L’ouverture : une introduction à la rupture ?

Posté le octobre 09, 2009, 12:00
2 mins

Après le blues liés aux positions du Président et aux difficiles élections partielles, voir notre article du 1er octobre, les parlementaires UMP commencent à méditer sur deux grands mots du
Président de la République : l’ouverture et la rupture.

 

Si personne n’avait trop osé l’ouvrir au moment de la nomination de Frédéric
Mitterrand
, le coup de Marine le Pen en inquiète plus d’un. Les survivants des années Mitterrand
(l’oncle) se souviennent des remarques que ne manquaient pas de leur faire les électeurs après chaque intervention de Le Pen (le père).

 

De là à se trouver à nouveau avec une gauche sûre de sa supériorité morale retrouvée, comme en témoigne la réaction de
Benoît Hamon et une droite embarrassée par ses nouveaux amis, Mitterrand (le neveu) et Besson… Nombreux sont les parlementaires qui s’inquiètent de leur retour en circonscription à la fin de la semaine !

 

Décidément, cette ouverture commence à peser bien lourd : mal vue par l’électorat de droite, honnie par les fidèles de
la gauche qui n’y voient que copinages et trahisons, elle tourne au scandale et au ridicule.

Concernant Frédéric Mitterrand, nous ne pouvons qu’inciter nos lecteurs épris
de la chose publique à signer la pétition des 4 vérités :


link

 

http://www.les4verites.com/petition-mitterrand.php

 

Les parlementaires UMP, à l’Assemblée et surtout au Sénat dont un renouvellement est prévu pour 2011 en viennent à se poser
une grave question : et si l’ouverture ne faisait que précéder la rupture ? Rupture du Président avec ses élus de droite auxquels Nicolas
Sarkozy
semble préférer les personnalités de gauche. Mais surtout, de plus en plus perceptible, rupture des électeurs avec leurs élus UMP !