L’idéologie du Planning familial…

Posté le décembre 05, 2016, 12:43
3 mins
sanger-kkk
Margaret Sanger, fondatrice du Planning familial, devant une assemblée du Ku Klux Klan

Il y a trente ans, la Loi VEIL visait à mettre fin à des situations de détresse réelles évaluées par le rapporteur à 300.000 par an alors qu’elles n’étaient que de 60.000 par an.

D’ « amélioration » en « amélioration », la loi, complètement déviée, aboutit à un résultat estimé de 250.000 avortements par an, dont une majorité est réputée être « de convenance », alors que beaucoup d’entre eux sont imposés par le véritable terrorisme intellectuel que fait régner le Planning familial, avec la complicité de la Sécurité sociale. Vous avez des problèmes, une seule réponse l’IVG, voilà le formulaire !…

On relève selon un article paru dans Libération le 14 janvier, que le Planning familial a tancé le Ministère de la Santé, parce que

« sur son site internet, dans la rubrique « Renseignements pratiques / Annuaires des Associations de Santé » sont présentées aussi, différentes associations proposant une alternative à l’avortement aux femmes en difficulté !… »

Il réclame donc la suppression de ces informations, au mépris de toute information objective et neutre.

Le Cabinet du Ministre de la Santé « plaide l’inattention », « comprend à 150% ( !) la colère du Planning et promet que la faute sera réparée ».

Ainsi sont complètement occultés, le droit des femmes à une information calme et objective, les 250.000 vies sacrifiées, les séquelles douloureuses durables et profondes dans le corps et le psychisme des femmes ayant avorté, et les cas de conscience des médecins et des personnels médicaux au bénéfice d’une idéologie aussi féroce que stupide.

Car tuer des petits d’homme à venir dans notre pays, ne peut que compromettre sa démographie, et le mettre dans la nécessité de faire de plus en plus appel à l’immigration.

On remarquera en outre que le christianisme, le judaïsme et l’islam proscrivent formellement l’IVG, mais sont plus ou moins obéis de  leurs fidèles respectifs ce qui ne peut manquer d’avoir des conséquences à terme…

En me relisant, je me demande si je ne vais pas être traité de « national-socialiste » ou nazi, catégorie dans laquelle on a commodément rangés les adversaires de l’avortement à tout va…. On croit rêver !…

(Paru dans les 4 Vérités N° 482 11 février 2005)

42 réponses à l'article : L’idéologie du Planning familial…

  1. BRENUS

    07/12/2016

    JOJO n’en n’est pas à une contradiction près, « as usual ». D’un coté il fait partie de cette caste qui vous martèle que les jeunes actuels sont plus intelligents, plus informés, plus citoyens, plus, plus, etc… Autrement dit moins cons que leurs anciens. Mais, quand il s’agit de leur bite, il se demanderaient, sans comprendre, comme Henri IV « jusqu’à 40 ans, j’ai cru que c’était un os ». Décidément ces gauchos sont irrécupérables et prêts à dire n’importe quoi., parfois pour le simple plaisir narcissique de se croire d’un haut niveau intellectuel. Les ados ne seraient pas capables d’enfiler une capote. Alors, allons jusqu’au bout, dans la droite ligne de peillon et balkacem, et proposons des cours d’enfilage par des délégués (rémunérés au prix fort, cela va de soit) par des LGBT, le summum du rafinement selon les fagauchos.

    Répondre
    • Jaures

      07/12/2016

      Brenus, que ce soient les jeunes d’aujourd’hui ou d’autrefois, quand on leur apprend pas, ils ne peuvent pas savoir.
      Souvenez-vous de « L’école des femmes » et d’Arnolphe se plaisant à constater qu’Agnès, laissée sciemment dans l’ignorance, pense que les enfants naissent par les oreilles.
      Et ce que vous dîtes ensuite n’est pas si stupide ! Dans les pays nordiques ou aux Pays-Bas on enseigne l’usage du préservatif, son intérêt et ses limites.
      Résultat, près de deux fois moins d’avortements qu’en France.
      Rien ne remplace l’éducation, Brenus, rien !

      Répondre
  2. quinctius cincinatus

    06/12/2016

    pour information :

    il n’ y eut pas de code romain avant l’ Empire c à d avant Auguste et justement Ciceron vivait à l’ époque de la fin de la République

    Répondre
    • quinctius cincinatus

      06/12/2016

      suite remarquons également que sous l’ Empereur Septime Sévère ( un  » Africain  » ) celui ci imposa que les plaintes de l’ esclave furent reçues au même titre que les doléance du maître

      Répondre
    • Jaures

      06/12/2016

      Le Droit Romain est fondé sur la coutume, Quinctius.
      D’où la célèbre formule de Cicéron, justement, à ce sujet.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        06/12/2016

        Auguste ( Octave ) renonce au consulat perpétuel, à la dictature, à la censure à vie que lui propose le Sénat mais reçoit la puissance tribunitienne renouvelée chaque année ce qui lui donne le veto sur tous les autres magistrats, l’ inviolabilité, la sacro-sainteté, le droit de convoquer le Sénat et de proposer des lois ( ius auxilii ) : ce pouvoir s’ étend alors non seulement à l’ Urbs mais à tout l’ Empire et pour terminer il est nommé Grand Pontife; les institutions  » républicaines  » continuent à fonctionner mais si le Prince, simple citoyen, le juge utile il intervient et il décide : ses jugements sont alors sans appel : il fut ainsi le premier à réglementer PAR UNE LOI la hauteur des édifices privés et AVEC LUI s’ installe peu à peu le Droit Romain  » écrit  » tel que nous le connaissons

        Répondre
  3. 06/12/2016

    A voir vos commentaires ci-dessus,je ne lutterais pas contre l’intruction que vous semblez possèder. En revanche, je cite, il semble que vous soyez dépossèdés d’une qualité principale : l’INTELLIGENCE. A l’heure ou le taux d’immigration semble atteindre son zénith, pour parait il combler le manque de main d’oeuvre qui manquerait dans nos pays ‘Europeens ,nous assistons avec effrois à ‘une facilité croissante et démesurée de l’avortement en France .LA démographie de nos états, cela va sans dire décline inévitablement. Le progressiste tant adulé par une certaine classe ,doit etre controlé ,non démesuré avec un tel acharnement.

    Répondre
  4. 06/12/2016

    A voir vos commentaires ci-dessus,je ne lutterais pas contre l’intruction que vous semblez possèder. En revanche, je cite, il semble que vous soyez dépossèdés d’une qualité principale : l’INTELLIGENCE. A l’heure ou le taux d’immigration semble atteindre son zénith, pour parait il combler le manque de main d’oeuvre qui manquerait dans nos pays ‘Europeens ,nous assistons avec effrois à ‘une facilité croissante et démesurée de l’avortement en France .LA démographie de nos états, cela va sans dire décline inévitablement. Le progressiste tant adulé par une certaine classe ,doit etre controlé ,non démesuré avec un tel acharnement.

    Répondre
  5. BRENUS

    06/12/2016

    « L’usage du préservatif s’apprend… » selon jojo! Respirer aussi s’apprends, peut être? Quelle blague! Pourquoi pas dispenser des cours de manipulation de zob à l’école primaire, avec des assistantes spécialisées engagées sous status par les mairies. La question n’est pas d’apprendre à dérouler l’objet sur son paf, mais d’accepter de le faire au lieu de se comporter comme un gros bourin. Par contre, le :ec qui tombe sur une vraie saute au paf, n’a même pas le temps de comprendre ce qui lui arrive. Mais cela, malgres efforts de soit-disant féministes, ce n’est la majorité. Quant à écrire que personne n’avorte par plaisir, c’est du jojo, sauf que compter systématiquement dessus pour pallier un j’menfoutisme total, c’est beaucoup trop. Je maintiens que si les « bénéficiaires » devaient payer de leur poche, il en serait autrement. Les autres n’ont pas à payer pour ta bite : c’est affaire.

    Répondre
    • Jaures

      06/12/2016

      Brenus, cher poète, si vous saviez les sottises que croient nombre d’adolescents en matière de sexualité vous seriez atterré.
      Ainsi, nombre d’adolescents pensent qu’on ne peut tomber enceinte lors du premier rapport sexuel, que le préservatif ne sert que contre les MST, qu’il suffit de prendre la pilule avant un rapport sexuel,…
      Comme il n’existe pas de réelle information sexuelle, les jeunes s’informent sur internet avec des sites plus ou moins fantaisistes et des vidéos pornos.
      Si, comme vous le dîtes, les « bénéficiaires devaient payer de leur poche », les plus riches, comme autrefois, feraient leur IVG entourés de leur médecin de famille dans une clinique confortable et les plus pauvres chez eux avec une faiseuse d’anges.
      Encore une fois, adhérez à ce qui fonctionne. Imitons les Pays-Bas.

      Répondre
  6. Gérard Pierre

    06/12/2016

    AVORTEMENT ! …… Ce mot serait-il à ce point insupportable aux yeux et aux oreilles de celles et ceux qui en défendent le ‘’droit‘’ à la pratique qu’ils lui préfèrent l’utilisation du doux euphémisme de …… INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE, …… atténué une seconde fois par la généralisation de l’emploi de l’acronyme IVG ?

    Le législateur a ainsi habilement transféré la responsabilité de la collectivité nationale sur l’individualité qui voulait l’endosser, en remplaçant l’adjectif qualificatif de la définition par « volontaire ».

    Vers la fin de l’année 1971, les sondages révélaient qu’environ 80% des français se positionnaient HOSTILES à la pratique de l’avortement. Moins de deux ans plus tard, au moment du vote de la loi, 80 % des français étaient curieusement devenus FAVORABLES à cette pratique.

    Entre temps, une campagne d’opinion machiavéliquement orchestrée avait joué sur quatre aspects de la Vérité :

     Présentation de l’avortement comme ultime recours des cas désespérés (viols, etc …)

     Présentation comme une évidence statistiquement irréfutable qu’environ un million d’avortements était clandestinement pratiqués en France chaque année. Après promulgation de la loi, ce nombre fut discrètement ramené à cent cinquante mille,

     Occultation du problème de l’effondrement de la natalité dans les pays occidentaux, mais au contraire focalisation sur l’explosion démographique du tiers monde et de sa surpopulation,

     Black out total sur les nouvelles découvertes scientifiques des biologistes de l’époque affirmant, toutes croyances religieuses ou philosophiques confondues : « LE FŒTUS EST, DEPUIS L’INSTANT DE SA CONCEPTION, UN ÊTRE HUMAIN.»

    Depuis le vote et la mise en place de cette loi génocidaire, des centaines d’êtres humains innocents sont quotidiennement condamnés à mort et exécutés, alors qu’en 1981 une autre loi a dit très simplement : « La peine de mort est abolie ».

    Il est vrai que pour en bénéficier il faut avoir, au préalable, commis des crimes ; les innocents, eux, n’ont pas droit au bénéfice de cet aménagement.

    Médite qui voudra, comprenne qui pourra.

    Répondre
    • Jaures

      06/12/2016

      Gérard, il convient d’être rigoureux avant d’énoncer des opinions.
      Dire qu’un foetus est un être humain dés sa conception n’est pas une affirmation scientifique (d’ailleurs il ne s’agit pas à ce stade d’un foetus mais d’un embryon) mais une opinion morale ou religieuse qui ne vaut que pour vous même.
      D’ailleurs, soyez logique: si un embryon est un être humain, il faut pour les dizaines de milliers de fausses couches naturelles enquêter pour s’assurer qu’il s’agit bien d’un accident et, pour les religieux, procéder à une cérémonie rituelle d’inhumation.
      Ensuite, il n’a jamais été dit qu’il y aurait 1 millions d’avortements clandestins mais que le nombre d’IVG légaux ne dépasserait pas significativement celui d’avortements clandestins.
      De fait, les courbes de natalité ne se sont pas effondrées dans les pays qui ont légalisé l’avortement et ceux qui l’ont gardé interdit n’ont pas vu leur natalité se maintenir mieux que les autres. Encore une fois, voyez la Pologne et la Hongrie où l’avortement est très restreint: ce sont les pires natalités d’Europe.

      Répondre
      • Gérard Pierre

        06/12/2016

        Jaures, ce qui rend souvent le dialogue stérile avec vous, c’est que vous ne cherchez pas à connaître la VÉRITÉ, …… vous cherchez seulement à avoir raison ! …… Dussiez-vous pour ce faire recourir à l’argutie la plus capillotractée, vous ratiocinez :

        – Les 4 arguments que j’ai énoncés sont RÉELS ET VÉRIFIABLES,

        – Si, … dire qu’un foetus (d’abord embryon) est un être humain dès sa conception est une affirmation scientifique ! …… et vous n’êtes manifestement pas un scientifique,

        – Si, il a été dit, à l’époque que je cite, qu’il y aurait 1 millions d’avortements clandestins, … j’ai de la mémoire,

        – Quant à l’effondrement de la natalité, vous êtes hors sujet ! … Nous n’évoquons ici QUE l’avortement !

        Mais puisque vous avez raison envers et contre tout, continuez à nier, à nier, à nier ! …… il en restera toujours quelque chose ! …… N’est-ce pas ? …… Ça fait bien partie des principes enseignés à l’agitateur marxiste modèle ? …… si ma mémoire est toujours bonne !

        Répondre
        • Jaures

          06/12/2016

          Je ne cherche pas à avoir raison à tout prix mais si pour vous un embryon est un être humain, qu’est-ce pour vous un être humain ?
          Pour un scientifique, un embryon est un ensemble de cellules certes vivant mais un être humain uniquement en puissance (comme une toile est une peinture en puissance), entièrement dépendant de son environnement.
          L’affirmation qu’un embryon est un être humain est une opinion certes respectable mais qui est une interprétation de données scientifiques, souvent religieuse, non une certitude établie.

          Pareillement, si un embryon est un être humain, êtes-vous favorable comme je le dis ci-dessous à ce que l’on enquête sur les fausses couches comme on le ferait lors de la mort de n’importe quel être humain ? Demandez-vous à ce que les femmes gardent les éléments de cette fausse couche pour qu’ils soient ensevelis comme n’importe quelle dépouille humaine ?
          Affirmer qu’un embryon est un être humain est non seulement très contestable scientifiquement, cela suppose des conséquences légales que vous ne pouvez évacuer.
          Par ailleurs, c’est vous qui avez évoqué le problème de la natalité (« Occultation du problème de l’effondrement de la natalité dans les pays occidentaux ») mais si pour vous natalité et avortement n’ont rien à voir, nous sommes d’accord.
          Quant au « million », peut-être un abruti vous a dit cela mais cela n’est pas évoqué dans la moindre publication sérieuse de l’époque ou même évoqué lors des débats d’alors.

          Répondre
          • Gérard Pierre

            07/12/2016

            Jaures, … vous dont la culture est manifestement abyssale dans tous les domaines, … éclairez-nous :

            À quel moment PRÉCIS un embryon cesse-t-il d’en être un pour porter le nom de fœtus ? …… et à quel moment PRÉCIS le fœtus cesse-t-il d’en être un pour porter le nom d’être humain ?

            N.B. : Je suis un fœtus de 882 mois, un peu ridé, qui aimerait comprendre avant qu’on coupe son cordon ombilical avec la terre nourricière !

          • Jaures

            07/12/2016

            Gérard, on parle de foetus à partir de la 8ème semaine de grossesse, quand les organes internes sont distincts, même s’ils ne sont pas encore fonctionnels.
            Pour ce qui est de l’être humain, il s’agit d’une question complexe qui demande un long débat mais, en France, la limite légale de réanimation d’un foetus est de 22 semaines de grossesse. En-deça, on ne réanime pas, c’est qu’on ne considère pas alors ce foetus comme légalement une personne humaine.

          • Gérard Pierre

            07/12/2016

            8ème semaine, 22ème semaine, … ce n’est pas PRÉCIS, c’est empirique ! …… comme tout ce qui concerne le traitement de l’Humain laissé entre les mains des matérialistes : de la matière plus ou moins animée !

            Désolé mais ce n’est pas ma conception de l’Homme ! …… je ne vous envie pas !

          • Jaures

            07/12/2016

            Gérard, comme vous le dîtes, vous avez votre propre conception de l’homme, qui est tout à fait respectable, mais qui est la vôtre.
            Personne n’oblige personne à avorter. Une femme qui partage votre conception de l’homme pourra tout à fait mener à terme sa grossesse même si elle n’est pas désirée.
            Pareillement, vous avez le droit de défendre votre conception ici ou ailleurs, dans d’autres débats que vous avez avec vos relations diverses.
            Mais il vous faut admettre que d’autres puissent avoir une autre opinion et concevoir que ce qui relève de leur vie les concerne eux-mêmes.

          • quinctius cincinnatus

            07/12/2016

            il faudra m’ expliquer un jour pourquoi un génocide est un crime  » contre l’ Humanité  » et pas la  » suppression  » d’ enfants à naître

          • Gérard Pierre

            07/12/2016

            Jaures, il y a au moins un point sur lequel je pense que nous ne nous contredirons pas !

            En tant que Chrétien Croyant … [j’hésite toujours à me prétendre pratiquant car je trouve que c’est présomptueux] … je n’oublie jamais le triptyque sur lequel est fondée ma foi, à savoir : D.ieu a créé l’Homme
            – LIBRE, …… si tel n’était pas le cas, la notion de responsabilité serait un mot vide de sens,
            – À SON IMAGE & À SA RESSEMBLANCE, … nous développerons peut-être ce point un autre jour,
            – DANS UN MONDE À PARACHEVER.
            Vous pouvez donc penser et agir comme vous l’entendez, il ne m’appartient pas de vous contester cette liberté, et encore moins de tenter de vous la supprimer d’une manière ou d’une autre ! …… C’est pourquoi je tenterai toujours de combattre PAR LE VERBE la thèse de l’avortement, sans pour autant m’opposer par la force à celui ou à celle qui décide d’avorter ! …… À chacune et à chacun sa responsabilité puisque tel est le corollaire de cette liberté qui est un don divin, …… [et non de la révolution française]

            Simplement, à chacune et à chacun d’assumer SA responsabilité, et les conséquences (morales, psychiques, etc…) de cette responsabilité !

            Convenez également avec moi qu’avorter n’est pas non plus participer au parachèvement du monde !

            Les Chinois ont coutume de dire qu’en sauvant une vie l’Homme est responsable de cette vie jusqu’à sa mort ! …… Est-ce dans le monde actuel qui promeut l’individualisme au rang de philosophie, … et qui prétend qu’en collectivisant les égoïsmes individuels on instaure l’intérêt général, … l’avortement n’est pas un exutoire pour sacrifier l’amour au sens le plus élevé du terme ?

            À chacune et à chacun sa façon d’utiliser sa liberté, mais sans se mentir à soi-même ni à cette tourmenteuse qui s’appelle la conscience !

      • Dupont

        06/12/2016

        Le Droit Romain ,à l’époque de Cicéron ‘(qui n’était ni catholique ni moral…) prescrivait déjà : » l’enfant conçu doit être considéré comme né chaque fois qu’il s’agit de ses intérêts »
        Quant au  » million  » d’avortements ,je me souviens fort bien ( un des rares privilèges de l’âge…) ,d’avoir ENTENDU Mme VEIL dire « qu’il fallait absolument libéraliser l’avortement pour lutter contre le MILLION d’avortements clandestins qui tuaient ,chaque année ,des dizaines de milliers de femmes innocentes… »

        Répondre
        • Jaures

          06/12/2016

          L’époque de Cicéron n’était pas catholique mais très morale.
          Cette morale qui considérait qu’un esclave n’est pas un être humain, que la femme est entièrement soumise à son mari et que le pater familias avait droit de vie et de mort sur ses enfants.
          Alors le droit romain comme argument…

          Répondre
      • Jaures

        05/12/2016

        Pour qu’un être se débatte pour échapper à la mort, il faut qu’il ait une conscience au moins réflexe du danger. Quelle conscience a le cerveau d’un foetus de 12 semaines ? Aucune. D’ailleurs à ce stade, le foetus ne peut ressentir aucune douleur.
        Vous avez le droit d’être opposé à l’avortement mais pour de bonnes raisons (morales, religieuses,…). Convainquez une personne de ne pas avorter pour ces raisons, mais pas sur des mensonges.

        Répondre
          • Jaures

            06/12/2016

            Votre vidéo n’est pas disponible mais j’ai vu « le cri silencieux » qui est un film de propagande qui utilise la manipulation d’images. Je peux filmer une poupée Barbie manipulée dans une bassine et avec un montage habile et des commentaires suggestifs vous faire croire qu’elle se débat pour échapper à la noyade.
            Donnez-moi simplement la preuve scientifique qu’un foetus de 12 semaines peut ressentir la douleur à ce stade de développement neurologique.
            Quinctius vous confirmera que sans la myélinisation de la moelle épinière et du cerveau il est impossible de ressentir la douleur. Or, ce stade ne commence qu’après la 20ème semaine.
            Si vous êtes réellement opposé à l’avortement, au lieu de ce type de propagande qui de fait ne fonctionne pas, militez pour l’éducation sexuelle. Grâce à cette politique, les Pays-Bas ont un taux d’avortement de 8,5 contre 15,4 en France.
            Enfin, contrairement à ce que vous dîtes les migrantes sont sur-représentées dans ce taux. Les demandes d’avortement par des adolescentes issues de l’immigration représentent 60% de la totalité. On voit l’importance de l’éducation sexuelle pour limiter les avortements.

          • vozuti

            06/12/2016

            il n’y a pas si longtemps,les scientifiques expliquaient que les nourrissons n’avaient pas besoin d’anesthésique lors d’une opération,car leur cerveau n’était pas assez développé pour ressentir la douleur.même chose pour les poissons…lorsqu’on voit un poisson se débattre au bout d’une ligne,c’est probablement parce qu’il est en mission de propagande pour dénigrer la science…et vous même jaures,la science a décrété que compte tenu de votre incapacité chronique à comprendre vos interlocuteurs,cette déficience cérébrale est la preuve de votre totale insensibilité à la douleur.c’est scientifique,si votre chirurgien vous charcute à vif,inutile de protester.

          • Boutté

            06/12/2016

            Apologie de l’avortement : la vidéo a été « retirée » , bien entendu . La liberté d’expression est réservée à Charlie Hebdo .

          • Jaures

            07/12/2016

            Vozuti,vous mélangez tout à dessein: embryons, nourrissons, poissons,…
            Autrefois, les scientifiques disaient que la Terre était plate ou que pour guérir un malade il fallait le saigner. Est-ce pour cela qu’aujourd’hui vous mettez en doute que la Terre est une sphère (approximative) et que vous refusez les médicaments que vous prescrit votre médecin ?
            Encore une fois, votre discours sur la souffrance de l’embryon est totalement infondé. Si vous voulez convaincre une femme de ne pas avorter, ce n’est pas avec de tels arguments que vous réussirez.
            Je vous le demande encore une fois, pourquoi ne militez-vous pas pour un moyen efficace de limiter les avortements: l’éducation sexuelle ?

          • vozuti

            07/12/2016

            jaures : « est ce que vous refusez les médicaments que vous prescrit votre médecin ? »
            je ne prend pratiquement jamais de médicaments,sauf en cas d’infection.
            ingérer un poison pour soulager un symptôme,sans traiter la cause, n’est pas plus intelligent que de faire une saignée.

          • Jaures

            07/12/2016

            « je ne prend pratiquement jamais de médicaments,sauf en cas d’infection »
            Pareil ! Je ne prends des médicaments que quand je suis malade.

  7. BRENUS

    05/12/2016

    Un moyen très simple, hygiénique et peu couteux d’éviter les « grossesses non désirées » : LA CAPOTE. Et tous eux qui diront le contraire seront des menteurs (sauf si on perce l’objet intentionnellement avant). Beaucoup de mecs se sentent « frustrés » avec l’objet, mais si la peau de leur compagne compte pour eux, ils n’ont qu’à relativiser. Les avortements à répétition sont dangereux en dépit du déni de certains et ce n’est pas à la communauté de payer les bons de saillie de Mr. Sans gratuité de l’acte, certains/certaines seraient plus enclins à passer au chapeau (qui accessoirement évite aussi les mst). Quant à la prise de pilules permanente durant des décennies il n’y a curieusement presqu’aucune information sur les effets secondaires éventuels : c’est la politique de l’autruche. Il serait bien étonnant que des traitements qui touchent au fonctionnement des hormones soient totalement neutres.

    Répondre
    • Jaures

      05/12/2016

      L’usage du préservatif s’apprend, cher Brenus.
      Et personne n’avorte par plaisir.
      Pour moins d’avortements, il faut informer progressivement dés le plus jeune âge.

      Répondre
    • Dupont

      06/12/2016

      c’est un moyen ,certes ,mais très aléatoire : j’ai connu ,comme Médecin ,l’époque où la publicité du préservatif comme moyen anti -conceptionnel était INTERDITE ,au motif que le taux de grossesses non-désirées avec usage du préservatif atteignait 20% ( entre parenthèse ,imaginez le taux d’échecs possible lorsqu’il s’agit d’arrêter un virus 1000X + petit et 100X+résistant qu’un pauvre spermatozoÏde…)

      Répondre
    • Boutté

      06/12/2016

      Parmi les conséquences de la « pilule » on remarque deux faits marquants : les jeunes filles de nos jours ont des poitrines nettement plus volumineuses qu’autrefois et le nombre de naissances jumellaire est en nette augmentation .

      Répondre
      • Jaures

        07/12/2016

        « les jeunes filles de nos jours ont des poitrines nettement plus volumineuses qu’autrefois » dit Boutté.
        Sur quelles études se base cette affirmation ?

        Répondre
  8. BRENUS

    05/12/2016

    Un moyen très simple, hygiénique et peu couteux d’éviter les « grossesses non désirées » : LA CAPOTE. Et tous eux qui diront le contraire seront des menteurs (sauf si on perce l’objet intentionnellement avant). Beaucoup de mecs se sentent « frustrés » avec l’objet, mais si la peau de leur compagne compte pour eux, ils n’ont qu’à relativiser. Les avortements à répétition sont dangereux en dépit du déni de certains et ce n’est pas à la communauté de payer les bons de saillie de Mr. Sans gratuité de l’acte, certains/certaines seraient plus enclins à passer au chapeau (qui accessoirement éviter aussi les mst). Quant à la prise de pilules permanente durant des décennies il n’y a curieusement presqu’aucune information sur les effets secondaires éventuels : c’est la politique de l’autruche. Il serait bien étonnant que des traitements qui touchent au fonctionnement des hormones soient totalement neutres.

    Répondre
  9. Jaures

    05/12/2016

    « , les séquelles douloureuses durables et profondes dans le corps et le psychisme des femmes ayant avorté »
    On ne peut avancer cela et prétendre que des femmes avorteraient « par convenance » (d’autres parlent « d’avortement de confort »).
    Tout le reste est démenti par les faits.
    L’avortement de nuit pas à la natalité: la Pologne et la Hongrie où ce droit est très restreint ont la pire natalité d’Europe. Les pays qui ont toléré l’avortement sur le tard, comme l’Espagne, avaient vu chuter leur natalité bien avant.
    Ensuite, la quasi totalité des femmes qui avortent vivront plus tard une grossesse, désirée celle-là. Il n’y a donc pas 250 000 « petits hommes » en moins mais des naissances différées. De quel droit doit-on privilégier les premières sur les secondes ?
    Enfin, que les religions prescrivent ceci ou cela ne concerne que la foi des personnes qui en sont adeptes. Si une personne se pose des question sur sa grossesse et souhaite en parler avec le curé, l’imam ou le rabbin, c’est son droit le plus strict mais seule la loi doit être diffusée auprès des femmes et non un florilège d’opinions pour ou contre le droit à l’avortement.
    Enfin, les Pays-Bas ont réussi à fortement limiter le taux d’avortement, non pas en réduisant son droit d’accès, mais grâce à une politique d’éducation sexuelle large et efficiente.
    Vous voulez réduire le taux d’avortement ? Je serai à vos côtés pour que les moyens nécessaires à l’éducation sexuelle, meilleure prévention de l’avortement, soient enfin mis en oeuvre.

    Répondre
    • Boutté

      06/12/2016

      Dieu sait si l’Education Sexuelle est large en France ! On peut même parler de cours de pornographie. Quant à être efficiente,
      ces milliers d’avortements prouvent qu ce n’est pas la réalité.
      Il faut dire qu’en matière d’efficacité l’Education Nationale est montrée du doigt comme un modèle d’inadaptation en toutes les matières dont celle-ci . 250000 décès d’enfant de trop par an ne sont pas pour le pays une bonne nouvelle . Je sais qu’il y a des gens que ça indiffère mais je n’ai aucun goût pour le suicide que je constate .

      Répondre
      • Jaures

        07/12/2016

        « l’Education Sexuelle est large en France  »
        Ah bon ?! Et quand ont lieu ces cours ??
        Le seul moment où la sexualité est abordée est en classe de 5ème, en SVT, et de manière strictement scientifique.
        L’éducation sexuelle en France est au point mort car il y a beaucoup de réticences et peu de volonté politique.
        Le résultat est un taux d’avortement proche du double de celui des Pays-Bas plus responsables sur la question.
        Et il n’y a pas 250 000 enfants de moins puisque la quasi totalité des femmes qui avortent auront un enfant, désiré celui-ci, plus tard.
        La Pologne a le taux d’avortement le plus bas d’Europe, et la natalité la plus faible. La population polonaise décroit depuis 2002.

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)