Menace sur le pouvoir d’achat des retraités

Posté le 13 juin , 2017, 9:44
4 mins

Je partage avec de nombreux retraités la préoccupation dont ils me font part : les ménages français, dont les retraités, ont subi un matraquage fiscal sans précédent sous le quinquennat Hollande – 17 milliards d’euros de hausses d’impôts, sans compter la hausse de la TVA.

Je me suis élevé contre ce matraquage fiscal lors des débats budgétaires. S’il faut redresser les comptes du pays, cela ne peut se faire en restreignant, toujours plus drastiquement, le pouvoir d’achat d’un quart de nos concitoyens sur lesquels se concentre l’impôt !

L’augmentation de la CSG, telle que le prévoit le Président Macron, est considérable : plus de 20 milliards d’euros.

Elle touchera principalement les retraités qui paient la CSG et qui ne bénéficieront pas de l’exonération des cotisations salariales et de chômage, puisqu’ils ne paient pas ces cotisations.

Ainsi, pour près de 60 % des retraités du régime général, le taux de CSG grimpera de 6,6 % à 8,3 %. Avec la CASA (solidarité autonomie), les prélèvements sociaux pourraient atteindre 9,1 %.

Pour un couple de retraités avec chacun une retraite mensuelle de 1 200 euros, c’est 40 euros de moins par mois. Pour les retraités les plus aisés, la perte s’accroît en proportion.

Quant à la baisse de la taxe d’habitation, censée compenser la hausse de la CSG, c’est un cadeau en trompe-l’œil, une véritable escroquerie intellectuelle, car l’État devra compenser les recettes diminuées des communes en augmentant les impôts nationaux !

Il est impératif de stopper ce matraquage fiscal des retraités.

Dans le cadre de notre projet Les Républicains, les retraités retrouveront du pouvoir d’achat, avec une baisse d’impôts de 10 % pour tous les ménages, une revalorisation des petites retraites de 300 euros par an et l’augmentation des modestes pensions de réversion.

Ces mesures seront financées, en particulier grâce au recul progressif de l’âge de départ à la retraite à 65 ans.

Rétablir l’équité dans notre modèle social des retraites est aussi une nécessité : le système des régimes spéciaux doit être progressivement supprimé, et il importe qu’on aboutisse dans l’équité à un alignement progressif du régime de la fonction publique sur le régime général.

Le report de l’âge de départ à la retraite à 65 ans s’impose du fait de l’allongement général de l’espérance de vie. Les carrières longues (ceux qui ont commencé à travailler tôt) ne seront pas remises en cause.

C’est de cette manière que nous pourrons garantir la pérennité de notre système par répartition, la solidarité entre les générations, et le maintien du niveau des pensions.

Je suis, en tout cas, déterminé à m’opposer avec vigueur à ce nouveau matraquage fiscal.

À l’évidence, Emmanuel Macron est bien le fils de François Hollande : toujours plus d’impôt !

8 Commentaires sur : Menace sur le pouvoir d’achat des retraités

  1. Hilarion

    17 juin 2017

    Ce qui est surtout inquiétant, c’est que malgré des prélèvements fiscaux records, un endettement qui continue, de nombreux services essentiels au fonctionnement du pays ne sont même plus en mesure d’effectuer leurs missions. Ici, c’est une gendarmerie qui restreint ses rondes pour budget carburant consommé, la c’est la justice qui relâche un criminel… parce que l’on a plus d’encre pour le télécopieur. On laisse les criminels dehors parce que l’on ne peut pas financer de nouvelles prisons.
    Pour l’armée, dont hélas on voit monter un peu plus chaque jour le besoin, c’est la paupérisation, le taux de disponibilité des matériels faute financement pour entretien ou réparation diminue de manière très importante (entre 30 et 50%) la capacité opérationnelle.
    Alors une bonne question: ou va l’argent ?

    Répondre
    • denis

      19 juin 2017

      Où va l”argent ? Trés simple, aux immigrés et aux politicards qui profitent des ors de la République !

      Répondre
  2. DOMINOIS

    15 juin 2017

    D’autant qu’ils aident très souvent leur famille !!! …..

    Répondre
  3. BRENUS

    14 juin 2017

    Q.C. vient de faire une nouvelle – mais pas finale – déclaration d’amour à Jacques Myard. Allez Q.C. jetez vous à l’eau et faites votre demande une bonne fois pour toutes.

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    13 juin 2017

    Jacques Myard a bien voté toutes les augmentations d’ impôts que ce soit directement ou indirectement sous les mandats calamiteux eux aussi pour les finances publiques de Chirac et de Sarkozy , non ? que n’ a t il contribué à diminuer les frais qu’ on dit de fonctionnement d’ un Etat budgétivore

    … bientôt lui aussi retraité , dimanche soir, il s’ inquiète … maintenant ?

    Répondre
  5. Jaures

    13 juin 2017

    Jacques Myard en mauvaise posture dans son fief renoue avec les bonnes vieilles méthodes: effrayer l’électorat âgé pour le faire rentrer dans le rang. Quelle importance que Myard ait soutenu un Fillon qui voulait augmenter de deux points la TVA. Il y a un mois, le pouvoir d’achat des personnes âgées ne le souciait pas plus que cela.
    Pareillement, il fustige la suppression de la taxe d’habitation mais promet une baisse d’impôt de 10% et des augmentations de pensions financées par 3 années de travail supplémentaires effectuées par les salariés, c’est à dire les enfants et petits enfants de ces mêmes personnes âgées. Rappelons que 300€ par an représenteraient pour les retraités une augmentation de…25€ mensuels.
    C’est avec cette somme qu’il espère acheter les suffrages nécessaires pour sauver son 6ème mandat ! N’a-t-il pas justement compris que c’est ce type de comportement qu’une majorité d’électeurs souhaite enfin voir disparaitre à jamais ?

    Répondre
    • Raoul Villain

      17 juin 2017

      Tiens ! Jaurès devient macroniste. Les rats quittent le navire. Il faut dire que la barcasse de ces crevures de socialistes prend l’eau de toute part. A ma plus grande satisfaction, bon débarras !

      Répondre
      • Jaures

        19 juin 2017

        Certainement pas macroniste mais entre un “En marche” et un Myard, je n’aurais pas hésité une seconde. Apparemment ce serait d’ailleurs la dernière chronique de ce désormais ex-député. Bon débarras !

        Répondre

Répondre

  • (pas publié)