Michel Rocard et la caste politicienne actuelle

Posté le juillet 05, 2016, 3:44
3 mins

L’ancien Premier ministre socialiste Michel Rocard est mort le 2 juillet dernier.

Ce grand adversaire de François Mitterrand avait tenté de donner une existence à la tendance social-démocrate en France. Son échec sonna, pour longtemps, le glas d’une gauche modérée.

On aurait pu penser que le tandem Hollande-Valls (ce dernier étant un ancien collaborateur de Rocard) y parviendrait mieux. Mais les erreurs des deux hommes, dues à des calculs tacticiens comme à l’incompétence, ont, au contraire, rendu plus forte que jamais la gauche radicale.
N’étant pas un intime de l’ancien Premier ministre, je ne saurais dire dans quelle disposition d’esprit il a quitté ce monde. Mais il avait donné un entretien en juin à l’hebdomadaire « Le Point », qu’il est intéressant de lire ou de relire.

Michel Rocard y dénonce notamment le fait que les politiciens ne prennent plus le temps de lire (et donc de réfléchir), soumis comme ils le sont à la pression du court terme.

Toute personne qui connaît un peu le monde politique ne peut, en effet, qu’être frappée par l’effrayante superficialité de ses conversations. Dans le meilleur des cas, les hommes politiques se sont engagés pour défendre des principes, mais ils oublient de nourrir leurs convictions.
Cela rend l’élection présidentielle particulièrement vaine. Alors qu’elle est censée donner des orientations de long terme au pays, elle voit s’affronter des personnes qui, depuis des années, souvent des décennies, vivent en vase clos, préoccupées uniquement de petites phrases assassines, et uniquement « nourris » d’éditorialistes tout aussi superficiels.

Je lis aussi, dans cet entretien fort intéressant, un reproche particulièrement grave : en Fran­ce, « on ne sait plus ce qu’est la droite et la gauche ».

C’est sans doute la raison pour laquelle certains s’affirment « ni de droite, ni de gauche ». Mais ce dernier positionnement ne fait qu’aggraver la confusion.

Mais le plus intéressant de cet entretien est, sans nul doute, cette sentence lapidaire : « La gauche a perdu la bataille des idées, et pas seulement en France ».

En effet, le débat intellectuel, qui fut longtemps le monopole de la gauche, est désormais très largement passé à droite.

Notre combat pour nos racines, notre identité, notre patrie est devenu central dans le débat intellectuel.

Mais les politiciens, ignorant tout du débat intellectuel, continuent à vivre dans leurs nuées socialistes. Et cela aggrave le fossé entre le peuple et eux…

Article précédent

Inondations

7 réponses à l'article : Michel Rocard et la caste politicienne actuelle

  1. Nicolas

    07/07/2016

    Brenus, ce type était dt à oeuvré pour la destruction et de la France , en 1er lieu, et des acquis sociaux au profit de ses Maîtres de la Finance.
    Je ne présente pas de condoléances à sa « famille » ? Les hypocrites de tous bords s’en chargent
    A l’UE ?
    A la Commission ?
    Aux USA ? À Hillary Clinton ?
    ?
    Aux universalistes ?
    A Soros (donc Rotschild ) à la Queen ?
    Stop billevesées
    A bientôt

    Répondre
  2. BRENUS

    06/07/2016

    Les habituels nécrophiles s’en donnent à coeur joie après la mort de Rocard à qui ils attribuent maintenant toutes les vertus qu’il était loin d’avoir. Mais, comme il était de « goche » ça remplit la panthéon de ce bord par ailleurs bien fourni en crapules et menteurs. S’il n’était pas catho, mais protestant, il n’en reste pas moins qu’il a pratiqué une politique de catho de gauche : la pire qui soit sous des aspects généreux mais dévastateurs. Il aurait fait un bon évèque français, jusqu’à savonner la planche a l’islam. Je fais partie de ceux qui ne le regretteront pas.

    Répondre
  3. Nicolas

    06/07/2016

    Mon commentaire a été « modéré », donc zappé. Je pense que celui-ci ne passera pas non plus .
    En gros comme en détail , ce type est sans intérêt et je mesure mes propos. Un de moins . Hi, je n’ai même pas dit ça hier ?

    Répondre
  4. Jacky Social

    05/07/2016

    Moi qui voue une haine feroce et absolue au socialisme, a la gauche en general et a ses suppots en particulier, j’aimais bien Michel Rocard, un Catholique de gauche. C’etait un homme honnete. Il a certes commis des erreurs du moins de mon point de vue, mais je le vois comme quelqu’un de bien, comme il y en a peu en politique et surtout a gooooche. Je ne salirai pas sa memoire. Enfin, comme il etait contre cette vieille bique de Francois-la-Francisque, cela merite des funerailles nationales au moins en Eurovision. Tout a une fin, mais c’est dommage.

    Répondre
    • Drakkar

      05/07/2016

      Un protestant de gôche, pro islam et absolument favorable à l’entrée de la Turquie en Europe.
      Sous un abord agréable, une vraie crapule collabo.

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      06/07/2016

      comme  » catholique  » ont fait … mieux ( ou pire ) … Michel Rocard a reçu une éducation familiale protestante des plus stricte et c’ est ce qui ,intellectuellement, mentalement, philosophiquement et socialement, l’ opposait à l’ élève des Jésuites François Mitterrand ; c’ est sans doute pour quoi vous le  » voyez comme quelqu’ un de bien  » : rien à attendre de  » bon  » ,moralement s’ entend, d’ un homme politique élevé dans la mouvance intellectuelle  » catholique  » !

      par exemple dans ma petite ville les grands maires furent tous … Protestants et les pires de dévots cathos , c’ est simplement une question de prise de conscience de ce qu’ est la responsabilité de l’ individu

      le calviniste

      Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    05/07/2016

    comme je le disais :

    comme le duc De Guize il parait plus grand mort que vivant

    mais Rocard c’ est :

    – la C.S.G. qui ne devait être que … temporaire !

    – le S.M.I.C. qui avait pour mission de faire monter en compétences ses  » allocataires  »

    et ne parlons pas des accords dits de Matignon qui auraient bien pu faire basculer la Nouvelle-Calédonie dans le giron accueillant et désintéressé de l’ Australie; quant à l’ Europe il n’ avait pour elle aucun intérêt en mal comme en bien

    un visionnaire politique français de premier choix vous dis-je mais sympa ! … un peu comme Chirac en plus classe quand même

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)