Merci, Monsieur le Président!

Merci, Monsieur le Président!

Enfin quelque chose de positif, ont persiflé des mauvaises langues en apprenant que M. Macron était positif au coronavirus!

Ah, blasphème quand tu nous tiens!

Quelques jours auparavant, il aurait convié à dîner à l’Élysée, en plein couvre-feu, son premier cercle.

Que le président, comme n’importe quel chef, éprouve le besoin de rencontrer ses proches en présentiel (comme on dit maintenant), on peut le comprendre.

Qu’il n’ait pas respecté les règles qu’il nous impose ne nous surprendra pas outre mesure car il n’est pas le premier chef d’État à agir ainsi.

En revanche, il nous donne l’aveu éclatant que ce virus n’est pas si redoutable que le martèlent les nombreux experts qui le conseillent.

Dans l’armée, la menace NBC (Nucléaire Biologique Chimique) est prise très au sérieux et le virus, qui n’est pas un être vivant, pourrait être classé dans la catégorie des C.

Des équipements de protection tout à fait performants existent et sont prévus pour tous les personnels car ce ne sont ni les insignes de grades ni les écussons d’armes qui protègent. À bon entendeur …

L’ANP (Appareil Normal de Protection), couramment appelé masque à gaz, voit d’ailleurs son efficacité limitée par la barbe qui pousse, nuisant ainsi à l’étanchéité du caoutchouc protecteur. Pardon pour les féministes!

Et si un chef militaire envisageait de protéger ses subordonnés par un bout de chiffon sur la figure, on n’imagine même pas les réactions de ceux-ci!

M.Macron, chef des armées sans les avoir jamais connues, est quand même entouré d’experts qui ont dû l’informer sur la nocivité réelle du virus.

Si donc il n’a pas pris les dispositions élémentaires qu’il nous impose, c’est qu’il connaissait la dangerosité toute relative de ce même virus. Nous ne pouvons donc que le remercier de nous avoir éclairés sur ce point.

Mais maintenant que les symptômes sont là, il convient de prendre les mesures conservatoires.

Le rivotril? Il est encore trop jeune pour ce traitement. Le remdesivir? Pas à la hauteur du personnage puisque ce produit serait «gratos» dans les hôpitaux. Alors, le joker: l’hydroxychloroquine? Nul doute que quelques paparazzis sont à l’affût.

À moins que, maintenant que le professeur Fourtillan a libéré une place au sein de nos hôpitaux surchargés, le président en bénéficie en priorité au regard de ses éminentes fonctions.

Enfin, l’ultime question que Shakespeare aurait pu poser s’il avait vécu quelques siècles plus tard : vaccine or not vaccine ? Car M. Macron sera immunisé contre le virus d’avant!

Partager cette publication

(7) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    Fourtillan était un professeur de pharmacie et non pas un médecin hospitalier , il ne figurait plus depuis des années sur les registres de l’ Ordre des Pharmaciens

    il est aujourd’ hui hospitalisé dans un Hôpital … Spécialisé … là où sont traités les malades mentaux les plus sévèrement atteints

    23/12/2020 à 18 h 07 min
    • HansImSchnoggeLoch Répondre

      QC: il est aujourd’ hui hospitalisé dans un Hôpital … Spécialisé

      Oui, dans le plus pur style soviétique… contre son gré.
      Encore heureux qu’il soit vivant et qu’il n’ait pas été déporté dans la Kolyma.

      23/12/2020 à 19 h 10 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        on attend l’ internement de Trump ; certains l’ exige même !

        Ezra Pound fut lui aussi interné en Amérique et Dashiell Hammett l’ un pour  » fascisme  » l’ autre pour  » communisme « 

        24/12/2020 à 8 h 19 min
        • HansImSchnoggeLoch Répondre

          QC, nous serons bientôt en 2011, c’est vous qui l’avez affirmé … par deux fois … en moins de 24h.
          Qui est Trump?

          mmmh….
          « certains l’ exige » plutôt « certains l’exigent. »
          Vozuti et Oeil rigolez un bon coup

          24/12/2020 à 9 h 10 min
        • vozuti Répondre

          beaucoup d’électeurs de biden ont donné une fausse adresse,
          beaucoup d’autres n’habitaient pas dans l’état où ils ont envoyé leur bulletin, d’autres n’avaient pas le droit de vote, des milliers d’autres étaient morts… on attend que les électeurs de biden soient internés puisqu’ils ne semblent pas savoir où ils habitent. pour ceux qui sont morts, on attend qu’ils soient ramenés dans leurs cimetières…
          à part ça, il parait qu’il n’y a toujours pas de preuves de fraude, lu dans « le point ».il semblerait même que les images de surveillance montrant la fraude en georgie se soient rétractées, c’était de stupides caméras conspirationnistes pro trump.
          bienvenu dans les républiques bananières unies d’amérique présidées par joe bidon, qui déclarait peu de temps avant l’élection qu’avec obama ils avaient mis en place le plus grand système de fraude électorale de l’histoire. pas lu dans « le point ».

          24/12/2020 à 16 h 39 min
        • ELEVENTH Répondre

          On attend surtout VOTRE internement. Dépéchez vous de regagner votre cellule capitonnée : vous soigneurs s’impatientent.
          Pour un pseudo « docteur » en psychiatrie, votre existence même est une trahison.

          29/12/2020 à 23 h 58 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    On se rappelle des ricanements de la presse mainstream quand Bolsonaro, puis Johnson et enfin Trump avaient été testés positif.
    Il n’était jamais venu à l’idée des journaleux peuplant cette presse poulailler que Jupiter planant au dessus de l’Olympe puisse attraper ce virus comme un simple et vulgaire mortel.
    C’est chose faite maintenant nous savons que le roi est à poil.

    Et nous savons maintenant aussi que les règlements sanitaires ne comptent que pour la plèbe.
    Il faudra bien se souvenir de cela quand on mettra le bulletin de vote dans l’urne en 2022 et jeter ce gugus prétentieux dans la poubelle de l’histoire en prenant bien soin de remettre un couvercle lesté de plomb.

    22/12/2020 à 13 h 40 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: