Macron prend une claque, mais gagne son pari!

Posté le mai 28, 2019, 10:17
5 mins

Les élections européennes du 26 mai auront finalement réservé de nombreuses surprises.

La première d’entre elles concerne la participation : elle a atteint 51,3%, alors qu’elle n’était que de 42,3% lors du dernier scrutin européen de 2014.
Quant aux résultats, ils sont assez nettement différents de ce que laissaient penser les derniers sondages.

Commençons par les bonnes nouvelles.

La liste d’Emmanuel Macron (je n’ose pas dire la liste de Mme Loiseau, tant le président s’est engagé dans la campagne pour sauver les meubles) n’arrive pas en tête.

Toute la majorité a beau clamer qu’elle n’a pas subi de défaite, c’est objectivement une claque électorale.

Sur ce point, il ne faut pas se laisser gagner par la propagande politico-médiatique : alors qu’Emmanuel Macron a tout fait pour devancer le RN, qu’il avait intronisé son principal adversaire, il passe derrière.

La politique sociale-démocrate et technocratique, la politique de l’anti-France se trouve ainsi nettement rejetée par les Français – et d’autant plus nettement que ceux-ci se sont bien plus mobilisés que ce que l’on attendait.

L’autre bonne surprise du scrutin est l’effondrement de la gauche traditionnelle.

La liste socialiste passe de 14% à 6,6%, tandis que la liste France Insoumise stagne (elle était à 6,3 % et elle réalise, cette fois, 6,9% des suffrages).
Cependant, une fois ces bonnes nouvelles enregistrées, il faut bien reconnaître qu’en France, le scrutin est globalement assez mauvais – et surtout préoccupant pour la suite.

Le premier motif de préoccupation tient à l’effondrement de la liste LR : malgré une campagne de qualité, la liste de François-Xavier Bellamy passe sous la barre des 10% (8,4%).

Et surtout, elle passe derrière les écologistes qui réalisent une progression spectaculaire – et pas seulement en France –, en passant de 8,95% à 13,1%.
La droite paie ainsi son refus de choisir une ligne claire.

De ce point de vue au moins, Emmanuel Macron a remporté son pari: il n’a pas d’opposition sérieuse face à lui et il peut donc sérieusement songer à sa réélection en 2022.

On pourrait, bien sûr, penser que le RN joue ce rôle d’opposition, mais il ne peut jouer ce rôle que pour dire non à Macron, pas pour mener une politique alternative. En particulier, parce qu’il manque de cadres. Les cadres anti-macronistes continuent à être soit à l’extrême gauche, soit dans la droite «classique».

Tant qu’il n’y aura pas d’alliance possible, au moins pour gouverner des collectivités locales, entre des personnalités LR et RN, le réel progrès culturel de la droite française au cours des dernières années ne se traduira pas dans les urnes.

Notons d’ailleurs que le RN recule: il était déjà en tête en 2014, mais avec 24,9%. En outre, le débat de l’entre-deux tours a durablement abîmé l’image de Marine Le Pen comme possible gouvernante.

Bref, à l’heure où j’écris, le plus vraisemblable serait que le RN ne transforme pas l’essai des européennes aux prochaines élections locales et que, faute d’expérience de gouvernement, il échoue à nouveau en 2022.

Notre seul espoir d’assister à un rapprochement entre une droite populiste et une droite de gouvernement réside dans ce qui va se passer à l’échelon européen.
Car, à Bruxelles, Emmanuel Ma­cron a clairement échoué : ceux qu’il avait désignés comme ses principaux adversaires, Viktor Orban en Hongrie et Matteo Salvini en Italie l’ont emporté nettement (56% et autour de 30%).

Ces deux excellentes incarnations des deux droites pourraient montrer le chemin de l’alliance victorieuse.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Article précédent

Le christianisme attaqué

Article suivant

Écologie

9 réponses à l'article : Macron prend une claque, mais gagne son pari!

  1. IOSA

    03/06/2019

    Le LR devrait changer de sigle et devenir ce qu’il est devenu le LZ, le parti des zombies.
    Le franchouillard GJ avait déjà compris la lèche honteuse du LR à Larem du c*l et il sait déjà que Macron est le menteur pour qui il ne votera pas en 2022, la hausse du prix de l’électricité qui devait pas se faire, ne fait que confirmer ce que le petit peuple ne peut plus supporter…le gros tas d’endimanchés qui eux profitent du système.

