Macron et le « en même temps »

Posté le juin 16, 2020, 3:48
3 mins

Le 14 juin, Emmanuel Macron a prononcé une nouvelle allocution télévisée pour annoncer les prochaines étapes du déconfinement.
Comme d’habitude avec le roi du « en même temps », il y a du bon et du mauvais.
Comment, par exemple, ne pas être d’accord avec ces phrases : « Ces dépenses viennent s’ajouter à notre dette déjà existante. Nous ne les financerons pas en augmentant les impôts. La seule réponse est de bâtir un modèle économique durable, plus fort, de travailler et de produire davantage pour ne pas dépendre des autres. »
J’en approuve tout : le refus de la hausse des impôts, la nécessité de travailler plus et de privilégier l’indépendance nationale.
Mais Emmanuel Macron a fait rigoureusement l’inverse, d’abord comme collaborateur de François Hollande, puis comme chef de l’État.
Il a augmenté les impôts (bien qu’il affirme explicitement le contraire dans cette allocution). Il a aggravé notre dépendance à l’égard des pays extérieurs. Et il n’a rien fait pour augmenter ou libérer le temps de travail.
Je me réjouis aussi d’apprendre qu’il n’est pas question de déboulonner les statues pour complaire aux groupuscules racialistes d’extrême gauche.
Mais, là encore, il y a loin entre les principes et leur application concrète.
M. Macron et ses amis n’ont-ils pas gommé un certain nombre de figures de notre histoire dans les manuels de la si mal nommée Éducation nationale ?
Je me réjouis d’entendre le président déclarer que « tout ne pas être décidé à Paris ». Mais il est à l’origine d’un néo-jacobinisme exactement inverse.
Bref, il y a beaucoup de bonnes idées dans ce discours, mais ces bonnes idées sont si éloignées de ce que nous connaissons de la politique de M. Macron que nous attendrons les réalisations avant de juger.
D’autant qu’il y a aussi du mauvais dans ce discours.
D’abord l’autosatisfaction insupportable : si la France a traversé cette crise, ce n’est pas grâce au gouvernement, mais malgré lui.
Il ne semble pas non plus que les lubies gauchistes de naguère soient oubliées. Je m’inquiète ainsi d’entendre parler de « reconstruction écologique, sociale et solidaire ».
Par ailleurs, je ne comprends pas l’intérêt d’une rentrée scolaire le 22 juin !
Plus grave encore, parmi les motifs d’autosatisfaction du président, il y a notre monstrueux État-providence. Les centaines de milliards d’euros (virtuels) injectés dans l’économie montreraient la force de notre « modèle social ». Au contraire, il est urgent, pour le salut de la France, d’abandonner cette bureaucratisation de l’assistanat qui asphyxie toute initiative !

Article précédent

Plan de relance

3 réponses à l'article : Macron et le « en même temps »

  1. OMER DOUILLE

    20/06/2020

    En même temps ? Dans un autre domaine, on aurait dit « à voiles et à vapeur » .

    Répondre
  2. Gérard Pierre

    18/06/2020

    La France macronienne est à présent le fourre-tout :

    de « l’innocence » d’un Olivier Véran, d’un Jérôme Salomon, d’une Agnès Buzyn, et de tant d’autres faussaires de la santé, …

    de l’inconsistance abyssale d’une Sibeth Ndiaye, d’une Aurore Bergé, d’une Marlène Schiappa, et de tant d’autres psittacidés compulsifs estampillés LREM auxquels l’incohérence verbale tient lieu de suite dans les idées, …

    de l’ambiguïté chronique d’une Nicole Belloubet, d’une Élisabeth Borne, et du vide intellectuel d’une Muriel Penicaud,

    de l’incompétence notoire et dévastatrice d’un Christophe Castaner,

    des caquetages moralisateurs, pontifiants et compassés des « serviliteurs » de la journalisterie poulaillère,

    de l’antimilitarisme bobo d’un président franc maçon, d’une dame Florence Parly (la fille de service), et d’une kyrielle de hauts fonctionnaires qui sont à la Défense ce que la végétation sauvage est à un rempart,

    d’une laïcardisation agressive à l’égard de la chrétienté mais, « en même temps » permissive envers un totalitarisme exotique adossé à un prétexte religieux,

    d’une pensée complexe complètement décomplexée dont la complexité n’apparaît qu’à son concepteur dans toute sa simplicité !

    Vous avez dit  »mondialisation » ? … mon dieu comme c’est mondial !

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    17/06/2020

    Macron ? c’ est du jacobinisme … girondin ! …

    ce qui signifie qu’ il veut rendre inoffensifs les Régions et … leurs Présidents

    une nouvelle usine à gaz politico-administrative pour nous sortir assurément de notre décadence

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)