot pépère des années soixante-dix ! Certes, on ne brillait pas dans les compétitions internationales mais au moins on n’assistait pas à cette débauche nauséeuse.
    Récemment, les médias ont longuement rendu hommage à un commentateur de foot célèbre pour ses débordements cocardiers, racistes et injurieux.
    Honneur que n’aura jamais connu Yves Martin, un des plus grands poète français de l’après-guerre, mort il y a une douzaine d’année dans un anonymat total qui a l’époque m’a mis dans une noire et inutile colère.

    05/07/2012 à 13 h 44 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    @ Jaurès

    "….moins de TESTOSTERONE … là est peut être la SOLUTION … "

     …. vous voulez les CHÂTRER  ?

    05/07/2012 à 13 h 21 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    @ Jaurès

    c’est la marchandisation de l’être humain pour le plaisir ( ? ) des foules imbéciles et avachies  et pour … le bénéfice de certains …  nous relèverons toutefois un progrès depuis l’époque de l’Empire romain ( sans doute du aux " racines chrétiennes de l’Occident " ) les gladiateurs modernes ne sont plus mis à mort !

    05/07/2012 à 12 h 50 min
  • Titou731 Répondre

    wow enfin une analyse de Jaures que je peux lire sans que ça pique les yeux !

    Sauf qu’une précision s’impose… le football est l’opium du peuple (il n’y a qu’à voir le nombre de fois où il ouvre nos bons JT), c’est LE sport universel et donc l’exacte vitrine de la société évidemment (ne vous en déplaise, et dans tous les pays du monde entier). Par contre, c’est ce que nous en faisons qui est vicié.

    Donc surtout ce n’est que l’exact reflet de la nature humaine et de tous ses travers qui la perdront… Ce sera d’ailleurs pareil pour l’équipe de France féminine à terme… tout commence bien et puis, nous finissons par tout pervertir… il va falloir que vous sortiez de votre petit monde où vous voulez que tout soit merveilleux et où l’on vit bien ensemble !

    "L’homme est un loup pour l’homme" puisque vous aimez les citations

    05/07/2012 à 11 h 56 min
  • Oeildevraicon Répondre

    Wolfi, vous avez tout-à fait raison et c’est là que réside la différence fondamentale entre ces deux équipes, aux-quelles j’ajouterai l’Allemagne, et l’équipe black-"beurk"- (blanc s’il reste une place) qui compose  notre
    équipe nationale ou ce qui devrait l’être .

    04/07/2012 à 22 h 36 min
  • ozone Répondre

    On a jamais vu une seule larme sur le visage des joueurs de l’équipe de France aprés une des nombreuses défaites honteuses qu’ils ont subi en 2010 ou 2012,au contraire des visages ravagés des italiens l’autre soir.

    Wolfi bien vu.

    04/07/2012 à 19 h 51 min
  • Jaures Répondre

    "ces joueurs chantent l’hymne de leur pays avec naturel". Si Zeltner a vu des Espagnols chanter leur hymne, il n’était pas dans son état normal: cet hymne n’a pas de paroles.
    Et puis, le comportement des joueurs est-il lié à la société ou au football lui-même ? On trouve dans tous les sports des équipes de France aux sportifs d’origines diverses: athlétisme, handball, basketball, tennis,…
    Pourquoi le foot serait-il la vitrine de notre société plutôt que les autres sports ?
    Regardons comment fonctionne le foot. On enlève de leur milieu familial des gosses de 12-13 ans souvent issus de milieux populaires auxquels on fait miroiter un avenir en or. N’oublions pas que l’élite a beaucoup d’appelés et peu d’élus. Que deviennent les jeunes laissés pour compte ? Surtout quand on constate l’éducation affligeante reçue par ces jeunes dans les centres de formation: incapables d’aligner deux phrases intelligibles (je ne dis même pas intelligentes), pas de formation professionnelle en cas de blessure,…
    Quand ils sont talentueux, à 17 ans, on leur donne de l’argent, une belle voiture, on les présente à des cocottes et, surtout, à un agent comme ersatz d’éducateur. En haut de l’échelle ce n’est pas mieux. On ne compte plus les scandales financiers, les tricheries, le dopage, les étranges maladies comme la SLA détectée chez des centaines de joueurs italiens, les clubs tenus par des financiers sulfureux, …
    N’oublions pas que le foot provoque régulièrement des violences, des émeutes, des morts, parfois même des guerres comme au Honduras en 1969. Où est le multiculturalisme là dedans ? D’autant que la plupart des équipes le sont aujourd’hui: l’Angleterre (dont les joueurs n’ont pas meilleure réputation que les nôtres), les Pays-Bas, l’Allemagne, sans doute la plus bariolée, à l’image de la France de 1998-2000.
    Comme l’antithèse de tout cela, une équipe joyeuse et pétillante et arc-en-ciel enchante depuis plusieurs années le public français: l’équipe de France féminine de foot. Moins de fric, moins de médias et moins de testostérone: là est sans doute la solution.

    04/07/2012 à 16 h 26 min
  • NUMERO_9 Répondre

    "Tout est à revoir : pas seulement le processus de sélection des joueurs et le système qui les nourrit, mais aussi le développement de notre société nationale multiculturelle…" dites-vous.

    Certes beaucoup de choses sont à revoir à commencer par l’utilisation du mot "multiculturel" qui ne devrait caractériser que les échanges entre gens "cultivés" et non la juxtaposition forcée de n’importe quels "comportements".

    L’allergie au travail, l’impolitesse, l’arrogance, l’agressivité et la malpropreté ne peuvent être considérées comme les composantes d’une "culture", tout du moins dans le sens où on l’entendait en France avant l’utilisation dévoyée de ce concept de "multiculturel" arrivé dans le sillage du non moins dévoyé terme "antiracisme".

     

    04/07/2012 à 16 h 15 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    @ wolfi
    effectivement  Monsieur Philippe Zeltner affabule dans le sens qui lui plait sauf et ce n’est pas étonnant en ce qui concerne l’équipe d’Angleterre sur médiatisée sur les chaines télévisées Françaises en raison de la présence dans ce championnat de nombreux internationaux français … depuis le temps que l’on demande aux " 4V2 " d’avoir un comité de relecture , ses lecteurs seront ils un jour enfin entendus ?  … il en va tout de même de sa crédibilité
    je ne sais ce qu’il en est de Espagne , mais en Italie TOUS les enfants des écoles connaissent et chantent LEUR hymne national  " Frères d’Italie  "… sans doute diront certains plaisantins parce que c’est la patrie du " bel canto " !

    04/07/2012 à 15 h 32 min
  • Guillermo Répondre

    Dans un sens on peut être satisfait de l’image que transmet cet Euro de notre pays. Pour une fois c’est un reflet exact de la réalité : la censure politico-journalistique n’y a pas pu grand-chose cette fois. La France c’est ça : une équipe nationale que la plupart des Français souhaitent voir perdre.

    04/07/2012 à 14 h 23 min
  • wolfi Répondre

    l’équipe d’Espagne n’est nullement diverse : 100 % de joueurs espagnols de souche, si ce n’est qu’ils proviennet de provinces espagnoles différentes. Idem pour l’Italie dont le seul noir, Mario Balotelli , fut une enfant africain abandonné par ses parents biologiques et adopté par une famille italienne à l’âge de 1 an, tout comme le fut Marcel Desailly chez nous.

    04/07/2012 à 12 h 44 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: