L’incohérence de François Hollande

Posté le mai 22, 2013, 10:20
6 mins

La situation de la France est devenue dramatique. Notre PIB ne progresse pratiquement plus. Notre balance commerciale s’effondre et son déficit bat tous les records.

Les investisseurs fuient la France et préfèrent l’étranger, en particulier l’Allemagne.

Le gouvernement, en prenant 56 % de nos revenus pour les redistribuer, rend la fiscalité française la plus élevée d’Europe. Et la redistribution se fait très difficilement, tant les textes qui la réglementent sont obscurs. On ne sait plus qui a droit à quoi !

Le pouvoir d’achat des Français régresse. Nos entreprises ne sont plus compétitives.

Le nombre des chômeurs augmente donc à toute allure et atteint 10 %. Il touche surtout les moins de 25 ans, les plus de 55 ans, et les femmes.

Telle est la terrible réalité économique.

L’opposition crie au massacre et en rend le gouvernement actuel responsable. Les dirigeants de l’UMP s’en donnent à cœur joie.

De nombreux députés de l’actuelle majorité, désirant être réélus aux prochaines élections municipales, n’hésitent plus à critiquer leur gouvernement. Même des ministres le font, tout en refusant de démissionner.

L’affaire Cahuzac est le dernier événement discréditant encore un peu plus fortement François Hollande.

Jérôme Cahuzac, ministre du Budget, n’hésitait pas à faire passer de l’argent de l’État dans sa poche. Pendant plusieurs semaines, le président de la république en a été informé et a fermé les yeux.

Et, selon un journal favorable à l’actuelle majorité, Jérôme Cahuzac toucherait encore actuellement ses indemnités de ministre (9 443 euros par mois)…

Pour toutes ces raisons, les sondages montrent que, chaque mois, les Français se détachent un peu plus de François Hollande.

Selon un sondage BVA, si des élections présidentielles avaient lieu actuellement, Nicolas Sar­kozy serait en tête avec 29 % des voix, suivi de près par Marine Le Pen avec 24 %, et François Hollande arriverait en troisième position, avec seulement 20 % des voix.

C’est dans ce contexte politique et économique que François Hollande a choisi de faire sa conférence de presse devant 400 journalistes. Conférence qui a duré très longtemps et que peu de Français ont suivie jusqu’au bout.

Conférence où il reconnaît la sombre situation économique de la France. Mais, selon lui, en étant « combatif », on devrait redresser la situation dès 2014…

Il dit qu’il va rendre nos entreprises compétitives, mais il augmente en même temps la fiscalité qui pèse sur elles. Et, si une petite baisse de la fiscalité nationale a eu lieu, elle est remplacée par une forte augmentation des fiscalités locales. Les entreprises sont donc encore un peu moins compétitives.

Il annonce que la retraite à 60 ans va être abandonnée pour conserver la retraite à 65 ans. Et même passer à des âges supérieurs en fonction de l’évolution de la durée de la vie. Il détruit ainsi un mythe socialiste vieux de plusieurs décennies. Les militants socialistes ne sont donc pas contents.

Il dit qu’il ne diminuera pas les retraites versées. Mais un décret sorti tout récemment cesse d’indexer les retraites versées sur l’inflation. Comme une inflation de 2 % environ touche la France, le pouvoir d’achat des retraités va donc baisser de 2 % tous les ans. François Hollande ne diminue donc pas d’un centime la retraite des Français. C’est vrai. Mais il confie ce rôle à l’inflation !…

Il nous annonce qu’il va simplifier les textes français du Journal officiel, qui compte des milliers de pages. Il a totalement raison de vouloir faire ce nettoyage. Malheureusement, il fait l’inverse. Il a, par exemple, augmente le code du travail de 200 pages en un an.

Il dit qu’il veut faire l’Europe avec l’Allemagne, mais il prend dans le même temps des mesures qui choquent les ministres des Finances européens, le mi­nistre allemand en particulier. Il est donc normal qu’à Bruxelles, les pays européens critiquent durement le comportement économique de la France.

Il est donc normal que l’opinion publique française et européenne abandonne chaque jour un peu plus François Hollande.

Alors qu’il suffisait de copier ce qu’ont fait les socialistes allemands en 2008 pour sortir notre pays de l’ornière…

8 réponses à l'article : L’incohérence de François Hollande

  1. Jaures

    24/05/2013

    Qui sont « les parasites, les assistés, les sangsues » cher Quictius ? Ceux qui touchent les 420€ de RSA après s’être faits virés après 20 ou 30 ans de service ou ceux qui, pour s’être donné la peine de naître, placent leur fortune gérée par des surdoués de la finance ?
    Qui est le « parasite » ? Le chômeur ou l’héritier ?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      24/05/2013

      vous savez très bien QUI sont les taenias (puisque vous en êtes UN )
      arrêtez de nous bassiner avec vos propos réductifs qui se voudraient culpabilisants … dans ma famille même ceux qui n’ont pas de  » diplôme  » trouvent du travail … ils n’ont pas pour vocation ou profession de faire la manche… en accusant les autres … ce sont des gens dignes !

      Répondre
  2. quinctius cincinatus

    23/05/2013

    L’incohérence de Hollande, sans doute, mais la cohérence ( ou la co-errance ! ) du Chavisme révolutionnaire et populaire :

    Brève du  » Canard enchaîné « , rapportant ( que c’est vilain, la délation entre parenthèse ) une information parue le 21/05 dans le quotidien  » le Monde  » .Cette diffusion est faite, en priorité, à l’intention … de nos deux démocrates  » populaires  » qui prêchent ici librement leur Foi de convertis au culte bolivarien du grand colonel castriste !

    Nicolas MADURO, successeur de Hugo Chavez, n’a pas vraiment rassuré les 900.000 électeurs chavistes qui n’ont pas voté pour lui :

     » Nous avons leur nom,leur numéro de carte d’identité, tout  »

    les déserteurs-électeurs vont ils être privés de leur « ration » de papier-Q ? ***

    *** Le P. -Q. est d’un usage restreint , car introuvable dans ce Nouvel Eden tropical et socialiste !

    Répondre
  3. Chevalier Noir

    23/05/2013

    Mais tout va bien Jaures, tout va bien!!!
    Vous pensez encore convaincre quelqun sur cette page ???
    A mon avis votre doctrine vous aveugle et vous avez bien du temps à perdre… A moins que vous soyez retraité (à 55ans?)

    Répondre
  4. Jaures

    22/05/2013

    Incorrigible, Tremeau ne peut s’empêcher de finir par « il suffirait de… », oubliant qu’en 2008, loin de donner l’Allemagne comme modèle, Tremeau et les libéraux s’extasiaient devant des Etats aujourd’hui en perdition.
    Comme d’habitude, on se pâme devant l’Allemagne mais pourquoi ? Sa croissance ? Elle atteint 0,7% en 2012 et n’affiche que 0,1 au 1er trimestre. Certes, c’est mieux que notre – 0,1 mais sont-ce ces 2 petits dixièmes qu’il nous faut attendre des « réformes courageuses » réalisées par l’Allemagne ? On regarde avec envie son taux de chômage (6,9%) mais on oublie que l’on a sorti des statistiques les minis jobs dont « profitent » 7,9 millions d’Allemands payés 400€/mois sans cotisations sociales.
    Le réflexe un peu naïf de dire qu’il suffit de copier le pays qui affiche les meilleures statistique à l’instant « t » est une constante chez Tremeau comme chez d’autres. Quand l’Irlande ou l’Espagne allaient bien, il fallait les imiter. Aujourd’hui il faut faire comme l’Allemagne. Demain comme…on verra. On oublie que l’Economie est une science en mouvement qui dépend d’un contexte lui-même changeant. Et surtout, on oublie qu’une statistique n’est pas le reflet d’une qualité de vie. Qui affirmera ici qu’il vaut mieux bénéficier du « Hartz IV » outre Rhin que du RSA en France ?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      23/05/2013

      @ Jaurès préfère à l’évidence les assistés, les parasites, les sangsues sans doute par ce qu’il en est un et protégé de surcroit … pas ceux qui naturellement se battent pour vivre et parfois même pour survivre sous nos régimes de droite et de gauche  » made in 1946  » … mais tout cela n’a qu’un temps …

      Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      23/05/2013

      Hé Jaures, vous n’êtes pas en phase avec votre mentor le captain de pédalo.
      Il a fait l’éloge des réformes du marché du travail menées en Allemagne par l’ancien chancelier social-démocrate Gerhard Schröder. Si j’ai bonne souvenance ces réformes ont été nommées Hartz IV.

      Répondre
  5. HansImSchnoggeLoch

    22/05/2013

    <>
    La SPD n’est pas le PS, Bad Godesberg a déjà passé là. Faire passer Hartz iV en France? Il serait plus facile de faire remonter le Rhin à sa source.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)