    Répondre
  2. CONSEIL

    30/05/2019

    Macron n’est pas en tête. La honte. Qu’il démissionne.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      03/06/2019

      c’ est tout ce que vous avez à dire ?

      c’ est un peu maigre !

      Répondre
  3. Doucouré Seidou

    30/05/2019

    La Gauche a placé (depuis longtemps !) des « bracelets électroniques » aux chevilles des membres du LR et ces derniers n’ont pas encore trouvé la clé pour s’en libérer… Ils sont ainsi obligés de diaboliser le RN – comme il fallait le faire du temps du FN – et Il n’y a ainsi aucune possibilité de « rapprochement » (et je n’évoque même pas une « alliance » !) avec cette Droite qu’il faut rejeter et qualifier de tous les maux pour ne pas être accusé (par qui vous savez) de faire le jeu du « l’extrême » Droite… On se pince pour se réveiller, mais non ; c’est bien ça : personne n’ose franchir le pas et chacun reste sur ses stupides positions refusant benoîtement mais fermement de reconnaitre que sans alliance point de victoire. Ce suicide collectif est bien sûr une bénédiction pour Macron qui espère que cette situation va perdurer jusqu’à la présidentielle. Le jour ou L.W. et ses amis auront compris qu’il suffit de débrancher ce satané « bracelet électronique » pour (enfin !) gagner, la France aura peut-être une chance de survire…

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      03/06/2019

      il y a sans aucun doute des gens d’ extrême droite et bon nombre de  » beaufs  » au R. N. , mais pas que !

      la majorité de ses électeurs  » modestes  » sont des  » victimes collatérales  » de  » LaDroite  » , de  » LaGauche  » et du Centre Droite – Gauche harmonieusement confondus dans le  » mondialisme  » de la financiarisation de l’ Economie !

      c’ est la raison pour laquelle il est inutile de souffler sur les braises mais bien plutôt de proposer ce qui peut être réalisable sans que ce soit toujours les plus  » humbles  » qui en paient les pots ( cassés ou pas ) mais aussi sans promesses démagogiques

      il ne reste plus, hélas pour la France, qu’ à attendre l’ échec politique de Macron

      Répondre
  4. OMER DOUILLE

    29/05/2019

    MACRON a bien siphonné une partie de la drouate à l’occasion de ces élections pour atteindre son score Mais cette dernière n’a pas fait preuve de beaucoup de combativité contre les menteurs de laraime. Apprendre seulement deux jours après le vote la nouvelle catastrophe de ALSTHOM au retentissement national, dont nul ne peut nier que Macron, lorsqu’il était ministre de patapouf, a bien préparé la chute, ça révèle un gros amateurisme. Qui peut croire que parmi les gens de droite bien placés l’information, bien qu’occultée au « peuple », n’était pas connue et aurait du être révélée avec tout le tintouin qu’il fallait pour nuire a l’adversaire? La droite a préféré continuer sa petite guéguerre contre les « nationalistes » , sans grand succès d’ailleurs. Oubliant que quelques années avant c’était SARKO qui n’avait pas hésité a braver tout le monde pour sauver cette boite, abandonnée ensuite par le leader de la « startup nation » actuel. Laraime et les mémères paniquées qui ont fait le forcing pour le vote avicole ne vont pas tarder à s’apercevoir que les GJ vont rebondir plus haut et non plus seulement eux, cette fois.
    Quand le désespoir finit par toucher trop de gens il n’y a plus de raisonnement qui tienne, seul l’instinct de survie guide les hommes. D’une certaine manière ce fut la misère extrème et la famine due au climat qui permit la révolution en 1789, même si les conséquences ne furent pas toutes heureuses, tant s’en faut.

    Répondre
  5. Tricot

    28/05/2019

    Bonjour,
    Je crois que l’effondrement des LR tient au fait qu’il n’y a qu’une feuille de papier à cigarette entre LREM et LR. Il n’y a plus de droite, et comme depuis Chirac, il est interdit de projeter des alliances avec les populistes, donc le RN, Macron a toutes les chances de repasser en 2022, au grand désespoir des LR, RN qui continuent leurs stratégies perdantes.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      30/05/2019

      électoralement, le problème de  » LaDroite  » c’ est [ aussi ] le … R.N. !

      Macron a phagocyté les voix  » bourgeoises  » même Lamy n’ a pas pu prendre les voix … versaillaises ! … c’ est dire !

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        31/05/2019

        et, ajouterais je, le programme de F. – X. Bellamy n’ était pas pourtant, disons,  » populaire  » et / ou  » progressiste  »

        ça tire des bordées chez L.R. !

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)