Macron contre les propriétaires

Macron contre les propriétaires

La campagne pour les régionales a occulté d’inquiétantes déclarations fiscales de la part de «pointures» de la Macronie.

En particulier, en marge de l’accord du G7 sur la taxation des entreprises, imposant un taux minimal de 15% pour l’IS, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, s’est félicité du fait qu’il serait désormais impossible aux multinationales de pratiquer l’optimisation fiscale.

Mais, que je sache, l’optimisation fiscale n’est pas un délit. Que le ministère des Finances lutte contre la fraude fiscale, c’est normal (même si cette fraude est largement justifiée par la situation d’enfer fiscal que nous impose le même ministère).

Mais lutter contre l’optimisation fiscale, c’est considérer que toute action – y compris légale donc – visant à diminuer le montant de l’impôt à payer serait, par principe, illégitime.

Il n’existe qu’une idéologie dans laquelle une telle doctrine, à première vue aberrante, a un sens : c’est le socialo-communisme qui considère que la propriété privée est, par essence, illégitime.

J’ignore si M. Le Maire va jusque-là. J’ose espérer qu’il a encore le bon sens de ne pas aller jusqu’au bout de cette logique mortifère. Mais il n’en reste pas moins que ses propos sont profondément collectivistes.

C’est d’autant plus inquiétant que M. Le Maire a la réputation d’être l’un des ministres à la fois les plus compétents et les plus favorables aux libertés, notamment économiques, du gouvernement d’Emmanuel Macron.

Ce dernier n’a d’ailleurs jamais caché, avant même son élection, son hostilité aux propriétaires (notamment immobiliers).

La prétendue suppression de l’ISF fut ainsi, en réalité, un transfert des charges de cet impôt inique et absurde sur les propriétaires immobiliers.

On se souvient peut-être moins qu’Emmanuel Macron avait eu l’incroyable aplomb de prétendre que l’immobilier ne créait pas d’emploi, alors que plus de 600000 entreprises du bâtiment emploient plus d’un million de salariés!

Toutefois, Emmanuel Macron ne dit pas ces énormités parce qu’il ignore les chiffres ; il les dit parce que son idéologie lui impose de piétiner la propriété – tout spécialement la propriété immobilière qui, par construction, si j’ose dire, est plus enracinée que la propriété boursière.

Il me semble donc urgent que, face à ces spoliateurs dangereux, se lève une opposition défendant clairement une «France des propriétaires», selon le mot très juste de Nicolas Sarkozy en campagne – mot qui fut, hélas, oublié une fois l’élection de 2007 passée!

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Si vous êtes propriétaire de quelque chose en France vous êtes surtout propriétaire des taxes y afférant. Si en plus cette propriété est de l’immobilier, par définition non délocalisable, vous êtes fait comme un rat.
    Faites de la politique vous aurez au moins le pouvoir de nuisance, pour certains c’est leur seule raison d’exister.

    23/06/2021 à 9 h 56 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: