L'OCDE souhaite plus d'immigration

L'OCDE souhaite plus d'immigration

L’OCDE plaide pour l’immigration, nos 4 millions de chômeurs apprécieront !

 

Les migrations internationales ont diminué pendant la crise mais, à mesure que la reprise économique progressera, de nouvelles entrées de
migrants seront nécessaires pour remédier aux pénuries de main-d’œuvre ou de compétences, d’après un nouveau rapport de l’
OCDE.

Dans l’édition 2010 des Perspectives des migrations internationales, il est indiqué qu’en 2008, les entrées de migrants vers les pays de l’OCDE ont
reculé de 6 % environ, tombant à 4.4 millions d’individus, alors qu’au cours des 5 années précédentes, leurs effectifs avaient augmenté de 11 % par an en moyenne. En outre, selon des données
nationales récentes, le recul de ces effectifs s’est encore accentué en 2009.

Voir les données ici

Ce déclin témoigne d’une baisse de la demande de travailleurs étrangers émanant des entreprises des pays de l’OCDE. Les immigrés ont été durement
frappés par la crise de l’emploi, notamment les jeunes qui, dans bien des pays, ont enregistré une forte diminution de leur taux d’emploi.

D’une manière générale, les chiffres du chômage des immigrés de sexe masculin (dont beaucoup travaillaient dans les secteurs durement touchés par la
crise comme le bâtiment ou l’hôtellerie-restauration), ont progressé davantage que ceux de la population autochtone. Néanmoins, les immigrés au chômage qui retournent dans leur pays ne sont guère
nombreux. Dans certains pays, on a même observé une hausse du taux d’emploi des femmes immigrées, qui ont pris un emploi pour compenser la perte de revenu provoquée par le chômage de leur
conjoint.

(…) « Il est important de souligner que les immigrés apportent une contribution bénéfique à l’économie nationale, en particulier en période de
croissance », a fait observer le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría.    « Les tendances démographiques de long terme demeurent quelle que soit l’ampleur des difficultés
économiques actuelles. Ces dernières ne devraient pas servir d’argument pour imposer des barrières excessives à l’immigration. Il est important de conserver une perspective de long terme en
matière de politique migratoire. »

« Les tendances démographiques de long terme demeurent quelle que soit l’ampleur des difficultés économiques actuelles. Ces dernières ne devraient pas
servir d’argument pour imposer des barrières excessives à l’immigration. Il est important de conserver une perspective de long terme en matière de politique migratoire. »
Angel Gurria, Secrétaire général de l’OCDE

En maintenant les taux d’immigration à leur niveau actuel, prévoit l’OCDE, la population d’âge actif des pays de l’Organisation n’augmenterait que de
1.9 % au cours des dix prochaines années. Ce pourcentage contraste avec les 8.6 % d’augmentation de la population en âge de travailler enregistrés entre 2000 et 2010.

La naturalisation est un des déterminants majeurs des bons résultats sur le plan de l’emploi et, à terme, de l’intégration des immigrés. Les immigrés
remplissant les conditions d’accession à la nationalité de leur pays d’accueil devraient être encouragés à la demander, recommande l’OCDE. Dans l’intervalle, les pays devraient envisager
d’aplanir les obstacles à la naturalisation comme la limitation de reconnaissance de la double nationalité ou la rigueur excessive des critères d’admissibilité.
OCDE vu ici

 

Dilution des immigrés d’origine européenne

Des dizaines de milliers de sans papiers pourront être
régularisés

Les politiques corrompus pour 64% des Français

Une immigration essentiellement africaine

immigration : 5% pour le travail, 95% « d’ayant droits sociaux »…

Partager cette publication


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: