Lorsque Manuel Valls échouera

Lorsque Manuel Valls échouera

Un nouveau gouvernement est donc en place en France, qui ressemble fortement à l’ancien gouvernement.

Un nouveau Premier ministre est en place et, s’il ne ressemble pas, lui, à son ectoplasmique prédécesseur, il tient un discours qui n’est pas différent : on l’a vu à l’Assemblée nationale.

On appelle cela, en France, le « changement dans la continuité » et, au sein du changement dans la continuité à la française, c’est surtout la continuité qui ne change pas !

Certains commentateurs parlent de social-libéralisme. Si je vois très bien ce que désigne ici le mot social, qui ne veut pas dire grand-chose d’autre que « so­cialisme », je vois mal ce que vient faire en ce contexte le mot « libéralisme ».

En France, c’est ainsi qu’on désigne la réalité économique : en général pour faire peur, et pour fustiger l’horrible marché, l’abominable capitalisme ou l’effroyable finance internationale.

Et puis, comme nous vivons dans une économie de marché et comme personne (ainsi que l’a dit Ronald Reagan) n’est parvenu à abroger la loi de l’offre et de la demande, on se résigne à vivre dans l’économie de marché.

Comme on vit dans un monde capitaliste, et qu’il n’y a pas d’autre monde (les pays sortis du capitalisme ressemblent à des trous noirs, dont le prototype le plus abouti pourrait être la Corée du Nord), on s’y résigne. Comme on n’a pas aboli les transactions financières et qu’on a besoin d’argent, on se résigne à vivre dans les transactions financières.

Ce que certains appellent « so­cial-libéralisme », c’est cela : le socialisme tel qu’il peut subsister après que les socialistes se soient heurtés violemment à la réalité et se soient résignés.

La résignation « social-libérale », faut-il le dire, ne fonctionnera pas : il restera toujours trop de socialisme pour qu’elle fonctionne.

La résignation à la réalité sera trop résignée. La France n’ira pas mieux. Nul ne dira aux Français que la France est dans les abysses des classements internationaux mesurant la compétitivité économique.

Les dirigeants politiques qui se risqueront à le faire devront s’attendre à un tir de barrage des tenants du politiquement correct.

La résignation « social-libérale » se transformera en déception. Les socialistes, toujours très socialistes, et leurs compagnons d’aveuglement gauchistes se­ront au premier rang des déçus, mais ils ne seront pas les seuls. Les socialistes nationaux du Front National leur disputeront le premier rang et pourront faire valoir que leurs idées gagnent du terrain en Europe, en citant des dirigeants tels que Viktor Orban, qui vient de gagner les élections en Hongrie et qui s’est donné les moyens de les gagner en plaçant son pays sur une trajectoire qui l’éloigne de la démocratie.

Que se passera-t-il lorsque la résignation « social-libérale » se transformera en déception ? Il est trop tôt pour le dire.

J’aimerais penser qu’à ce moment, des lueurs se dessineront, que des gens expliqueront qu’un sursaut est possible, que l’économie de marché et le ca­pitalisme sont porteurs de fé­condité, et que la finance n’est pas l’ennemi.

Mais entre ce que j’aimerais et ce que je vois, il y a pour l’heure une grande distance.

Lorsque Manuel Valls échouera – et je pense qu’il échouera –, Hollande, qui aura écarté l’hypothèse Valls 2017, pourra dissoudre, je l’ai déjà dit, et je vois mal comment il pourra éviter de le faire.

Il pourra alors attendre qu’un clone de Valls issu de l’UMP échoue à son tour. Et puis ? L’UMP parviendrait à imposer quelqu’un d’une autre étoffe qu’un clone de Valls, dites-vous ? Je me garderais bien de le parier.

Et puis, donc ? Les socialistes nationaux du FN ne détesteraient pas constituer la réponse qui viendrait après le point d’interrogation. Est-ce là ce que je souhaite ? Évidemment, non. Est-ce là ce que je vois poindre ? Je dirai que c’est, au moins, une hypothèse à retenir. J’aimerais que la France connaisse un sursaut. Mais entre ce que j’aimerais et ce que je vois… 

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • DESOYER Répondre

    Guy, viens rejoindre l’ALS (Association libérale et sociale)!

    23/04/2014 à 19 h 39 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: