L'immigration n'est pas une solution au problème des retraites

L'immigration n'est pas une solution au problème des retraites

Interrogé sur le problème des retraites par Famille chrétienne, Vassili Joannides, professeur à l’École de management de Grenoble et à l’université de
technologie d’Auckland (Nouvelle-Zélande), déclare :

« Pourquoi ne pas réfléchir à une politique nataliste plus volontariste et à une immigration plus importante ?« 

Malheureusement, dans la suite de l’entretien, il ne revient pas sur la politique nataliste et ne s’intéresse qu’à l’immigration, qu’il estime
nécessaire, malgré l’important taux de chômage que la France connaît :

« Il s’agirait d’ouvrir davantage les frontières pour faire venir une main-d’œuvre qualifiée. Et j’insiste sur le fait que
ce soit une main-d’œuvre qualifiée !
Non pas des pauvres migrants qui se retrouvent après entassés dans des ghettos aux périphéries des grandes villes. »

Pour empêcher ces pays pauvres de se développer, il n’y a pas mieux en effet que de piller leurs cerveaux… Cette idée, qu’une commission a jugé impossible à mettre en oeuvre, est la même que celle développée par Nicolas
Sarkozy sous le terme « d’immigration choisie« , que Bruno Gollnisch
avait qualifiée de « politique de négriers des temps modernes« . Tout en tirant les salaires des
cadres français vers le bas. C’est une idée d’autant plus illusoire que
la France exporte déjà ses cerveaux, preuve qu’elle n’en manque pas. Lu sur le Salon Beige

Partager cette publication