L’UMPS conserve la gamelle…

Posté le décembre 22, 2015, 10:25
8 mins

L’UMPS conserve la gamelle. C’est l’essentiel. Mais on a eu très peur. Le dimanche 6 décembre au soir, on sonnait le tocsin. Socialistes et UMP gémissaient ensemble. On va perdre notre pognon, nos privilèges, nos associations, nos subventions, nos dîners républicains, nos voyages d’étude à Bangkok et à Bali… Terrible. Et puis, par miracle, grâce aux mânes de Karl Marx, de Lénine et de De Gaulle, fraternellement unis, socialo-communistes et UMP conservent gamelle et privilèges. Certes, pas la gamelle tout entière, mais encore bien garnie. Deo gratias !

Le danger est repoussé. Le Front national, infiniment plus redoutable que l’islam radical, a été maîtrisé. Sans doute, l’idéal républicain serait de guillotiner dans la grande tradition française, démocratique et républicaine, tous les électeurs frontistes, mais ils sont 7 millions et ça prendrait beaucoup de temps. On se contentera donc de les dénoncer comme ayant voulu nous enlever la gamelle.

Mais, au fait, la gamelle, qu’est-ce que c’est ? Eh bien, je vais vous le dire.

La France compte 618 384 élus, dont 925 parlementaires. Eu égard aux chiffres de la population, c’est beaucoup plus qu’aux États-Unis. Le taux de représentation française est 4,5 fois supérieur à celui des USA. En France, on compte un parlementaire pour 71 100 habitants ; aux États-Unis, un parlementaire pour 590 000 habitants !

Ces parlementaires français, au nombre pléthorique, ne sont pas payés comme le 3e vicaire de la paroisse. Ils perçoivent chacun une indemnité de 12 870 euros par mois, y compris les indemnités de représentation et de frais de mandat, plus un appréciable privilège fiscal. 82 % des députés et 77 % des sénateurs cumulent plusieurs mandats. Pour plus de détails sur ce point, vous pourrez interroger M. Bartolone, président de l’Assemblée nationale… Sans doute faut-il tenir compte d’un complexe système d’écrêtage qui limite le pactole. Il n’en reste pas moins que le parlement coûte aux contribuables près d’un milliard d’euros par an.
N’oublions pas aussi le vaste parlement européen pour les recalés, qui ne sert à peu près à rien, mais où les heureux élus sont encore mieux traités que nos députés. Et, pour les copains malchanceux, on a inventé le Conseil économique, social et environnemental qui, lui, ne sert strictement à rien.

Les partis politiques, quant à eux, reçoivent chaque année la somme confortable de 63 millions d’euros (chiffre de 2014), dont 25,5 millions d’euros pour le PS et 34 millions pour l’ensemble de la gauche, y compris le Parti communiste dont le journal « L’Huma­nité » est également financé par le contribuable (ce mot qui commence si mal).

Mais le plus beau gâteau, ce sont les subventions aux associations. 550 000 associations sont subventionnées, qui reçoivent chaque année par les financements publics et commandes diverses 42 milliards d’euros.

On y trouve des perles étonnantes, comme, par exemple, outre les subventions à SOS Racisme, les 26,5 millions d’euros pour faciliter le logement des personnels des administrations financières et fiscales. On relève également les 200 millions aux associations immigrationnistes. On lit également dans la presse que Sylvie Andrieux, ex-député PS des Bou­ches du Rhône, condamnée en septembre 2014 par la cour d’appel d’Aix en Provence, s’était fait remettre 740 000 euros de subventions versées à une vingtaine de fausses associations chargées d’assurer sa promotion électorale.

On notera aussi que certains des 618 000 élus sont très bien traités. Pour les présidents de conseils régionaux, c’est un hôtel de fonction avec maître d’hôtel, cuisinier, domestiques, limousine et chauffeurs. Pourquoi pas ? Il n’y a que 13 régions. Mais, à ma connaissance, ces privilèges font double emploi avec ceux des présidents des conseils généraux, désormais appelés départementaux. Il faudrait choisir : ou on maintient les régions et on supprime les départements, ou l’inverse.
Il convient également de mentionner l’aide au développement qui est sacrée – au bénéfice des sacrés pays du tiers-monde. Elle se chiffre à quelque 7 milliards d’euros par an, avec priorité à l’Afrique francophone du chaos et « retour rapide sur investissement ». Si vous voulez connaître les détails de cette générosité, lisez « La république des mallettes », de Pierre Péan, un festival de grosses coupures dans le sens sud-nord.

Les dépenses publiques en sont un parfait révélateur. Elles s’élèvent, chaque année, à 1 300 milliards d’euros, y compris les transferts sociaux, quelque 600 milliards d’euros ! Au total, l’État prélève ainsi 57 % de la richesse nationale et force les contribuables à travailler jusqu’au 20 juillet pour verser à l’État impôts et taxes multiples sans avoir le droit de protester autrement que verbalement ce dont les pouvoirs publics se moquent éperdument.

En réalité, la république française, démocratique et sociale, est archi-corrompue, mais elle l’est légalement, si bien que seuls les imprudents et les imbéciles se font prendre. Encore ne risquent-ils pas grand-chose, s’ils sont de gauche, puisque la justice est politisée (le mur des cons). Dans ce cas, pourquoi se priver ? Sous l’apparence d’une démocratie constamment célébrée, on en est revenu à l’empire romain avant sa chute : « Quod principi placuit legis habet vigorem » ce qui plaît au prince a force de loi…

Ceci constaté, il ne faut pas verser dans l’anti-parlementarisme. Ce ne serait pas gentil et exposerait à être traité de nazi. Nos parlementaires travaillent beaucoup. « Le Figaro » du 11 décembre nous apprend ainsi qu’ils ont âprement discuté de la TVA sur les protections hygiéniques féminines. Peut-être aurait-il été plus judicieux de parler de l’inexorable montée du chômage (700 000 nouveaux chômeurs depuis 2012), de la dette (45 milliards d’euros d’intérêt par an), de l’immigration déferlante, et de l’islamisme au fusil-mitrailleur, qui signent l’incurie de ce régime !

10 réponses à l'article : L’UMPS conserve la gamelle…

  1. BRENUS

    26/12/2015

    Sur l’air de « morpionibus » : Un ump motocycliste, prenant la gauche pour une piste, dans le virage dérapat et dans la m..de s’enfonça. Ses collègues firent de même, y compris le Quinquin lui même, ce brav’ Bertrand qui s’y croyait, n’s’aperçu pas qu’on lui mettait. Umpéus, socialibus, etc… Poursuivez svp. mais inutile de faire rimer avec « Brenus » – lequel n’est pas umpéus.

    Répondre
  2. BRENUS

    24/12/2015

    JOJO, c’est le meilleur! Il pose la question de savoir « pourquoi les partis seraient motivés pour continuer à aller à la gamelle ». C’est trop drôle. Un peu comme si un syndicaliste profiteur de bonne gamelle sans rien foutre depuis des décennies n’était pas intéressé pour continuer d’aller à la -bonne- soupe ? Je sais que c’est l’hiver (enfin un peu) et que le soleil te manque jojo, d’où un début de faiblesse mentale, mais quand même. Si tu n’arrive plus a écrire que des conneries, tournes toi vers tes nombreux collègues qui ne demandent qu’a ouvrir leur gueule d’empeigne.

    Répondre
  3. Jaures

    24/12/2015

    Admettons que la gamelle soit attractive, en quoi seuls les partis qui ont exercé le pouvoir seraient motivés pour en profiter ?
    Que je sache, les élus FN n’ont pas renoncé à leurs indemnités. Je n’ai pas connaissance que les Le Pen ou G. Collard aient fait don de leurs revenus d’élus au téléthon ou à la recherche contre le cancer. Pourtant ces élus ont par ailleurs largement de quoi. G.Collard, par exemple,déclare ainsi près de 33000€/mois de salaire (+ 393 000/an de revenus issus de sa société d’avocats) .
    Si les partis de gouvernent défendent leur gamelle, ceux qui en veulent leur part n’ont donc apparemment pas plus de scrupules ou de générosité.
    Par ailleurs, si le FN semble avoir les faveurs de ce site, curieusement, je ne vois personne en défendre le programme. Certes, on loue certains de ses slogans (Non à l’immigration ! Non à l’insécurité !) mais rien sur le contenu même du programme.
    Je n’ai rien lu ici qui, par exemple, soutienne les propositions économiques du FN. Ni une analyse en détail des moyens exprimés pour lutter contre l’immigration et la délinquance (quels résultats attendus pour chaque mesure énoncée ?).
    J’attends avec impatience un article de fond sur ce sujet qui sorte des billets d’humeur irrationnels.

    Répondre
    • Bistouille Poirot

      05/01/2016

      @jaures
      Il n’y a rien à faire Monsieur, vous jouez trop peu souvent dans le rond central et votre pratique au voisinage de la ligne de touche vous oblige trop souvent à la tutoyer. Que vous ayez quelques craintes sur l’inexistence du programme d’un parti, vous regarde. Mais comme à d’autres moments vous en craignez les effets, cela suppose qu’il … existe. Sous des couverts polémistes ourlés d’arabesques latérales et au milieu de vos pas de deux et demi, vous aurez des difficultés à imaginer que ce qui importe de vous rappeler tient au fait que si Hollande comme Sarko avaient un programme, ils y renoncèrent, le premier comme le second, obsolètes au bout de 30 mois. Et ce constat est autrement plus grave quand on sait que le pouvoir ne s’exerce qu’avec la confiance du citoyen dans le contrat qui lui est proposé. Le débat porte sur cette question et non pas sur ce que feront ceux qui aspirent au pouvoir et qu’ils développeront (soyez en sûr) pendant les 12 mois de campagne qui précéderont l’élection présidentielle.
      Ceci dit, même si le programme du PS ne me convenait pas, je n’ai jamais nié son existence. Je vous rappelle qu’à mi parcours Hollande comme Mitterand abandonnèrent à la mi-temps du match avec depuis une aggravation pour le premier, qui appâte ses proies avec un programme qu’il n’abandonnera plus à mi parcours en cas d’élection mais au soir même du premier tour laissant ses clients devant la vitrine du magasin fermé sine die. C’est ce à quoi les cocus du PS ont eu droit aux Régionales. Mais je suspends là le vortex dans lequel je vous entraîne et qui me serait reproché par quelques plumes de ce blog pour conclure que quoi qu’il puisse arriver à un programme politique à venir et quelque soit sa couleur, il n’aura aucune chance ni aucune occasion de faire plus mal que ce à quoi nous assistons aujourd’hui et cerise sur le gâteau… même vous étiez désigné pour le mettre en oeuvre.
      Rendez vous compte,… faire confiance à l’apprenti plutôt qu’à son sorcier !

      Répondre
  4. Kikounache

    23/12/2015

    Il ne s’agit pas de défendre Marine Le Pen (quoique !), mais plutôt de dénoncer l’outrance d’une méthode odieuse utilisée par ses ennemis pour tenter de l’évincer de l’arène politique… Si ce n’était pas si grossier on pourrait en sourire, mais la malfaisance de ceux qui nous gouvernent n’a pas de limite. Il faut donc s’attendre au pire et pas seulement pour MLP. Ses ennemis d’hier se sont acoquinés pour abattre celle qui les empêche de dormir. L’idée de perdre leurs énormes avantages leur fait perdre la tête. L’UMPS, le si bien nommé, se partage ainsi une victoire volée aux électeurs du « plus grand parti de France ». Piètre victoire obligeant les uns à faire allégeance à ceux qu’ils vomissait hier. Les prémices de cette soumission sont visibles : Christian E. aurait « aménagé » un « groupe » au sein de sa Région pour que le PS puisse, bien qu’exclu, y siéger : une combine illégale mais « légale » (!?)… Xavier B. de son côté fait montre d’une touchante allégeance auprès d’un PS qui entend bien le manipuler. Mais cet attelage brinqueballant vise essentiellement à « faire barrage », selon le terme consacré, à Marine Le Pen pour 2017 ! Elle est ainsi présentée comme un épouvantail pire que DAECH, le chômage et l’invasion étrangère réunis ! Et pour mieux dézinguer la présidente du FN, nos vaillants élus n’ont rien trouvé de mieux que « l’inéligibilité » ! Il suffit en effet de la condamner « judiciairement » et le tour est joué ! La félonie n’ayant pas de limite, notre vaillante justice « indépendante » s’en prend ainsi à sa « déclaration de patrimoine ». Comme si on n’avait pas d’autres chats à fouetter en ce moment…

    Répondre
  5. betsynette

    23/12/2015

    L’ERPES…LRPS, leurs accords ne vont pas tenir longtemps, juste le temps de magouiller pour les élections, car ce gouvernement de politiciens véreux fait un pas en avant deux pas en arrière, …taubira a dit, il n’y aura pas de déchéance de nationalité pour les bi- nationaux, et voila, mr les islamistes vous pouvez tuer en FRANCE vous ne risquez ….RIEN.

    Répondre
  6. BRENUS

    22/12/2015

    Mr LAMBERT, va encore se ramasser une volée de bois vert de la part des « ceusses » qui vont juger que ses articles manquent de classe et font un peu trop « lourdingues ». Ces cerveaux musclés préfèrent sans conteste les tirades de l’inévitable jojo

    Répondre
  7. PIGIS Yves

    22/12/2015

    Voilà une avalanche de très bons articles, ce 22 décembre 2015 !
    Comment faire pour que toute la population française en ait connaissance ?
    Peut-être les rediffuser à partir du 15 janvier et continuer le matraquage tout le long de l’année, à raison d’une fois par mois ?
    Ne pas compter sur les internautes qui croulent sous la montagne d’informations qu’ils ingurgitent chaque jour alors qu’ils n’ont pas de moyens de diffusion massifs ( secrétariat, service d’édition, ni fonds nécessaires, ni assez de temps libre ….) !
    Par contre, les médias, contre le système en place devraient retenir que la meilleure pédagogie c’est la répétition qui ancre dans la mémoire d’une manière forte les nouvelles dévoyées que diffuse la presse aux ordres, qui ne se prive pas de retravailler les mêmes poncifs, les mêmes assertions trompeuses ! Y.P.

    Répondre
  8. MARIUS

    22/12/2015

    Mais,cher Monsieur Lambert,vous redécouvrez l’Amérique ! votre tautologie est un implacable objet d’évidence…rien de nouveau sous le soleil…un peu de naïveté,vous permet de songer que les politiques auraient moyens de soigner l’endémique grimpette du chomage…celà se saurait si celà était..lisez le dernier bouquin de Michel Onfray « Cosmos »et vous reviendrez à de meilleurs sentiments..ou,en tous cas,nouveaux par rapport à votre constat désarmant d’exactitudes.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)