L'Europe oublie de se défendre…

Posté le 20 avril , 2011, 7:17
2 mins

Éditorial n° 48, intitulé «La condition de la conquête», du Parti de l’inn-nocence présidé par l’écrivain Renaud Camus.

Quand les Barbaresques se présentaient tout armés devant nos anciens parapets, sur leurs vaisseaux de course ou leurs chevaux arabes, on les repoussait tant bien que mal, en y mettant parfois sept ou huit siècles. Leurs descendants ont trouvé dans notre aberration idéologique le moyen de réussir là où leurs ancêtres avaient échoué

Le flux actuel des immigrés clandestins — au demeurant fort peu clandestins : on ne voit qu’eux — aurait tous les caractères de la farce s’il n’était si lourd de menaces pour notre civilisation, ou ce qu’il en reste. Nous avons eu pendant trente ans les réfugiés de la dictature (nous disait-on), voici les réfugiés de la liberté (la plupart viennent de Tunisie, ces temps-ci). Toute référence au droit d’asile est à peu près abandonnée, comme un vieux prétexte devenu inutile. Les nouveaux arrivants quittent leur pays à la faveur des progrès démocratiques qui y ont cours, ils profitent du désordre entraîné par l’effondrement des anciens pouvoirs pour gagner des terres plus rémunératrices, et voilà tout. […]

Les bénéficiaires d’un si surprenant accueil savent qu’ils ne doivent surtout pas remercier, ni se montrer étonnés même s’ils le sont, et reconnaissants encore bien moins : cela pourrait réveiller le dormeur, faire naître la suspicion dans l’esprit du colonisé ravi. […] Après le fantastique succès de leurs revendications de miséreux il sera toujours temps pour eux, plus tard, un peu plus tard, bien vite, lorsqu’ils seront les maîtres, de présenter des exigences de maîtres. in-nocence.org