L’issue du 3e tour social dira la vraie nature de Sarkozy

Posté le novembre 14, 2007, 12:00
4 mins

Sur la réforme des régimes spéciaux, le gouvernement, avant même d’engager l’épreuve de force, a fait beaucoup de concessions. Peut-être beaucoup trop (en particulier sur les « bonifications », permettant de valider des années non travaillées…). Car l’équité voudrait non seulement que les durées de cotisations soient harmonisées, mais aussi que le niveau des pensions soit fonction, peu ou prou, des cotisations effectivement versées
Or, la caractéristique commune de tous ces régimes spéciaux – à commencer par celui des parlementaires – est que les bénéficiaires récupèrent les cotisations qu’ils ont versées en un temps record, quand les rameurs du régime général sont certains de ne jamais les retrouver.

Les syndicats, CGT en tête, ont cru que Xavier Bertrand irait plus loin encore. En lâchant en particulier sur les « décotes », qui réduisent le montant des pensions pour cause d’année manquante. C’est 10 % par année dans le régime général. Et déjà beaucoup moins dans chacun des régimes spéciaux…

Une fois de plus, l’affrontement prend la forme d’une grève générale. Les syndicats, cadres CGC et conducteurs de trains exceptés, ont été surpris de constater la forte motivation de leur base. C’est elle qui a voulu y ajouter la dimension « pouvoir d’achat », thème qui revient à prendre au mot, sur l’un de ses thèmes de campagne, le président Sarkozy.

Celui-ci a sans doute pensé qu’il « baratinerait » les syndicalistes comme il sait si bien faire avec les politiques. C’était oublier que la CGT n’existe que par son pouvoir de blocage encore presque intact. Plutôt que de déjeuner avec François Chérèque, avant de prendre l’apéritif avec Bernard Thibault, il aurait mieux fait de suivre les conseils de Philippe de Villiers, et de faire adopter, avant toute autre chose, par ordonnances, un ensemble de dispositions remettant les syndicats à leur juste place (Suppression de la loi de 1945 sur l’exclusivité syndicale. Obligation de votes à bulletins secrets pour toute décision d’action revendicative…). Au lieu de quoi on a eu droit au vote d’une loi sur le service minimum qui n’est qu’une petite souris.

Le Premier ministre a adopté une posture de fermeté. Les preneurs d’otage ne veulent pas abandonner leurs privilèges. Le président de la République croit au pourrissement rapide du mouvement. Parce qu’il compte sur le soutien de l’opinion. Mais déjà les médias jouent contre lui. Et les banlieusards ne sont pas tous adeptes d’épuisantes marches à pieds.

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

42 réponses à l'article : L’issue du 3e tour social dira la vraie nature de Sarkozy

  1. Anonyme

    26/11/2007

    SAS : " …..nous ferons en sorte que tout l’or du monde soit réuni dans nos mains……nous jetterons en public la turpidutes et la déviance de vos dirigeants……..nous créeront volontairement et au moment de notre choix d’immence pénurie et des spéculations outrancières…."

    Salut ton Altesse. Ta phrase, plus haut, elle ne serait pas extraite de ton bouquin favori, "Le Protocole de Sages de Sion", par hasard? C’est bien le style en tout cas.
    Tu ne prefererais pas plutot citer Terre des Hommes de St Ex, ou bien Histoire d’O? Non?

    Allez, bonne journee.

    Mancney

    Répondre
  2. Jean-Claude THIALET

    25/11/2007

    25/11/07    "Les 4-Vérités" –

    Pas de Guy MILLIERE dans le numéro des "4-Vérités" daté du 23 novembre. Pas non plus de nouveau forum. Le webmaster serait-t-il parti en cacances avec le professeur ? Au ETATS-UNIS ? ou, mieux, en IRAK, en AFGHANISTAN, et au KOSSOVO pour voir comment la politique américaine réussit à merveille ? ou enfin, en "repérage" quelque part en IRAN ? Merci en tout cas au webmaster de nous envoyer une e-card. Je me sens orphelin ! Bon dimanche, cordialement, Jean-Claude THIALET

    Répondre
  3. jacques

    25/11/2007

    Oups j’ai oublié de mettre mon nom sur le post précédent . SVP complétez

    (post sur comparaison avec le Canada)

    Répondre
  4. Anonyme

    25/11/2007

    Pour Jaurès, qui montre continuellement ses talents d’orateur et de propagandiste syndicale mais cache malheureusement très mal son effroyable ignorance en économie (si fréquente en France)

    "a question est de savoir si, que l’on soit ouvrier ou rentier, nous avons le droit de profiter également de cette durée de vie supplémentaire.’

    Vous vivez toujours dans un autre siècle. C’est le langage de Marx. Selon vous et lui:

    Il y a 2 classes:

    1) salariés, ouvriers, syndiqués

    2) entrepreneurs, patrons, rentiers

    La SEULE façon d’avoir plus, toujours selon vous, c’est la force. Vous égalez le terme négociation avec force  (vous avez déjà écrit cela lors de commentaires précédents des dernières semaines). Une situation win-win pour vous n’existe pas. Vous ne connaissez rien de la création de richesse que tout étudiant en économie nord-américain connaît très bien.

    Bref, je m’excuse de le dire, mais vous vivez avec des idées d’un autre siècle et visiblement complètement dépassé par ce qui passe dans le monde.

    Juste pour vous donner une *petite* idée qu’il puisse y avoir d’autre chose dans la vie que les stupidités françaises marxistes qu’on ne fait qu’entendre à votre télé, lire dans vos journaux, et répétés tant par vos syndicalistes, vos dirigeants (incluant Sarkozy) et votre patronat (qui voit les choses exactement comme les marxistes – c’est-a-dire une lutte de classe où tous les coups (stock option démentiel, monopoles, corruption, etc) sont bons pour s’enrichir:

    1) Votre distinction entre "ouvrier" et  "rentier" est bidon. Vous n’avez même pas compris qu’une retraite est une "rente" et ce que les syndicats défendent c’est leur droit d’être rentier. Parler de lutter entre ouvrier et rentier, veux dire que le ouvriers se font la lutter avec eux-mêmes. Avez-vous poussez la lutte des classes jusqu’à ce point? Où avez-vous tant de peine à réfléchir?

    2) La plupart de vos syndiqués étatales sont aussi aujourd’hui même rentiers pourvu qu’ils ait quelques euros dans une sicav ou assurance-vie quelconque pour leur vieux jours.

    etc.

    Vraiment quand on vous lit, on n’a vraiment vraiment pas le goût de vivre en France. Comment un pays va-t-il survivre avec une telle nouvelle génération d’incultes à l’heure où avec l’internet il est si facile d’avoir une formation minimale de base en économie!

    Quant à Sarkozy, après avoir offert parmi les plus grandes émeutes des dernières décennies sous son régime au ministère de l’intérieur où sa faiblesse a été montrée au monde entier, voici qu’à nouveau qu’il se montre encore comme une véritable mauviette laissant les français en otages, sans agir, en ayant même le culot de partir en voyage. Et c’est loin d’être fini puisque les négociations ne font que commencer.

    Quand la France aura-t-elle un VRAI dirigeant, comme bien d’autres pays ont eu le leur, et que ce dirigeant ne cherchera pas, comme Sarkozy, seulement à s’enrichir(140% d’augmentation) pour rien du tout en échange si ce n’est de forcer un traité constitutionel très défavorable à la France contre la volonté populaire) ? Un président qui a laissé les français les plus pauvres souffrir terriblement de la grêve.

    Au Canada, on distingue des grêves légales et illégales. On n’accepte pas des grêves AVANT que les employés ne se soit prononcés sur des propositions du patronat. On n’accepte pas non plus que les grêves paralyse une partie essentielle de l’économie du pays. On a des lois de services minimums à la population. On envoie en prison (comme ce fut le cas au début des années 70) les dirigeants syndicaux qui prenent un pays en otages pour leur intérêts égoistes en faisant des grêves illégales qui briment les plus démunis de la société.

    Quand la France cessera-t-elle de n’exister que pour son Medef (qui ne représente en fait que le grand patronat) et ses syndiqués et que les Français modestes auront le droit à des services minimums, ou des services tout court?

    Quand vous occuperez-vous du peuple comme cela se fait ailleurs?

     

    Répondre
  5. sas

    24/11/2007

    A voilà une vraie bonne nouvelle ……de nos enclumes dirigeantes…….demein remise et cadeau pour les voyageurs cocufié de la sncf…….des millions de ristournes et remboursements

    …….saud que dans quelques temps….les con tribuables seront sollicité facultativement de force pour trenflouer une fois de plus le machin truc percé……et replombé par les augmentations de saliares objet de l’abandon de la grève,les service de car et bus en remplcement des trains séquestrés par les raclures echevelées…….et les augmentations de salaires de la direction de la sncf…

    ……mortes couilles……p’tites bites et boutiquiers orientaux…….notre faillite est certaine et constante merci pour ton tableau voisin du dessus….c’est limpide

    ……nous ferons en sorte que tout l’or du monde soit réuni dans nos mains……nous jetterons en public la turpidutes et la déviance de vos dirigeants……..nous créeront volontairement et au moment de notre choix d’immence pénurie et des spéculations outrancières……même vos produits de bases viataux vous deviendront innaccessibles……ca vous dit rien ca ????

    sas

    Répondre
  6. pierre-alain Magniant

    23/11/2007

    Bonsoir à tous

    Ce que je voulais dire, c’est que pour notre président et les députés de la majorité (et aussi les autres) le problème du statut actuel des retraite n’en est pas un pour eu même.
    En effet ecoutez cet extrait d’interview de francoise de Panafieu( député maire ump du 17éme arrondissement) ou d’une par l’on entend qu’il est necessaire de réformer certain regime de retraite au vue de la solidarité national envers la dette public et d’autre par lorsque la journaliste lui demande ce qu’il en est du régime des députés, madame de Panafieu change immédiatement de sujet et devient  indigné par l’atitude de la journaliste.
    http://www.dailymotion.com/video/x3jltr_panafieu-touche-pas-a-mon-regime-sp_politics
    http://www.dailymotion.com/video/x3jlvb_panafieu-touche-pas-a-mon-regime-sp_politics

    Ce cas est peut être anecdotique mais je ne serais pas étonné que l’ensemble du monde politique ai le même genre d’état d’espris.

    D’autre part, je voulais également dire que au nom de la solidarité national notre président n’avais pas le droit d’augmenter son salaire de 206% (les 172 % correspondent juste au salaire de base et oublient d’inclure quelques primes).
    Voici également un petit historique du budget de l’élysée

    Année/Président
    Montant
    (millions d’euros)
    1960/de Gaulle
    2,35
    1974/Pompidou
    2,53
    1981/Mitterrand
    3,03
    1994/Mitterrand
    3,31
    1997/Chirac
    7,78
    1998/Chirac
    13,73
    2001/Chirac
    21,2
    2003/Chirac
    30,9
    2005/Chirac
    31,9
    Source Quid/2005

     

    2008/M Sarkosy                                                                                                      100 million d’euros

    Cette petite augmentation permettra d’intégrer directement environ 800 personnes auparavant rétribués par le budget d’état, ca fait quand même un sacré budget de fonctionnement par personne.
    Ah, quel bel deuxième exemple de solidaritée nationale.

    En espérant que malgrés nos divergence de point de vue nous arrivions quand même avec le temps à nous retrouver sur des idées communes.
    Bonne soirée à tous

    Répondre
  7. sas

    23/11/2007

    A pierre alain…….Mis en lumière …..des loges ????? des pseudo humaniste ????

    Beaucoup sur ce site particulier ne sont non contre la taxation du capital……ils sont contre l’arbitraire, l’imbécilité chronique, et les vrais bonnes idées de la gôôôche bobo solidaire…..particulièrement avec le pognon et la sueure des autres…..

    En clair ils gereraient la FRANCE en bon père de famille……en prennant soin de na pas dépenser plus que l’on gagne ou rentre…..en répartissant au mérite et non au décibels ou à l’exentricité en encore moins au clanisme…..

    tout cela est du simple bon sens……chez moi celui qui réclame,qui gueule, qui menace….est srvi en dernier et gare à lui si il recherche le contact….

    le boutiquier oriental a battu retraite (à 40 ans imposé par l’europe…) en rase campagne…..les economies faites d’une main seront en trompe l oeil multipliées x 2 en compensation de salaire unilatéral et sectaire…..

    en clair une pratique indigne d’enclume….dont nos dirigeants sont toujours au mieux droits communs(14 chichi et 14 la mit) au pire fm et souvent du mont sinaï…

    sas qui va demander la nationalité belge…flamande

    Répondre
  8. Anonyme

    23/11/2007

    pierre-alain : " plutôt que se diviser sur des points mis en lumière par des personnes qui ne souhaitent même pas que leurs cas particuliers soit débatuts (…)"

    Well, si des personnes ne souhaitaient PAS que leur "cas particulier" soit débattu, comme vous l’ecrivez, pourquoi alors mettraient-ils leur points en lumiere? Pourquoi attireraient-ils l’attention sur eux?
    Voulez pouvez donner un exemple de ces cas que vous
    évoquez? Merci.

    Best,
    Mancney

    Répondre
  9. R. Ed.

    23/11/2007

    @ pierre-alain

     

    Pourriez-vous approfondir votre point de vue ?

    Répondre
  10. pierre-alain

    22/11/2007

    Bonjours à tous

    A lire les différentes interventions, la fréquentation de de forum me semble des plus eclectique et ces tant mieux.
    Je tiens particuliérement à m’adresser à ceux qui considérent et caussionnent le fait que les réformes engagées ne sont là que pour briser un verrou mental dans l’opinion public et donc sont bienvenues pour préparer le futur.

    J’espére juste que lorsque l’on voudra bien vous octroyez votre pension de retraite vers l’age de 65 ou 70 ans, qui espérons le, sera peut être 50 % de la moyenne de l’ensemble des cotisation de votre carriére.
    Vous ne serez ni malade, ni trops vite seul et grabataires car alors dans un monde où les services public ne seront plus vraiment là, votre fin de vie, même en ayant capitalisé durant toute votre vie, risque d’être bien difficile.

    Je ne comprends pas à moins que l’ensemble des participants de ce forum soit des rentiers, où des gens à la têtes de gros capitaux financiers, que l’idée de taxer le capital au même titre que le travail soit cocidéré comme une érésie.
    Ne pourrions nous pas nous regrouper sur des valeurs communes, plutôt que se diviser sur des points mis en lumière par des personnes qui ne souhaitent même pas que leurs cas particuliers soit débatuts (statut de retraite des députés) et s’octroient même de substentiel augmentation de salaire.

    Excusez moi d’avoir été quelque peu agrésif au début, mais une petite mise en lumière d’un avenir possible peu quelque fois faire passer un message

    cordialement

    Bonne soirée à tous

    Répondre
  11. Gérard Pierre

    20/11/2007

       Mardi 20 novembre 2007 : ………….. A l’heure qu’il est, plus personne ne parie.

       Mon option deux de mercredi dernier se réalise sous les yeux des derniers d’entre nous à cultiver encore une ultime illusion sur la capacité réelle à réformer du marsupilami de Neuilly.

       La raie publique se nécrose. Je repense à ce que me soutenais l’un de mes trés proches en mai dernier : " vote pour Ségolène, ça s’écroulera plus vite qu’avec l’autre ! ". J’aurais peut-être du l’écouter au lieu de voter BLANC ! ……….. trois cent à quatre cent millions d’euros par jour, ……… ça vous met la semaine hors de prix !

       Les socialistes eux-mêmes achèvent de se disqualifier en se livrant, via Hollandus Linguae ou Delanoë Vox, à une diatribe dont la profondeur n’a d’égale que l’immense creux qui l’accueille: " Le président n’a pas été à la hauteur ! ! ! ……. " ……….. quand au pays de Lilliput on parle d’altitude, ça ne peux jamais voler bien haut !

       De profondis raie publica ! requiescant in pace ! ………… et vive la restauration ! ………… mais ça, c’est une autre affaire qui nécessitera d’autres acteurs, ……………….. des acteurs qui n’ont pas les mains dans le gâteau !

    Répondre
  12. sas

    20/11/2007

    Et la grève coutera autour de 5 milliards d’euros à la france……ca continu….le boutiquier s’en fout…..le gouvernement s’en fout……les grévistes s’en temponent…..et les gaulois comprenent pas….

    Tout va très bien madame la marquise , tout va très bien ,tout va très bien…..

    sas qui dit ….sauf que la jument est morte, le chateau incendié…et votre mari pendu….

    Répondre
  13. Jaures

    20/11/2007

    A nicolasproch: L’idée n’est pas de "faire payer les riches" mais de cesser de ne faire payer que les pauvres. Comment faire accepter des sacrifices à un salarié qui émarge à 1 300 €  sans que celui qui gagne 10, 50, 100 fois son salaire soit également touché ?

    Personne ne regrette le temps où l’on vivait 15 années de moins, la question est de savoir si, que l’on soit ouvrier ou rentier, nous avons le droit de profiter également de cette durée de vie supplémentaire. A l’heure où tout le monde a le mot équité à la bouche, il faut cesser de le galvauder.

    Répondre
  14. Anonyme

    20/11/2007

    Les ragots et l’amalgame croustillant intéressent décidément davantage certains participants (toujours les mêmes) que les enjeux. çà plus l’idéologie bornée, Affligeant !

    Répondre
  15. Anonyme

    19/11/2007

    Cher Jaurès

    Vos raisonnements sont d’une autre époque, et finissent toujours au "faire payer les riches et les entreprises".

    Bon sang, si ça marchait depuis le temps…ça se saurait…

    Les 200 millions déconomie avec la fin des régimes spéciaux n’est pas une opération financière. Il s’agit de faire sauter un verrou.

    Evidemment, nous allons tous travailler plus longtemps. Comment pourrait-il en être autrement avec l’allongement de la durée de vie ?

    Et les générations futures ?

    Quel fardeau allons nous leur laisser ?

    Répondre
  16. SAS

    19/11/2007

    qUELLE CLAIREVOYANCE ce nicolas dans ses choix…….après cécilia…il y a rachida dati et ces frères

    de nouveau après la condamnation de omar dati pour trafic de stupéfiants en correctionnel de chalon sur saone……….voici devant le tribunal cour d ‘appel de Nancy…….jamal dati…..pour trafic de stupéfiant

    très occupé dans cette famille et certainement une chance pour la france….. seule question posé à madame la ministre du sceau : à quel moment vous avez le temps et la volonté de vous occuper des réeelles victimes de la machine judiciaires à laquelle vous présidez ???? et dont je ne suis pas sure que vous soyez la plus "libre" afin de réformer et donner des leçons de probité et d’efficacité….

    je pense même que ce fut un  des critères (outre l initiation) de sélection …..pour porter ce choix à votre personne à ce poste….

    sas qui se régal 

    Répondre
  17. sas

    19/11/2007

    Edifiant…….outre que l’agité boutiquier oriental…..nous aura enchèri la dette publique de 45 milliards d’euros en moins de 3 mois (inclus le déficit planifié de 2008…) , le grand moment de vérité arrive……

    la pseudo réformette portait sur les durée de 40 années pour tous, alors que la plus grande injustice concerne le % et la durée de référence…….et bien des chevelus cradingues ( sud rail mahieu)…..s’exprimlant au nom des cheminots et des ……cheminot…es… portent en préalable eux que tout le monde doit être à 37,5 ans ….????? et avant toute négociations et discutions….

    A écouter les manches à couilles qui nous gouvernent , et le silence assourdissant des fillon et nabot gôoochy……..pourtant en clain à la recharche des projecteurs et des lumières telles les insectes nocturnes……rien …nada…..quequick

    à se demander même si c’est le même conflit……dont chacun parle

    question du plumitif idiot de service  le barbier de nos villesà sud rail……:"Pour la grève générale des fonctionnaires de mercredi , allez vous suspendre les grèves pour pouvoir transporter les grévistes jusqu’à Paris ????"……répons du subversif né….."Vous savez avec nos grèves à répétition…….on gêne aussi nos cheminots et cheminotes…..qui doivent se rendrent sur leur lieux de grèves……avec les transports en communs…! ! ! !"

    ndlr:(sauf qu’eux pour être traité comme du bétail et de la merde, être indisposé, et bloqué……N ONT RIEN A PAYER…..

    c’est véritablement le niveau zero des monologues de zozos….

    sas qui souhaiterait devenir belge…..flamand

    nb) le gouvernement va capituler en rase campagne…

    Répondre
  18. Anonyme

    19/11/2007

    La majorité silencieuse à cela de particulier qu’elle comporte peu de braillards.
    Les moyens et occasions d’en connaître les attentes résident donc dans les sondages et ses votes. Ceux-là permettent d’évaluer, avec approximation il est vrai, ce qu’il est convenu d’appeler l’opinion publique. Si cette dernière est trop fluctuante pour étayer un jugement durable, le suffrage par contre devrait suffire dans une démocratie à cautionner une politique et ses actions, quand bien même les conditions existantes – et la démocratie justement – contraignent à la pondération.
    Cette opinion s’exprime très peu dans des occasions comme celle offerte par le présent forum, où dominent ceux qui considèrent néanmoins que leur opinion en est l’expression, prenant leurs illusions pour des lanternes.
    C’est dans ces conditions que l’action réformatrice du pouvoir, étayées par un vote sans ambiguïté, sont soutenues par l’opinion … du moment (il faut bien le concéder).

    Répondre
  19. Anonyme

    18/11/2007

    18/11/07    "Les 4-Vérités"

    Tant qu’un homme (ou femme) d’ETAT français n’aura pas eu le courage de dresser pour les francais l’état désastreux dans lequel se trouve la Frannce, il ne parviendra pas à imposer la moindre réforme, pas même une "réformette" !

    Oui mais voilà, outre que les politiciens tant de l’UMP (allié à ce qui était l’UDF, aujourd’hui le MoDem dédoublé en "Nouveau Centre") que du P.S. (allié des Verts et du PC"F) s’y entendent bien en matière de régimes spéciaux et autres avantages dès lors qu’ils leur sont réservés (1), il faudrait qu’ils reconnaissent que ce bilan désastreux (2) est imputable à leur MAL-GOUVERNANCE en ALTERNANCE (sans laquelle, prétendent-ils, il n’y aurait pas de "démocratie"). Et ça, c’est plus difficile que de faire acte de contrition sur des faits qui remontent aux Croisades ou à la Colonisation !

    Alors, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Ministres, les sénateurs ou les députés, mettez en pratique ce mot de MONTAIGNE : "MOINS DE LOIS, et PLUS D’EXEMPLES".

    Et, en rappelant au "Peuple" que les Caisses de l’Etat sont archi-vides, que la Dette de la France pèsera sur des générations, que le chômage ne cesse de grandir, en même temps que l’insécurité et l’illettrisme, et que, à cause de l’ouverture inconsidérée de nos frontières, les produits fabriqués à l’étranger par une main d’oeuvre sous-payée qui ne bénéficie, elle, ni des "35-heures", ni de la retraite à 55ans, ni de régimes ou avantages spéciaux ou acquis, ont supplanté progressivement nos produits, condamnant nos manufactures à la fermeture ou à la déclocalisation, et des millions de nos salariés au chômage; N’OUBLIEZ SURTOUT PAS DE RECONNÄÎTRE QUE TOUT CELA EST DE VOTRE FAUTE, et sinon directement de la vôtre, du moins des partis que vous représentez et qui vous ont permis d’arriver au Pouvoir !

    Si  vous parvenez à faire ainsi comprendre aux Français que l’heure est grave, que le temps des sacrifices et de la solidarité est venu, alors, il sera temps de leur parler de NECESAIRES REFORMES. La première de ces "réformes" étant, bien entendu, que vous commenciez par vous réformer vous-mêmes ! Serait-ce trop vous demander ?

     Cordialement, Jean-Claude THIALET

    P.S. ce qui précède ne veut en aucun cas dire que j’approuve les "bloqueurs" en tous genres qui paralysent les transports, les facultés, etc. en attendant pire. Quand on appartient au "peuple le plus spirituel du monde", il y a des situations que, quel que soit son niveau professionnel ou social, on doit mesurer par soi-même. Notamment en comprenant tout seul que l’on ne peut continuer longtemps à privilégier des produits "made in China" ou ailleurs et continuer à réclamer des augmentations de salaires, des réductions d’horaires ou de durée du travail, des emplois, des logements, etc. Et que l’on creuse ta propre tombe en achetant "étranger" sans essayer d’être soi-même compétitif pour vendre à l’étranger ses produits, ses services ou sa matière grise. Et si l’on n’est pas capable de comprendre cela, je conseille à tous les braillards qui portent des pancartes de la CGT, de SUD quelque chose, de la CFDT, de l’UNEF, etc. d’aller voir un peu comment et dans quelles conditions les travailleurs:travailleuses chinois construisent notre ruine. Au passage, ils pourront toujours essayer de convertir leurs hôtes au syndicalisme à la française ! Mais il est vrai qu’avec un peuple qui n’a cessé de ramener au pouvoir les mêmes partis depuis des lustres, il est permis de se demander s’il est "spirituel", ou même seulement s’il a du bon sens !

    (1) n’est-ce pas Mmes et Messieurs les Sénateurs et les Députés ?

    (2) je pense qu’il est inutile de le détailler aux lecteurs de "4-Vérités"

    Répondre
  20. Anonyme

    18/11/2007

    Aux éternels vitupérants.
    Si des réformes ne sont pas en cours, alors peut-être pourront-ils expliquer pourquoi tant d’agitation contre elles, plutôt que de ressasser leurs éternels reproches à l’égard de qui les tentent (enfin), de quelque bord qu’il vienne.
    Que ce ne soit pas dans la facilité, que leur ampleur et les méthodes employées puissent déplaire, il ne fallait s’attendre à rien d’autre. En attendant, faire le jeu du refus ; ne pas être capable de mettre au placard, ne serait-ce que pour un temps ses rancoeurs, sous prétexte que les raisins sont trop verts, c’est faire  faire preuve d’une irresponsabilité au moins égale à celle des immobilistes.

    Répondre
  21. Jaures

    18/11/2007

    Évidemment la lutte paye. Si nous nous étions mobilisé dans le privé, nous aurions également pu obtenir des avancées. Les syndicats, dans leur ensemble ainsi que les partis de gauche, ne nient pas la nécessité de revoir le financement des retraites, mais n’acceptent pas que les efforts soient toujours consentis par les mêmes. Les 200 millions par an que rapportera la suppression des régimes spéciaux équilibreront-ils les comptes ? Désendetteront-ils la France ? Evidemment non !
    Que Sarko prélève les stock options comme les salaires. Qu’il réglemente le licenciement des + de 50 ans. Qu’il conditionne les baisses de charges à l’emploi. Qu’il prélève sur les revenus du capital. Qu’il interdise les retraites "chapeaux" des grands dirigeants. Qu’il revienne sur son augmentation de salaire et sur le régime spécial des députés. Ensuite, nous pourrons discuter sereinement des efforts à consentir par les salariés.
    Mais seulement ensuite.

    Répondre
  22. Gérard Pierre

    18/11/2007

       Dimanche 18 novembre 2007: ……….. le chien crevé ne s’est encore échu contre aucune des deux rives. Son parcours aléatoire devient  simplement hésitant.

       Mon option deux de mercredi dernier ne se joue déja plus qu’à deux contre un !

       La raie publique n’est guère en meilleur état que …….. le chien.

    Répondre
  23. EIFF

    17/11/2007

    Le montant de la dette de la France ne s’élève plus à 2000 mais à 4 500 milliards d’euros ! ! ! !

    La faillite de l’Etat français, qui ruinera la plupart des épargnants et des retraités, engendrera une terrible misère dans notre pays.

    http://lerevolutionnairebleu.blogspot.com/

    Article du 14 novembre 2007.

    Répondre
  24. yassou07

    17/11/2007

    @SAS

    +1

    C’est bien utile maintenant de venir faire les etonnés, discuter le bout de gras! on savait tous que sarko ne ferait rien….

    Et il ne fait rien, avec persone, pour personne, sauf pour lui, mais il l peut se le permettre vu comment il a muselé la gauche!

    Le Pen l’avait dit….

    Reste Marine pour 2012…

    Répondre
  25. VIGNELLO

    16/11/2007
    Pour les retraites, je ne peux admettre toutes ces tergiversations. La négociation existe depuis 1993, il est temps de conclure !

    Seule solution un référendum proposant le même régime général pour chaque citoyen, un régime général pour tous comme prévu en 1946, même durée de cotisation, même taux, même salaire annuel moyen.

    Je ne comprend pas que l’on parle de pénibilité du travail, tous les travaux  sont pénibles s’ils sont mal acceptés ou pire  aux efforts comprimés sur  un cours temps. La retraite n’a rien à voir avec ce sujet, c’est du domaine des A.T. ou maladies professionnelles.

    Le comble, ce sont qui font un temps complet de 26 ou 29 h avec des CP prolongés alors que les pauvres femmes asservies à des temps partiels débiles et aux salaires ridicules ne disent rien.

    Nous revenons toujours à  l’histoire de la paille et de la poutre !!

    Répondre
  26. VIGNELLO

    16/11/2007
    Bonjour,

    J’ai cru aux promesses de Nicolas SARKOZY exprimées en Français donc audibles

    Pour l’instant je constate que ses ministres, sauf François FILLON dont 1 pas en avant et deux en arrière

    Monsieur SARKOZY s’est aussi couché devant les marins alors qu’il aurait sdû proposer de les payer pour ramasser les algues et en faire du carburant et de vendre le poisson en gagnant de l’argent et non à la crié comme au moyen âge.

    J’attendais un Homme ferme et décidé mais je constat, pour l’instant, un homme à la merci des minorités d’abord de l’Oligarchie qui nous a ruiné depuis 1974 et des minorités non représentatives tels les syndicats ou pire les éternels étudiants

    N’y a t’il qu’une dictature pour sauver notre pays ? Je boue et j’ai peur, non pour moi en fin de vie, mais pour mes enfants et petits enfants.

    J’attends et espère qu’il rebondisse ; moins de conseilleurs et de commissions qui dépensent au lieu de créer mais il y a beaucoup de gens à faire venir devant les ministres, parlementaires et pourquoi pas à l’Elysée, sans déplacer à grand prix le ministère. Ces sages ont vécus et ne sont pas déconnectés de la vie réelle .

    C’est notre système de pensée unique, protéger le criminel et culpabiliser la victime !

    C’EST CELA REFORMER ; SUPPRIMER CE QUI NE VA PAS ET AIDER LES BONNES VOLONTES

    Répondre
  27. Observateur

    16/11/2007

    Pour parler de "recul gouvernemental pour les réformes", il d’abord vouloir engager de vraies réformes, et ne pas se contenter de faire semblant de vouloir les engager. Toutes l’hypocrisie et l’imposture de la politique de Sarkozy est là : faire croire à l’illusion de réformes, en utilisant constamment le terme de "réforme", en étant présent en permanence dans les médias, en s’agitant un jour en Bretagne devant les marins pécheurs,  ou bien un autre jour devant un attroupement de grévistes privilégiés de l’état, un autre jour devant une association islamique en disant qu’il les avait compris, ou bien  encore à Bruxelles en leur disant, qu’avec lui aux commandes, ils allaient voir ce qu’ils allaient voir , un autre jour à la télévision en clamant à ceux qui voudraient le croire qu’avec lui à l’Elysée il allait résoudre tous les problèmes (plus de chômage, retour de prospérité, tout le monde il est gentil…), etc…

    Or, désolé de vous sortir de votre rêve, la réalité est toute autre : Sarko en tant qu’illustre représentant du système socialo-communiste français qu’ils veulent étendre à l’UE et à l’ONU (voir le dernier discours de Sarko à l’ONU qui vaut son pesant d’or), et adhérant largement lui-même à cette idéologie, ne veut pas changer un système qui échoue. Et non seulement il ne veut pas changer ce système, mais il veut au contraire poursuivre sa logique mortifère jusqu’au bout.

    Car il est faux de dire que Sarko, n’a rien fait depuis qu’il est au pouvoir. Comme annoncé dans son programme, toutes les mesures réalisées sont bien de nouvelles mesures démagogiques dans le meilleur des cas, et de nouvelles contraintes et lois gauchiotes . De telles lois feraient d’ailleurs passer la France pour un pays communiste à l’étranger. Elle l’est d’ailleurs si on compare les nombreuses lois liberticides, la "pluralité de la presse" et le taux de prélèvements fiscaux qui n’ont rien à envier aux vrais pays communistes. Les exemples sont tellement nombreux que le courrier des lecteurs n’y suffirait pas pour toutes les indiquer.

    Quelques exemples, son discours à Dakar, où il appelle à la création de "l’Eurafrique", son appel à Kadhafi pour créer une "union méditerranéenne" avec l’Europe, sa discrimination dite positive (désolé j’ai du mal avec la Novlangue) que tous les ministres de son gouvernement se vantent de mettre en œuvre  (le nombre de fonctionnaires n’est pas près de diminuer), la relance de l’immigration dite de travail qu’il se vante de mettre en œuvre, les nouvelles mesures "anti-discrimination", en coAllahboration à la Halde, et mises en œuvre par Rachida Dati, les nominations de ministres officiellement socialo-communistes au gouvernement et dans les innombrables commissions et observatoires, la relance par lui de la constitution européenne, à l’identique de l’ancienne, malgré la volonté du peuple, le vote du budget qui voit … l’augmentation des dépenses de l’état et le maintien des déficits à l’identique, la "réforme" de l’université qui ne change rien (pas de sélection, pas de droit à payer), la "réforme" de droit de grève dont je ne parviens toujours pas à voir où est la "réforme", la grande parlotte du "grenelle de l’environnement" qui va se traduire entre autre par de nouvelles augmentations des taxes, les nouvelles augmentations d’impôts (l’impôt minimum, le futur impôt européen, la future augmentation de la CSG et de la CRDS pour "boucher" le trou de la Sécu...), les passe-droits de Sarkozy auprès de la justice pour faire condamner sévèrement quiconque n’applique pas "l’antiracisme" et "l’anti-discrimination", ses accointances avec les islamistes pour faire financer par l’état encore plus de mosquées, ses lois anti-familles et pour le mariage homosexuel, sa "réforme" de l’éducation nationale qui voit … le retour de la méthode globale …  et ainsi de suite.

    En attendant la suite de son programme et de ses "réformes". 

     

    Répondre
  28. Gérard Pierre

    16/11/2007

    Monsieur Jaurès bonjour.

       Vos échos donneraient donc quelque crédit aux pronostics de mon option deux.

       A la différence de vous, je ne m’en réjouis pas car prétendre que " la lutte paye " est une litote à usage interne .  CE SONT LE REGIME GENERAL ET LE CONTRIBUABLE QUI PAIERONT .  La lutte n’a pas de budget !……….. sauf à voir quels sont les accords tacites entre les " syndicats représentatifs " et l’U.I.M.M. ! ! ! ………… tiens, …. bizarre, ….. plus personne n’en parle. Est-ce fortuit ?

       Mais il est vrai que 45% de la population de ce pays n’en a cure ! …… et on voudrait que je crie " vive la raie publique " ……… que diantre ! ………. nous vivons une époque formidable, je vous donne le bonsoir.

    Répondre
  29. Jean-Claude THIALET

    16/11/2007

    16/11/07    – "Les 4-Vérités –

    TUCROY, comme tu crois au Père Noël ? Vous écrivez : "pour la première fois …. l’opinion soutient celui qu’elle a élu pour procéder à des réformes aussi indispensables qu’urgentes" (fin de citation)

    Vous dîtes "SOUTIEN". Quel soutien ? Celui que la majorité silencieuse croit qu’elle va apporter en usant ses chaussures ce dimanche 18 novembre pour "soutenir" le président qu’elle a élu (à 53% seulement, ce qui ne fait d’ailleurs même pas la majorité de l’ensemble du Corps électoral. Comme des tas de braves gens, un peu partout dans le monde, manifestent dans les rues pour crier "Plus jamais ça !) après un attentat, sans que cela change rien. Ce "SOUTIEN" ne fera que redonner à Nicolas SARKÖZY une légitilité qu’elle a perdue précisément en NE FAISANT PAS LES REFORMES AUXQUELLES IL S’EST ENGAGE.

    Vous parlez de "REFORMES AUSSI INDISPENSABLES QU’URGENTES". Outre que l’UMP – où Nicolas SAKÖZY a fait toute sa carrière ! –  N’A RIEN FAIT POUR REFORMER depuis des lustres qu’elle est au pouvoir (1), tout prouve que ce qu’il appelle "REFORME" n’est que de la poudre de perlimpinpin. Ainsi

        – de la REFORME DES UNIVERSITES où, au premier froncement de sourcils des syndicats tant d’enseignants que d’étudiants, il a édulcoré le projet qu’avait établi (à sa demande !) Valérie PECRESSE, notamment en supprimant la sélection à l’entrée qui aurait permis d’éliminer du cursus universitaire des gens qui encombrent inutilement les Facultés et font les oarasites et les aigris dont le pays n’a que faire … Ces concessions, on est en train de le voir, n’ont d’ailleurs servi à rien puisqu’une minorité d’étudiants bloquent les Fac, commencent même à bloquer des voies ferrées, et même menancent de faire pire, pour que ce qui reste du projet PECRESSE (pourtant voté légalement 🙂 soit abrogé !

        – de la REFORME DES REGIMES SPECIAUX. (1). Il faut être aveugle et sourd (3) pour ne pas voir que l’implacable "réformateur" que se prétend Nicolas SARKÖZY a déjà cédé aux syndicats en donnant largement plus d’une main ce qu’on lui cède de l’autre. Ainsi, les syndicats qui savent très bien qu’ils ne pourraient échapper à la même durée du travail que le "privé" ont déjà obtenu, outre le maintien des six derniers mois pour le calcul de la retraite (ce qui est l’un des "piliers" des régimes spéciaux" !), UNE AUGMENTATION SENSIBLE DU SALAIRE des bénéficiaires de ces  "régimes spéciaux" pendant cette période des "six mois". Ainsi, on fait semblant de durcir ses positions de part et d’autre, on laisse la "majorité silencieuses" piétiner sur les quais du métro, du RER et de la SNCF, ou sur les trottoirs, MAIS, DEJA, LES JEUX SONT FAITS

    (1) on en voit aujourd’hui les résultas : des dettes astronomiques, un budget sans cesse en déficit, les Caisses de la sécurité Sociales désespérément vides, l’insécurité partout, l’illetrisme et le chômage grandissants, une population grandissante aussi bien indigène qu’allogène qui se complet dans l’assitanat à vie, etc. CE QUI REND PRECISEMENT LES REFORMES D’AUTANT PLUS INDISPENSABLES QU’URGENTE. Avec, comme "docteur micracle" celui qui appartient à l’un des principaux partis gouvernementaux auquels le "malade" doit ses maux, et auquel, lui-même, doit d’avoir fait toute sa carrière !

    (2) Là encore, Nicolas SARKÖZY (dont le silence et l’absence, lui qui se manifeste partout et à propos de rien, me rappellent étrangement De Gaulle allant se réfugier sous la tente à BADEN BADEN en 1968)

    Répondre
  30. sas

    16/11/2007

    L’europe des enculés…….se fait plus rapidement que l’europe des vertueux…….ca y est les cheminots allemands rentrent dans la dance…..

    Nous ne devrions pas tarder a arriver en zones de turbulences et défroquages en série……

    ……à moins que le but recherché soit un gros bordel européens et que ce soit ainsi l’europe qui gère nos enclumes gévées……..et légifère d’une seule voix sur le droit de grève et le service public…..qu’une guigou aussi conne et initié comme une equerre et un compas…..mais sans leurs utilitées…..donnait hier l’exemple d’un "pôôôvre retraité de la snf "qui ne touche QQUUUEEE  1000 euros de retraite…..et les 70% de retraités actuels combien touche t-ils eux…pas de bobost germistes…..

    non seulement ils sont incapables et ineptes…….mais ils ne s’en rendent même plus compte…..à quand des tête à tête médiatisés avec de véritables chef sd’entreprises de terrain et besogneux donc des vertueux… afin de se faire remettre définitivement à leurs places….

    sas qui dit qu’il faut arrêter de payer un point un trait…et on verra qui a besoin de qui…plus d impots,plus de taxe, plus de tva rien…….service de l’etat abscent ou approximatif : on paye pas : principe synallagmatique de droit.

    sas

    Répondre
  31. Anonyme

    16/11/2007

    – SAS, plutôt d’accord avec vous. Même à titre honorifique et grâcieux (ce qui n’est pas le cas, loin s’en faut), certains des membres du Conseil Constitutionnel ont assez sévi ailleurs et assez longtemps ; ils pourraient s’éviter le dérangement. Ceci dit, ils ne sont pas ceux qui font le boulot, heureusement.

    – Jaurès, que Sarkozy soigne sa côte de popularité par l’efficacité, cela ne gêne pas grand monde apparemment. La rupture c’est peut-être aussi cela et les seuls qui puissent y trouver à redire sont bien les handicapés de l’idéologie (à droite comme à gauche).

    Répondre
  32. Jaures

    15/11/2007

    Selon les échos que j’ai des négociations, il semble que, comme pour les pêcheurs et les infirmières Bulgares, Sarko soit prèt à faire chauffer son carnet de chèque pour abréger le mouvement. Le seul chiffre qui lui tient à coeur reste définitivement celui de sa cote de popularité. Encore un petit effort camarades et les 2 années de plus de travail vous seront payées au prix fort.

    La lutte paye.

    Répondre
  33. sas

    15/11/2007

    Super…….le troisieme tour social et la grande part des réformes seront jugées patr le conseil constitutionnel…….où siège désormais grabataires séniles……voleurs abracadabrantesques incapabmles…….et les larbins serviles carriéristes et fossoyeurs de la france……

    on va se marrer….

    sas

    Répondre
  34. Anonyme

    14/11/2007

    Un point majeur de satisfaction, en cela qu’il balaie les récriminations des grincheux de droite comme de gauche : Pour la première fois en France depuis bien longtemps, l’opinion soutient dans l’action celui qu’elle a élu pour procéder à des réformes aussi indispensables qu’urgentes. Bizarre que nul ne réagisse au  fait que 7 français sur dix (nous sommes bien au delà des 53%) encouragent le pouvoir à poursuivre dans la voie qu’il s’est fixée et qui est celle de la sagesse. Il est vrai qu’il y a là de quoi clore le bec de bon nombre de partisans du Yaka.

    Répondre
  35. Jean-Claude THIALET

    14/11/2007

    15/11/07    "Les 4-Vérités"

    Il me paraît étonnant que Jean ROUXEL ait attendu si longtemps pour – sinon s’apercevoir – du moins faire remarquer, que le Gouvernement SARKÖZY/FILLON est déjà allé trop loin dans les concessions. Mais, avec le "pouvoir qui ne recule jamais", les Français   – si gogos soient-ils – devraient y être habitués. Et IL EST DEJA TROP TARD POUR ENGAGER L’EPREUVE DE FORCE !

    Le meilleur exemple que je puisse donner du RECUL gouvernemental que Jean ROUXEL appelle sans doute par euphémisme "CONCESSIONS" n’a-t-il pas été donné en "Mai-68" avec le Gouvernement De GAULLE/POMPIDOU qui avait accepté de négocier  – sous la pression de la rue (la "chienlit" déconcée par le "Général" qui avait préféré aller se réfugier à BADEN-BADEN en attendant que la rue se calme !) – les fameux "ACCORDS DE GRENELLE". En institutionalisant ainsi en France la "REVOLUTION DE 58" dont la FRANCE achève de crever …

    Et, lorsque je reçois dans différents courriels des appels (notamment ceux de "l’UNI" et de "LIBERTE CHERIE" que l’on sait proches du Pouvoir UMP) à manifester le 18 novembre CONTRE les grévistes en tous genres, pour soutenir le nouveau président et son Premier Ministre-bis, je ne peux m’empêcher de penser à ces millions de braves gens qui, en "Mai-68"  avaient défilé pacifiquement (1) contre la chienlit. Il était trop tard. "MAI-68" avait fait son oeuvre de démolition du "FRANCE TITANIC". Comme il est déjà trop tard aujourd’hui, aussi bien avec les étudiants qu’avec les profiteurs de "régimes spéciaux" :

           – pour ce qui concer les UNIVERSITES, la réforme voulue par Nicolas SARKÖZY et présentée par Valérie PECRESSE a été vidée des a substance par le premier nommé dès la première escarmouche. Notamment pour ce qui concerne la nécessaire et légitime "SELECTION A L’ENTREE".

            – pour ce qui concerne les "REGIMES SPECIAUX", outre que Xavier BERTRAND a déjà lâché du "lest" (pas seulement via Anne-Marie IDRAC), en sortant d’un silence auquel il ne nous avait pas habitués (lui qui a son mot à dire sur tous les sujets, même ceux qui ne le regardent pas !), Nicolas SARKÖZY (2) vient de laisser percer le bout de l’oreille en déclarant mezzo vocce, de façon sybilline, qu’un accord se dessine. Sans être dans le secret ni de l’Elysée, ni des officines syndicales, je devine que cet "accord" consistera à prendre d’une main  -pour sauver la face –  aux bénéficiaires des "régilmes spéciaux", etpour leur redonner, très largement, de l’autre. Tout cela, comme de bien entendu, aux frais des contribuables, aux frais d’un Etat dont les caisses sont vides, vidées depuis longtemps grâce à la (mal) gouvernance en alternance de l’UPM et du P.S. (et de leurs vassaux UDF, "Le Nouveau Centre", les verts et les rouges, en attendant le MoDem).

    Ainsi vont les choses à bord d’un "FRANCE TITANIC" en train de sombrer. Alors, à ceux qui auront l’innocence de croire que leur défilé du dimanche18 novembre sera de quelqu’utilité, je conseillerai de prendre un gilet de sauvetage, et de commencer à penser à choisir leur canot de sauvetage ! Je rappellerai aussi que quelques mois après être revenu de Baden Baden, le "Libérateur" avait choisi le prétexte d’un referendum perdu pour quitter définitivement le navire …. Ce qui, j’en conviens, ne risque pas de nous arriver prochainement avec son lointain successeur, lequel, courageusement, a choisi de ne pas soumettre à referendum le prétendu "nouvau" traité constitutionnel. Cela, au mépris de toute démocratie !

       Cordialement, Jean-Claude Thialet 

    (1) à la différence près que les "défileurs" de "68" risquaient beaucoup moins un coup de matraque malencontreux d’un CRS, de barre de fer d’un "gros bras" syndicaliste ou pire encore de la part d’un "djeune" venu profiter de l’aubaine, que les défileurs de "07". Ainsi va la vie en FRANCE depuis que la sécurité a été "rétablie" grâce au… kärcher !

    (2) l’homme qui avait pourtant déclaré crânement au milieu de syndicalistes de la SNCF : ce n’est pas la rue qui gouvernera. Non, certes, puisque dans notre République fromagère elle gouverne depuis des lustres !

     

    Répondre
  36. Gérard Pierre

    14/11/2007
       18 983 138 françaises et français qui, le 06 mai 2007, élirent l’actuel président de la raie publique en croyant qu’après avoir dit ce qu’il allait faire il allait faire ce qu’il avait dit, ont à partir d’aujourd’hui l’oreille collée au poste de radio ou l’œil rivé sur les chaînes de télévision. S’ajoutent également à ceux-ci les 1 568 426 électeurs, au nombre desquels j’émarge, dont le bulletin fut abusivement qualifié de « non exprimé » sous prétexte que nous refusions notre confiance aux deux challengers. Ce sont donc plus de vingt millions de Françaises et de Français, soit un peu plus de 55% des votants, qui n’ont donné aucune légitimité aux forces dites « de gauche » et qui s’apprêtent à assister au déroulement de l’épreuve de force semblant se mettre en place.
     
       Ou bien, disposant de tous les moyens et recours que lui offre la loi et la légitimité des urnes, y compris le recours à la force publique, Nicolas Sarkozy fait appliquer la volonté des électeurs qui se sont démocratiquement exprimés,
     
       Ou bien, après avoir déjà pratiqué une ouverture aussi inattendue que non demandée, après avoir déjà fléchi sur tous les points qu’évoque Jean Rouxel, après avoir tant gesticulé pour donner l’illusion qu’il agit, il recule une fois de plus et cède à la pression populacière.
     
       Que voyons nous aujourd’hui ?
     
       …… des groupuscules d’inscrits (*) sur les listes des facultés, réfugiés derrière la bannière d’une UNEF qui est à l’université ce que la CGT est à la SNCF, se comportant en totalitaristes effrontés, bloquant les entrées, menaçant leurs contradicteurs, bafouant le résultat des votes à bulletins secrets quand ils n’organisent pas carrément l’impossibilité des élections. Ils s’expriment comme des automates, à coups de slogans éculés. Ils nourrissent leurs neurones inexpertes au lait aigre d’une culture frelatée où marinent dans un même jus Jaurès et Che Guevara, Aragon et Sartre, la « résistance » post rupture du pacte germano soviétique et Guernica, le front populaire et les deux septennats mitterrandiens. Ils sont minoritaires et le savent, mais ces médiocrates n’en ont cure.
     
       …… des cheminots ! ! ! …… encartés et enragés s’arc-boutant sur …… tenons nous bien, leur droit à prélever dans les caisses du régime général, SANS CONTREPARTIE pour les cotisants du dit régime, de quoi alimenter leurs régimes spéciaux, en clair : TU PAYES MES PRIVILEGES ET TU TE TAIS ! ………. Et on voudrait que je crie « vive la raie publique »
       …… une presse faux-cul qui, sous couvert de donner la parole à tout le monde tend le micro de préférence aux saboteurs sociaux et aux victimes complaisantes ! …… vive l’équilibre ! …… et ils continuent à prendre les auditeurs et les téléspectateurs (**) pour des billes, pensant que pour la majorité d’entre nous, ils nous manipulent encore.
     
       Praticien d’une certaine politique du chien crevé au fil de l’eau, Nicolas Sarkozy va attendre de voir contre quelle rive le cadavre va finir par échouer. S’il aborde la rive espérée, ce sera naturellement une grande victoire. Gageons même qu’il l’aura « prévue », elle sera un effet de son génie politique. Si c’est l’inverse, la machine à communiquer sera ressortie, on bricolera un compromis fait de bric et de broc et tout redeviendra comme avant.
     
       Etant un pessimiste joyeux, je mise à dix contre un sur l’option deux !
     
    *******************
     
    (*) Je refuse le qualificatif d’étudiant à ces professionnels de la chienlit médiatisée qui, comme monsieur Bruno Julliard, né le 09 février 1981, traîne en …… droit public …… à Lyon ( devinez pour faire quoi plus tard ? ) avec l’assurance d’être président de son soviet jusqu’en 2009.
     
    (**) Je ne parle même plus des lecteurs tant leur nombre s’amenuise.
    Répondre
  37. Jaures

    14/11/2007

    Tordons d’emblée le cou à quelques idées reçues:

    1) Sur la question de l’équité: Le président de la république a parlé d’équité pour justifier la "réforme" des régimes spéciaux. Or qu’observe-t-on ? Tout d’abord que la moyenne de départ à la retraite dans le privé est de 38,5 ans pour 37,5 dans le public. L’écart n’est pas si grand. Le MEDEF demande aux salariés de travailler plus longtemps mais s’évertue à licencier les salariés de plus de 50 ans et ne se prive pas pour accorder aux dirigeants des retraites "chapeaux" représentant parfois des centaines d’années de cotisations de smicards. Par ailleurs, les cheminots cotisent à un taux supérieur aux travailleurs du privé alors que les stocks options vont subir un prélèvement de…2%.Si ceux-ci étaient prélevés au taux de 20%, comme vous et moi, ils rapporteraient 7 milliards à la sécu (selon la cour des comptes). Equité vous avez dit équité..

    2) Sur le financement des retraites: La supression des régimes spéciaux n’amènera pas un sou dans les caisses du régime général. Gageons que le gouvernement, les élections passées, demandera de cotiser 41 ans, puis 42…jusqu’aux 45 réclamés par le MEDEF. Mais le budget de l’ état ? La supression des régimes spéciaux permettra d’économiser 200 millions en 2008, 1 milliard dans 5 ans, 2 milliards dans 10 ans. Sachant que les grèves ont déjà coûté 100 millions à la sncf (série en cours) et autant à l’économie. Or l’état est en déficit de 35 à 40 milliards par an ! Je rappelle que l’état prend en charge 18 milliards de cotisations des entreprises et que plusieurs dizaines de milliards sont non versées à la sécu.

    Nous sommes donc bien en face d’une opération de classe visant à monter les salariés les uns contre les autres: pendant que les usagers pestent contre les cheminots, ils oublient les augmentations de prix, les délits d’initiés, les super profits de Total, les délocalisations, le salaire du président (je devrai dire son "argent de poche"), les services public que l’on ferme,…

    Répondre
  38. sas

    14/11/2007

    Bonne nouvelle pour la france du bas et des non initiés…….les trains eurostar en direction de londre, NE SERONT PAS PERTURBES EUX;…….nos golden boys parisien de la citry ne seront pas indisposés par les pégreleux gaulois….. parfait tout est parfait, bien vennue dans le 21 ème siècle sauce maçonne ,droit de l hommiste et superétatique L  EUROPE VIEILLE……et le message est clair , si les français foutte la merde dans les pays voisins…….LES SANCTIONS SERONT SALEES (amandes)……tiens pour une fois même les syndicalistes ont compris la suprématie du droit européens sur celui des français……

    comme quoi faut pas désespérer….. et comme quoi ces enculés sont tous bien d’accord pour nous enfumer grave….

    sas

    Répondre
  39. Matrix

    14/11/2007

    Voici un appel de Mr Gerard Mermet (sociologue), auteur de Francoscopie :

    "Appel aux citoyens inquiets, en colère… et silencieux

    Merci de prendre le temps de lire ce message et, si vous adhérez à son contenu, de le relayer le plus largement et rapidement possible. Il y est question de notre avenir, de celui de nos enfants et de notre pays. Il est rédigé par un observateur-citoyen inquiet et en colère*.

     Sous divers prétextes, les bénéficiaires des régimes spéciaux défendent le maintien de ce que l’on doit appeler, en toute objectivité, des privilèges.

    A tous ceux qui s’efforcent de regarder la société sans prisme idéologique ou politique, mais en se réclamant du bon sens, de l’équité, de la solidarité, de la responsabilité, leur attitude paraît irresponsable, voire indécente. Rappels :

     ·        Les bénéficiaires des 128 régimes concernés partent à la retraite bien avant ceux du régime général. Exemples : 50 ans pour les agents de conduite SNCF ou RATP; 53 ans pour les sénateurs, 55 pour les députés qui auraient dû montrer l’exemple…;

    ·        La durée moyenne de leur retraite est pour beaucoup supérieure à celle de leur vie active et ils percevront ainsi plus de pensions qu’ils n’ont reçu de salaires !

    ·        Le montant de leur retraite est calculé sur les 6 derniers mois de salaire (comme pour les fonctionnaires, qui bénéficient encore à ce titre d’un régime spécial), soit un écart considérable par rapport aux 25 années du régime général. Leur taux de cotisation est en outre souvent inférieur (7,8% contre 10 à 11%);

    ·        La plupart bénéficient par ailleurs d’un autre privilège important : la garantie de l’emploi;

    ·        Dans l’immense majorité des cas, l’existence de ces "exceptions" n’est plus justifiée par une pénibilité particulière du travail;

    ·        Le coût de ces régimes (qui concernent 1,2 million de retraités pour seulement 560 000 actifs) représente 15 milliards d’euros pour 2007, dont la moitié payée par la collectivité.

    ·        La France est le seul pays développé au monde où demeurent de telles inégalités;

    ·        La réforme de ces régimes est souhaitée par 82% des Français (sondage Metro/Ifop, 11 octobre 2007), y compris par une majorité des agents de la Fonction publique;

    ·        On estime à 300 milliards d’euros les engagements de retraite des sept principaux régimes spéciaux au cours des six prochaines décennies : une charge injuste et insupportable pour les générations futures.

     Un constat semblable peut être fait pour les autres réformes jugées nécessaires par la grande majorité des experts : université; recherche; fonction publique; système de santé; droit du travail; justice; dialogue social… Réalisées dans les autres pays depuis des années, elles sont chez nous sans cesse repoussées et bloquées par des minorités fortement politisées, incapables d’appréhender la réalité du monde et la nécessité de s’y adapter (ce qui n’interdit pas de chercher à l’améliorer).

    La réforme des régimes spéciaux était a priori la plus "facile" et consensuelle, d’autant qu’elle a été comme d’habitude proposée aux intéressés avec des aménagements et un étalement dans le temps. Un recul du gouvernement rendrait donc quasiment impossible la mise en œuvre des réformes plus "difficiles". Il démontrerait une fois encore que des individus et organisations se réclamant des principes d’égalité et de solidarité défendent en réalité des corporatismes, des égoïsmes, des privilèges injustifiables ou un statu quo insupportable. Comme en 1995, ils peuvent (souhaitent peut-être, pour certains) paralyser le pays et l’enfoncer un peu plus dans la crise économique et morale.

     Cette attitude est irresponsable et dangereuse. De plus, la conjoncture économique actuelle ne permet pas de différer plus longtemps les réformes, sous peine d’un nouveau décrochage national, avec de graves conséquences sur le pouvoir d’achat, la cohésion sociale, la place de la France dans le monde. Rappelons enfin que les grèves occasionnent une gêne considérable pour les particuliers, coûtent très cher à la collectivité (150 millions d’euros pour celle du 18 octobre dans les transports pour la seule région Ile-de-France), affectent la compétitivité déjà réduite de la France, son attractivité et son image à l’extérieur, donc son avenir.

     Face à cette situation, les citoyens inquiets et en colère ne peuvent rester silencieux. Pour leur propre dignité, pour l’avenir de leurs enfants et du pays, ils ne doivent pas laisser le monopole de l’expression à ceux qui refusent l’adaptation. C’est pourquoi je vous propose de :

     1.      Relayer cet appel aux personnes figurant dans votre carnet d’adresses (avec ou sans mention de l’auteur, qui ne signe ce texte que par souci de transparence);

    2.      L’envoyer aux médias pour qu’ils rendent davantage compte de votre avis;

    3.      Le mentionner (en tout ou partie) sur les forums, blogs et sites internet que vous animez ou fréquentez;

    4.      Imaginer et proposer des "manifestations virtuelles" (ou réelles) originales, aussi visibles et efficaces que les grèves;

    5.      Me faire part de vos commentaires et suggestions à l’adresse ci-dessous.

     Nous ne pouvons accepter que le pouvoir de nuisance de quelques-uns mette en péril notre avenir commun.

       *Gérard Mermet sociologue (auteur de Francoscopie) adresse de contact : [email protected]

     

    Répondre
  40. Anonyme

    14/11/2007

    BELIGUE a raison.  Sarko parle beaucoup, mais pour l’instant, il recule.  Et si les syndicats acceptent sa réforme des retraites, ce sera encore avec des avantages pour les fonctionnaires que l’on cachera soigneusement au public, genre inclusion des primes dans le calcul de leur retraite, etc.  Je ne crois donc pas au fait que les fonctionnaires seront mis à l’agalité des salariés du privé.  Je ne crois pas à l’application d’une équité dont se targue Sarko.   Si Sarko avait voulu en effet changer la donne, il aurait supprimé d’entrée la loi des 35 heures.  J’ai l’impression qu’il est en train d’entuber les Français. 

    Si j’étais à Paris, je défilerais le 18/11 dans la contre manif organisée par "Liberté cherie".  Mais je parie toujours que les Français n’ont pas de couilles pour s’opposer et manifester contre les syndicats… en espérant me tromper.

    Répondre
  41. Beligue

    14/11/2007

    Je ne vois pas pourquoi Sarkozy affonterai les syndicats alors qu’il va de reculade depuis le début de son mandat. Dès le départ plusieurs solutions s’offrait à lui, les ordonnances ou le referendum. Si il avait supprimé les 35 heures dès son arrivée tous ces problèmes ne se poserait pas. La France travaillerait et la dette n’augmenterait pas car pendant toutes cette gesticulation médiatique la dette s’accroit.

    Répondre
  42. Florin

    14/11/2007

    Jean Rouxel passe à coté d’une contradiction essentielle : si les syndicats sont si minoritaires que cela, et qu’ils vont tellement à l’encontre de la volonté et des intérêts des salariés qu’il faille organiser des votes secrets à tout va  : comment se fait-il alors que la grève à la SNCF et à la RATP arrive à paralyser presque complètement le trafic ??? Soit Bernard Thibault est seul dans une tour d’ivoire, soit les gens sont derrière lui, point barre. Et dans le deuxième cas, c’est qu’ils ont leur raisons.

    Personne sur ce site n’a abordé jusqu’ici la grève des scénaristes d’Hollywood ( personne et surtout pas nos amis des US …) : pourtant, si grève de privilégiés il y a, celle-là les dépasse toutes : des mecs qui gagnent plusieurs centaines de milliers de dollars par an font grève parce qu’ils veulent plus … mais sans bosser plus … Avouez qu’après ça, on aura du mal à jeter la pierre aux cheminots !

    Dans notre pays, on a accumulé tant d’injustices depuis tant d’années, que maintenant toute mesure un tant soit peu efficace s’apparente au remède de cheval. Le choc sera rude pour tout le monde, et forcément il y aura des protestations.

    Un référendum aurait permis d’imposer rapidement une solution. A la question, "êtes-vous favorable au maintien en l’état des régimes spéciaux de retraite ?" deux réponses possibles : OUI (et j’accepte une hausse importante des tarifs pour combler leurs déficits structurels) et NON (le transport doit être soumis à la concurrence et à ce titre, rendu libre de toute subvention déguisée ou transfert indu de charges). Expliqué clairement, l’enjeu aurait fini par être compris de tous.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)