L'Italie contre l'U.E

Posté le mars 31, 2011, 4:52
2 mins

L’Italie méridionale  s’enfonce dans le chaos de l’immigration, écrit le quotidien « Giornale di Sicilia ».
 
A Lampedusa, les habitants occupent la mairie. Effrayées par la dégradation de l’état sanitaire de leur île, les familles  envoient leurs enfants sur le continent. Il n’est pas question de racisme, protestent  les Lampédusiens , mais de survie. L’économie locale doit beaucoup au tourisme écologique : le déroulement de la saison estivale est gravement menacé.
 
Devant le conseil épiscopal, monseigneur Bagnasco déclare que la tragédie de l’immigration clandestine qui frappe la Sicile est un problème européen. Le prélat   fait écho au sentiment des Italiens qui se sentent  abandonnés par l’Europe. Les accords de Schengen sont un leurre , un danger ,  soulignent des élus de la Ligue Lombarde.
 
Furieux contre les autorités de Bruxelles, le ministre de l’intérieur Maroni ne mâche pas  ses mots :  « l’UE nous dit que le problème   de l’immigration clandestine concerne les Italiens et non les Européens ; et que les Italiens doivent  le régler  par leurs propres moyens » . Franco Frattini  ,  ministre des affaires étrangères ,  n’est pas en reste : il dénonce « l’inertie de l’UE ».   Le ministre n’épargne  pas la France qu’il accuse de manquer de « solidarité » en  bloquant  les immigrés qui s’agglutinent à la frontière de Vintimille.
 
Le gouvernement italien a mobilisé des bâtiments de la flotte militaire pour embarquer les milliers de clandestins entassés  à  Lampedusa afin de les répartir dans différents centres d’accueil de Sicile et du sud de la péninsule.
         Bernard Renzi

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)