Lu dans la presse

Posté le septembre 19, 2011, 12:00
7 mins
République des pires ou pire des Républiques ?

Comme l’écrit Christophe Barbier dans L’Express, « Il faut aux Français une grande vertu démocratique pour ne pas s’écrier "Tous pourris !" quand on s’aperçoit qu’il y a des pourris dans chaque camp. »

Reste à savoir s’il s’agit d’une vertu démocratique ou d’un fatalisme, ou pire : d’une compréhensive lâcheté, qui tolère la pourriture du personnel politique parce que, finalement, la France entière se complaît peu ou prou dans la combine et dans la fraude.

« A gauche, un cacique est suspecté d’association de malfaiteurs, un autre commande des pizzas par wagons. A droite, un ancien président est jugé pour emplois fictifs et dépeint comptant des liasses dans son bureau, un ex-Premier ministre est accusé d’avoir réceptionné des tambours africains bourrés de billets, un autre d’avoir profité de rétrocommissions sur des ventes d’armes… », constate Christophe Barbier. « Partout, les systèmes dévoilent leurs rouages, les langues se délient, les intermédiaires bavardent et les bénéficiaires s’indignent. On nous prédisait une bataille de boules puantes pendant la présidentielle, mais n’est-ce pas toute la campagne qui est nauséabonde, n’est-ce pas la politique qui est pestilentielle ? »

Un autre remugle particulièrement déplaisant de ce monde politique qui se pense au-dessus des lois, au-dessus du vulgaire, au-dessus du populo (ah, ce beau mépris lorsqu’ils évoquent le « populisme »…) a encore empuanti l’atmosphère dimanche soir, avec le spectacle donné sur TF1 par Dominique Strauss-Kahn, auquel Claire Chazal, une amie de sa femme et de lui-même, servait la soupe sur TF1.

Le même jour, le Journal du Dimanche avait publié un sondage montrant que 53 % des Français souhaitent que ledit Strauss-Kahn se retire de la vie politique. « L’ex-patron du FMI a d’ores et déjà fait savoir qu’il souhaitait intervenir sur d’autres sujets, comme la crise financière. Faut-il y voir une reconversion en futur conférencier économique ? »

La thèse abracadabrante du complot

Cette image de grand argentier, de maître de l’économie, est le nouvel habit que tâchent de lui tailler les médias : Claire Chazal, dans la deuxième partie de son interview sur TF1, l’interrogeait sur ce chapitre après l’avoir laissé sans presque l’interrompre, encore moins le contredire, donner sa version de l’affaire du Sofitel new-yorkais.

Qu’a-t-il pourtant prouvé en cette matière ? Les 35 heures sont si bien attachées à Martine Aubry que l’on a oublié qu’il en était le premier inspirateur. Il fut ministre de l’Industrie et du Commerce extérieur dans les gouvernements Cresson et Bérégovoy, ministre de l’Economie sous Jospin : a-t-il laissé un si bon souvenir ? Patron du FMI, on nous l’a présenté comme le sauveur de la Grèce : est-elle sauve ?

Sa plaidoirie pro-domo sur le plateau de Claire Chazal n’a en tout cas pas convaincu. Sur le site de Libération, on peut livre : « L’interview de Dominique Strauss-Kahn sur TF1 dimanche soir paraissait tellement préparée qu’elle ressemblait parfois à une pièce de théâtre. Surtout, DSK donnait l’impression d’avoir pensé chaque expression comme s’il se présentait à un casting et qu’on lui demandait d’interpréter des sentiments: la volonté, le dédain, la conviction, etc. »

Et dans l’édition papier du quotidien, Vincent Giret écrit qu’il « n’a pas dissipé le malaise » et n’ajoute pas foi à « l’invraisemblable scénario » du piège ou du complot, que DSK a laissé en suspens en déclarant : « Un piège ? C’est possible. Un complot ? Nous verrons. »

« Le piège, Dominique Strauss-Kahn se l’est tendu lui-même. Quant à la thèse du complot, elle est abracadabrante », écrit l’éditorialiste de Libération.

« Le populisme n’est qu’un porte-voix pour la colère, une manière de cracher à la face des partis de gouvernement, et n’a jamais ajouté que la division du peuple à l’incurie des dirigeants. Combien de temps les électeurs résisteront-ils à la tentation du pire ? », demande pour sa part Christophe Barbier dans L’Express.

Mais l’apparente démocratie qui place au sommet ces élites corrompues ne nous conduit-elle pas, la première, au pire ?

7 réponses à l'article : Lu dans la presse

  1. LEPIAF

    21/09/2011

    Une seule solution : la moralité doit être un critère pour accéder à une èlection nationale ou à un poste de responsabilité tel que l’enseignement.

    Nous sommes maintenant  "gérer" par des voleurs et nous laissons nos enfants entre les mains de "gens-foutre". D’un côté c’est l’argent et de l’autre en faire le moins possible tout en allongeant les salaires et les vacances au maximum.

    Quant aux fonctionnaires, c’est la planque jusqu’à la retraite au détriment de ceux qui sont les fournisseurs de leur salaire (?)

    Toutes ces sangsues sont les frais généraux NON PLAFONNES de la France.

    Répondre
  2. Gato

    21/09/2011

    Existe-t-il sur la  surface de la planète un seul pays conduit par un individu ou groupe d’individus transpirant l’honneteté, la vertu et la compétence? Sans doute pas. Cependant au sein des populations ce type de caractère doit bien exister mais le système des partis et de leurs magouille les écartent ou les découragent. Que reste-t-il à faire? Une révolution suivie d’une épuration modèle des années 1790 et suivantes, époque restée toujours attendrissante au coeur de la faune gouvernante ou aspirant à l’être? La solution à nos problèmes se trouvera peut-être au lendemain d’une déconfiture douloureuse nous ramenant aux années 50. Alors un Timonier surgira-t-il peut-être de ce marasme et donnera une nouvelle orientation au magma exploité et sans ressort? 

    Répondre
  3. Daniel

    20/09/2011

    Votuzi;

    …"pour les gros médias la réponse est claire,le pire serait d’etre gouverné par des gens honnetes."

    Excellent.  Mais ce serait aussi un drame pour ceux qui vivent de petits privilèges tels les fonctionnaires qui constituent l’armée protègeant  les voyous au pouvoir, quoiqu’ils en disent.

    Répondre
  4. IOSA

    20/09/2011

    Il y a dejà fort longtemps que les lecteurs des 4V savent qu’ils sont tous de mèche.

    Faut il croire que selon cet article, bon nombre sont dans l’ignorance de l’ UMPS ?

    IOSA

    Répondre
  5. supporteur

    20/09/2011

    François Bayrou n’est pas pourri, lui. On ne l’a encore essayé, lui. Il va bientôt effrayer les pourris au pouvoir. Sa diabolisation va donc commencer bientôt. Ouvrons l’oeil et les oreilles.

    Répondre
  6. vozuti

    20/09/2011

    qu’est-ce qui serait pire que des voyous au pouvoir?                                     pour les gros médias la réponse est claire,le pire serait d’etre gouverné par des gens honnetes.

    Répondre
  7. Antoine

    20/09/2011

    La moralisation de la vie publique est une absolue nécessité. (livre super-idéaliste « les corps indécents ») Cette caste honnie du peuple avec ses privilèges et ses passe-droits, ses magouilles et ses mensonges contraste violemment avec la population qui souffre un maximum. L’incurie des soi-disant édiles plonge le pays dans la misère. Il y a de plus en plus de laissés pour compte, de plus en plus de sans abri, de plus en plus de malheureux. Le chômage explose et l’immigration-invasion fait craindre le pire. Il n’y a plus d’avenir pour nos enfants.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)