L’oligarchie et sa guerre contre l’argent liquide

Posté le février 23, 2016, 10:32
6 mins

Nulle part la notion d’oligarchie ne s’impose avec plus de force que dans les domaines où les « élites » politiciennes et les « élites » financières mènent la même guerre contre les peuples et les libertés publiques.

Nous avons déjà parlé dans ces colonnes, voici quelques semaines, de la directive européenne BRRD (Bank Recovery and Resolution Directive) permettant la ponction des comptes des épargnants, récemment trans­posée en droit français.

Mais il faut aussi mentionner l’acutelle guerre aux espèces, et notamment aux grosses coupures, que l’on voit se développer dans tous les médias du système.

N’étant pas un gros utilisateur d’es­pèces, ni, a fortiori, de grosses coupures, et gêné à l’idée d’avoir beaucoup de liquide sur moi, je n’en serais que plus à l’aise pour critiquer cette nouvelle idée à la mode.
Car cette idée est, là aussi, une initiative hypocrite et liberticide de l’oligarchie politico-financière.

Bien sûr, en première approche, tout le monde peut être d’accord avec la suppression des grosses coupures, comme le billet de 500 euros sur lequel se concentrent toutes les critiques bien-pensantes (« gloire » qu’il partage avec le billet de 1 000 francs suisses et celui de 100 dollars).

Tout récemment, Peter Sands, ancien dirigeant de la banque anglaise Stan­dard Chartered, présentait sobrement l’argument de base de cette opposition aux « grosses coupures » : elles ne jouent qu’un rôle marginal dans l’économie, alors qu’elles sont très utiles à l’économie souterraine.

Ces propos ont été relayés sur le site de « L’Express » par une certaine Audrey Duperron. Mais cette dernière note, avec raison, que les liens entre argent liquide et trafic ou terrorisme est surestimé.

Au demeurant, les coupures visées montrent assez que ce n’est pas tant la « grosse coupure » comme telle qui est visée que la « moins défendable » des espèces. Toute personne qui a eu à voyager aux États-Unis a eu dans son portefeuille des billets de 100 dollars, sans avoir pour autant l’impression de devenir un nabab, ni un trafiquant. 100 dollars, ce n’est pas ce que nous appellerions une grosse coupure (nous avons 3 billets d’une valeur supérieure : 100, 200 et 500 euros). Mais, étant la plus grosse coupure actuellement en circulation aux États-Unis, le billet de 100 dollars est la cible la plus facile de la propagande anti-espèces.

Mais, si ce n’est pas la lutte contre le terrorisme et les divers trafics qui est en cause, pourquoi donc cette guerre à l’argent liquide ?

Audrey Duperron donne quelques pistes sur le caractère liberticide de cette traque de l’argent liquide.

Elle constate que le liquide est une façon de « s’assurer » contre l’arbitraire étatique qui s’exprime souvent par le contrôle des capitaux ou des taux de change erratiques.

Détenir des billets d’argent étranger est une façon simple et efficace de se prémunir contre cet arbitraire. C’est ainsi qu’un cinquième des espèces britanniques en circulation le sont sous forme de billets de 50 livres détenus par des étrangers.

Quand l’arbitraire étatique est encore plus fort, le liquide est aussi une garantie d’anonymat, parfois déterminante pour la survie.

Par ailleurs, les transactions en liquide sont gratuites (sans commission bancaire)…

Mais il y a plus grave. De plus en plus, les banques centrales utilisent des taux d’intérêt négatifs. En général, cela s’accompagne de cris de triomphe sur la merveilleuse santé de l’économie concernée. Mais le cas de l’économie française montre à quel point ces cris de triomphe sont indécents. De toute évidence, la France est en mauvaise santé économique et sa dette est risquée. Pourtant, on lui prête à taux négatifs…

Ces taux négatifs peuvent s’assimiler à une taxe sur les dépôts bancaires, poussant les épargnants à dépenser et donc à encourager la relance par la consommation, à laquelle l’oligarchie continue de rêver. Mais, pour que cela fonctionne, il faut que les épargnants ne puissent pas thésauriser. Ce qui explique pourquoi l’argent liquide devient l’ennemi à abattre.

Le problème, c’est que des taux d’intérêt artificiellement bas tuent l’épargne, seule garante sérieuse des investissements, et ruinent la possibilité pour les bons projets de trouver des investisseurs.

Ce dont nous avons besoin, ce n’est pas de taux artificiellement bas, mais de taux vrais (qui disent réellement la santé de l’économie) et pas non plus d’un soutien étatique à la « relance », mais de libertés économiques.

Une nouvelle fois, nous constatons que vérité et libertés vont bien ensemble et font, en revanche, très mauvais ménage avec l’oligarchie !

41 réponses à l'article : L’oligarchie et sa guerre contre l’argent liquide

  1. Le Ket

    26/02/2016

    Oligarchie financière, constituée par les adhérents à la DGSI : la Davos Goldman Sachs Idéologie !

    Répondre
  2. Claude Roland

    25/02/2016

    Les Français utilisent de plus en plus les chèques et la carte bancaire. Si vous ne prenez pas la carte, vous seriez un « plouc ». L’utiliser, ça fait « riche ». Mais c’est du pur crétinisme normal chez des gens qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez. Les chèques et la carte permettent de pister la vie des gens dans le détails, et si il y a un jour un crack bancaire, les gens seront sans le sou car tout leur argent est virtuel. Et une simple panne d’électricité ou une inondation, comme me disait une amie qui l’a vécu, met la panique. Elle ainsi survécu 10 jours avec la monnaie dans sa caisse, mais ses voisin, eux, ont souffert…
    Les gros billets resteront car ils arrangent aussi les politiciens et leurs magouilles ; surtout eux.
    Mais allez en Espagne et vous verrez que là-bas, la carte et les chèque sont absents et tout s’achète en liquide. Cela dit, les Espagnols vivent ; nous, on existe. Je reste toujours étonné du dynamisme de leur commerce où l’on croirait, vu le trafic dans les rues et les magasins, que c’est tous les jours les soldes.
    Bref, les dirigeants veulent supprimer la monnaie car cela leur permet simplement de mettre tout citoyen hors circuit en tapant sur une touche de clavier d’ordi. C’est ça Big Brother. Et les moutons aveugles bêlent de contentement…

    Répondre
    • DE SOYER

      25/02/2016

      Faire la guerre à l’argent liquide est une pure connerie. Faisons plutôt la guerre à l’immigration (sauvage ou pas) et aux gaspillages étatiques. Après on verra!

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        26/02/2016

        on peut également faire la guerre à la corruption et aux trafics en tous genres et dans tous les milieux, ce n’ est pas le travail qui manque à la Justice

        Répondre
        • DE SOYER

          26/02/2016

          Bonjour Quinctius. Vous avez un potentiel, que vous ayez lu mon bouquin ou pas. Cela dit, je serai honoré si vous le lisez.
          Pour en revenir aux priorités, je pars du principe, suivant en cela les principes de l’un de mes maîtres en stratégie, le maréchal allemand Manstein, qque l’on ne peut pas faire tout en même temps. C’est aussi le principe du fil d’Ariane: il suffit de prendre le fil par un bout et tout vient dans la foulée. On commence par l’immigration et les gaspillages d’argent public et vous serez très vite surpris de ce que vous trouverez.

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            26/02/2016

            à mon âge, mon potentiel est, hélas, derrière moi !

  3. 24/02/2016

    Pas normal,…. long échange entre DESOyER et cincinnatus et acun n »a encore traité l’autre de nazillon ou qè’que chose comme ça ! On échappe donc au postulat qui veut que tout échange au delà d’une dizaine d’arguments se termine toujours en traitant l’un ou l’aoutre de Nazi …si si; ne rigolez pas c’est vérifié.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      24/02/2016

      Nous sommes  » gens de qualité  » , comme on disait au Grand Siècle

      Répondre
    • DE SOYER

      24/02/2016

      Ceci confirme une des thèses de mon livre que plus on est à Droite, plus le relationnel est meilleur. Faire le sans faute politique n’est pa évident, mais faire le sans faute relationnel l’est encore moins! Quinctius aurait été un lecteur intéressant pour mon bouquin, mais bon, il vit sa vie!

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        26/02/2016

        je n’ ai pas dit que je ne l’ achèterai pas ! … tout livre mérite d’ être lu ne serait ce que parce que l’ auteur a eu le courage de prendre la plume

        Répondre
  4. BRENUS

    23/02/2016

    « Chers » vous-autres : SVP , cessez donc de vous écharper sur les valeurs – non-valeurs- de SARKO. Maintenant , il est cuit pour la prochaine présidentielle. Par contre, nous auront la malchance de récupérer le chirac bis JUPUTE. Et, croyez moi, MOIJE n’aura été que de la petite bière à coté de ce fumiste.

    Répondre
    • Nicolas

      23/02/2016

      Juppé n’est pas un « fumiste ». Il est l’anti-France.

      Répondre
      • DE SOYER

        24/02/2016

        Vous supputez JUPUTE, mais il y a beaucoup de putes à l’ex-UMP!

        Répondre
  5. Nicolas

    23/02/2016

    Hi ! Au moins, Druant et moi avons clarifié.
    Tous les deux pour TPE/PME, ce qui dérange profondément l’oligarchie.
    Nous sommes beaucoup, nous serons légions
    Quant à « patriotes », c’est un « gros mot ».
    Un peu de courage à tous
    Un ami de gauche, je l’adore, nous contait : un incendie ravagé la forêt , un petit oiseau apportait des goûtes dans son bec sur l’incendie. Â la question rigolarde : »mais que fais-tu ?  » il répondit « je fais ms part ».
    Faisons tous notre part, les amis

    Répondre
  6. Nicolas

    23/02/2016

    @druant . C’est idem pour moi.

    Répondre
  7. druant philippe

    23/02/2016

    @Desoyer :

    gauche ou droite , j’ ignore ce que cela veut dire .
    je suis nationaliste , malthusien et partisan de l’ économie libérale du moins celle des TPE / PME : j’ abhorre le mondialisme dévastateur des entreprises multinationales et leurs puissant alliés banksters .

    Répondre
    • DESOYER

      23/02/2016

      Vous voulez savoir si votre cas est grave? Dans mon bouquin, vous pouvez faire le test qui est en annexe et vous avez un diagnostic de votre état. Après, si çà se soigne, il faudrait demander à Quinctius qui est médecin! Non, je plaisante! J’indique dans mon bouquin la façon de sortir de tout cela par le haut.

      Répondre
  8. Nicolas

    23/02/2016

    @desoyer. Mes réticences à adhérer à l’UMP , simple, pour moi, c’était un parti gauchiste qui faisait dans le « populisme » de bas étage. Or, ce n’était que l’arbre qui cache la forêt.
    Ils travaillent tous, droite-gauche, pour l’anéantissement de notre nation .
    J’ai fait les 2 campagnes Sarko, la 1ère, pour gagner, je pensais qu’il était des nôtres. La seconde, en le vomissant intérieurement , pour la Lybie et le traité de Lusbonne. Je voulais juste réduire l’écart fausse droite-fausse gauche, Hollande ayant été choisi par des intérêts extérieurs en 2011.
    Je n’oublie pas , entre autres, la Declaration de Sarko sur le Nouvel Ordre Mondial et la société multiculturelle , qui se fera « par adhésion ou par la coercition « .
    Même le plus médiocrement politisé peut comprendre qu’il a un « léger » problème ?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      23/02/2016

      ah ! vous avez été Uempéiste et sarkolâtre qui plus est ! … tout s ‘ explique … plus jeune je m’ étais demandé si l’ aptitude à la lucidité était innée ou acquise [ par l’ expérience ] … plus je deviens âgé plus je suis d’ avis que le premier item est le bon

      Répondre
      • Nicolas

        23/02/2016

        Hi, cher, la lucidité s’acquiert avec l’âge et l’expérience . Et en voyant évoluer nos politicards. Je ne sais si le sens critique est acquis ou inné. Je penserais, plutôt acquis par l’observation et l’expérience. Quoique, mais dans ce cas, quelle est l’interférence du milieu ? Mais acquis, alors. D’où vient le sens critique ? Demain, le régime va nous imposer que les œufs sont carrés et réprimer r’toute , je ne dirai même pas manifestation, tt rassemblement de plus de 2 personnes étant interdit, mais tout écrit disant : non, les œufs ne sont pas carrés . Je signale que toute opposition , qq soit sa forme, est interdite. D’où vient mon parallèle avec le régime d’Hitler en Allemagne.
        Les lois liberticides
        L’emprisonnement pour délit de « pensée « .
        Hi ! Voté par l’UMP /LR, on s’y retrouve plus.
        Mais d’où vient le sens critique ?
        Inné ? Non. Par l’éducation
        C’est pourquoi on (le régime) détruit l’AN

        Répondre
        • DESOYER

          23/02/2016

          L’origine sociale compte au début de la vie, mais si on est intelligent, on finit par s’en émanciper.

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            23/02/2016

            s’ émanciper de quoi, de qui ? de son origine sociale [ au sens large du terme ] ? de soi-même [ tel qu’  » on  » a voulu que vous soyez ] ? tout seul ? avec l’ aide  » des autres  » [ éducation, lectures, fréquentations etc … ] ?

            tout cela est bien … complexe et à mon avis dépasse la seule intelligence

          • DE SOYER

            23/02/2016

            D’idées préconçues éventuellement infligées par les parents.

          • quinctius cincinnatus

            24/02/2016

            à @ DESOYER

            entre autres influences effectivement !

          • DE SOYER

            24/02/2016

            Dans ma jeunesse, il y a eu la JEC, la FNSEA et, dans l’ouest de la France, tout cela penchait déjà à gauche! J’ai fait quelques conneries à l’époque, mais j’avais déjà tout de même quelques éclairs de lucidité: une des idées de mon livre remonte à 1967, j’avais alors 18 ans!

