L’idéologie de Mme Schiappa

Posté le novembre 24, 2020, 9:32
15 mins

Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences dont ils chérissent les causes. Marlène Schiappa devrait méditer cette déclaration de Bossuet, tant l’interview qu’elle donne dans «Valeurs actuelles» (n°4380) trahit sa vision idéologique des événements.

Sa grande référence est la révolution, mais elle oublie dans quels bains de sang celle-ci a accouché de la république. Et ce sont bien les principes révolutionnaires qui sont à l’origine de la situation actuelle dont ses amis de gauche se plaignent aussi. Par ailleurs, l’«assimilation républicaine» qu’elle évoque surprend.

Une vraie assimilation peut s’observer dans la Légion étrangère, dans des communautés religieuses et aussi pour des populations de même civilisation que la France (Italie, Espagne, Portugal, Pologne, etc.) – toutes nées dans le christianisme et qui acceptent les règles de ceux qui les accueillent. C’est là le vrai motif de leur assimilation.

D’ailleurs, lorsqu’elle évoque «des terroristes nés en France», elle ne précise pas leur origine culturelle.

De plus, évoquer des personnes qui arrivent de pays en guerre est une affirmation pour le moins tronquée.

Et puis citer «une certaine protection lorsqu’on rentre dans une église», c’est encore oublier le «petit père Combes » et même des interventions récentes de forces de l’ordre dans des églises.

Sa conception de l’islam se révèle également loin de la réalité. En effet, «les gens radicalisés», les «terroristes en puissance» ou «les discours qui précèdent le terrorisme» sont simplement conformes à la charia, loi de l’islam, conformément au Coran en vente libre en France, malgré les nombreux versets appelant à tuer les mécréants.

Enfin, elle regrette «la difficulté de trouver des interlocuteurs» pour «dire aux jeunes ce qu’est véritablement l’islam». On peut lui rappeler que l’islam n’est pas une simple religion, mais une idéologie politico-socio-économico-religieuse dont le dernier volet masque la volonté de conquête. Les récents sondages publiés montrent combien de nombreux musulmans font passer la charia avant les lois du pays qui les accueille.

Elle affirme que nous ne devons rien renier de nos principes comme la liberté d’expression (notamment par des caricatures), cautionnant le droit au blasphème confirmé par le Président de la république, dont on peut douter de la pertinence.

Mais la liberté d’expression en France n’existe que pour les «bien-pensants». En témoignent la censure de certains textes, la mise à l’écart de journalistes (comme Zemmour) et surtout l’existence de «lois mémorielles».

Enfin, cette liberté d’expression ne peut donner lieu à tous les outrages. Provoquer les musulmans, par des obscénités, traduit une méconnaissance profonde de ceux-là, alors que la véritable et saine liberté d’expression résiderait plutôt à les amener à réfléchir sur leur religion. Car un musulman qui commence à réfléchir est à moitié converti.

Mme Schiappa continue dans l’incantation. Elle admet quand même que «l’arsenal législatif est très dense». Il a d’ailleurs permis «la dissolution d’un certain nombre d’associations». Depuis quand et combien au regard de l’existant ? Il vaut mieux rester prudent. Il n’empêche que ses intentions restent bonnes.

Elle souhaite «l’expulsion de quelqu’un qui menace la sécurité» et selon des modes d’action «contraire aux grands principes européens». Nos propres principes ne seraient-ils donc pas en adéquation avec ceux-ci? «Les déboutés doivent être reconduits à la frontière». Encore un constat d’impuissance.

Et puis son joker: «renforcer la loi (sur le séparatisme) eu égard aux événements». Les événements d’aujourd’hui ne sont que la suite de ceux d’hier. Légiférer dans l’urgence n’est pas à privilégier mais trahit plutôt un manque d’anticipation

Tant que nos gouvernants au plus haut niveau demeureront dans la sphère intellectuelle de MmeSchiappa, il n’y a rien à en attendre.

La «crise sanitaire» qui n’est aujourd’hui qu’un prétexte pour concrétiser un objectif politique qui se dévoile de jour en jour montre surtout que ce ne sont pas ceux qui trahissent la constitution (et en cela le peuple souverain) qui prendront des mesures salutaires, tout simplement parce qu’ils ne sont pas là pour ça.

Version longue :

3 réponses à l'article : L’idéologie de Mme Schiappa

  1. ELEVENTH

    25/11/2020

    Avec SCHIAPPA , il faut reconnaitre que elle, au moins, ne propose pas d’avaler , comme sa consoeur idole de Q.Q. , la madone à la large bouche.
    Elle a même écrit un bouquin du plus haut intérêt pour la culture française, intitulé  » les filles bien n’avalent pas ».
    Pas de doute, Jupiter, sait choisir ses thuriféraires.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      28/11/2020

      Madonna serait-il la fille de Deep Throat du temps du Watergate?
      Seul le Washington Post pourrait le dévoiler.
      En tous cas elle a de quoi en tenir.

      Répondre
  2. Gérard Pierre

    25/11/2020

    C’est sans doute faire trop d’honneur à dame Schiappa que de lui prêter la capacité de nourrir une idéologie !

    Je doute qu’elle se soit donné la peine de s’atteler un jour à la lecture des six mille et quelques versets du coran ventilés à l’intérieur des 114 sourates qui le composent ! … Je doute qu’elle se soit préoccupée de lire quelques centaines de hadiths soporifiques de la sunna ! … Je doute qu’elle se soit un tant soit peu intéressée à « la vie du prophète » !

    Ça  »l’autorise » à nous expliquer, malgré tout, comme une « sachante » s’adressant à des « apprenants » récalcitrants, que … L’ISLAM N’A RIEN À VOIR AVEC L’ISLAM !

    Voilà ce qui dirige la France de nos jours ! … Voilà ce qui explique pourquoi nous sommes tombés bien bas !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)