Macron, chef d’État ou metteur en scène ?

Posté le 03 août , 2017, 9:37
7 mins

Emmanuel Macron a su à la perfection utiliser les ors de la monarchie et de la république pour asseoir son autorité.

D’abord à Versailles où était reçu Vladimir Poutine. Puis aux Invalides. Puis à la tour Eiffel pour Donald Trump.

Les poignées de main devant les caméras ont précédé les effusions quasiment amoureuses échangées avec le Premier ministre d’Israël.

Fort bien. La qualité des relations personnelles est un facteur important de la diplomatie, mais celles-ci ne résolvent aucun problème.

Nul n’ignore que le plus important de ces problèmes concerne les armées dont le budget est depuis longtemps une « variable d’ajustement » au profit du « social », c’est-à-dire, le plus souvent, de la démagogie électoraliste.

Le résultat de cette politique est que 50 % de l’armement est inutilisable.

60 % des hélicoptères restent cloués au sol, faute d’entretien. La formation des pilotes et des conducteurs de chars est également insuffisante faute de crédits, ajoutant ainsi aux risques encourus par nos soldats.

S’agissant de l’armée, la devise des socialistes toujours au pouvoir est : « Toujours plus d’efforts, mais toujours moins de moyens. »
Postures et images d’un côté, et réalité de l’autre !

Cette contradiction s’explique par la profonde et ancienne méfiance des socialistes envers l’armée.

Pour que l’armée puisse faire face à ses obligations, il faudrait lui attribuer 35 milliards d’euros supplémentaires. Au lieu de cela, le gouvernement Macron lui en supprime encore 850 millions, alors que 730 milliards d’euros sont chaque année consacrés au « social », quelque 50 milliards aux associations (parfois une forme de corruption !) et 7 à 9 milliards d’aide au tiers-monde, dont on ne peut citer un seul projet ayant réussi, notamment en Afrique où règne le chaos depuis les indépendances. Dans ce contexte, qui peut croire un seul instant que l’on ne pourrait pas trouver les 35 milliards d’euros pour remettre à niveau une armée à qui on demande tout ?

Le chef d’état-major des armées, aux prises avec une telle situation, dont il a, à maintes reprises, dénoncé les conséquences pouvant être meurtrières, a donné sa démission. C’est tout à son honneur.

Le chef d’état-major des armées a, en effet, la double mission de défendre la nation, mais aussi de protéger ses hommes – une mission que le pouvoir en place ne lui permettait pas d’assumer.

Peu sûr de lui, le nouveau et jeune président de la République a fait preuve d’autoritarisme – ce qui fait dire à Michel Goya, ancien officier supérieur, et professeur à Sciences Po, dans le « Figaro » du 20 juillet : « Celui qui veut montrer en permanence qu’il est le chef montre surtout qu’il ne l’est pas. »

De tout cela résulte dans l’armée un grave malaise et je ne suis pas sûr que l’actuelle ministre des Armées, une dame prénommée Florence, soit en mesure de le dissiper !

De façon générale, on ne peut que s’interroger sur le comportement d’Emmanuel Macron.

Il a été l’un des conseillers de François Hollande depuis 2012, en même temps que Pierre Moscovici. Il était ministre de l’Économie du même François Hollande, et il a trouvé le moyen de nous raconter qu’il ignorait tout du projet de budget pour 2018 élaboré à Bercy, où il était installé en son éminente qualité de ministre socialiste. Macron ignorait donc ce que les créanciers de la France pensent de sa situation financière : « La solidité financière et la signature de la France sont de moins en moins crédibles. » On ne peut oublier les fausses promesses de François Hollande qui n’a jamais tenu ses engagements et dont l’un des conseillers était… le jeune Emmanuel Macron.

Autres propos que l’on ne peut oublier : les graves accusations portées par Macron contre les Français dans un pays étranger musulman, plutôt hostile à la France.

Les colonisateurs français, a-t-il dit, ont commis des crimes contre l’humanité et pratiqué une barbarie exceptionnelle.

Alors, de deux choses l’une : ou bien les Français se sont comportés comme les unités allemandes de la Waffen SS et, dans ces conditions, ils n’ont logiquement aucune raison de se plaindre et de célébrer Oradour dix fois par an, ou bien ce qu’a dit publiquement Macron est faux (et effectivement, c’est faux) et, dans ce cas, il a proféré des accusations mensongères, commettant un délit, le délit de diffamation du peuple français – tout cela pour récolter les voix des musulmans naturalisés français, des millions de Maghrébins !

Bref, dans notre pays, envahi par le tiers-monde et l’islam, où les Français méritants et bénéficiant d’une certaine aisance grâce à leur travail sont exploités par une fiscalité écrasante qui va encore s’alourdir, il est à craindre qu’il n’y ait désormais plus aucun recours.

Pour terminer, une précision : le général Pierre de Villiers est le frère du Vendéen bien connu Philippe de Villiers.

Il a été le chef de cabinet militaire de François Fillon, ce qui est évidemment une circonstance très aggravante.

C’est sans doute ce qui explique les propos très désobligeants tenus contre lui par le porte-parole du gouvernement, le socialiste Castaner, ministre et ami personnel de Macron.

19 Commentaires sur : Macron, chef d’État ou metteur en scène ?

  1. quinctius cincinnatus

    15 août 2017

    reconnaissons aussi quelques points [ et importants ] à mettre à l’ actif du Président comme par exemple : l’ idée de supprimer les ” emplois aidés ” qui seraient remplacés budgétairement par la formation dans des secteurs porteurs … à la condition que les chômeurs aient le ” niveau ” et qu’ ils le veuillent bien … de toute façon mis à part Fillon, Macron était ” économiquement ” le moins pire … c’ est cela qui explique aussi sa chute de popularité : il voudrait mettre des Français jusqu’ à là confortablement assistés au travail ! … le F.N. ne présentant aucune différence sur ce sujet avec les socialos !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      15 août 2017

      c’ était en complément du blog d’ Homère

      Répondre
  2. betsynette

    11 août 2017

    Un comédien, suivi d’une façon de mettre à sac le porte feuille des Français, comment les Français ont ils pu se faire avoir par ce nouveau …..maître de en marche, qui est devenu pour moi nouvelles em….merdes, vraiment rien dans la tête les votants.

    Répondre
  3. HOMERE

    10 août 2017

    En France “on fait” du social…c’est à dire fiche l’argent par les fenêtres en ouvrant les portes….
    Assos en tous genres (!) logements sociaux,allocs diverses et avariées,CMU et AME, bourses pleines,…..comment voulez vous qu’il reste de l’argent pour le reste ? je vous le demande

    Répondre
  4. Hilarion

    8 août 2017

    On sait que pratiquement aucun ministère n’équilibre ses comptes malgré un endettement qui se poursuit et une fiscalité confiscatoire dont le taux file vers les 60%.
    Alors se pose cette question: ou va l’argent ? Et quand on voit la destination de certains budgets, on se demande si les dépenses correspondantes ne sont pas juste destinées à nuire à la France et aux Français.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      9 août 2017

      cet argent confisqué est aussi un argent démagogique ; pas de démocratie sans démagogie

      Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    4 août 2017

    Cher Monsieur Lambert ,

    il suffisait de dire que la France n’ a jamais eu depuis des décennies les moyens de ses ambitions

    et comme en plus les choix qui ont été faits [ par les politiques ] étaient tous plus calamiteux les uns que les autres , il ne faut donc pas s’ étonner de la situation du moment

    Répondre
  6. BRENUS

    3 août 2017

    Pourquoi une telle question? Macron est tout simplement un comédien, comme c’était évident depuis son début. Et j’ajouterai : pas des meilleurs. Rien d’étonnant à ce qu’il execre le chouan qui est son exact opposé. Concernant ses appels à la flagellation, repentances tous azimuts et autres joyeausetés, il n’est que de lui faire bien comprendre que l’on s’en tape le coquillard.Quant aux leçons de “vivre ensemble” et autres fumisteries, nous pouvons demander pourquoi la FRance paie un métro à 1.5 milliards d’eauros à Abidjan, tandis que les franciliens voyagent dans des quasi bétaillères, faut de “moyens”. Il est vrai que bientot notre réseau francilien sera à l’usage exclusif des chances africaines qui débarquent à bateaux ouverts chaque jour. Nous allons avoir un tel bordel chez nous qu’ils vont très vite voir que “c’est comme là-bas” selon la formule d’une célèbre marque de couscous. Ecoutez chaque jour monsieur Boudin sur raion mon cous cous (r.m.c).

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      7 août 2017

      un comédien ? ou plutôt un polichinelle dont les banquiers apatrides tirent les ficelles ?

      Répondre
      • Le Ket

        11 août 2017

        EXACT ! Emmanuel est le joker des banksters du Nouvel Ordre Mondial.
        Doué pour son rôle il a su plaire à tous les bobos et adorateurs de la Nouvelle Religion Droits-de-l’Hommiste, ratissant tant à droite qu’à gôche, avec un vague programme n’engageant que ceux qui y ont cru.
        L’habit ne fait pas le moine et après le temps de vacances viendra celui des dures réalités, sociales, économiques, culturelles et financières, parce que curieusement, on ne parle que très peu du marasme persistant dans le secteur bancaire, ni de l’invasion migratoire qui étend ses métastases sur tout le territoire. Les macroneux se rendront alors compte , un peu tard, que leur gourou n’est rien d’autre qu’un excellent communiquant…

        Répondre
        • Io Midiland

          11 août 2017

          Pas un vague programme: la photocopie des directives de bruxelles!

          Répondre
        • quinctius cincinnatus

          12 août 2017

          pas si excellent que ça le ” communiquant ” … dans sa tour d’ ivoire ; il y a fort à parier que sa ” communication ” va changer à la rentrée pour devenir, comment dire, … pédagogique et morale ! il vous expliquera pourquoi vous devez être racketté pour le ” bien ” du Pays et culpabilisera comme anti-patriotes ceux qui contesteront son discours

          Répondre
    • Midiland

      8 août 2017

      Je suis 100% d’accord avec vous. Ce qui m’étonne, c’est la quantité de gens qui ont ce genre de raisonnement, et malgré tout c’est le jupiter qui a été élu! Par qui? Quand on a à la tête de notre pays un ennemi de la France, qui rame pour Bruxelles et Berlin, que peut-on faire? Quant à moi, Philippe de Villiers est l’une des personnes actuelles pour lesquelles j’ai le plus de respect, d’admiration. Voilà un fidèle serviteur de notre France. Ce ne sont vraiment pas ceux qui méritent de la nation qui la gouvernent!

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        15 août 2017

        De Villiers est un militaire ” classique ” , ce n’ est ni un ” politique ” , ni un entrepreneur , un administrateur peut être … contentons nous donc de saluer sa valeur militaire mais n’ en faisons pas un ” Sauveur ” … car c’ est là le faiblesse de ” LaDroite ” la plus bête du Monde : se tromper sur les valeurs des individus par idéologie patriotique

        Répondre
  7. HOMERE

    3 août 2017

    Avant que de se prononcer utilement sur la question de savoir si notre armée est comparable,selon les critères propres,à d’autres armées de pays équivalents au nôtre,il serait opportun de jauger notre politique militaire sur les options prises en matière d’intervention sur les différents engagements de nos forces. On équilibre,et l’on dote si nécessaire…..es ce bien le cas ?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      4 août 2017

      c ‘ est vrai ça ! qu’ est on allé faire en Lybie ?

      rappelez moi donc le nom de l’ interventionniste !

      p.s. : … Sarkozy ou Macron quelle différence dans l’ Obama – idolâtrie ? … il faudrait pour remettre les choses à plat que L.R. reconnaisse s’ être fourvoyée avec la Levantin

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        4 août 2017

        en Libye cela coule de dune !

        Répondre
      • Hilarion

        8 août 2017

        Il semble clair qu’en Lybie nous sommes allés déverrouiller la porte qui nous protégeait de la déferlante migratoire. Merci Sarkosy.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          8 août 2017

          et un grand merci aussi à B.-H. L. Germino-Pratin du Media et de l’ Intelligenzia friquée

          Répondre

Répondre

  • (pas publié)