Macron déteste la France et les Français

Macron déteste la France et les Français

Emmanuel Macron aura sans doute parlé quand cet article paraîtra.

Je ne sais ce qu’il aura dit, mais peu importe.

Son attitude depuis dix-huit mois a été marquée par l’arrogance et le mépris vis-à-vis du peuple français.

Après avoir été élu au terme d’un véritable hold-up électoral (élimination de François Fillon par des procédés très douteux, soutien forcené de quasiment tous les grands médias visant à le faire apparaître comme le produit de l’année et comme le sauveur qui allait redresser la France, diabolisation de Marine Le Pen, présentée peu ou prou comme une réincarnation d’Adolf Hitler qui allait faire basculer le pays dans les ténèbres et le fascisme), il a gouverné de manière désastreuse et a rapidement montré ce qu’était son ordre de mission

Cet ordre de mission est dicté par ceux qui l’ont financé et propulsé là où il est : dissoudre la France dans une Europe technocratique, servir les intérêts d’une nomenklatura politico-financière planétaire, poursuivre le changement de peuple, écraser les classes moyennes.

Il pensait ne pas rencontrer d’obstacle majeur et comptait sur les grands médias qui l’ont tant soutenu et le soutiennent encore pour anesthésier des millions de Français et les conduire docilement vers l’euthanasie.

Il ne pensait pas qu’une augmentation supplémentaire des taxes sur les carburants serait l’équivalent de la célèbre goutte d’eau qui fait déborder le vase.

Lorsque le mouvement des gilets jaunes a émergé, son but a été d’emblée de l’ignorer et de le briser.

Il l’a ignoré en tenant des propos ne répondant aucunement à la colère et au désespoir exprimés et en parlant avec obstination du climat et de la « transition énergétique ».

Il l’a brisé en laissant colère et désespoir persister, en divisant le mouvement, en faisant recevoir des idiots utiles par le gouvernement pour leur lâcher d’une main des miettes qu’il compte reprendre de l’autre main.

Il l’a brisé aussi en laissant des violences se produire et dévaster Paris, en acceptant que ses seconds couteaux laissent entendre que le mouvement est imprégné de « peste brune » et d’« ultra-droite », en se murant dans le silence aux fins que les frustrations gagnent en intensité.

Puis il a présenté la situation qui a résulté comme une mise en danger de la république et des institutions justifiant que le pays soit placé en état de siège, et impliquant que les manifestants éventuels et leurs soutiens soient sommés de choisir entre apparaître comme des putschistes, ou appeler au calme.

Il est possible qu’il soit parvenu à briser le mouvement. Les grands médias, en le suivant docilement à chacune des étapes que je viens de décrire, l’auront, le cas échéant, bien aidé.

Cela dit, quelles que soient ses décisions désormais, quel que soit le discours d’accompagnement des grands médias, la colère et le désespoir ne disparaîtront pas et seront, au mieux, mis sous le boisseau et recouverts par une immense amertume.

Quoi que fasse Macron, quoi que disent les grands médias, le président a perdu la confiance d’une immense majorité de la population et l’a perdue à un degré tel qu’il ne pourra pas la regagner.

Une attitude digne d’un homme d’État impliquerait qu’il dissolve l’Assemblée nationale et accepte des élections législatives anticipées (et quand je lis, ici ou là, que la dissolution de l’assemblée nationale remettrait en cause le fonctionnement démocratique du pays, je sens un fort parfum d’imposture : quoi que je pense de lui par ailleurs, le général de Gaulle avait dissous l’Assemblée nationale, il y a cinquante ans).

Une attitude digne d’un homme d’État impliquerait aussi qu’il démissionne et qu’une élection présidentielle anticipée ait lieu (et quand je lis, ici ou là, qu’une élection présidentielle anticipée remettrait en cause plus gravement encore le fonctionnement démocratique du pays, je sens le parfum d’imposture s’accentuer : le général de Gaulle avait démissionné il y a quarante-neuf ans, après avoir perdu un référendum).

Macron n’est pas un homme d’État.

Sauf surprise, il va, dès lors, y avoir au mieux un changement de gouvernement – et peu ou prou la poursuite de la même politique.

La France est gouvernée par un homme qui la déteste et qui déteste son peuple. Les mois à venir risquent d’être turbulents et effroyables.

 

 

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Partager cette publication

(16) Commentaires

  • Alain PROTTE Répondre

    Du haut de son incroyable prétention, il se sent incapable de s’assimiler à ces petites gens ringards que sont les français. Dementat Jupiter quos vult perdere.

    17/12/2018 à 9 h 33 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    sujets à réflexion :

    #  » le Pape soutient le pacte mondial des migrations  » ( la presse )

    #  » gilets jaunes : les problèmes ne sont pas résolus  » selon François Bayrou

    blogueurs tous à vos claviers !

    17/12/2018 à 8 h 51 min
    • HansImSchnoggeLoch Répondre

      Vous pouvez toujours répondre à vos deux questions pour éclairer les autres intervenants de ce site.
      Des commentaires suivront, peut-être…
      Chiche?

      17/12/2018 à 11 h 24 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        je suis à l’ écoute des gens !

        vous savez cela était intellectuellement primordial dans l’ exercice de mon métier !

        après : je décrypte ( car il faut souvent décrypter ) , j’ analyse ( avec le plus de … finesse possible ) , je hiérarchise ( sérieusement avec l’ expérience acquise ) et il m’ est alors possible de donner, lorsque j’ estime en avoir la compétence ,  » mon  »  » avis « , rien que mon avis !

        êtes vous comme moi ? ou bien avez vous pour ce qui concerne toute chose une Révélation définitive ?

        voyez vous ce qui manque aux  » 4 Vérités  » et à nombre de ses  » fidèles  » c’ est une vision holistique de la réalité ; je ne dis pas relative mais holistique ( la fable du hérisson et du renard )

        17/12/2018 à 11 h 42 min
        • HansImSchnoggeLoch Répondre

          // … je ne dis pas relative mais holistique ( la fable du hérisson et du renard ) //

          Plutôt la fable de la grenouille qu veut se faire aussi grosse que le boeuf.
          Arrêtez de gonfler un jour vous allez exploser et répondez humblement à vos deux questions plus haut.

          17/12/2018 à 14 h 35 min
  • KAVULOMKAVULOS Répondre

    La pauvreté, évoquée de façon livresque par QC qui, se faisant, vise surtout à se rengorger en citant des ouvrages qui ne représentent rien du ressenti pour ceux qui n’ont pas eu à la subir, je viens encore de la voir ce matin . Faisant la queue à la caisse d’un supermarché j’étais précédé d’une dame, la trentaine, vétue simplement mais très propre, accompagnée d’un gamin d’environ 6 ans qui aurait pu être l’un de mes petits fils. Pour règler ses achats, après que la caissière lui ait indiqué la somme, je vis qu’elle avait posé une sorte de chèque et cherchait des pièces (jaunes) dans son porte monnaie pour le complément. A l’évidence, elle n’avait rien d’autre. Son « panier » n’était pas bien lourd : une boite de semoule (non ce n’était pas une bachée) un paquet de biscuits d’entrée de gamme et un sac papier contenant des mandarines. La jeune caissière que je connais la regarde et je vois la cliente mettre de coté le paquet de biscuits, puis refaire le compte, toujours trop élevé pour ses disponibilités. La cliente ressort alors 3 mandarines du paquet pas très gros pour, enfin, arriver au seul chiffre qu’elle était à même de payer. Jetant un oeil sur le chèque, qui constituait l’essentiel du paiement, je vis qu’il s’agissait d’un « chèque restaurant ». Ceci m’a rappelé ma propre enfance, loin d’être rose et les jours où j’ai vraiment connu la faim. Pas la fringale, la faim non littéraire. Et j’affirme ici que seuls ceux qui sont passés par là, surtout voyant les autres bien se nourrir, peuvent prétendre, non seulement comprendre (ça leur fait une belle jambe) mais ressentir. Le reste n’est que fumisterie et j’atteste que Hans à raison de parler de « la faim qui vous tenaille ». Plutot que verser dans une rhétorique aussi prétentieuse que vaine.
    P.S. : je n’ai pas la larme à l’oeil facile, mais je n’ai pu m’empêcher de proposer, maladroitement, à cette mère de règler les oranges annulées pour son compte. Cette  » pauvre » m’a encore d’avantage touché par sa dignité en refusant poliment. Je comprendrais toujours que dans des circonstances extrèmes ceux qui souffrent trop et n’ont plus rien à perdre soient prêt à tout foutre en l’air, n’en déplaise aux donneurs de leçons qui les invitent maintenant très fort à aller danser devant le buffet dans leurs clapiers.

    16/12/2018 à 1 h 27 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      ce que vous décrivez c’ est la misère de VOTRE société
      c’ est au  » gamin  » qu’ il aurait fallu proposer les mandarines , pas à la mère
      enfin, ce geste charitable est tout à votre honneur même s’ il était maladroit

      p.s. j’ ai aussi connu la faim

      16/12/2018 à 11 h 08 min
      • KAVULOMKAVULOS Répondre

        Pauvre crétin ! Vous avez connu la faim ? Pas sur. Mais la connerie, aucun doute. Et elle vous suit toujours.

        17/12/2018 à 0 h 36 min
        • quinctius cincinnatus Répondre

          hologramme de Brenus , je suis un enfant de la guerre

          non seulement j’ ai connu les privations, le froid, la faim mais aussi les bombes, la mitraille et cerise sur le gâteau d’ avoir été pris en otage

          vous êtes un petit minable de franchouillard : petit cerveau et grande gueule

          17/12/2018 à 13 h 22 min
          • HansImSchnoggeLoch

            // je suis un enfant de la guerre //

            D’autres aussi mais ils n’en font pas un drame.
            Rangez votre « ithos » pour un moment et soignez votre « pathos ».

            17/12/2018 à 14 h 40 min
  • IOSA Répondre

    Article que j’approuve totalement, le nouveau monde sera édifié par le peuple des gilets jaunes pour le peuple français.

    14/12/2018 à 13 h 04 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

       » le peuple n’ a pas d’ idéal, il n’ a que des besoins  »

      et c’ est un médecin des pauvres qui vous le dit : Louis-Ferdinand Céline !

      [email protected], ne vous nourrissez donc pas d’ une ultime illusion !

      15/12/2018 à 10 h 57 min
      • HansImSchnoggeLoch Répondre

        Le peuple est aussi une abstraction, on extrait un individu type d’une masse pour en faire le représentant de tout le monde.
        Le danger c’est que le monde politique transforme cet individu en « réalité virtuelle gameboyée ».
        Il est toujours malaisé pour le citoyen lambda d’être forcé de faire partie d’un jeu qu’il n’a pas voulu *).
        Les gilets jaunes en sont conscients, ils ne veulent plus jouer et ils s’en foutent de ce que Céline a pu dire.

        *) Voir la célèbre chanson de Tammy Wynette:
        I don’t wanna play house.

        Un petit conseil QC:
        Quand vous avez le ventre vide et que la faim tenaille et vous assaille, le cerveau est bloqué.
        Essayez donc de citer Céline après un mois de jeune forcé.

        15/12/2018 à 13 h 43 min
        • quinctius cincinnatus Répondre

          [email protected], votre casuistique *** est de plus en plus laborieuse ; si je cite Céline c’ est que ce médecin de banlieue, qui avait travaillé comme ouvrier chez Ford à Detroit , et comme médecin en Afrique, savait lui de quoi il parlait : de la misère !

          profitez en aussi pour lire  » La Faim  » de Knut Hamsun, ce réprouvé, et du même ce chef d’ oeuvre d’ un homme de presque 90 ans  » sur les sentiers où l’ herbe repousse « , Knut Hamsun qui vécu et travailla comme garçon de ferme en Amérique

          *** la casuistique étant vous le savez la disposition à subtiliser *** pour transiger avec sa conscience donc avec la réalité et / ou la vérité

          *** subtiliser au sens littéraire

          15/12/2018 à 18 h 42 min
          • HansImSchnoggeLoch

            Votre monde n’est pas le mien ni celui de beaucoup d’autres.
            Le fait d’avoir lu des récits vécus sur la pauvreté ne vous transforme pas par osmose en spécialiste de cette discipline, si je peux m’exprimer ainsi.

            J’ai beaucoup de respect pour des gens qui ont changé le monde, certains d’une façon plus concrète que vos deux auteurs.
            Je vais vous citer quatre garçons qui ont oeuvré dans ce sens.

            Les deux premiers ont bricolé dans un garage en Californie quelque chose que vous avez devant le nez et sous les doigts quand vous intervenez sur les 4V.
            Le suivant un peu plus haut près de Seattle s’amusait à faire comprendre ses intentions aux machines inventées par les deux premiers.
            Et le dernier, né en Afrique du Sud, fabrique des engins qui permettront un jour de coloniser la planète Mars.
            Même l’ESA ne fait pas mieux.

            Je ne suis pas sûr si les quatre ont lu Céline, ils avaient peut-être autre chose à faire.

            15/12/2018 à 20 h 30 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    peut être déteste t il les Français, mais ce qui est par contre certain c’ est qu’ il est le laquais de la  » Phynance Apatride  » et le serviteur zélé du Capitalisme Financier : un passage à l’ E.N.A. § surtout, surtout, chez Rothschild cela laisse des traces  » culturelles  » indélébiles !

    p.s. : on se demande toujours pourquoi celui qui clamait devant le  » petit  » peuple socialisant que son seul ennemi c’ était la Finance est justement allé chercher un conseiller pour l’ Economie puis un ministre de l’ Economie justement chez un Rothschild un Etablissement Apatride

    12/12/2018 à 10 h 41 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: