"L'identité nationale relève de la psychanalyse"

"L'identité nationale relève de la psychanalyse"


C’est le point de vue, sans doute très personnel, de Jean-François Copé !
La négation de l’identité française est telle que Jean-François Copé considère que cette question ressort de « la psychanalyse individuelle et collective » !

Désolé, mais il reste encore beaucoup de Français tout à fait conscients de leur identité nationale, une identité de longue durée sur la terre de France. Ce n’est pas de cette
identité dont doutent les Français, mais bien de la société dans laquelle on veut les faire vivre !
Et là, le hiatus entre le Français et leurs élus
ressemblent à un véritable gouffre…

Lors du débat à l’Assemblée, Jean-François Copé, a tout de même conclu sur la nécessité d’une loi pour interdire la burqa et sur la réflexion sur les devoirs.

A propos des devoirs, Jean-François Copé a ainsi souligné : « derrière cette question, il y a l’idée que l’on doit quelque chose à son pays ».

Le député-maire de Meaux s’est ainsi à nouveau prononcé pour service civique obligatoire pour tous les jeunes. Ce n’est pas une mauvaise idée. Ce qui est gênant, c’est d’entendre les
représentants de la majorité présidentielle confondre à longueur de temps « identité nationale » et « civisme ». Devoir quelque chose au pays qui nous offre l’instruction et la
possibilité d’accomplir sa vie, c’est du civisme, pas de l’identité !

De même, quand les questionnaires de monsieur Besson et le discours de Nicolas Sarkozy sont centrés sur les valeurs, on parle d’humanisme. Celui-ci n’est pas
propre à la France !

Finalement, ce débat sur l’identité nationale est bien une façon d’enterrer définitivement l’identité de la nation et des Français pour ne conserver qu’une culture humaniste, en réalité
commune à l’ensemble du monde occidental.

Partager cette publication