l'UMP au bord de la rupture

l'UMP au bord de la rupture

Il est des expressions prémonitoires, même à l’insu, voire au dépens de ceux qui les prononcent. Ainsi de la rupture qui avait permis de remobiliser un électorat de droite énervé par les deux mandats de Jacques Chirac. Chacun sait aujourd’hui que si le Président a engagé de nombreuses réformes, dont celle des retraites, jamais il n’ a  été jusqu’à la rupture avec le système qui asphixie la France.

Conséquence, les Français le boudent et son parti, l’UMP, est au bord de la rupture. Après le désatre des régionales, l’UMP s’apprête à perdre de nouvelles armées d’élus lors des cantonales. La gauche va renforcer son emprise sur les collectivités locales, leur mannes d’emploi public et leurs dépenses clientélistes.

A la base qui commence à regarder du côté de Marine -les échos sont nombreux d’électeurs de l’UMP qui sans avouer qu’ils sont tentés de voter pour elle, lui prédisent déjà un joli score en 2012- aux élus paniqués qui voient revenir le spectre de 1988, 1997, 1998, 2002, le sommet répond qu’il n’est pas question d’envisager une alliance avec le Front National. Les troupes se disent qu’alors, ce sera la défaite et la traversée du désert.

Les seuls à faire preuve d’énergie dans ce nouveau combat de l’UMP contre la droite (FN), sont les chiraquiens : Copé, Baroin et les autres. Certains disent qu’ils voient une aubaine dans la défaite de 2012 pour mieux rebondir en 2017. D’autres, nombreux (dont des ministres) répètent que l’UMP est au bord de la rupture et ne survivrait pas à une défaite en 2012…

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • Gédéon Répondre

    A soutenir un gouvernement qui fait tout à moitié et de travers, à vouloir garder sa virginité de vierge effarouchée par le FN, l’UMPS a démaré la machine à perdre.
    Cela risque juste de profiter au PSUMP

    02/02/2011 à 9 h 13 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: