Macron et le Brexit

Posté le février 11, 2020, 9:30
3 mins

Le Brexit a été entériné, après des années de tergiversations, le 31 janvier dernier.

Bien sûr, rien n’est encore joué et les négociations continuent entre Londres et Bruxelles.

Surtout, on ignore, à ce stade, si ce départ du marché commun sera ou non bénéfique au Royaume-Uni.

Mais il faut au moins saluer la victoire de la démocratie et de la souveraineté.

Il était, en effet, intolérable que des personnes qui n’ont que la démocratie à la bouche piétinent ainsi la décision parfaitement claire du peuple anglais.

On peut certes penser que ce dernier n’était pas convenablement « éclairé » lorsqu’il vota le 23 juin 2016, mais on ne peut prétendre que son vote était ambigu.

Il est vrai que, sur les affaires européennes en particulier, nous avons pris la déplorable habitude de considérer qu’aucune démocratie ne tenait devant les traités et qu’un référendum ne convenant pas aux « experts » pouvait être oublié (comme le fit naguère Nicolas Sarkozy avec le Traité de Lisbonne) ou que l’on pouvait reposer la question jusqu’à ce que le peuple vote « bien ».

Mais le plus extravagant tient au retournement de veste de la nomenklatura.

Voici quatre ans, on nous annonçait toutes sortes de cataclysmes pour le cas où les Anglais voteraient « mal ». Tout, et notamment la finance, allait s’effondrer.

Je me souviens même que l’on nous avait annoncé que Paris allait devenir la principale place financière européenne. Oui, oui, malgré ses finances publiques socialistes !

Aujourd’hui que le Brexit est devenu réalité, M. Macron et les siens ont totalement changé leur stratégie.

Le cataclysme annoncé n’est pas arrivé. Les électeurs ont même confirmé leur vote de 2016 en envoyant une confortable majorité de conservateurs siéger à la chambre des communes.
Désormais, l’objectif est d’empêcher que le Brexit réussisse trop bien.

Ainsi M. Macron a-t-il récemment déclaré à un chef d’entreprise qui participait au déjeuner de « Choose France » (selon le volapük en vigueur) :
« Tout l’enjeu aujourd’hui est de montrer aux autres pays européens que sortir de l’Union européenne n’est pas si facile et forcément bénéfique. Même si on peut craindre que le Royaume-Uni n’affiche des résultats pas si mauvais. »

Autrement dit, l’oligarchie européiste va tout faire pour pourrir la vie des Britanniques pour ôter à quiconque le goût de l’aventure.

J’ignore si elle arrivera à intimider Boris Johnson. Mais je suis certain, en revanche, que retenir les peuples contre leur gré est la pire façon de promouvoir l’Union européenne. Mais peut-être n’y a-t-il plus un seul bon argument en faveur de Bruxelles ?

7 réponses à l'article : Macron et le Brexit

  1. quinctius cincinnatus

    17/02/2020

    L’ UNION EUROPEENNE EST UN ARCHIPEL

    Répondre
  2. OMER DOUILLE

    12/02/2020

    Et il (Macron), le « fera payer » comment à l’Angleterre ? Avec ses petits bras, peut être ?
    L’Angleterre qu’on l’aime ou qu’on la déteste et en dépit d’une certaine duplicité en a vu d’autres dans son histoire. Il faut lui reconnaitre ses vertus. Du moins tant qu’elle n’est pas encore trop bougnoulisée, car ensuite c’est fichu.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      15/02/2020

      mais par U.E. interposée , bien sûr !

      ne vous êtes vous pas encore rendu compte qu’ Emmanuel Macron était un MANIPULATEUR ?

      rien qu’ un manipulateur comme … Sarkozy !

      Répondre
      • OMER DOUILLE

        16/02/2020

         » par l’ U.E. ? » Il faudrait pour cela que le manipulateur soit suivi par les décideurs des divers pays européens et c’est peu probable. Je parierais que déjà, en coulisse, de nombreux accords bi-latéraux sont prêts dans bien des domaines. Cela, l’ Angleterre sait très bien faire : n ‘ a t elle pas réussit à faire la guerre a Napoléon au fait de sa puissance par nations étrangères interposées pour ramasser la donne au final. Ceux qui misent sur un isolement des anglais se leurrent grandement

        . Macron ne fait pas le poids et n’a pas fini de voir ses proches mis a terre comme le branleur Grivaux, assez idiot pour laisser des images numériques de ses fantaisies se balader à la merci d’opposants … ou d’amis bien intentionnés et partir comme un péteux qu’il est après avoir copieusement insulté le peuple de « ceux qui fument des clopes et roulent au diesel » .

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          16/02/2020

          je ne fais pas trop de soucis pour les Anglais, ce sont des gens courageux, pragmatiques, décidés , habiles et tenaces

          pour ce qui est de la sexetape qui était programmée pour s’ effacer AUTOMATIQUEMENT dès après avoir été vue, , il pourrait donc bien s’agir d’ une capture d’ écran à partir du téléphone crypté de l’ émetteur ou de celui de la  » destinataire  » et là on rentre dans le  » second  » monde

          Répondre
        • quinctius cincinnatus

          16/02/2020

          pour ce qui concerne Macron sa politique consiste en ce qu’ il essaie de rassurer les Allemands et de profiter de la fin de règne calamiteuse d’ Angela et des deux partis de la Grande Coalition … mais il n’ aura aucun appuis à l’ Est que l’ O.T.A.N. et les U.S.A. continueront à  » protéger  » par crainte du  » Russe  » ; nous nous dirigeons donc vers une  » Europe Archipel « , traditionnelle comme on dit maintenant : Est  » slave  » , Nord ( avec l’ Allemagne ) toujours allié de l’ O.T.A.N. et Latine pour qui le vrai danger vient des  » Peuples de la Mer « 

          Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    11/02/2020

    Macron est un revanchard et un teigneux , il voudra faire payer le prix fort à l’ Angleterre sauf si ses commanditaires de la Haute Finance le lui interdisent

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)