Mondial et cohésion nationale

Posté le 26 juillet , 2018, 12:17
5 mins

J’avoue n’avoir suivi que d’assez loin le Mondial de football qui vient de s’achever.

Mais je craignais qu’une éventuelle victoire de l’équipe de France ne soit abondamment utilisée par la propagande, que ce soit pour nous enseigner tout ce que la France devait à la glorieuse « gouvernance » Macron, d’un côté, et, peut-être plus encore, tout ce que la France devait au métissage et à l’immigration, de l’autre.

De ce double point de vue, ce fut une agréable surprise.

Emmanuel Macron, rapidement empêtré dans l’affaire Benalla, a été totalement incapable de profiter de « l’effet mondial », qui avait naguère si bien réussi à Jacques Chirac pour masquer l’insignifiance de son gouvernement.

Au demeurant, avant même le déclenchement de cette affaire, dont nous n’avons pas fini d’entendre parler, le Pouvoir aurait difficilement pu exploiter la victoire des Bleus, tant les soirées de pillage et d’agressions qui ont suivi ont révélé un fiasco – encore plus criant si l’on se souvient que Gérard Collomb s’était félicité à l’avance d’avoir mis en place un dispositif de sécurité hors norme.

Pourquoi dis-je que nous n’avons pas fini d’entendre parler de l’affaire Benalla, qui pourrait fort bien n’être qu’un fait divers sans lendemain ?

Tout simplement, parce que deux choses au moins sont troublantes dans ce dossier.

La première concerne la personnalité d’Alexandre Benalla : comment celui qui semble bien n’être qu’une petite « racaille » de banlieue a-t-il pu être à ce point protégé par le pouvoir ? Ou, dit autrement, quelles sont les relations entre Alexandre Benalla, qui n’a pas exactement le profil classique des membres d’un cabinet élyséen, et Emmanuel Macron ?

La seconde concerne la rapidité avec laquelle les médias politiquement corrects, spécialement « Le Monde », le fameux « quotidien de référence », se sont rués sur l’affaire.

De toute évidence, « quelqu’un » leur a fourni un dossier complet. J’ignore qui, mais je ne serais pas surpris que cette affaire soit le signe d’un « lâchage » d’Emmanuel Macron par l’oligarchie. À tout le moins d’un coup de semonce. Bref, l’affaire ne fait que commencer.

Mais revenons à la victoire des Bleus. Je craignais surtout le dégoulinement médiatique en faveur de la France « black, blanc, beur ».

Les exactions perpétrées un peu partout en France par des bandes d’émeutiers ne sont évidemment pas pour rien dans la discrétion des commentaires sur ce sujet.

Mais il faut aussi noter que cette équipe n’était pas comme l’équipe précédente, qui s’était « illustrée » en Afrique du Sud, composée de voyous islamistes. Tous les joueurs que j’ai entendus se présentaient comme Français et non comme Algériens, Maliens ou Camerounais.

Plusieurs étaient manifestement chrétiens, puisque l’un au moins fit un signe de croix sur le bord du terrain, lors de la finale (ce qui a scandalisé la grande prêtresse du laïcisme qu’est Caroline Fourest !) et qu’un autre s’est même fait tatouer des versets de la Vulgate sur le bras.

Beaucoup d’observateurs ont remarqué, par exemple, que toute l’équipe chantait l’hymne national – chose assez rare pour être relevée.

Si la comparaison entre l’équipe de 2014 et celle de 2018 prouve quelque chose, c’est qu’une équipe gagne mieux si elle est unie autour des valeurs nationales – indépendamment de la couleur de peau des joueurs.

En d’autres termes, la France peut intégrer bien des talents venus de l’étranger (à la condition que ces talents veuillent s’intégrer), mais un magma multiracial n’est bon qu’à faire des esclandres de vestiaires.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

3 Commentaires sur : Mondial et cohésion nationale

  1. HOMERE

    30 juillet 2018

    Que l’on m’explique comment des joueurs exerçant leurs talents à l’étranger en longueur d’année,peuvent tous les quatre ans,se sentir brusquement plus français que les français ? Il s’agit en fait de la poudre aux yeux…pour afficher des sentiments opportunistes à l’adresse des racailles qui emplissent les stades…..la France Black,Black,Black…c’est pour demain…peu importe que les équipes africaines se soient faites sortir au premier tour…..on applaudira dans les HLM et dans les quartiers…..belle image de notre France….

    Répondre
  2. OEILDEVRAICON

    26 juillet 2018

    A l’époque les anglais avaient Robin des Bois… , et ils étaient bons.
    Aujourd’hui nous les supplantons, car nous avons Didier Deschamps.

    Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    26 juillet 2018

    // Emmanuel Macron, rapidement empêtré dans l’affaire Benalla, a été totalement incapable de profiter de « l’effet mondial », “”

    Le hasard et/ ou le destin ont saboté l”aubaine du mondial de balle à pied.
    Macron doit s’en ronger les ongles des doigts de pied, les “riens” et les “lépreux” ricanent ouvertement, j’en suis.

    En comparant l’affaire à une tempête dans un verre d’eau, Macron voit juste mais, ce qu’il ne voit pas c’est qu’il est lui-même plongé dans le verre.
    Continuons donc allègrement à secouer ce verre.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)