Macron ne peut pas être la solution !

Posté le décembre 13, 2016, 1:45
4 mins

C’est indéniable, Emmanuel Macron est un personnage « brillant ». Nous l’avions reçu à ETHIC (réseau d’Entreprises à Taille Humaine, Indépendantes et de Croissance) avant sa nomination à Bercy et, souvenez-vous, la veille, il déclarait son hostilité aux 35 heures ! Mais, depuis, il a goûté à la politique politicienne…

Alors, où en est-il actuellement ?

Il se déclare ni de droite, ni de gauche… Mais quand même de gauche.

Personnellement, j’en ai marre des expériences de gauchistes, en commençant par Mit­terrand, alors nouveau venu dans cette mouvance, qui nous balança un programme commun qui a détruit notre économie en moins de deux ans. Ce n’est qu’au prix d’un virage à 180° en 1983 qu’il évita à la France une déconfiture totale, mais son expérience socialiste a néanmoins laissé de nombreux stigmates.

Après la période Jospin, un trotskiste lambertiste non assumé, le même scénario se répète avec Hollande qui avait comme conseiller économique – il ne faut pas l’oublier – un dénommé Macron.

Rebelote, la France s’enfonce de nouveau dans une de ces expériences gauchistes qui ont fait fuir tout ce que notre pays compte de forces créatrices.

N’importe quel homme réfléchi aurait fui, comme l’a fait notre Macron, cette équipe de « bras cassés » qui fait semblant de nous gouverner aujourd’hui.

Mon expérience et mon âge qui s’avance m’ont amené à avoir une certaine philosophie qui a toujours été confirmée : Il n’y a rien de plus dangereux qu’un socialiste qui paraît bien sous tous rapports !

Alors, notre Macron, encensé par une presse qui est prête à s’enflammer pour tout nouveau personnage politique qui se dit réformateur, commence à attirer les foules en admiration devant « notre sauveur autoproclamé ». Ce samedi 10 décembre, il a d’ailleurs réuni des milliers de personnes à la porte de Versailles – un succès indéniable.

Mais, voilà, il est, comme tout politicien, tenu de récupérer le maximum de voix. Et une déclaration lui fait tomber le masque : « Je serai le candidat du travail… mais je ne reviendrai pas sur les 35 heures » !

J’ai créé et géré une PME de plus de trente employés et je peux témoigner de l’effet catastrophique de cette mesure engagée par Martine Aubry (vous savez, celle qui a dit : « Macron, comment dire… Ras le bol » !).

Alors, pour moi, la France doit saisir sa dernière chance. Tous les pays qui s’en sont sortis, l’Allemagne en premier lieu, ont pris les mesures indispensables à un sauvetage de leur économie.

Il n’y aura pas de miracle. Seul un programme libéral permettra de sortir du marasme économique. Et le mot « libéral » n’est pas une insulte. Il suffit d’en lire la définition du dictionnaire (Hachette en l’occurrence) : Attitude de ceux qui s’attachent à la défense des libertés individuelles ; doctrine hostile à l’intervention de l’État dans la vie économique ; respect de la liberté d’autrui, tolérance.

Le programme de François Fillon est, selon moi, le strict minimum à appliquer !

16 réponses à l'article : Macron ne peut pas être la solution !

  1. quinctius cincinnatus

    20/12/2016

     » Macron ne peut pas être la solution  » ? moi qui croyais qu’ UBER et easy-bus ( interdits de circuler à Paris intra-muros ) étaient les solutions à nos problèmes économiques ( mais pas la réindustrialisation )

    à propos d’ U.B.E.R. vous n’ avez pas été sans remarquer que les manifestations ( légitimes ) des chauffeurs contre cette exploitation d’ un nouveau type *** avaient deux caractéristiques

    – les berlines hauts de gamme

    – l’ origine ethnique des chauffeurs

    comme si un peu d’ argent pas très propre avait été recyclé dans ces activités auto- entrepreneuriales

    *** j’ ai particulièrement apprécié sur France-info l’ intervention dans un français d’ un rare classicisme, dans le fond comme dans la forme, d’ un syndicaliste … vraisemblablement d’ origine camerounaise

    Répondre
  2. Bistouille Poirot

    17/12/2016

    Positions controversées sur les 35 heures. Quoi de neuf chez nos « élites »? Rien. On le croyait « En Marche », non il piétine, temporise, donc n’aura son nouveau costume ! et retournera la veste de l’ancien. C’est la politique du …bus, celle que le chauffeur de la RTM pratique à Marseille comme le font ceux de la RATP à Paris. Quand il y a trop de monde, que dit il?
    – Avancez vers…. l’arrière SVP.

    Répondre
  3. goufio

    17/12/2016

    « Je me demande parfois si le monde est dirigé par des gens intelligents qui se moquent de nous ou par des imbéciles qui y croient vraiment. – Mark Twain (1835-1910)

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      17/12/2016

       » ils  » cumulent ces deux qualités : des  » stupides  » qui se moquent de vous ; nous en avons un exemple vivant sur le blog

      Répondre
  4. BRENUS

    16/12/2016

    Mémé Macron qui cornaque à mort son poulain durant des répétitions dignes de celles d’un metteur en scène n’avait certainement pas prévu que le zozo allait terminer sa séance de bateleur d’estrade dans une quasi convulsion extatique. Sans vouloir être méchant, je dirais que le spectacle me faisait furieusement penser à une antépénultieme resucée historique sur les beuglements hitlériens des grands raouts nazis quand le « guide » roulait des gobilles de fou tout en éructant pret à marcher sur l’eau. Ses « fans » auraient intérêt à se poser des questions sur sa statibilité mentale. C’est chelou comme disent les djeuns.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      16/12/2016

      c’ est bien cela … extatique … mais le comparer à Adolf est particulièrement désobligeant [ … pour ce dernier ] car même de Gaulle le comparait à un … Titan , ce que n’ est certainement pas le banquier de chez Rothschild … lui au moins était un grand tribun populaire

      Répondre
  5. druant philippe

    15/12/2016

    « l’ animal fétiche d’ Emmanuel Macron pourrait bien être le … caïman »

    Exact car dans tous les cas , il ment !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      15/12/2016

      excellent ! je n’ avais pas pensé à celle là !

      Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    15/12/2016

    l’ animal fétiche d’ Emmanuel Macron pourrait bien être le … caïman

    Répondre
  7. jean pierre clavier

    14/12/2016

    « Et le mot « libéral » n’est pas une insulte. Il suffit d’en lire la définition du dictionnaire (Hachette en l’occurrence) : Attitude de ceux qui s’attachent à la défense des libertés individuelles ; doctrine hostile à l’intervention de l’État dans la vie économique ; respect de la liberté d’autrui, tolérance. »

    sauf qu’aujourd’hui, l’état non seulement n’est plus en mesure d’intervenir dans la vie économique, mais que c’est les groupes de la finance qui dictent leurs politiques aux Etats dont ils sont les créanciers!
    Macron est l’un de leur représentant

    Répondre
  8. David Dom972

    14/12/2016

    Je partage à 100% l’analyse de Gérard Pierre, Macron est un pion utilisé à une stratégie bien précise d’une certaine élite qui préfère rester dans l’obscurité. Les élections présidentielles sont malheureusement truquées car manipulées par certaines puissances d’argent. Macron va sauter quand le vrai candidat socialo-gauchiste se fera connaître au grand jour comme le pourfendeur des méchants nationalistes et des dangereux libéraux.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      16/12/2016

      je ne le pense pas ; Emmanuel *** Macron est le pur produit de la très bonne bourgeoisie  » catho  » de province celle qui chez moi fréquente chaque dimanche la messe de 11 heures à la basilique : un peu de paternalisme et beaucoup d’ entre-soi !

      *** le prénom est à lui seul une … « Révélation  » !

      le calviniste

      Répondre
  9. quinctius cincinnatus

    14/12/2016

    On voit trop souvent la  » Politique  » comme une partie d’ échecs , mais avec la Mondialisation et la Finance Apatride c’ est plutôt de jeu de go * dont il faudrait parler

    *** ce jeu est d’ ailleurs plus subtil

    Répondre
  10. Gérard Pierre

    14/12/2016

    Quand un peintre fait l’apologie du noir clair, on parle d’art contemporain ! …… et quand un politicien déclare « Je serai le candidat du travail… mais je ne reviendrai pas sur les 35 heures » ça s’appelle de la démagogie !

    Pour autant, ce propos est-il fortuit ?

    Assurément non !

    Le jeune homme, bien propre sur lui, n’a rien d’un homme providentiel ! … C’est un pion bien préparé, bien conditionné, plus ou moins bien programmé, qui évolue sur un échiquier dont les joueurs restent tapis dans une prudente opacité.

    Comme dans tout jeu de stratégie dans lequel un pion est mis en lumière, cette lumière le fragilise, mais qu’importe au joueur, puisque le pion est appelé à être sacrifié, …… [il en a d’autres en réserve] …… au profit d’une stratégie dont le but ne se révèle qu’après sa réalisation !

    La question n’est donc pas « Macron est-il en capacité d’être président de la république française ? » mais bien plutôt …… « À quoi est-il destiné à faire échec ? »

    Cette partie terminée, que ce soit par une victoire ou par un échec, les joueurs, toujours prudemment tapis dans l’opacité, ne le jetteront pas forcément tout de suite. Il pourra resservir ! … et être réutilisé, … peut-être dans une autre partie, … avec d’autres ‘’joueurs‘’ !

    Sur l’échiquier du monde les parties sont sans fin !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      15/12/2016

      en peinture il existe effectivement plusieurs sortes de noirs … en politique également et ils ne sont pas tous … contemporains !

      Répondre
  11. Dorian

    14/12/2016

    Le libéralisme on connaît ! La solution n’est pas là ! Ce que propose Fillon n’a rien d’extraordinaire. Créer des emplois en baissant le coût du travail tout le monde peut y arriver. Que Fillon regarde un peu l’état de la France, le niveau de vies de ses habitants avant de proposer de telles choses.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)