Le vrai scandale de la Ve République

Posté le août 06, 2010, 12:00
3 mins

Le vrai scandale de la Ve République crève les yeux mais n’est toujours pas désigné. Il est à rechercher dans la
constante indifférence portée aux Français par ceux qui prétendent parler en leur nom. Cette usurpation de pouvoir, que vous êtes nombreux, chers lecteurs et amis, à
dénoncer depuis longtemps sur ce blog de libre expression, est en train de révulser l’ensemble de la France silencieuse, de plus en plus choquée par les
maltraitances qu’elle subit depuis plus de trente ans. Le spectaculaire plébiscite que recueillent les mesures sécuritaires du gouvernement (sondage publié dans Le Figaro de ce
vendredi) est une des expressions de la rupture désormais consommée entre le peuple et les apprentis sorciers qui, dans leur quête de l’Homme nouveau, ont brisé l’homogénéité de
la nation pour en faire un possible théâtre d’une prochaine guerre civile. Celle-ci en est aux répétitions accélérées, quand des policiers essuient très régulièrement (à Auxerre
et Villiers-le-Bel, hier encore) des tirs d’armes à feu venus de cités. La gauche et ses médias, qui cherchent ces jours-ci à gonfler artificiellement des « affaires » qui sont d’abord des chasses
à l’homme, auront à répondre (ainsi que ces personnalités de droite qui ne savent plus où elles habitent) de leur stupéfiant mépris du peuple dans sa plainte existentielle.

L’impossibilité qu’ont les donneurs de leçons à se sortir du discours automatique, qui dénonce des « propos nauséabonds » comme le ferait
un disque rayé, suffit à démontrer leur  incapacité à réparer les désastres qu’ils ont produits ou soutenus, et qu’ils nient encore. Le communautarisme et sa délinquance
spécifique
sont une des révoltantes conséquences d’un angélisme imbécile qui persiste à penser que des peuples peuvent s’inviter chez d’autres peuples dans l’euphorie du vivre ensemble.
Le refus de s’intégrer d’une partie de la communauté musulmane, la quérulence des radicaux et le racisme anti-Français qui en découle parfois sont des non-dits
qui ajoutent à l’exaspération de ceux qui sont régulièrement désignés comme racistes et xénophobes parce qu’ils  demandent une élémentaire considération pour la France, son histoire, sa
culture, sa langue, son mode de vie. C’est cette révolte de la France silencieuse, dont on s’aperçoit qu’elle a su résister à des décennies de lavages de cerveaux sur sa prétendue culpabilité,
qui est en train de se lever. J’en fais ici le pari: le scandale de sa longue relégation dans les silences et les dénégations médiatiques ne fait que commencer… Yvan Rioufol, Le Figaro