Même s’il était blanchi par la justice américaine, Strauss-Kahn ne serait pas lavé de tout soupçon

Posté le juillet 04, 2011, 12:00
9 mins

« DSK, le retour ? » La question s’étale à la une du Journal du Dimanche du 3 juillet. En pages intérieures, les titres sont du même acabit : « L’incroyable come-back de Dominique Strauss-Kahn », « La double vie de Nafissatou Diallo », « Un favori piégé au pays du complot »… Et puis quoi encore ?

Hier présumé coupable, Dominique Strauss-Kahn est aujourd’hui proclamé innocent par la presse quasiment unanime et prête à lui tresser des couronnes. Saint Strauss-Kahn, martyre… Les journalistes qui, voilà quinze jours, dénigraient à grands cri la justice américaine, sont les premiers à se féliciter de ses faiblesses, en particulier celle qui conduit les jurés à se prononcer, non pas en fonction des faits, mais de la crédibilité de la plaignante, qui s’effondre si l’on peut prouver qu’elle a menti par le passé.

Alexandre Duyck l’écrit noir sur blanc dans le Journal du Dimanche : le procureur Cyrus Vance Jr. a reconnu « que si les preuves matérielles (ADN et vidéos) ne remettaient pas en cause le rapport sexuel entre l’ex-directeur du FMI et la femme de chambre du Sofitel, la parole de l’accusatrice n’était plus " crédible ". »

Quels sont les mensonges reprochés à l’immigrée guinéenne ?

  • Afin de pouvoir entrer aux Etats-Unis et d’obtenir une carte de réfugiée politique, elle a menti en racontant que son premier mari était mort en prison à la suite de tortures infligées par les forces de l’ordre guinéenne. La plupart des immigrants africains ont recours à ce genre de fables. Cela suffirait pourtant à mettre en cause la crédibilité de la jeune femme aux yeux des jurés. Elle peut d’ailleurs être poursuivie pour parjure.

  • Elle a falsifié ses revenus pour conserver son logement.

  • Elle a déclaré qu’elle ne possédait qu’un téléphone mobile, alors qu’elle payait les services de cinq compagnies.

  • Elle aurait menti sur les circonstances dans lesquelles elle avait déjà été violée en Guinée.

  • Après avoir, selon ses dires été agressée par Strauss-Kahn, elle aurait nettoyé une chambre avant d’aller se plaindre à sa supérieure hiérarchique, au lieu de rester cachée dans le couloir comme elle l’a déclaré aux enquêteurs.

En outre, le lendemain de l’agression présumée, elle a téléphoné à un Africain emprisonné pour trafic de drogue, auquel elle a déclaré : « Ne t’inquiètes pas. Ce type a plein de fric, je sais ce que je fais… » Selon le Journal du Dimanche, cet homme serait son second mari, épousé religieusement voilà plus d’un an, sans que ce mariage ait encore été transcrit dans les registres d’état civil. De grosses sommes d’argent auraient été versées ces deux dernières années sur différents comptes en banque au nom de la femme de chambre, ce qui laisse soupçonner un blanchiment d’argent.

Dominé par ses pulsions sexuelles

Moyennant quoi, la presse américaine, qui hier encore lui était favorable, la traite aujourd’hui de menteuse. Sur la foi, pour le moins discutable, d’un témoignage anonyme émanant d’une source « proche de la défense », le New-York Post en fait même une prostituée professionnelle. Les nombreux médias français qui se félicitent de la nouvelle tournure prise par les événements font largement écho à cette accusation que rien ne vient étayer – mais qui sèmera le trouble dans l’esprit du public.

Cependant, ni les faits reprochés à Nafissatou Diallo, ni les caractéristiques propres à la justice américaine n’exonèrent Dominique Strauss-Kahn des soupçons qui pèsent sur lui. L’avocat de la jeune femme, Kenneth Thompson, a fait état des lésions constatées sur le corps de sa cliente après l’agression présumée (rappelons que, pour l’instant, l’accusation n’a pas abandonné les poursuites) : ligament de l’épaule froissé, seins empoignés, vagin écorché, hématomes, bas arrachés…

Et comme le rappelle l’avocat franco-américain Christopher Mesnooh dans Le Parisien du 3 juillet, « Ce n’est pas parce que c’est une menteuse qu’elle n’a pas été violée. »

Le doute qui pèse toujours sur l’ancien directeur général du FMI est aggravée par les éléments que les médias ont rapportés ces dernières semaines concernant ses mœurs – fréquentation de clubs privés, déclarations d’une élue française sur l’impossibilité de rester seule avec lui et d’une employée du FMI sur son inaptitude à travailler avec des femmes, récit d’une agression sexuelle présumée sur la journaliste Tristane BanonMême s’il était blanchi par la justice américaine, Strauss-Kahn ne serait pas lavé de tout soupçon.

Si, accueilli en triomphateur par les médias et le Parti socialiste, l’ancien directeur général du FMI se portait candidat à la présidence de la République, la France prendrait le risque d’être dirigée demain par un président dominé par ses pulsions sexuelles.

19 réponses à l'article : Même s’il était blanchi par la justice américaine, Strauss-Kahn ne serait pas lavé de tout soupçon

  1. Anonyme

    08/07/2011

    « Vous verrez alors qui fait preuve de plus de clairvoyance: les soit-disant penseurs bardés de titres plus ou moins ronflants et creux ou l’humble salarié au savoir, certes, modeste mais qui au moins connaît la vraie vie. »; et c’est Jaures qui écrit cette perle d’humour socialiste. Qu’est ce selon vous que la vraie vie, je suis curieux car si elle consiste à jouer au syndicaliste de salon et au moraliste du net, pas de problème vous dans le vrai. Mais la vie dans toute sa réalité c’est bien autre chose, mais vos lunettes de soudeur vous la colorie en rose et tout ce qui n’est pas de gôche est mauvais. Moralité, selon Jaures : « Soyez de gauche et tout vous sera pardonné ». Je vous rappelle qu’ un sénateur socialiste le dénommé Pastor (« questeur » au Sénat) ne manque pas d’air. Il se fait rembourser des notes de frais par le sénat alors que c’est faux de 2500 euros quand même. Comme par hasard il a mangé dans le restaurant de sa fille (conflit d’intérêt en plus) Et puis comme il vient de naître blanc comme agneau, il établit un faux en écriture en disant que Gérard Larcher le soutien et signe à sa place… Ce dernier a fort mollement réagi, il a fait une grosse colère , c’est simple ces cris m’étourdissent encore les tympans et les commentaires houleux de la presse m’aveuglent toujours les yeux. Autre petite affaire Interne au PS: Martine Aubry vient de remettre Montebourg à sa place avec l’affaire Guérini. (Montebourg demandait à ce que les guérini soient sous tutelle) mais non les guérini soutenant mémére , il n’y aura que quelques recommandations mêmes pas obligatoires…. pour ces mafieux… et vous venez bon ami de gauche nous faire la morale , décidément un parti vraiment très recommandable et d’une haute valeur morale. La droite fait certainement la même chose mais elle est plus souvent conspuée que les bons socialistes.

    Répondre
  2. Jaures

    07/07/2011

    "je dis que dsk a utilisé son fric pour salir la victime" dit Francois.
    Soyez précis, cher ami. Insinuez-vous que les mensonges de la plaignante ont été achetés ?
    Affirmez-vous que le procureur a été soudoyé ?
    Je pense que pour avancer de tels propos vous devez être en possession de preuves irréfutables.

    De même quand vous dîtes que DSK serait un pervers qui "harcèle" et "agresse les femmes". Vous détenez sur ce sujet des pièces qui éclaireront les cours françaises et américaines.
    Je vous invite à lancer nominativement et publiquement un "J’accuse" où vous montrerez à la presse les éléments en votre possession.
    Si vous ne le faîtes pas nous serons enclin à penser que vous brassez du vent à l’ abris de votre pseudo.

