Marine contre Macron c’est Waterloo, d’un côté c’est la France et de l’autre l’Europe… avec l’immigration, l’islam et le capitalisme mondial. (.doc à télécharger gratuitement)

Posté le 28 avril , 2017, 9:27
83 mins

Visualiser / Télécharger le document gratuitement de 19 pages


Au second tour des présidentielles 55 % des votants, dont je fais partie, auront à choisir entre deux candidats qui n’est pas le leur. Et ce sont eux, qui ne sont ni pour l’un ni pour l’autre, qui vont désigner le vainqueur en éliminant celui qui s’éloigne le plus de leurs aspirations ou qui leur paraît le plus dangereux.

L’enjeu fondamental est notre mode de vie, probablement pour des décennies.

La situation électorale montre à quel point notre système politique est à l’agonie. Quel que soit celui qui sera élu le 7 mai, il ne sera le candidat que de 17 % des électeurs. Alors que l’enjeu est considérable. Il s’agit ni plus ni moins que du choix du mode de vie, de ce que doivent être nos lois et nos principes, du poids que doit représenter la France, l’Europe et le monde, de la la place qu’il faut laisser à l’immigration et à l’installation de l’islam dans notre pays, de l’importance croissante du capitalisme mondial.

Et à toutes ces interrogations les deux candidats proposent des orientations extrêmement différentes, souvent même opposées. Comment dès lors peuvent se déterminer ceux qui perçoivent clairement des dangers aussi bien d’un côté que de l’autre ?

I. Pourquoi je n’élimine pas Marine d’entrée.

En France, depuis un peu plus de 30 ans, il est de bon ton d’éliminer d’entrée le FN, au titre que ce sont des racistes et des extrémistes de droite.

D’abord réagir ainsi me semble tout à fait antidémocratique.

En outre c’est totalement méconnaître l’origine et l’explication de l’expansion de ce parti. Dans une interview accordée à Guillaume Durand sur Arte dans l’émission « face aux Français » en 2014 Roland Dumas a clairement reconnu le rôle joué par François Mitterrand pour donner de l’importance au FN. Il a dit « il fallait qu’on trouve un moyen de diviser la droite. Le moyen de diviser a été d’instaurer une loi électorale proportionnelle, afin de donner du poids au Front National ». Et pour concrétiser cela François Mitterrand a écrit aux chaînes télévisées pour leur demander de recevoir et laisser s’exprimer Jean-Marie Le Pen, dont le parti après neuf ans d’existence n’avait obtenu aux dernières élections qu’un score de 0,18 % ! Il restait à diaboliser le FN, et la droite était non seulement divisée, mais peu à peu amputée. Roland Dumas a appelé cela une « tactique électorale » tout à fait normale, faisant un moment le parallèle paradoxal avec l’alliance des socialistes avec les communistes, à une époque où ceux-ci recevaient encore leurs ordres directement de Moscou. Un communiste présent a fortement réagi en rappelant le rôle des communistes comme résistants dans la guerre 40 45 : il a seulement oublié de rappeler qu’au début de la guerre les communistes français étaient alliés des Allemands, conformément aux directives de l’Union soviétique, Staline ayant signé le pacte germano-soviétique avec Hitler. Les communistes ne sont rentrés dans la résistance que sur les ordres de Moscou, suite à la rupture unilatérale de leur pacte par Hitler qui avait décidé d’attaquer l’URSS le 22 juin 1941. Concrètement, les communistes sont devenus des résistants n’ont pas en leur qualité de Français, mais en leur qualité de communistes recevant leurs ordres de Staline. C’est l’histoire, il conviendrait peut-être de ne pas l’oublier, ni surtout de la déformer.

Dans le prolongement de ce rappel historique il me semble tout à fait déplacé de dire que c’est le FN qui divise le pays, c’est au contraire les partis politiques en place qui ont fait du FN un parti proscrit, faisant ainsi des électeurs du FN des parias.

Ensuite il me semble stupide d’éliminer un programme sans même l’avoir examiné. Et dans le programme de Marine je trouve un axe principal de faire respecter nos règles et nos principes, qui me semble capital, et que je ne retrouve pas, au contraire, chez Macron.

Dans la même perspective je ne comprends pas l’argument de certains de « donner sa chance à Macron », qui a déjà eu la chance de montrer les résultats de ce qu’il proposait de faire, alors que cette chance n’a jamais été offerte à Marine. De toute façon, on ne peut pas donner sa chance à tous, cet argument ne vaut pas.

Il me restait donc à comparer leurs programmes au vu des attentes des Français et des priorités du pays, et leurs personnalités (celle de Marine étant largement exposée par les médias, je me suis surtout efforcé d’éclairer celle de Macron, d’autant qu’il est donné largement favori). Voici ce qui en résulte :

II. Les Français voulaient un président honnête …. !!

Les Français voulaient un président moralement irréprochable, pourtant ils sont prêts à élire Macron, qui à son jeune âge s’est déjà rendu coupables de nombreuses malversations pénalement répréhensibles et qu’il est manifestement hyper protégé.

Certes Marine n’est pas exempte de critiques sur ce plan également, mais d’une part ce qu’on lui reproche, même si parfois c’est grave, l’est sensiblement moins que certaines malversations de Macron, d’autre part ce qui est reproché à Marine apparaît dans les médias, alors que c’est le grand silence de la justice, des médias et du système en général en ce qui concerne Macron. Et ce silence est la marque d’un système qui protège ceux qui agissent pour lui.

Après l’ENA, Macron intègre l’inspection générale des finances d’avril 2004 à septembre 2008, pour entrer alors à la banque Rothschild, où il est très vite promu associé gérant, atteignant une rémunération anormalement élevée même dans ce milieu, mais il n’hésite pas à abandonner ce poste hyper rémunérateur pour devenir secrétaire général auprès du nouveau président François Hollande de mai 2012 à juin 2014, puis ministre de l’économie d’août 2014 au 30 août 2016, après avoir créé son mouvement « en marche » en avril 2016, qui a bénéficié d’une forte couverture médiatique.

De nombreux éléments surprenants ainsi que de grandes incohérences dans sa déclaration de patrimoine et des errances graves dans les opérations qu’il a dirigées en tant que ministre de l’économie ont conduit des associations à interpeller les autorités compétentes. Sans suite ! Voici quelques exemples des anomalies relevées et des interrogations exposées :

Des revenus inexplicables, un patrimoine opaque :

  • De janvier 2010 à juin 2014 Macron a gagné 2,75 millions € chez Rothschild et 360.000€ comme conseiller de F Hollande, soit 3,11 millions €, mais lors de sa nomination de ministre de l’économie en août 2014 il ne lui restait comme patrimoine que 156 000 € (corrigé ultérieurement à 214 000 €) alors qu’il avait déjà un patrimoine au préalable. Où est passé cet argent ?
  • Les rémunérations de Macron apparaissent pour 28 % sous forme de salaires et 72 % en dividendes et bénéfices non commerciaux, ce qui les exonère grandement de charges sociales et fiscales. Si tous les salariés étaient payés de cette façon leur salaire net serait augmenté de 67 % !
  • dans sa déclaration de patrimoine d’octobre 2014 à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATPV), Macron déclare au passif de son patrimoine un emprunt de 600.000€ du 4 septembre 2012 pour refinancer un prêt initial de 2007 de 500 000 € destiné à sa résidence principale. Puisque le prêt initial était refinancé, pourquoi reste-il un reliquat de 200.000 € sur ce premier emprunt et comment peut-il encore rester un solde de 100.000 € à rembourser en 2022 sur ce prêt initial qui était d’une durée de 10 ans donc qui se serait terminé au plus tard en 2017 ?
  • Macron déclare au passif de son patrimoine un emprunt ‘familial’ de 350.000 € du 23 novembre 2011 pour des travaux dans une résidence secondaire. Mais il ne déclare pas de résidence secondaire ! Il s’avérera qu’il s’agissait d’une maison appartenant en propre à son épouse. Financer des travaux dans une résidence qui ne lui appartient pas sans déclarer à son actif un montant équivalent au montant du prêt, relève du pénal.
  • De janvier 2010 à juin 2014 Macron a donc perçu 3,11 millions € et emprunté 950 000 €, soit un total de 4,06 million € en 4 ans. Quand on sait que par ailleurs tous ses repas et déplacements étaient essentiellement payés avec de l’argent public, on se demande comment il a pu dépenser 2000 € par jour !!! D’autant que lui-même déclarait le 17 décembre 2012 à Libération « L’idée était aussi de me mettre à l’abri financièrement. Je n’ai pas de goûts de luxe, ni de gros besoins, mais j’accorde beaucoup de prix à mon indépendance ». Le même média écrivait le 26 août 2014 : « Depuis son passage par Rothschild, Macron est suffisamment riche pour être à l’abri du besoin jusqu’à la fin de ses jours ». Mais alors, où est passé tout cet argent ?!
  • dans sa déclaration à la HATVP (en sa qualité de ministre) Macron ne mentionne que son appartement parisien, il oublie sa maison du Touquet. Sa déclaration à la HATVP est donc fausse. De tels manquements font l’objet de sanctions pénales qui sont expressément rappelées en dernière page de la déclaration qu’il a signé et daté de sa main à la HATVP le 24 octobre 2014.
  • Macron a fait l’objet d’un redressement pour la sous-évaluation de cette maison, dont il était propriétaire depuis 2007 ; ce redressement fiscal n’a porté que sur les années 2013 et 2014, parce qu’il a profité de la prescription fiscale pour les années antérieures, de 2007 à 2012.
  • Dans sa déclaration de revenus apparaît des montants importants de revenus de valeurs mobilières (291.286 € en 2011 et 270.296 € en 2012) alors que dans son patrimoine n’apparaît aucun portefeuille de valeurs mobilières ?!!!
  • 20 actions de la SAS Financière Rabelais qui étaient à son nom ont changé de mains sans explication. Alors qu’il devait les apporter le 8 juin 2012 pour une valeur de 372.187 € à la société Paris Orléans (renommée Rothschild & C en avril 2015) elles ont en fait été apportées par deux tiers. Aucune cession de parts n’a été enregistrée. Sont-ils intervenus en prête-nom ?
  • Macron n’a payé que 53.653 € d’indemnité de rupture de son engagement dans la fonction publique alors que selon de calcul légal il aurait dû payer 2 fois son dernier traitement annuel soit 324 240 €. Où est l’erreur ?
  • De manière globale, qu’a-t-il fait de son argent alors qu’en plus il a emprunté pour payer des travaux qui n’étaient pas pour des biens lui appartenant, sans pour autant voir apparaître de créances dans son patrimoine ?
  • L’ensemble des omissions relevées sont d’un montant qui rend leur auteur passible d’une peine de trois ans d’emprisonnement et 45.000 € d’amende ainsi qu’une interdiction des droits civiques et l’interdiction d’exercer une fonction publique.

En tant que conseiller de Hollande puis ministre : des décisions très discutables, des conflits d’intérêts.

  • Qu’est-ce qui a pu motiver Rothschild de donner à Macron une rémunération anormalement élevée, surtout pour un associé gérant si jeune et qui venait juste d’être nommé à ce poste ? 1.490.000 € en 2011 et 1 million d’euros en 4 mois en 2012 (janvier à avril) : si les 21 associés gérants de Rothschild avaient la même rémunération, cela représenterait, sans compter les charges patronales, un montant supérieur au chiffre d’affaires de la banque !!!

Et cela juste avant d’intégrer l’Élysée, où il n’allait gagner « que » 180.000 € par an. C’est « comme si » la banque avait voulu compenser la rémunération moindre qu’il allait percevoir à l’Élysée comme conseiller économique de Hollande.

Il se trouve qu’il y avait précisément à étudier la loi répondant à l’une des promesses de Hollande de séparer les activités bancaires de dépôt et celles dites de spéculation, laquelle loi a été totalement vidée de sa substance, en dépit de critiques nombreuses y compris dans les rangs du PS, à la plus grande satisfaction et banques d’affaires (Rothschild et Lazard).

Un député de la majorité a alors déclaré au Monde « On a compris que les banques avaient commencé leur lobbying dès le 7 mai et que la technostructure à Bercy partageait davantage leur point de vue que le nôtre ».

  • Il a autorisé la vente de la filière énergie d’Alstom à l’américain General Electric par l’intermédiaire de la banque Rothschild.

Ceci représente une situation de conflit d’intérêts au sens de la loi 2013 – 907 relative à la transparence de la vie publique qui dans son article 2 stipule que « constitue un conflit d’intérêts toute situation d’interférences entre un intérêt public et des intérêts publics ou privés qui est de nature à influencer ou à paraître influencer l’exercice indépendant, impartial et objectif d’une fonction ».

Interrogé sur ce sujet lors d’un débat télévisé le 4 avril 2017, Macron n’a pas hésité à dire, pour tenter de se dédouaner : « je n’ai jamais eu à connaître de ces affaires, je ne suis jamais intervenu », ce qui est un mensonge éhonté.

Non seulement il est intervenu, non seulement il a signé le 5 novembre 2014 cette autorisation, mais c’est lui-même qui s’est expliqué sur ce sujet devant l’Assemblée nationale le 11 mars 2015 en déclarant « c’est pourquoi j’ai pris en effet la décision d’autoriser General Electric à investir en France ».

Apparemment la banque Rothschild n’a pas été ingrate puisqu’elle a organisé une levée de fonds pour Macron, en toute discrétion, en septembre 2016 : « Chers amis, un cocktail dînatoire de levée de fonds est organisé pour Emmanuel Macron le 27 septembre à 20 heures à la Terrasse Martini, 50 avenue des Champs-Elysées. A cette occasion, Emmanuel vous fera part de sa vision et de ses propositions, cela sera aussi l’occasion de discuter avec lui de façon informelle. Si vous souhaitez vous joindre à nous, pourriez-vous le confirmer en répondant à ce SMS, en indiquant si vous serez accompagné. Pour des raisons de confidentialité, nous vous demandons une très grande discrétion autour de cet évènement. »

  • en tant que ministre de l’économie, il a assuré la vente de SFR à son ami banquier Drahi qui pourtant était très endetté. M. Drahi a rejoint l’équipe de M Macron en octobre 2016 comme ‘conseiller spécial’.
  • Macron est également impliqué dans un autre conflit d’intérêts avec les laboratoires Servier (qui commercialisent le fameux produit Mediator). Macron a plaidé pour un meilleur remboursement des médicaments vendus par ce laboratoire.

Or il est apparu que Jean-Jacques Mourad, qui était le ‘représentant santé’, principal inspirateur du programme santé de Macron, avait été payé par les laboratoires Servier (en 2016 il a touché environ 1 million d’euros).

Simple hasard sans doute, Jean-Jacques Mourad est le frère de Bernard Mourad, un des cadres principaux de la campagne Macron. C’est lui par exemple qui dirige les dossiers des médias appartenant à Patrick Drahi (B.F.M TV, RMC, Le Monde, Libération …). Toujours des coïncidences !

  • il est également soupçonné d’avoir utilisé une partie des crédits de son ministère pour préparer sa candidature présidentielle. Il multipliait les dîners, parfois deux par soir. Il a ainsi utilisé pour lui seul les crédits destinés à son ministère. Sa moyenne de dépenses personnelles a ainsi été de 489 € par jour uniquement en frais de bouche !
  • On peut aussi rappeler la fameuse soirée à Las Vegas où il a invité 500 personnages importants, avec une dépense globale de 381.759 € pour la seule organisation de cette soirée ! Sans appel d’offres, sans justificatif de l’usage de cette soirée. Le tout aux frais du contribuable français bien sûr … Macron le vaut bien !

Mansuétude et complaisance des pouvoirs et des médias à son égard :

  • le PNF (procureur national financier) Éliane Houlette a trouvé qu’il n’y avait aucune matière à examen. Il faut dire qu’elle a été nommée (et ce fut une grande surprise, car ce n’était pas elle la plus compétente pour ce poste) par Hollande sur le conseil de Taubira.
  • Comment ne pas s’offusquer de l’absence dans sa déclaration à HATPV de sa maison de 1.400.000 € et surtout comment ne pas s’offusquer de la façon dont Macron a évité le scandale et les peines pénales à ce sujet ? Car, ici encore, Macron, confronté à sa fausse déclaration, s’en est sorti grâce à un traitement privilégié : il a « négocié » avec HATPV pour déposer une déclaration rectificative, alors que cette procédure ne peut résulter que d’une démarche du contribuable qui déclare spontanément s’être trompé. Mais pas quand il a été pris en flagrant délit de fausse déclaration !
  • Pourtant la HATPV (Haute autorité pour la transparence de la vie publique) a refusé de répondre aux éclaircissement qui lui avaient été demandés : elle dont la mission est d’assurer la transparence, refuse de fournir les éclaircissements sur des sujets aussi graves !!
  • de même on remarquera que si Pénélope Fillon doit s’expliquer sur ses salaires pour les 25 dernières années, pour Macron on ne retient que les deux dernières années.
  • Tout comme l’acharnement lié aux costumes offerts à Fillon est à comparer au silence médiatique concernant le fait que Brigitte Macron, la femme d’Emmanuel, est habillée gracieusement et totalement (robes, sacs, lunettes…) par la société de luxe LVMH, du groupe Bernard Arnault, première fortune de France, soutien de la candidature de Macron ; il faut sans doute croire que ceci n’a aucune relation avec cela.
  • le Canard Enchaîné a fait sa Une sur un prêt de 50.000 € accordé à un certain candidat, mais ne s’émeut pas du prêt familial de 350.000 € mis au passif du patrimoine de Macron ? Alors qu’en plus ce prêt était destiné à un bien qui ne lui appartient pas !
  • Qui peut penser que toute cette complaisance de la presse, de la justice, du fisc et de la HATPV, puisse être simplement le fruit du hasard ? N’est-il pas logique d’y voir l’expression d’une communauté d’intérêts ?
  • Faire le ménage et le faire savoir, c’est très bien, à condition que cela soit fait pour tous.

Macron dit régulièrement une chose et son contraire. 

Pour ratisser plus large Macron dit régulièrement une chose et son contraire, il a parfaitement compris que les gens n’entendaient que ce qu’ils ont envie d’entendre.

Après avoir accusé la France de crime contre l’humanité et de barbarie il prétend « restaurer la fierté d’être français ».

Après avoir déclaré « la France n’a pas de culture propre », il n’hésite pas à dire « la France n’est pas et ne sera jamais multiculturelle » : autrement dû nous n’avons pas de culture qui soit nôtre et nous n’avons pas su intégrer les cultures venus d’ailleurs, nous sommes donc totalement incultes !!

Il demande que l’on respecte les mœurs et coutumes des immigrés, même lorsqu’ils sont totalement opposés et même incompatibles avec les nôtres, ce qui ne l’empêche pas de prétendre défendre l’intégration ??

Il défend l’islam tout en déclarant faire une priorité du respect de la liberté de la personne  et de l’égalité entre les femmes et les hommes !!

Tout comme en novembre 2016 il disait « je suis socialiste » et depuis quelque temps « je ne suis pas socialiste ».

C’est cela l’ouverture avec Macron, soutenir une chose et son contraire, et ouvrir grandes les portes de la France.

Et il veut maintenant se faire passer pour un « patriote » qui appelle derrières lui tous les patriotes français pour faire face aux nationalistes !!! Un patriote qui n’hésite pas cracher à la face de son pays sans même savoir de quoi il parle !

Il n’hésite pas à dire n’importe quoi, parfois il en rit lui-même !

Il a été pris en flagrant délit de lire un texte qui n’avait aucun sens, au point qu’il s’en est rendu compte et en a ri lui-même. Mais cela n’est pas grave, ce qui l’est bien davantage c’est qu’il est incontestablement doué pour mentir avec beaucoup d’aplomb.

Ainsi, en juin 2016, le ministre Macron ouvre le capital de l’aéroport de Toulouse à des investisseurs chinois, en assurant qu’il ne s’agit pas d’une privatisation car ils n’acquerront que 49,9% du capital. L’Etat garde 10% et les collectivités locales possèdent le reste. Mais il apparaîtra qu’un pacte secret d’actionnaire liait l’Etat, non pas aux collectivités publiques, mais aux Chinois, ce qui leur donne les pleins pouvoirs.

Le 11 août 2016, dans une interview à Paris Match, Macron prétend qu’il dialogue régulièrement de la religion et de la place de l’islam en France avec l’intellectuel tunisien Abdelwahab Meddeb. Petite précision : Meddeb est décédé depuis deux ans !

Voyons ce qu’en dit Jacques Attali, un de ses fidèles soutiens, dans Challenges du 13 mai 2016 : Macron n’incarne que le vide”.

Il faut dire qu’il incarne bien : il y a bien du monde qui se précipite pour le remplir !

III. Macron représente exactement l’inverse de ce que les Français recherchaient.

Outre ce qui précède j’expose ici de simples constats non sérieusement contestables :

Les Français ne voulaient plus de la politique de François Hollande.

Très majoritairement, les Français ne voulaient plus de la politique de François Hollande, dont ils ont pu constater les catastrophes aussi bien sur le plan économique que social. Or Macron est l’héritier de cette politique dont il fut l’artisan majeur en termes d’économie.

En effet de mai 2012 à août 2016 il est d’abord conseiller économique de François Hollande puis ministre de l’économie. Pendant cette période les paramètres mondiaux ont présenté un « alignement des planètes exceptionnellement favorable pour l’économie » (taux d’intérêt très bas allégeant considérablement le poids de la dette, prix du pétrole très bas, baisse de l’euro).

Pourtant cette période a produit les pires résultats de l’économie française : de mai 2012 à août 2016 les prélèvements obligatoires sont passés de 900 à 1.000 milliards par an (+ 11%), la dette publique de 1.800 milliards à plus de 2.200 milliards (+22%), l’ensemble des chômeurs de moins de 5 millions à plus de 6 millions (+ 20%).

Les Français voulaient du changement.

Les Français veulent du changement, mais changer représente toujours le risque d’une période incertaine et mouvementée, et ils croient qu’ils peuvent changer sans risque avec Macron qui n’est pourtant que la continuation de la politique en cours et du système en place. Ils espèrent faire du nouveau en agglomérant des politiciens de divers horizons, sans vue commune, avec l’appui de la même haute finance et des mêmes médias qui manipulent les populations depuis des décennies. On croirait un épouvantail de haillons sur lequel on a mis un chapeau neuf.

Au soir du premier tour Macron a tweeté, « les Françaises et les Français ont décidé de tourner la page des 30 dernières années », un internaute a répondu : « Daniel Cohn-Bendit, François Hollande, François Bayrou, Alain Minc, Jacques Attali, Pierre Bergé, Bernard-Henri Lévy approuvent ce message. » On tourne la page et on retrouve les mêmes !

Devant ce spectacle, ceux qui ont suivi l’évolution politique de la France ces dernières décennies et particulièrement les péripéties de cette dernière élection ont l’impression d’assister à une véritable mascarade tragique.

Les Français voulaient choisir eux-mêmes leur président.

Les Français voudraient décider par eux-mêmes, de par leur propre volonté, et ils sont majoritairement conscients de la manipulation et de la désinformation entretenues par les pouvoirs en place, pourtant ils sont prêts à élire Macron qui est le candidat créé et promu par les médias aux ordres de la grande finance, avec l’appui de politiques de plus en plus nombreux.

Lancé par la banque Rothschild directement comme conseiller du président Hollande, deux ans plus tard Macron est nommé ministre, 18 mois après il crée son propre parti alors qu’il est encore au gouvernement socialiste, qu’il quitte quelques mois plus tard pour se présenter comme le candidat d’une nouvelle politique. Il reçoit les appuis de la haute finance et des médias à leur service, et du rassemblement hétéroclite de politiciens ne partageant comme valeurs que leurs propres intérêts.

C’est l’exemple type du lancement d’un produit de marketing politique. Parallèlement à ces supports pour Macron, tout un chacun a pu voir comment le système en place met en œuvre les moyens médiatiques et autres pour discréditer ses concurrents, et surtout comment il a réussi à protéger Macron de toute poursuite alors qu’il s’est rendu coupable de fautes nombreuses pénalement répréhensibles.

Les Français voulaient rejeter le système des pouvoirs en place.

Par système j’entends cet ensemble complexe de pouvoirs, financiers, médiatiques et politiques, qui dirigent la société en la manipulant. Il ne s’agit pas, comme l’imaginent les complotistes, d’un groupe occulte agissant dans l’ombre de façon structurée pour diriger le monde, mais simplement d’une réalité qu’il nous est facile de constater : ces pouvoirs, qui sont concurrents dans leur domaine (les politiques entre eux, les banques entre elles), cherchent l’appui de ceux qui ont des pouvoirs dans des domaines complémentaires (c’est le jeu entre la finance, les médias et les politiques), et devant le danger ils s’unissent avec leurs concurrents pour protéger leurs privilèges. Ils défendent une communauté d’intérêts, qui sont souvent incompatibles avec ceux du pays. C’est ce que font actuellement les politiques battus, qui se rassemblent autour de Macron sous l’étendard du « front républicain », qui est la manipulation ultime du système pour arriver à ses fins.

Les Français voulaient rejeter le système politique qui depuis des décennies, par l’alternance des deux partis au pouvoir, a conduit la France là où elle en est, et pourtant ils sont prêts à élire Macron, en pensant qu’il permet de sortir de ce système, alors qu’il est le fruit et l’outil de ce système, qui, voyant s’effondrer les partis traditionnels, a su regrouper provisoirement, autour du candidat choisi par les banques d’affaires, les politiciens de tous bords qui ont compris qu’ils avaient intérêt à s’allier pour conserver ce pouvoir auquel ils tiennent tant.

Les Français sont contre les abus du capitalisme.

Les Français sont scandalisés par les abus des grandes banques et du capitalisme financier, qui ne recherchent que leurs profits et qui veulent des frontières ouvertes permettant la migration des populations vers des zones de grande consommation et profiter en même temps de main-d’œuvre à bon marché, et pourtant ils vont élire Macron, alors que celui-ci est un membre de la haute finance, favorable aux entreprises mondiales, comme l’a d’ailleurs confirmé la réaction de la bourse après le premier tour. Car la bourse n’est pas le reflet de l’ensemble de l’économie d’un pays, mais des grands groupes. La bourse ne traduit pas l’état de santé des petites et moyennes entreprises, des artisans, des commerçants, ni du niveau du chômage.

La France a progressivement été amputée de son capitalisme industriel, qui produisait des richesses réelles par les investissements et le travail, pour être livrée au capitalisme financier qui s’enrichit en créant des richesses fictives par la spéculation, et qui utilise à son profit les masses colossales d’argent public.

Les Français sont majoritairement conscients de l’implication des politiques dans ce processus capitaliste et de la désinformation des médias à la solde du pouvoir financier, et pourtant ils sont prêts à élire Macron qui a été promu par ceux-là mêmes qu’ils exècrent !

Macron est le candidat ambitieux de la haute finance. Avec l’appui de ses amis banquiers et de leurs médias, il a habilement joué sur la perte de crédit des partis politiques en place, et il surfe sur l’amalgame provisoire des politiciens vaincus du PS, du centre et du PR, qui se rassemblent non par unité de vue, mais par intérêt, pour garder le pouvoir.

Les Français voulaient aussi la sécurité et le respect de leurs modes de vie, et pourtant ….

IV. Sécurité, mode de vie, immigration et Islam.

Il ne faut pas s’y tromper : l’élection de notre prochain président est un choix du mode de vie pour les années, voire les décennies à venir.

Les Français voulaient la sécurité et le respect de leurs modes de vie.

Les Français voudraient la sécurité et le respect de leurs modes de vie, donc le respect de nos lois et une immigration régulée.

Or Macron veut favoriser cette immigration. En Algérie, où il est allé faire campagne (donc nous voyons quelles voix il est allé chercher), il a même promis l’ouverture d’une ‘autoroute’ entre l’Algérie et la France pour favoriser cette immigration, autoroute qu’il entend prolonger tout au long de l’Afrique.

D’ailleurs les instances dirigeantes des musulmans en France {l’UOIF (union des organismes islamiques de France, proche des Frères musulmans) devenue récemment « Musulmans de France », ainsi que Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris (FGPM) et président sortant du conseil français du culte musulman (CFCM)} « appellent les musulmans de France à voter massivement pour le candidat Emmanuel Macron ». Ils disent bien : « massivement », c’est-à-dire il faut aller voter (pas d’absentéisme !), et il faut voter Macron.

Leur réaction est normale, puisque Macron s’est montré plus que tolérant avec l’islam et totalement favorable à l’immigration, qui est essentiellement musulmane.

Macron proche de l’islam radicalisé ?

A Alger Macron a accusé la France de crime contre l’humanité et d’une vraie barbarie. Pour être sûr d’être bien compris il a ajouté « la France a importé la déclaration des droits de l’homme en Algérie, mais elle a oublié de la lire ». Pour oser dire de telles choses Macron est-il totalement ignare sur l’histoire de l’Algérie et sur l’islam ? Ce n’est pas impossible, quand on voit que pour lui la Guyane est une île, Villeurbanne dans la banlieue lilloise, la Guadeloupe un pays étranger et qu’en France les femmes avaient le droit de vote en 1905 ! Mais si c’est le cas, il pourrait clamer moins fort lorsqu’il dit des insanités qui insultent la France.

Il a été très bien entendu par ceux à qui il adressait ce message, même Al Qaïda s’en est félicité officiellement !!

Il pourrait aussi faire attention quand il est devant un micro qu’il croit éteint, comme sur Beur FM le 14 avril 2017 et qu’il soutient clairement son référent Mohamed Saou tout en reconnaissant qu’il a des positions d’islam radical !

Notons d’ailleurs que, contrairement à Marine, Macron ne prévoit pas de dispositions pour s’opposer à cet islam radical, au contraire il nous a averti que nous devions nous attendre à avoir ce terrorisme dans notre vie au quotidien.

Ne perdons pas de vue les enquêtes sérieuses qui ont mis en évidence que – selon les critères retenus pour définir la radicalisation – 32 à 44 % des musulmans sont radicalisés, 54 à 65 % considèrent que les lois religieuses sont à suivre prioritairement aux lois civiles locales. La bascule démographique en faveur des musulmans fait que d’ores et déjà de nombreuses banlieues échappent totalement aux lois de la république, et dans un avenir proche ce sont eux qui au fur et à mesure seront élus dans des agglomérations de plus en plus grandes.

Macron est-il également inconscient quand il se déclare favorable au voile islamique en entreprise ?

Macron s’est déclaré favorable au port du voile en entreprise !

Pour ne pas imaginer les conséquences que cela pourrait avoir, il faut totalement ignorer les effets que cela a déjà eus dans de nombreux pays, par exemple la barbarie sans nom (ou plutôt au nom de « Allah Akbar ») qui a dévasté l’Algérie 2990 à 2004, mais aussi déjà en France.

Autoriser le voile en entreprises inciterait évidemment les musulmans à exiger encore plus qu’aujourd’hui le port du voile, pour leurs femmes d’abord puis pour toutes les femmes. Car pour l’Islam « si une femme sort sans honneur (cela veut dire pour eux sans voile) elle ne doit pas s’étonner que les hommes abusent d’elle ». Sur cette voie là, toutes les femmes devront porter le voile, pour ne pas être agressées et violées. Mais Macron n’a cure de tout cela, son voyage en Algérie et ses déclarations anti française lui ont déjà valu le support total des autorités musulmanes.

L’intégration dans les conditions actuelles est impossible, puisqu’ils sont nombreux à refuser de parler français, les enfants vont à l’école coranique et à la maison on parle arabe. Un vrai musulman, c’est-à-dire celui qui croit en Allah, qui suit les règles du Coran et l’exemple de Mahomet, ne pourra jamais être vraiment français, car c’est contraire à sa croyance.

Voilà ce que Charles de Foucauld, qui a dévoué et donné sa vie pour les musulmans marocains, écrivait en 1907 à Bazin :
«
Des musulmans peuvent-ils être vraiment français ? Exceptionnellement, oui. D’une manière générale, non.
Plusieurs dogmes fondamentaux musulmans s’y opposent ; avec certains il y a des accommodements ; avec l’un, celui du « Medhi », il n’y en a pas : tout musulman croit qu’à l’approche du jugement dernier le Medhi surviendra, déclarera la guerre sainte, et établira l’islam par toute la terre, après avoir exterminé ou subjugué tous les non musulmans. Dans cette foi, le musulman regarde l’islam comme sa vraie patrie et les peuples non musulmans comme destinés à être tôt ou tard subjugués par lui musulman ou ses descendants ; s’il est soumis à une nation non musulmane, c’est une épreuve passagère ; sa foi l’assure qu’il en sortira et triomphera à son tour de ceux auxquels il est maintenant assujetti ….. ils peuvent être attachés à tel ou tel Français, comme on est attaché à un ami étranger; ils peuvent se battre avec un grand courage pour la France, par sentiment d’honneur, caractère guerrier, esprit de corps, fidélité à la parole, … Mais, d’une façon générale, sauf exception, tant qu’ils seront musulmans, ils ne seront pas Français, ils attendront plus ou moins patiemment le jour du Medhi, en lequel ils soumettront la France. »

{le Medhi ou Mehdi ou Madhi ou Mahdi est pour le musulman le sauveur qui paraîtra à la fin des temps}

C’est exactement le cas des musulmans modérés : tant qu’ils seront musulmans, ils ne peuvent pas être français. Cela ne peut pas changer, car cela est inscrit comme parole divine dans les racines mêmes de l’islam, Mahomet (les hadiths) et le Coran. Et c’est bien cela qu’appliquent et feront appliquer partout où ils le peuvent ceux qui croient en Allah, Mahomet et le Coran. Refuser de voir cette réalité en traitant d’islamophobes ceux qui la clament, c’est méconnaître les fondements de l’islam, c’est refuser de voir comment cela se passe dans les pays islamiques, c’est refuser d’entendre les apostats et ceux qui ont vécu là-bas, c’est ignorer la barbarie avec laquelle l’islam s’est imposé, encore à notre époque.

L’Islam n’est jamais venu dans un pays pour s’y intégrer ou même seulement coexister, mais pour y imposer sa loi.

Il faut cesser, c’est vraiment le cas de le dire, de se voiler la face : l’Islam n’est jamais venu dans un pays pour s’y intégrer ou même seulement coexister, mais pour le conquérir, imposer sa loi. Plus un musulman combat les non musulmans, plus il sera récompensé par Allah.

L’immigration démesurée à laquelle nous assistons, et que Macron veut accélérer, n’aurait rien de catastrophique s’il n’y avait pas l’islam. D’abord parce que cette immigration n’aurait absolument pas les mêmes proportions. Cette immigration pléthorique résulte de la pauvreté et de la terreur que l’islam a installées dans ces pays, et pour une autre part par leur organisation de conquête de notre pays. Il faut savoir que les financements islamiques, qui sont immenses, par les pétrodollars mais aussi la zakat, cet impôt religieux imposé à tous les musulmans, et la drogue, servent à financer cette immigration ainsi que des déplacements musulmans d’un pays à l’autre, dans certaines circonstances particulièrement médiatisées. Sans l’islam, le volume de l’immigration serait raisonnable, et elle n’aurait pas de dangerosité.

Écoutez le témoignage d’Aquila (« pour un monde sans islam ») née en 1975 en Algérie, qui explique comment le formatage des esprits par la doctrine islamique a conduit à « la décennie noire » de ce pauvre pays, avec lequel nous avions tant de liens qui auraient pu, qui auraient dû, être totalement positifs s’il n’y avait pas eu l’islam :

« Au début des années 1990, le ciel de l’Algérie se déchira… Une tempête d’une violence inouïe, inédite, sans fin, et un déluge de larmes et de sang s’abattirent sur l’Algérie. Une atmosphère apocalyptique et un vent de folie et de terreur sans précédent ébranlèrent les fondements de nos vies. Au nom d’Allah Akbar et de l’islam, des mutants et zombies islamistes déclarèrent la guerre sainte… Ils ciblèrent les cerveaux, la pensée, l’idée qui ne va pas dans leur sens, la liberté d’expression… Ils ciblèrent les ventres, la source de la vie, ils violèrent les femmes et les filles qui ne portent pas le voile et les transformèrent en esclaves sexuelles, ils éventrèrent des femmes enceintes, ils jetèrent les fœtus et des bébés sur les murs… C’était un film d’horreur dont nous étions les acteurs, l’acteur principal est Mahomet, le réalisateur Allah, le scénario le Coran, les figurants les musulmans dits ‘modérés’… Des milliards de spectateurs, un budget sans limite, de la zakat aux pétrodollars, et une scène de tournage qui s’élargit par milliers de kilomètres carrés au gré des territoires conquis par la violence et le terrorisme… Les porte-paroles, les services de communication et de presse de cette superproduction sont les médias et les moyens technologiques occidentaux… Pendant que l’Occident est berné par des concepts foireux comme l’islamophobie, l’islam est en train de surfer dans les airs avec son tapis volant du 7ème siècle sur cette vague Web et de technologie2.0, happent les esprits faibles par milliers avec un djihad 2.0, un réseau virtuel pour une guerre réelle, pour la fondation de sa suprématie … La récompense de ce djihad n’est pas de ce monde, ce sont les marches vers le ciel, vers un paradis plein de vierges renouvelables pour chaque jihadiste… Les actrices de ce film d’horreur sont des millions de figurantes voilées et filles de joie aussi bien terrestres que célestes … Au nom d’Allah Akbar et de l’islam, des vallées entières autrefois fertiles et sources de vie devinrent des vallées de carnage et de mort, des charniers humains à ciel ouvert… Des créatures animées d’une foi et d’une loi : l’islam et la charia, une armée de soldats d’Allah criant « Allah Akbar » à chaque prière, à chaque acte barbare. Leur foi fut égale à leur sauvagerie, suprême, extrême… Ce film d’horreur algérien se déroula à huis clos … nos voisins du monde libre considérant ce carnage comme une affaire privée algéro- algérienne… Alors oui j’ai vécu cette guerre de l’intérieur, au cœur du théâtre des opérations. Mon rôle n’était ni de me soumettre ni de mourir mais de survivre puis de partir pour vous conter ces faits, cette histoire qui est en train de se préparer et de se reproduire chez vous, celle qui prend possession de vos territoires, des ventres de vos femmes, de vos cerveaux par l’antiracisme tyrannique, le délit d’islamophobie, des mosquées construites avec vos impôts, des voiles qui pullulent …. »

V. L’EUROPE.

C’est le sujet sur lequel le programme de Marine est le plus critiqué. À l’examen celui de Macron n’est pas du tout convaincant, au contraire il est très inquiétant.

Il est raisonnablement impossible d’espérer poursuivre longtemps l’euro et l’Europe sur les bases actuelles.

Dans les 10 dernières années le PIB réel par habitant, ajusté pour tenir compte de l’inflation, a progressé aux Etats-Unis (+3,3 %) et dans l’union européenne (+0,6 %) et régressé dans la zone euro (-1,8 % ) ! Donc la zone euro est de loin la moins compétitive, même par rapport à l’ensemble de l’Europe.

Quant à l’union européenne elle est devenue une monstruosité administrative, qui coûte très cher et qui impose des contraintes sans discernement.

La question de l’euro et de l’Europe n’est donc pas une question sotte.

La politique que Macron propose vis-à-vis de l’Europe est très inquiétante.

Macron ne se pose pas de questions, il continue l’Europe et il est favorable à l’euro mais sans prendre les dispositions qui s’imposent.

Il ne s’agit pas de promettre, comme il le fait, « une Europe qui va développer nos emplois et nos économies »  et qui va « protéger nos industries stratégiques » (lui qui a autorisé la vente d’Alsthom à General Electric, au grand bénéfice de Rothschild, ou encore la fusion de Technip avec l’américain FMC technologies avec transfert du siège à Londres), il faut dire comment il va le faire et avec quels moyens. Or, contrairement au programme que proposait Fillon, celui de Macron n’a pas prévu les dispositions que cela impose. Il est pour l’euro en prétendant échapper aux disciplines qu’implique son maintien !

Il renvoie « la pomme de terre chaude » vers les électeurs en avançant sa solution de « conventions citoyennes » qui sont supposées « redonner un sens au projet européen » ! En fait il mise simplement sur la croissance de la consommation, encore la consommation, donc plus de consommateurs, donc de l’immigration. Tant pis pour la planète, tant pis pour notre pays, pour sa culture, pour notre mode de vie.

Son programme est une accumulation de souhaits, comme de dire qu’il faut que les agriculteurs « soient payés au prix juste » afin qu’ils ne soient plus des assistés qui vivent de subventions. Bravo, mais où est la baguette magique ? Il va donc remettre à plat la réforme de la PAC ? En faisant comment ?

Macron émet des vœux, pas une méthode, ni des moyens. Comment pense t’il concilier ce vœu de permettre aux agriculteurs d’être payés au juste prix avec la mise en application du traité euro canadien (CETA) puisque celui-ci ne peut que faire encore baisser les prix du secteur agricole ?! En effet, comme dans tout accord, il y a des gagnants et des perdants : les gagnants sont les grandes firmes, alors que le marché agricole va souffrir de la concurrence des prix les exportateurs canadiens, fragilisant les filières de viande bovine et porcine et accentuant la dérive vers l’agriculture industrielle. D’ailleurs les industriels canadiens de l’agroalimentaire sont ravis des perspectives positives que présente pour eux le CETA.

Ne pas tirer fortement la sonnette d’alarme sur la zone euro et l’Europe est une grave erreur.

Le projet européen doit être revu en profondeur, et ce ne sont pas des « conventions citoyennes » qui peuvent résoudre ce genre de problème. Deux principes fondamentaux devraient être rappelés : le principe de subsidiarité, selon lequel lorsqu’une action publique est nécessaire la responsabilité doit en être allouée à la plus petite entité qui est capable de résoudre ce problème par elle-même, et son complément, le principe de suppléance qui prévoit que lorsqu’un problème excède les capacités d’une entité, l’échelon supérieur a le devoir de la soutenir, en respectant les limites du principe de subsidiarité.

En pratique, nos technocrates européens utilise abusivement une fausse suppléance en imposant beaucoup trop de contraintes (souvent décidées sous la pression du lobbying et des abus qui l’accompagnent), ne laissant que peu d’espace de liberté aux échelons inférieurs, sans pour autant aider ceux-ci à résoudre leurs problèmes !

Ceci conduit à cette monstruosité administrative qui est venue s’ajouter à une erreur fondamentale consistant à avoir voulu mettre dans les mêmes conditions des pays très déséquilibrés. Nous voyons bien que la majorité des pays ne respecte pas les règles communes de l’Europe : comment maintenir une association si les membres n’en respectent pas les règles ? Ceci a déjà conduit au sauvetage très discutable de la Grèce, qui a coûté très cher sans résultat. Aujourd’hui nous faisons face à des pays très endettés (parmi les plus importants, l’Italie et l’Espagne), d’autres comme la France laissent courir le déficit au-delà du seuil autorisé, ce qui conduit à un euro qui n’a pas la même valeur selon les pays, d’où une supra compétitivité pour l’Allemagne et un gigantesque déséquilibre des balances commerciales et des paiements entre les divers pays européens, une sous compétitivité notable de la zone euro dans l’Europe, et de l’Europe dans le monde.

Au total remettre en cause l’Europe et l’Euro est une démarche qui est devenue indispensable, et ce ne sont pas de simples vœux qui peuvent y répondre. Mais ceci n’inquiète pas le système financier, qui veut ouvrir les barrières pour fabriquer là où ça coûte le moins cher et vendre là où les populations ont su se créer des richesses, qu’il convient de redistribuer un maximum de consommateurs : c’est pour cela que le système fait appel à notre ‘fraternité’ (à sens unique) pour accueillir une immigration de plus en plus abondante.

Quelle serait la voie de sortie ?

De toute façon, Marine ne représente pas le danger du sujet, parce que, même si elle était élue, elle passerait obligatoirement par le biais d’un référendum. Le danger est le sujet lui-même ! Et le pire est de continuer sans rien changer et sans prendre les dispositions pour changer.

La position de marine a l’avantage d’attirer l’attention sur un problème concret, énorme et incontournable. Le fait de soulever le problème peut mettre en avant d’autres solutions, elles existent. Autrement dit ce qui apparaît comme un risque qui fait peur a de bonnes chances de se révéler comme une mise en garde bénéfique.

Plusieurs voies ont été explorées. J’en propose une personnelle : un pays courageux demanderait l’application du principe de subsidiarité pour prendre la responsabilité des problèmes qu’il peut régler lui-même, et qu’il entend régler lui-même, en refusant toute ingérence au titre du principe de suppléance.

VI. L’éducation.

Sur ce sujet essentiel Macron se montre à nouveau dans le prolongement de la philosophie de Hollande. Celui-ci a nommé comme ministre de l’éducation Najat Belkacem, franco marocaine membre d’une commission marocaine dont la mission est de développer l’arabe et l’islam (il ne faut pas oublier que l’arabe est la langue choisie par Allah), et c’est bien ce qu’elle s’est efforcée de faire. Sa réforme est une attaque frontale contre la France, son histoire et sa culture, pour ouvrir un peu plus large l’autoroute à l’islam, avec la reconnaissance par la France de ses origines arabes !

Pour ce poste Macron envisage Bariza Khiari, franco-algérienne, sénatrice de Paris, vice présidente du Sénat, militante pro Islam, proche du CCIF, déléguée nationale du mouvement en marche, présidente de l’institut des cultures d’islam (ICI), l’établissement culturel de la mairie de Paris pour la création et la diffusion des cultures en lien avec le monde musulman.

Pour ceux qui s’interrogent sur les dessous de ce genre d’organisation il convient de savoir que l’astuce consiste à verser des subventions à des associations dont les buts officiels sont supposés purement culturels alors qu’en réalité le véritable objectif est cultuel. C’est ainsi que dans les bâtiments de l’ICI on trouve côte à côte une école pour enseigner l’arabe et une salle de prière sous les ordres de la Grande mosquée de Paris, le tout financé bien sûr par de l’argent public. Dans le cadre de l’émission « dossier tabou » de M6 du mercredi 28 septembre 2016 qui a mis clairement en évidence l’emprise que l’islam a déjà sur la France, Bariza Khiari, interrogée par le journaliste Bernard de la Villardière, avait dû (péniblement) reconnaître les faits.

Dans la même ligne de pensée Macron a prévu une « discrimination positive » pour l’enseignement dans les banlieues musulmanes, sans tenir compte des témoignages d’enseignants qui prouvent que ces quartiers sont déjà grandement privilégiés (1 tableau numérique interactif par classe, des salles informatiques avec PC et connexion Internet, accès libres à des bibliothèques magnifiques, nombreuses heures gratuites de soutien hebdomadaire, restauration quasi gratuite, voyage scolaires pris en charge …) sans aucun résultat tout simplement parce que les jeunes de ces quartiers sont élevés dans la haine de la France, de notre histoire, de notre culture, de la démocratie et bien sûr des « sous-chiens » ou « faces de craie » ou « sale race » comme ils appellent les « blancs ».

Maintenir une telle politique c’est persister dans une démarche de déstructuration de l’histoire et de la culture de notre pays, c’est définitivement maintenir séparées deux populations gérées par des principes et des lois incompatibles.

VII. Les retraites.

C’est un sujet qui ne divise pas vraiment les deux finalistes mais dont il est important de parler car il est de plus en plus crucial et très mal traité tout simplement parce qu’il demanderait de faire face à la réalité, loin des promesses qui attirent les électeurs.

Avec un âge d’entrée de plus en plus tardif dans la vie active (en France nous en somme en moyenne à 25 ans !) et une très forte augmentation de l’espérance de vie, maintenir l’âge de la retraite à 60 ans c’est obligatoirement réduire considérablement le nombre d’actifs par retraité : ceci est une donnée inéluctable. En 1960 il y avait 4,14 cotisants pour 1 pensionné, aujourd’hui ce ratio est de 1,3 actifs pour 1 retraité, soit plus de trois fois plus faible !

Il est donc totalement illusoire de prétendre assurer les mêmes bases de retraite en maintenant des bases raisonnables de cotisations avec un départ à la retraite à 60 ans ou même 62. Sans oublier que le chômage vient amplifier la difficulté du problème. La vraie question est de faire un choix entre l’âge de départ à la retraite, le montant des cotisations et le montant de la pension.

Sur ce sujet crucial les deux finalistes font des propositions irréalistes, même si certaines de leurs idées devront être prises en considération. Il paraît par exemple indiscutable qu’il est nécessaire d’établir enfin un régime de retraite qui soit le même pour tous, en particulier l’équilibre entre le public et le privé, comme le prévoit Macron. Quant à Marine, c’est évidemment une illusion de vouloir maintenir la retraite à 60 ans en pensant la financer par le plein emploi, par contre il semble cohérent et juste de privilégier les Français qui ont vécu et travaillé en France par rapport à des immigrés ‘économiques’, dont beaucoup en plus ne respectent même pas leurs ‘hôtes’.

VIII. Conclusions.

La France est confrontée à diverses difficultés majeures, à commencer par la sécurité et le respect de nos lois, une gestion équilibrée de l’immigration et de l’islam, et bien sûr un rétablissement de l’économie, plombée par des charges excessives, privée de son capitalisme industriel, qui créait des valeurs réelles, pour être livrée au capitalisme financier qui s’enrichit sans produire de valeurs réelles, en spéculant sur des transferts, ventes et rachats, alimentés par la masse énorme d’argent public en circulation. Face à cela les Français ont le choix entre deux candidats.

En ce qui concerne Macron. :

  • Il poursuit la politique de François Hollande que lui-même a dirigé sur le plan économique avec les résultats catastrophiques que l’on sait. F Hollande lui-même a dit que le programme de Macron était un ‘copier coller’ du sien, et Pierre Bergé a tweeté le 23 avril 2017 « merci à François Hollande qui a appelé Macron auprès de lui, qui l’a nommé ministre et qui en a fait un futur président de la république ».
  • Globalement son programme est flou et démagogique, fait de promesses et de vœux, sans les moyens ni les méthodes pour y parvenir, avec un silence coupable sur les problèmes de l’Europe, que ce soit la sous compétitivité de la zone euro ou la bureaucratie hyper contraignante de l’union européenne. Sa philosophie générale est claire : davantage d’Europe et d’ouverture des frontières aux hommes et aux marchandises pour le plus grand bien du capitalisme financier, pour une société mondialisée dans laquelle la France, coupable de crimes contre l’humanité et qui, dit-il, n’a pas de culture propre, ne pèsera guère.
  • C’est un homme de la haute finance, favorable à une mondialisation débridée.
  • Il est décidé à ouvrir en grand les portes de l’immigration et il est d’une extrême tolérance vis-à-vis de l’islam dont il a le total soutien.
  • En cinq ans de vie politique il a accumulé, à titre privé et à titre public, un nombre considérable d’opérations litigieuses, normalement sanctionnées par des condamnations pénales, pour lesquelles il a été étrangement épargné par les pouvoirs en place et les médias.
  • Outre ces protections il a bénéficié d’appuis financiers et de couverture médiatique exceptionnels.
  • Il est le bénéficiaire du front républicain, cette arme fatale de défense du système en place.
  • D’ailleurs, sûr de sa victoire il a déjà fêté celle-ci au soir du 1er tour. Inconscience ou suffisance ?

En ce qui concerne Marine :

  • son programme n’est pas réaliste, par contre il a le mérite d’attirer l’attention sur les gros problèmes de la zone Euro et de l’Europe, qu’elle ne pourra pas quitter sans un référendum, ce qui donnera l’opportunité de remettre le projet européen sur de nouvelles bases. Bien sûr la remise en cause de la sortie de la zone euro enlèvera encore du réalisme à son programme économique, mais sur ce sujet d’autres solutions sont envisageables.
  • Car son programme a l’avantage énorme de s’attaquer à ce qui va devenir de plus en plus le problème majeur de la France, aussi bien sur le plan social qu’économique, celui de l’immigration et de l’islam.
  • actuellement accusée d’emplois fictifs, elle présente en 24 ans de vie politique beaucoup moins d’exemples de malversations que Macron en 5 ans.
  • elle représente ce qui serait un véritable changement, ce qui est souvent souhaité mais toujours craint, qui nous donnerait une chance de mettre enfin à plat le système politico-financier qui nous manipule depuis des décennies, et qui essaie de se reconstituer sous nos yeux, avec un nouveau chapeau !
  • elle n’est pas épargnée par les médias, et elle est victime de la manipulation ultime du système en place sous la forme de cet hypocrite « front républicain », qui se nourrit de cette diabolisation antidémocratique savamment orchestrée depuis 33 ans par les partis en place, de façon d’ailleurs stupide par la droite qui s’est engagée et s’engage encore dans cette subtile « tactique électorale » de François Mitterrand, très fin en la matière.

Ainsi, aucun des deux candidats n’est parfait, et aucun ne propose un programme qui serait capable de résoudre l’ensemble des difficultés majeures auxquelles la France est confrontée.

Pour ma part, je ne m’abstiendrais pas, car le péril représenté par Macron me paraît autrement dangereux que celui représenté par Marine : d’un côté c’est l’immigration, l’Europe sans changement majeur, un mondialisme et un capitalisme financier sans frontières, de l’autre un rejet programmé du FN et la crainte d’une sortie de l’euro et de l’Europe qui ne serait en fait que l’impulsion pour changer celle-ci.

À ce stade il me revient une anecdote personnelle début 2012. J’achetais des matériaux dans une TPE (un seul salarié) et le « patron » me dit qu’il allait voter FN. Je lui réponds « mais vous n’êtes pas sérieux, leur programme est encore pire que celui de Hollande », et il me répond : « je sais, mais avec eux on aurait au moins une chance de remettre de l’ordre dans le pays, et après on pourrait peut-être travailler correctement ». Il m’expliqua alors qu’il vivait dans un endroit fortement islamisé, et que cela devenait totalement impossible, aussi bien pour la vie privée que professionnelle. Il ne m’a pas convaincu, mais sa réponse m’est revenue souvent à l’esprit.

Les Français se voient donc aujourd’hui obligés de faire le choix entre deux orientations fondamentalement différentes : d’un côté, un mondialisme capitaliste conduisant à ouvrir la France à tous vents, de l’autre la priorité au pays, à ses valeurs, à sa culture. À coup sûr dans leur énorme majorité les Français auraient spontanément tendance à s’orienter sur le deuxième choix, mais celui-ci les rebute par crainte du FN, cultivée depuis des décennies, ainsi que par la crainte de voir la France sortir de l’Euro, oubliant ainsi qu’ignorer le problème n’est certainement pas la meilleure façon de le résoudre. Ils ont aussi été considérablement orientés par une couverture médiatique savamment organisée, confirmée par le rassemblement autour de Macron d’une collection exceptionnelle de politiques, tous ardemment prêts à se comporter d’une façon totalement nouvelle, bien entendu.

Ainsi, bien que majoritairement conscients de l’implication des politiques dans les processus capitalistes et de la désinformation des médias à la solde du pouvoir financier, les Français sont néanmoins prêts à élire Macron, qui est l’antithèse de ce qu’ils recherchaient et qui a été promu par ceux-là mêmes qu’ils exècrent !

Alors, même si son élection apparaît incontournable il est au minimum indispensable qu’elle ne se transforme pas en plébiscite qui amplifierait encore un pouvoir déjà outrancier, enraciné dans la haute finance, soutenu par les médias et protégé par le système en place.

La difficulté c’est que tout cela c’est à ceux qui sont prêts à voter Macron qu’il faut le dire !


Visualiser / Télécharger le document gratuitement de 19 pages

8 Commentaires sur : Marine contre Macron c’est Waterloo, d’un côté c’est la France et de l’autre l’Europe… avec l’immigration, l’islam et le capitalisme mondial. (.doc à télécharger gratuitement)

  1. Gérard Pierre

    1 mai 2017

    Voter Macron, … c’est passer d’un pays qui consomme le plus de somnifères au monde à celui qui n’en aura plus besoin !

    C’est Servier qui va faire la tronche si le gamin ‘’immature et inexpérimenté‘’ …… [l’expression est de son nouveau soutien, un certain maire de Bordeaux] …… est élu dimanche soir !

    J’ai tenté d’écouter son discours électoral d’une heure et demie, … aujourd’hui, 1er mai 2017 ! … Je me suis très vite endormi !

    Un moment donné, allez donc savoir pourquoi, je me suis réveillé ! … et j’ai entendu : « j’exhorte les militaires à croire dans les valeurs qu’ils défendent ! »

    Ah bon ? … parce que jusqu’à présent ils acceptaient de se faire tuer sans y croire ? … p’tit cron ! …

    …… et toi ? …… tu crois en quoi ? … p’tit cron !

    J’ai repris une cuillérée de macronine et je me suis aussitôt rendormi !

    Pourvu qu’ça dure ! …… le sommeil !

    Répondre
  2. doc7438

    1 mai 2017

    si les Français voulaient du changement, pourquoi 24% d’entre eux ont-ils voté Macron? pourquoi s’apprêtent-ils à l’élire le 7 mai?
    et si Melenchon avait fait ami-ami avec Hamon,…vous imaginez “l’électricité plus les soviets”? Tintin au pays de Chavez???!!!…
    “on est mal”, comme ils disent chez Lidl…

    Répondre
  3. BRENUS

    30 avril 2017

    Si quelqu’un sait comment faire, il ne serait pas inutile de signaler au – ou à la – zozo -zozotte- de TELE-LOISIR , le torche cul des “programmes tv” qu’il ne sert désormais plus à rien d’en rajouter des couches sur Fillon qui a baissé pavillon (et même son froc) depuis une semaine. Alors, les vannes sur une parole estimée blessante envers la déesse léa salami avec qui il n’aurait pas été “gentil”, ça va bien, d’autant qu’il a ajouté “je sais, vous étiez absente- pour cause d’accouchement- et je vous en félicite”. Mais à cette classe de journaleux tarifés, incapables de construire une info utile, il ne faut sans doute pas en demander trop. Ils n’écoutent que la voix de leur maitre, et le bruit des 40 deniers qu’ils mendient en permanence.

    Répondre
  4. Gérard Pierre

    29 avril 2017

    Deux fronts s’opposent donc !

    L’un est national, tandis que l’autre serait républicain ! ! !

    Mais ? ? ? …… J’y pense tout à coup ! ! ! …… N’est-ce point de la Nation en armes (notamment à Jemmapes, à Valmy, …) que naquit la République ?

    Alors pourquoi, plus de deux siècles plus tard, la République s’oppose-t-elle de plus en plus à la Nation ? …… allant même jusqu’à prétendre « La Nation, c’est la guerre ! » ?

    Quelle insulte !

    Il faut croire que, depuis, les deux entités ont vécu de plus en plus séparément ! …… et notamment que la Nation est restée la propriété du Peuple de France tandis que la République est devenue celle des élites qui s’en sont emparée, …… AU DÉTRIMENT DE LA NATION !

    Or nous ne sommes plus à la fin du 18ème siècle ! …… La France sort à présent, chaque année, des promotions entières de dizaines de milliers d’ingénieurs, de commerciaux, d’économistes, de juristes, d’historiens, de lettrés et autres esprits bien formés qui constituent la Nation, …… et qui sont de plus en plus conscients d’être les victimes d’un immonde hold up de la part de la République !

    La Nation est de plus en plus consciente d’être violée par la République. Elle ne le supporte plus ! …… Et si la République refuse d’ouvrir les yeux, …… si la république refuse d’entendre la Nation lui répéter de plus en plus fort : « Tu sais que je le sais ! » …… alors la Nation s’emparera de la rue, et c’en sera fini de la République !

    Entendre François Hollande tancer, depuis Bruxelles, toute honte ravalée, les […] qui ne voteraient pas Macron est d’une insupportable effronterie envers la Nation !

    Entendre Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, … qui soutinrent François Fillon comme la corde soutient le pendu, … recommander de voter Macron, après l’avoir traité d’immature et d’inexpérimenté, relève du parjure !

    Entendre la rosière Mélenchone clamer haut et fort pour qui elle ne votera pas tout en refusant de préciser quel choix elle préconise à ses électeurs tient du caprice de danseuse !

    Voir toute cette fourmilière allant de Robert Hue à N.K.M., …… en passant par Cohn-Bendit, Minc, Attali, Bergé, Raffarin, de Villepin, Valls and so on, …… se revendiquer du front républicain a de quoi interpeller la Nation ! ! !

    Tient, au fait, … pourquoi la presse n’évoque-t-elle pas le choix électoral de Madame Marie-France Garaud ? …… elle dont la cérébralité politique faisait jusqu’à présent autorité ! ! !

    J’ignore ce qui ressortira des urnes le 07 mai prochain, mais après avoir entendu des lycéens hurler : « Ni Marine Ni Macron » dès le lendemain des résultats du 1er tour, …… n’augure rien de bon !

    ! ! ! …… qui a inventé cette formule : « Ni .. ni ! » ?

    Y aurait-il là comme un effet boomerang ?

    To be continued !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      4 mai 2017

      en somme : deux … bas du front !

      Répondre
  5. BRENUS

    29 avril 2017

    Au moins une chose est certaine MACRON EST LE CANDIDAT DES AUTORITES ISLAMIQUES / la mosquée de Paris, l’Uoif , le site Oummacom (vérifiez) le mettent en avant. Il y a deux jours, sur ce même site apparaissait un”première page” la photo d’une belle fille bachée portant un t-shirt “Macron” Depuis un des leurs moins con que les autres a du leur dire de l’enlever car trop marquée. Je veux bien la fille, mais pas le micron-minet. Je persiste a penser que le minet passera, mais aussi que ce sera avec un score bien moins favorable qu’espéré par la partie privilégiée, ce qui lui fait peur, d’où le matraquage médiatique invraisemblable que nous subissons. Macron, c’est l’islam et la submersion africaine à grands flots . Macron c’est la négation et la mort de notre culture (qu’il nie, ce con) et le bradage de ce qui reste encore de productif en France (pas grave dit le bouffi de suffisance Attali : c’est anecdotique). Dernièrement Marie France Garaud a dit ce qu’elle pensait de ce fumiste : je la rejoins totalement. L’appui total et ouvert des teutons à micron devrait faire réfléchir nos compatriotes, en dépit de la promo faite en sa faveur par les médias et leurs commentatrices tarifées .

    Répondre
  6. Bistouille Poirot

    29 avril 2017

    OK mais nous ne savons toujours pas qui de Macron ou Marine se rendra le premier à une convocation décidée par le Parquet Financier, ni ce que représente le coût des emplois fictifs du Front par rapport aux cessions d’actifs de sociétés françaises à des étrangers.
    Rien n’aurait été décidé ? Et Hollande qui n’a plus de conseiller économique à ses côtés et démissionnaire avant l’échéance normale! La chienlit mon général. Marine à la barre ? François et Emmanuel aux avirons…

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      29 avril 2017

      vous voulez dire aux galères … après qu’ ils nous les aient fait endurer ?

      Répondre

Répondre

  • (pas publié)