  9. Nicolas

    23/02/2016

    http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2015/09/01/31007-20150901ARTFIG00264-tafta-la-destruction-de-la-culture-francaise.php

    Je ne résiste pas.
    @ Desoyer, suis-je de droite ou de gauche ? Vaste question. Je viens de DL donc pas exactement à gauche. J’ai adhéré UMP à la demande d’amis de DL avec un courrier stipulant que ce n’était que par amitié pour mes mentors. Je puis avoir des prises de position qui font dire à mes amis : mais tu es de gauche. Or, c’est juste qu’un parti politique ne veut rien dire pour moi, ni aucun leader. Le clivage n’est pas là. Je suis pour la libre entreprise, donc, en principe de dtoite, si cela vous rassure. Je suis contre le plan dit Komri, pour des raisons simples, de bon sens. En fait, je suis patriote. Donc, ni de la fausse droite, ni de la fausse ou vraie gauche. Le clivage s’est déplacé depuis 2005, ça ne vous â pas échappé.

    Répondre
    • DESOYER

      23/02/2016

      Ce serait très long de vous répondre, étant passé moi-même par l’UMP, mais sans conviction, ca je suis de Droite depuis plus de 30 ans.

      Répondre
    • DESOYER

      23/02/2016

      Je continue. Je suis un libéral, national et social. Cela ne veut rien dire en soi. Pour en avoir une traduction, vous pouvez consulter mon blog « association libérale et sociale » et lire mon bouquin « Economie ou socialisme: il faut choisir »
      (sous mon vrai nom). Je détermine en particulier comment peut se faire la synthèse entre les trois items. Venant du CNI, il a été réconfortant pour moi de voir, à partir d’un test, qu’il y a une catégorie d’hommes et de femmes politiques qui pourront peut-être finir par « renverser la table »!

      Répondre
  10. Nicolas

    23/02/2016

    L’UE est le champ d’application, mise en place. On aura TAFTA. Les « députés UE » vont devoir (doivent avoir des dossiers mahousses ?, voter un texte qu’ils n’auront pas pu lire. Cf Le Figaro , pas vraiment une feuille d’extrême-gauche, ici, consultation depuis peu, à l’Elysee, 1 seul député dûment accrédité à la fois, pour consultation de 45′ sans droit de copier ni de prise de notes. L’UE dit, c’est pas nous, c’est les gouvernements.
    Tout est géré par une Commission non élue et tout est secret. Les plus d’un million de signatures, la Commission, donc, l’UE, s’est torchée avec.
    Opposants, les partis souverainistes qui n’ont pas d’audience dans les médias frenchies. Une conf de presse sur Tafta, 50 journalistes , un seul article, dans le Figaro.
    Je conseille aux gauchistes non vendus, CA existe, de lire Le Figaro.

    Répondre
    • DESOYER

      23/02/2016

      Là, Nicolas, je vous suis 100%, quelles que soient vos idées! C’est une honte!

      Répondre
  11. druant philippe

    23/02/2016

    Oligarchie = banksters + gros actionnaires des multinationales
    + les kalergistes (gauche et droite molle tous confondus) + mondialistes

    Répondre
    • DESOYER

      23/02/2016

      Monsieur Druant, êtes-vous de Droite ou de Gauche?

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        23/02/2016

        Monsieur Druant n’ est ni de gauche ni de droite ( ce qui à une signification de papillon épinglé sur un bouchon ) il est comme moi, malthusien, limite … fasciste ! longue vie à Monsieur Druant qui nous apporte le vent vivifiant de la chose naturelle

        Répondre
        • DESOYER

          23/02/2016

          C’est vrai: j’adore mettre les gens dans des cases (pas de l’oncle Tom, tout de même!)! Cà me facilite la vie!

          Répondre
  12. Nicolas

    23/02/2016

    Oligarchie financière : Bilderberg dont Goldman Sachs, dont Soros, Rotschild, par conséquent, Pentagone et guerres, plus, pour certains, Qatar, Arabie Saoudite, Turquie, donc, Al Qaïda, Dash, etc.., plus les lobbies, le lait, pharmacie, Monsanto, etc… Plus une idéologie mortifère pour un pays souverain.

    Répondre
    • DESOYER

      23/02/2016

      Nicolas, même question: êtes-vous de Droite ou de Gauche?

      Répondre
  13. Nicolas

    23/02/2016

    Tous ensemble. Car ils ne bossent tous, que pour l’oligarchie financière

    Répondre
  14. DESOYER

    23/02/2016

    Le vocabulaire de l’article ne me paraît pas adapté: c’est qui l’oligarchie? Les socialistes? Les socialistes libéraux?
    Des prédateurs de Droite?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)