    Ami Sembour, si vous avez démontré avec brio que mes propos sont creux et sans fondement, je vous dis bravo et m’incline devant votre force persuasive.
    Je ne suis cependant pas certain qu’en dehors de vous beaucoup, y compris sur ce forum, en soit convaincus.
    Je vous invite ainsi à relire les éditoriaux auxquels je fais référence et à parcourir les commentaires d’alors, y compris les miens. Vous verrez alors qui fait preuve de plus de clairvoyance: les soit-disant penseurs bardés de titres plus ou moins ronflants et creux ou l’humble salarié au savoir, certes, modeste mais qui au moins connait la vraie vie.

    Répondre
  3. Anonyme

    06/07/2011

    @Jaurès

    Vous écrivez " Tout est dit sur vous en quelques mots. "

    RIEN n’est dit par vous en le même nombre de mots.

    Vous procédez par vos habituels sous-entendus serviles et creux qui n’apportent rien et prétendent tout dire. Quand à vos statistiques j’ai démontré un nombre incalculable de fois qu’elles étaient fausses justement en les vérifiant, ce que peu de lecteurs prennent désormais la peine de faire tant ils savent l’inanité de vous raisonner.

    Pour justifier vos erreurs, n’allez pas vous cacher derrière Trémeau ou Millière qui justement font un vrai travail de raisonnement et disent POURQUOI tel ou tel avenir leur semble probable. Personne n’escompte d’eux qu’ils DISENT l’avenir à coup sûr. Par contre tout le monde attend au minimum de vos commentaires qu’ils s’appuient sur des faits indiscutables, sans systématiquement sauter du coq à l’âne, et fuir en dérivant ailleurs, quand la situation devient intenable pour vous.  

    Répondre
  4. sas

    06/07/2011

    Comme margaret ce que je pense du socialisme…

     

    Margaret Thatcher :

    "… le socialisme ne dure que jusqu’à ce que se termine

    l’argent des autres… "

     

    CQFD

    SAS

     

    Répondre
  5. Jaures

    06/07/2011

    "selon la technique éprouvée de la surpuissante gauche caviar juive," affirme Sembour.

    Tout est dit sur vous en quelques mots. Pas besoin de statistiques. Quand bien même on apporterait la preuve que finalement Mme Diallo est un homme, vous ne sortiriez pas de vos opinions sclérosées.

    Sur les statistiques que je cite, elles sont toutes vérifiables sur le net ou ailleurs, contrairement au dossier DSK. Si vous estimez qu’elles ne sont pas pertinentes, vous avez le droit de les contester et d’apporter vos références, c’est ainsi que s’engage un débat, les faits venant ensuite départager les opinions.
     Il peut m’arriver de me tromper, je ne le nie pas, mais que dire alors des éditorialistes des 4v, genre Tremeau qui nous demandait d’imiter l’Irlande ou Millière, qui nous a prédit, entre autres, qu’Obama ne serait jamais élu.
    Je ne me prétends pas "spécialiste" omniscient: j’observe le monde, je lis les discours de chacun et les confronte à mon expérience de salarié engagé dans la vie publique.

    Enfin, je ne sais pas si DSK est "chéri des médias", mais quand on relit ce qui fut déclaré par des personnalités de tout poil et relayé par ces mêmes médias, on peut fortement en douter.
    Mais l’affaire est loin d’être close et une autre vient de s’ouvrir. Gageons que celles-ci permettront aux médias d’éviter d’aborder les vrais problèmes à savoir le chômage, les salaires, la retraite, les services publics, la dette,…
    Car qui peut croire que ce qui préoccupe les Français aujourd’hui sont les frasques supposées de DSK ?

    Répondre
  6. francois

    06/07/2011

    jaures,

    en parlant de mauvaise foi ,vous etes qd meme un cas.je ne vois pas ce qu’il y a à redire de mon precedent mail/tout le monde et surtout au ps sait tres bien depuis des années ce que dsk fait.vous faites semblant de parler de vie privée alors qu’il s’agit d’agression et de harcelement.je dis que dsk a utilisé son fric pour salir la victime et absolument pas pour prouver son innocence et pour cause…..

    tromper sa femme ce n’est pas terrible mais le faire avec l’accord de cette derniere(ou sa participation????)et en agressant des femmes cela est UN BRIN different .vouq avez un pervers dans votre parti et tous vos dirigeants se taisent .c’est vraiment effectivement un parti qui fait rever.mais il est vrai que le plus celebre des socialistes français a caché toute sa vie sa fille illegitime,menti sur sa maladie et  fait 8000 ecoutes telephoniques illegales…….le reve socialiste ne meurt jamais……

    Répondre
  7. ozone

    05/07/2011

    Mais on était pas rester sur le fait que la justice US était mérveilleuse et impitoyable?

    Répondre
  8. Anonyme

    05/07/2011

    @Au très peu cher Jaurès,

    Vos conseils sont malvenus. Je me suis déjà avancé plusieurs fois sur cette affaire DIALLO/DSK et mon opinion n’a pas varié depuis les premiers jours. Ce n’est certainement pas pour vous que je reculerai.

    Le propre-même de toute opinion individuelle est de se former à la lumière des informations disponibles qui, dans tous les cas et sur toutes les affaires, sont forcément PARTIELLES et plus ou moins revêtues du sceau de la certitude, quelle que soit leur abondance.

    Mme DIALLO a été convaincue de mensonge, mais sur des éléments périphériques et la plupart du temps n’ayant rien à voir avec ce qui est reproché à DSK. Rien n’a permis d’invalider sa version des faits incriminés. Le juge ne s’y est pas trompé puisque les chefs d’accusations pesant sur DSK sont tous maintenus en dépit de tous les « faits nouveaux ». C’est un juge et non pas le procureur comme vous l’affirmez qui a levé une partie du contrôle judiciaire. Bien sûr, si ce procureur abandonne les poursuites, le juge n’aura plus qu’à déclarer un non-lieu.

    Pour vous faire mieux comprendre et prendre un exemple qui vous touche directement : vous aussi, comme DIALLO et sans aucune circonstance atténuante, avez de très nombreuses fois été pris en flagrant délit de mensonge ici-même, quand vous citez au cœur de vos commentaires des statistiques dévoyées ou des chiffres et faits archi-faux. Rappelez-vous (pour ne citer qu’un exemple entre cent) vos affirmations péremptoires ridicules sur les « BONUS » des banquiers américains. Vous n’avez jamais une seule fois fait amende honorable ni présenté vos plates excuses pour vos innombrables analyses erratiques et biaisées. Or, en dépit de vos mensonges vous vous accordez le droit de continuer à plastronner et écrire comme si de rien n’était. Eh bien en dépit de ses mensonges (annexes), vous devez accorder à Mme DIALLO le droit au viol.

    Pour vous mettre les points sur les i’s, vous êtes depuis longtemps relégué au rang de menteur (devant le Grand Jury des commentateurs de 4V, ce qui est un crime), et complice de blanchiment d’informations fausses et d’usage de faux.

    L’excellent principe judiciaire «beyond a reasonable doubt = au-delà d’un doute raisonnable », dont la justice pénale américaine est fière à juste titre (si seulement ce pouvait être la même chose en France !), peut sauver DSK, de même qu’il a sauvé O.J. SIMPSON pourtant presque certainement coupable d’avoir assassiné sa femme et Mr GOLDMAN, et a aussi sauvé Michael JACKSON, dans son affaire de pédophilie, alors que tous les médias pariaient sur une condamnation quasi-certaine à 10 ans minimum.

    Si donc DSK bénéficiait d’un non-lieu, je déclare qu’en ce qui me concerne, je reste intimement persuadé de son entière culpabilité, sauf éléments nouveaux et décisifs inconnus à ce jour (4 juillet 2011). Les antécédents douteux de Mme DIALLO ne changent vraiment rien, et plaideraient plutôt en sa faveur.

    De même, je conserve mon opinion sur O.J. SIMPSON et sur Michaël JACKSON, indépendamment de l’issue heureuse pour eux de leurs procès. Et tant mieux pour JACKSON qui m’était assez sympathique, même si sa culpabilité ne fait à mon avis aucun doute. Je sais qu’une grosse majorité de ceux qui ont suivi tous ces débats ont eu la même conclusion. Il en sera de même pour DSK que ça plaise ou non.

    Evidemment, en cas de non-lieu pour DSK, s’il est juridiquement ou politiquement intéressant de le faire, il y aura probablement tentative de présenter une facture astronomique à l’éternel dindon, le contribuable (ici le contribuable américain), selon la technique éprouvée de la surpuissante gauche caviar juive, ceci après avoir pharaoniquement surévalué le préjudice subi t par la perte d’une place de directeur du FMI et celle de « presque » Président de la République Française. Il sera intéressant de peut-être voir prospérer cette manœuvre.

    Pour finir, il suffit d’imaginer le concert d’imprécations qui aurait été orchestré en France si la personnalité concernée avait été moins chérie des médias que DSK, comme un Jean-Marie le PEN plus jeune qu’aujourd’hui, ou un personnage international de premier plan comme Vladimir POUTINE par exemple, pour déplorer votre acharnement ridicule à défendre ce DSK, parfait escroc intellectuel, sinistre milliardaire ayant bâti sa renommée et une bonne partie de sa position sociale, de sa fortune, sur la ruine française (les 35 heures), détraqué sexuel cynique et menteur, désormais à tout jamais déshonoré (affaire Tristane BANON etc…).

    Répondre
  9. Jaures

    05/07/2011

    Francois, vous êtes de mauvaise foi.
    Vous savez fort bien que DSK, et ses avocats ne sont pour rien dans les révélations survenues ces derniers jours qui émanent uniquement du bureau du procureur qui n’a pas dû les voir arriver avec le sourire. Il sera probablement une des victimes collatérales de ce fiasco.

    Quant à DSK, son avenir politique est sans doute en cul de sac. C’est pourquoi, n’ayant plus guère à perdre, je présume qu’il va probablement régler ses comptes avec ceux et celles qui ont joué les procureurs à charge durant six semaines.

    En ce qui me concerne, cher ami, peu m’importe DSK. Seul m’intéresse le projet socialiste. Les Français ne s’y sont d’ailleurs pas trompés qui ont immédiatement reporté leurs espoirs sur Aubry et Hollande largement en tête dans les sondages (ce qui ne veut pas dire que c’est gagné !).

    J’espère qu’une fois déversée votre bile vous vous intéresserez enfin à ce qui importe: les projets politiques.

    "De toutes façons, un homme qui trompe sa femme, n’hésitera pas à baiser le peuple de France, tout comme l’a fait Mitterrand et bien d’autres avant lui." dit Iosa.
    Connaissez-vous un seul Roi de France ayant été fidèle à sa femme ?
    Croyez-vous que les plus austères puritains font les meilleurs dirigeants ?
    Vous êtes plutôt Robespierre ou plutôt Danton ?

    Si DSK mène une vie dissolue, elle n’est probablement pas pire que celle d’un Albert II béni par l’Eglise devant ses enfants illégitimes.

    Répondre
  10. IOSA

    05/07/2011

    Au début, on accable un homme sur la simple accusation d’une femme de chambre.

    [email protected]….

    Ben oui, on n’est plus sous le régime de la royauté et le témoignage d’une femme de chambre ou d’une prostituée vaut bien celui d’un "riche nanti".

    A croire qu’il existerait une caste d’intouchables….un peu comme les fonctionnaires qui ne seront jamais responsables de leurs actes.

    De toutes façons, un homme qui trompe sa femme, n’hésitera pas à baiser le peuple de France, tout comme l’a fait Mitterrand et bien d’autres avant lui.

    IOSA

    Répondre
  11. sas

    05/07/2011

    On s en bat les couolles du khan….

     

    SES PERIGRINATIONS SEXUELES ET SES TARES QU ON VEUT NOUS IMPOSER COMME REFERENCE GAULOISES;…..

     

    on n en a rien a fouttre de lui et des socialos de MERRRRRDEEEEE….

    donnez nous un vrai chef…

    un chrétien qui picole du rouge ety bouffe du camenbert…

    SAS

    Répondre
  12. francois

    05/07/2011

    jaures a tout dit ,dsk possede les moyens financiers…..cela permet entre autre,de transformer en qq jours une employée modèle en une prostituée.domiane ds lequel ,dsk manifestement excelle avec la benediction ou la participation de sa femme……

    la seule chance de cette ordure etait de salir l’accusatrice sans jamais debattre du fond de l’affaire qui concerne des actes dignes de vulgaires crapules…..pourritures de l’humanité

    qd vous entendez les propres membres de son parti qui vous disent qu’il ne faut pas le laisser seul avec une femme cela laisse songeur…..

    mais jaures a une fois de plus raison et va nous expliquer que ce brave innocent est une chance pour la france.il est vrai que DSK est un symbole des idéaux socialites…..à la française !!!!!

    merci jaures pour vos leçons de morale qui ont autant de valeur que celles de dsk.

    Répondre
  13. R. Ed.

    05/07/2011

    Elle n’en a pas besoin, d’être " dirigée " par un maniaque " sexuel ", elle est déjà dirigée par un nain pulsif.

    Répondre
  14. caterine.fezandelle

    04/07/2011

    Les journalistes et le PS agissent comme s’ils avaient peur de DSK; il a été dit, par ces mêmes medias que les prétendus services de communication de DSK étaient redoutables et redoutés; et comme l’a dit elle-même Martine Aubry aucun socialiste n’OSERAIT s’opposer au retour de DSK etc… déplorable et désolant ; quel déni de démocratie!

    Répondre
  15. dampierre

    04/07/2011

             Le plus frappant dans cette histoire, c’est la bizarrerie de la justice américaine. Il s’agit d’une justice spectaculaire, qui semble peu se soucier de la recherche de la vérité. Au début, on accable un homme sur la simple accusation d’une femme de chambre, on le promène menotté, on le jette dans une des pires prisons des Etats-Unis, on semble détenir des preuves accablantes contre lui. Quelques semaines plus tard, tout change : son accusatrice, qu’on avait présentée comme une pauvre mère célibataire qui trimait dur pour nourrir sa fille, est en réalité mariée à un trafiquant de drogue, elle a des comptes en Suisse ou au Lichtenstein, elle se fait de plantureux suppléments en se prostituant dans les hôtels de luxe. Notre homme qui était menacé de 74 années de prison, est sur le point de bénéficier d’un non-lieu
             Les débuts fracassants de l’affaire DSK avaient, semble-t-il, deux buts : prouver qu’aux Etats-Unis, un richard est traité exactement de la même façon qu’un vagabond ; prouver ensuite que le pays pratique la "tolérance zéro" pour le viol. Mais une fois la démonstration faite, on en est très vite revenu à une vision plus réaliste des choses. La richesse (super-avocats, détectives privés enquêtant de par le monde) a pesé de tout son poids et on a repris la bonne vieille question de la réputation de la fille dans les affaires de viol. En réalité, dans une situation où c’est la parole de l’un contre la parole de l’autre, on est bien forcé d’en passer par là.
             On a accusé bien à tort les journalistes de s’être lancés dans le sensationnalisme. Que pouvaient-ils faire ? Annoncer en troisième page, en tout petits caractères, que le directeur du FMI était accusé de viol et avait été jeté en prison ? D’autre part, comment donner un compte rendu serein et équilibré de l’affaire, alors qu’on ne sait rien de la plaignante, et que la version des événements du Sofitel change tous les jours ?
              Sauf nouveaux rebondissements toujours possibles, il est clair que DSK a couché mais pas violé. Toutefois il sortira très affaibli de ces folles semaines. A quelque chose malheur est bon. L’étrange justice américaine a eu au moins le mérite d’étaler au grand jour les aspects sinistres de ce personnage qu’on avait lancé comme une marque de savon dans la pré-campagne présidenttielle, de ce "socialiste" toujours au garde-à-vous face aux exigences des multinationales. Qu’il aille, avec sa si complaisante épouse, dépenser ses millions dans un paradis fiscal et qu’il nous fiche une bonne fois la paix.

    Répondre
  16. IOSA

    04/07/2011

    En 2007 les français ont élu à leur tête un barge doublé d’un égo incommensurable….alors pourquoi ils feraient la fine gueule avec un violeur ?

    IOSA

    Répondre
  17. HOMERE

    04/07/2011

    Je ne suis pas certain que les PS se réjouisse du retour de DSK. L’aile gauche du parti,encore majeure, (Hamon,Emmanuelli,Guigou,Lienneman….) est opposée vivement à DSK et ses positions libérales.

    A peu de chose près,il ferait la politique de Sarkozy parce qu’il n’y a pas d’autre alternative…quelques miettes par çi par là…mais rien de sérieux.

    Par contre son étalage de richesses,dont le bling bling de Sarkozy est misérable par comparaison,n’est pas au gôut des électeurs du PS car le PS a toujours ce problème récurrent avec l’argent dont,paradoxalement ses dirigeants sont largement pourvus….!!

    DSK est grillé pour un sacré bout de temps….pour le bien de tous :!!

    Amen

    Mon Dieu

    Répondre
  18. Jaures

    04/07/2011

    Cher Sembour, vous devriez attendre un peu avant de vous avancer.
    La quasi sainte de la semaine dernière est aujourd’hui, et pour ne parler que de ce qui à ce jour est avéré, reléguée au rang de menteuse (devant le Grand Jury, ce qui est un crime), complice de blanchiment d’argent et d’usage de faux.
    Sur les "traces physiques", je rappelle que seule l’accusation est en possession des pièces et que nous n’avons pas eu la version de l’accusé. Si l’agression est patente, le procureur devrait confirmer les chefs d’inculpation contre DSK.

    Beaucoup d’éléments avancés par l’accusation (la tentative de fuite, la connaissance de l’identité de DSK  par la plaignante seulement 48h après les faits, la plainte auprès de ses collègues après 30 mns de prostration, l’existence de faits similaires reprochés à l’accusé sur le sol américain,…) sont aujourd’hui démentis.

    Les choses en sont là à ce jour mais, si après 6 semaines de liberté conditionnelles (après plusieurs jours de prison) extrêmement contraignante,  le procureur a réduit le contrôle judiciaire au minimum, c’est que le non-lieu est plus que probable.

    Ceux qui se perdent en commentaires définitifs (voir ceux qui ont fleuri sur ce site la première semaine de l’arrestation) devraient être enclins à la prudence.
    Et ceux qui avancent que même innocenté, il ne serait pas lavé de tout soupçon, donc coupable malgré tout, devraient se méfier.
    Je doute que DSK, après cet épisode, se relance dans la présidentielle, mais il possède les moyens intellectuels et financiers pour faire rendre gorge à ceux qui l’ont calomnié.
    Certains devraient relire Le Comte de Monte-Cristo.

    Répondre
  19. Anonyme

    04/07/2011

    Personnellement je ne crois nullement a l’innocence de DSK malgre les erreurs et le passe de sa victime. Il y a presque certainement eu viol en bonne et due forme. Je doute enormement qu’il s’en tire sans casse fasse a un jury populaire new yorkais, meme si la regle "coupable au dela du doute raisonnable" est bien appliquee. Une relation avec une personne inconnue auparavant ne laisse pas des traces physiques de cette nature, si elle est consentie. 

    Sa meilleure chance serait que le procureur abandonne les poursuites pour raisons politiques et interet personnel (election du procureur).

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)