Mélenchon, la gauche et le communisme – Le crime et la ruine

Posté le mai 02, 2012, 12:00
11 mins

Comme tout le monde, j’ai entendu certains des propos tenus par Jean-Luc Mélenchon qui rappelle des souvenirs que l’on aimerait avoir oubliés.
Cet ancien sénateur socialiste, franc-maçon précise la presse, membre du gouvernement Jospin, est revenu à ses premières amours, le communisme trotskiste. Il s’est présenté dans ses très nombreux discours de candidat comme un admirateur de la Terreur, de Robespierre, de Saint-Just, de la Commune de Paris et de la « Grande Révolution bolchevique » de 1917.

En d’autres termes, Mélenchon est clairement favorable au communisme dans le monde (c’est-à-dire 100 millions de victimes depuis 1917, les camps de la mort et la torture). Pour être complet, ce pied-noir a déclaré qu’il souhaitait davantage encore de Maghrébins en France et plus encore de « mariages mixtes », le mot « mariage » étant une façon de parler.

Que la France en 2012 compte quelques excités de ce genre, ce n’est guère étonnant. Ce qui l’est plus, c’est que presque 4 millions d’électeurs soient en faveur de Mélenchon et du communisme, alors que nul n’ignore que c’est la pire barbarie qu’ait connue l’humanité, aussi bien par son étendue que par ses crimes. Pour autant, le communisme se porte fort bien. Par exemple en Corée du Nord où l’on peut voir (p. 20 du « Monde » du 19 avril) ce qu’est la torture généralisée, comme en témoigne le martyre subi par le jeune Shim Dong Hyuk : « Ses reins portent les cicatrices de la torture par le feu. La peau de son pubis révèle les stigmates du crochet par lequel un garde le maintenait au-dessus du brasier… » Ayant été dénoncée sous la torture par son fils, la mère de Shim a été pendue. En Chine, qui fait l’objet de l’admiration de bon nombre de Français, les mêmes traitements sont infligés dans de nombreux « camps de travail ». Et, dans la Russie d’aujourd’hui que dirige un lieutenant-colonel du KGB (la Gestapo russe), il n’est pas recommandé d’aller vérifier ce qu’il en est en ce domaine.

Ce que je veux dire, c’est qu’il est stupéfiant que, depuis 70 ans, les champions proclamés de la démocratie et des droits de l’homme qui gouvernent la France, se soient, en fait, montré les complices des crimes contre l’humanité commis par la barbarie communiste.
La vérité oblige à rappeler que le général De Gaulle avait comme bras droit en 1944 Maurice Thorez, chef du Parti communiste français, le plus inféodé à Moscou ; que Mitterrand, en 1981, avait 4 ministres staliniens ; que son épouse légitime témoignait de son admiration à Fidel Castro, au point d’inviter « Fidel » chez elle, rue de Bièvres à Paris ; que Jacques Chirac distribuait « L’Humanité » lorsqu’il était étudiant et déclarait récemment qu’il ne reniait rien de sa jeunesse en faisant le lieutenant-colonel du KGB Poutine grand-croix de la Légion d’Honneur…
Alors que va faire Français Hollande avec les 4 millions d’électeurs du communiste Mélenchon ?

Plus près de nous, si j’ose dire, les prisonniers militaires français du camp 113 ont subi les traitements infligés par le communiste français Boudarel, commissaire politique d’un camp où la mortalité était supérieure à celle d’Auschwitz. Les archives qui le prouvent sont à Vincennes. Vous pouvez les consulter. La torture supervisée par Boudarel, c’était notamment la « cage à buffles » où, ficelé à un poteau, le militaire français était plongé dans un trou d’eau où il agonisait dans le froid, rongé par les rats, les fourmis et les araignées, et où il était condamné à crier « Vive Ho Chi Minh ! »

Ce même Ho Chi Minh qu’une personnalité française qui vient de disparaître, et dont les obsèques ont eu lieu aux Invalides en grande pompe, accueillait chez elle avant de se rendre à Saïgon, en 1975, pour saluer les « libérateurs » communistes – comme d’autres, que j’ai vus de mes propres yeux, allaient célébrer à Phnom Penh l’entrée des khmers rouges dans la capitale du Cambodge. Eh bien, cette personnalité française a reçu la plus haute distinction française dans l’ordre de la Légion d’Honneur, comme le camarade Poutine.

Un mot rapide encore sur ces militants communistes qui prenaient d’assaut les trains sanitaires de rapatriés d’Indochine pour frapper les blessés.
Et, ce que vient de déclarer François Hollande : « Il y a une culture communiste en France et je veux, ici même, lui rendre hommage. »
Et après ? Eh bien, après, rien, sinon de bonnes et larges subventions distribuées tous les ans à la CGT et au « Parti ». Car les camarades ont pris leurs précautions. Lorsque le tortionnaire Boudarel a regagné la France, via Moscou et Prague, il a été accueilli en héros par l’Université. En quelques années, il a franchi tous les échelons de la carrière universitaire, au point de bénéficier d’une position très rare, réservée à 10 % seulement de ses collègues. Et, lorsque le secrétaire d’État aux Anciens combattants de Valéry Giscard d’Estaing, Jean-Jacques Beucler, l’a reconnu en 1991, ainsi que quelques autres survivants du camp 113, stupéfaits de voir ce tortionnaire se pavaner en France, on leur a opposé l’article 30 de la loi du 18 juin 1966 : « Sont amnistiés de plein droit tous crimes ou délits commis en liaison avec les événements consécutifs à l’insurrection vietnamienne et antérieurement au 1er octobre 1957. »

De façon générale, les politiciens français et autres personnalités de gauche, complices de crimes contre l’humanité, n’ont aucun souci à se faire. La législation française ne considère comme « crime contre l’humanité » que les crimes commis par les puissances de l’Axe pendant la Seconde Guerre mondiale. Donc continuer à s’interroger sur le goulag et les exécutions de masse pratiquées dans les pays communistes reste un blasphème. Le camarade Mélenchon qui, selon, les critères de François Hollande, est un riche (ce qui est assez piquant, vous en conviendrez), peut encore et encore nous promettre les « charmes » de la dictature du prolétariat.
Tout ceci est malheureusement conforme au fond de la mentalité de beaucoup dans notre pays qui veulent le nivellement par le bas, la spoliation des honnêtes gens et, en réalité, la misère pour tous. Attendez la suite et vous verrez…

15 réponses à l'article : Mélenchon, la gauche et le communisme – Le crime et la ruine

  1. Anonyme

    08/05/2012

      Koba 53, ce n’est pas parce que Mélenchon a osé affirmer que "le communisme n’avait pas de sang sur les mains" qu’il faut le croire sur parole.
      Remarquez, ce n’est pas la seule contre-vérité qu’il ait asséné dans ses discours… On aurait même beaucoup plus vite fait de faire la liste de ce qui est vrai dans ce qu’il a dit. Pour ma part, mis à part son " un accord avec Hollande et rien c’est pareil" je ne vois pas…
      Comme Quinctius, je ne saurais trop vous conseiller la lecture de VRAIS historiens plutôt que des propagandistes.

    Répondre
  2. R

    08/05/2012

     Les morts dus aux Cocos, c’est revu à la hausse, on est plus près de 150 que de 100 millions.

    Des milliards, et quoi encore, c’est déjà pas mal de se retrouver à 7 sur cette terre.

    Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    07/05/2012

    @ Koba53

    votre comptabilité est hors du domaine de la morale !
    lisez donc , et rien que pour la période stalinienne l, e livre de l’historien américain  Robert CONQUEST paru dans la collection Bouquins chez l’éditeur Robert LAFFONT et qui a pour titre :

                                      LA GRANDE TERREUR
                                              
    précédé de
                                     SANGLANTES MOISSONS

    Répondre
  4. dissident

    07/05/2012

    bravo watson! j ajouterais que le slogan "communistes assassins" redevient d actualite

    Répondre
  5. Koba53

    06/05/2012

    Ce genre d’article haineux et surtous très mal renseigner ne peus que servir à Mélenchon.Il a été prouver 100 000 fois que le communisme est très loin des 100 millions de morts.Pourquois pas 100 milliards?

    Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    06/05/2012

    il faut toujours préférer l’original à la copie :
    ainsi en ce qui me concerne je préfère Poutine à Mélenchon ( pieds noirs vraiment ? journaliste à " La Croix Jurassienne " hebdomadaire catholique départemental lorsqu’il était prof de philo à Lons-le-Saunier ça c’est certain !)

    Répondre
  7. Anonyme

    05/05/2012

    ahah
    [email protected] nous bonnit:

    «les gens se reveillent, vous et vos amis liberaux ne nous endormiront plus, place au peuple, dehors les affairistes mythomanes, retournez dans votre pays (ceci n’est qu’une vanne pseudo-raciste).

    cordialement, bisou.»

    Je dirai même plus: Poutou.

    Répondre
  8. WatsonCorsica

    05/05/2012

    Dans l’histoire de l’humanité il n’y a que 2 entités humaines qui ont torturé les enfants devant leurs parents :

    1 – les communistes

    2 – les musulmans

    Tout le reste n’est que verbiage inutile….

    Répondre
  9. HansImSchnoggeLoch

    05/05/2012

    Les joyeusetés du socialisme caricaturées dans l’article suivant.. À comparer avec le dernier article de l’expérience socialiste dans une salle de classe, il y a beaucoup de similitudes.
    http://www.claudereichman.com/articles/dumasmoncoiffeur.htm
    Einstein avait dit que la folie consistait à répéter une expérience ayant échoué avec les mêmes paramètres en espérant à chaque fois trouver le résultat enfin concordant. Le socialisme c’est cela, seuls changent les tronches des acteurs répétant l’expérience. Malgré cela les gens en redemandent!
    Mr Hollande va nous montrer qu’avec lui l’expérience va enfin réussir, je pense que l’on peut commencer à chauffer le pot de colle.

     

    Répondre
  10. dissident

    04/05/2012

    merci " pour mon message censure je ne faisais pourtant que defendre mr LAMBERT  face a je maintiens un bolcho haineux injurieux et sociopathe

    Répondre
  11. HansImSchnoggeLoch

    03/05/2012

    <<… melenchon est juste un vrai socialiste qui fait passer l’humain avant le banquier … >>
    Le camarade ou frère numéro un Lanjuque Léchmonchon  oscillant entre le point de vue collectiviste stalinien et/ou le point de vue gore cambodgien serait ainsi  la bonne copie du socialisme et le capitaine de pédalo en serait la mauvaise. Que ne l’a-t’il dit à ce dernier?
    Pourquoi alors donner l’ordre de voter pour la mauvaise copie? Lanjuque serait-il schizophrène?
    Lanjuque sait-il que le sale fric qu’il reçoit tous les mois pour payer son poste de chef des travaux finis vient pour une bonne part d’emprunts contractés auprès de banquiers qui font encore confiance au système vermoulu  français?

    Répondre
  12. IOSA

    02/05/2012

    La Russie et la Chine se sont réveillées ( il y a quelques temps déjà) et sous le régime communiste, ces deux pays ont oeuvrés à l’extermination en masse des opposants(*).

    Pour quelle raison, il en serait différent avec Mélenchon ?

    (*)Opposant= toute personne ayant une pensée différente de la pensée unique.

    IOSA

    Répondre
  13. ahah

    02/05/2012

    C’est certain le capitalisme n’a jamais fait un seul mort, vous etes ridicule, melenchon est juste un vrai socialiste qui fait passer l’humain avant le banquier. profitez de vos quelques dernieres années a mentir a tour de langue, les gens se reveillent, vous et vos amis liberaux ne nous endormiront plus, place au peuple, dehors les affairistes mythomanes, retournez dans votre pays (ceci n’est qu’une vanne pseudo-raciste). cordialement, bisou.

    Répondre
  14. albal

    02/05/2012

    Cet article est admirable pour mettre à jour les différentes méthodes journalistiques d’assimilation d’idée, de décrédibilisation et de désinformation. Des méthodes bien classiques pour faire passer comme méchant une personne, qui propose le retour aux vraies valeurs bafoué, la véritable république et démocratie (celui de consulter le peuple, et de mettre en valeur la liberté, l’égalité et la solidarité), mais cela inquiète certaines personnes aux places confortables.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)