Municipales, départementales, régionales… Et alors ?

Posté le avril 30, 2015, 2:33
8 mins

Après les élections départementales, la presse s’est déchaînée : « Victoire exceptionnelle de la droite, chute définitive de la gauche » et, à l’appui de ces proclamations optimistes, des pages entières ont été consacrées dans les journaux à ces résultats avec graphiques et dessins en couleur rouge-rose, vert barré de rouge, gris, bleu pâle, bleu foncé et bleu marine, sans parler d’heures de commentaires de politologues surgis de tous les horizons.

En réalité, cette agitation médiatique, c’est du vent. Les socialistes sont, et restent, au pouvoir et avec tous les pouvoirs jusqu’en mai 2017. La présidence de la république est socialiste ; l’Assemblée nationale est à majorité socialiste ; le Sénat est repassé à droite de très peu, mais le Sénat, en France, n’est pas une chambre de décision, c’est une chambre de réflexions et de vœux pieux. Le dernier mot revient toujours à l’Assemblée nationale. Nous en avons donc encore pour deux ans de socialisme, ce qui suscite quelques inquiétudes lorsqu’on connaît le bilan désastreux de ces trois dernières années.

Est-ce à dire que l’on aura un changement positif en 2017 ? Ce n’est pas sûr du tout !

Hollande, n’en parlons pas. On sait ce que c’est : un politicien démagogue, marxiste, profiteur, souvent ridicule et « j’m’enfoutiste ». En campagne électorale pour 2017, il se multiplie aux frais des contribuables en France et à l’étranger : il est persuadé qu’il sera réélu et ce n’est pas impossible. Pourquoi ? Parce que ses adversaires, eux non plus, ne sont pas acceptables.
Sarkozy est, lui aussi, convaincu qu’il sera élu en 2017, malgré six ou neuf autres candidats UMP qui le méprisent dans une bruyante cacophonie, soulignant, qu’en fait, François Hol­lande n’a fait que mettre ses pas dans ceux de Sarkozy. Il est vrai que c’est sous le règne de Nicolas Sarkozy que les prélèvements sociaux ont augmenté de 40 %. Sarkozy a créé un taux marginal en matière de droits d’enregistrement de 45 % sur les successions en ligne directe. Il a créé une contribution exceptionnelle majorant l’impôt sur les sociétés, la contribution exceptionnelle sur les hauts revenus et la taxe sur les transactions financières. Il a augmenté les taxes sur les contrats d’assurance. Il a donc été un parfait précurseur de François Hollande. Ils sont tous deux sur la même ligne, celle de l’oppression fiscale.

S’ajoute à cela, chez Sarkozy, le « printemps arabe » qui a été, et reste, la cause de milliers de victimes, de millions de réfugiés, du massacre des chrétiens d’Orient, de destructions gigantesques en Syrie et en Libye, désormais sanctuaires des islamistes qui mènent au Sahel africain une guérilla où des militaires de l’armée française sont tués aux frais du contribuable français ! Ce fut une erreur inadmissible et la preuve d’un stupéfiant manque de jugement.

Quant à Marine Le Pen, elle nous offre un spectacle exceptionnel. Elle est passée, sans coup férir, de l’extrême droite à l’extrême gauche. La nouvelle « fille du peuple » représentant les petits fonctionnaires, les petits retraités, les chômeurs, a présenté son programme : maintien des prélèvements obligatoires à leur niveau actuel, y compris l’ISF, plus la nationalisation partielle des banques, une taxe spéciale prélevée sur les 50 plus grandes entreprises non nationalisées qui devront affecter 15 % de leur bénéfice net en réserve spéciale de réindustrialisation, plus le retour à la retraite à 60 ans, plus l’augmentation du SMIC et du nombre de fonctionnaires. Avec, bien sûr, la sortie de l’euro et de l’Europe. Mais plus grave est le programme crypto-communiste que je viens de citer.

Les conséquences en seraient aussitôt une augmentation considérable du coût des importations dans un pays dont la monnaie serait dévaluée de 30 %, une perte immédiate de pouvoir d’achat et une augmentation du chômage qui est déjà massif !

Comment expliquer une telle aberration ? Par une raison très simple. Marine Le Pen recherche le pouvoir et ses privilèges. À cette fin, elle s’est mise, comme les autres politiciens, à la démagogie. Elle s’est inscrite dans un système perverti et malhonnête où s’agitent les autres candidats et la multitude des apparatchiks qui les entourent. On ne peut en attendre que des échecs. Le fondateur du FN, Jean-Marie Le Pen, lui, ne recherchait pas le pouvoir, se limitant à dénoncer le système avec vigueur dont le fiscalisme, se laissant aller à dire des vérités parfois choquantes, mais des vérités quand même. Il résulte de ce cirque minable une hostilité ouverte entre la fille et le père et des noms d’oiseau que je ne reproduirai pas ici : une « histoire de famille qui finit mal » écrit le Figaro du 9 avril.

Tel est aujourd’hui le paysage politique de la France. Aucun espoir n’est permis dans un pays en voie de disparition. En 2017, on aura le choix entre la peste, le choléra et la gangrène et tout continuera à s’aggraver : l’immigration, l’insécurité, le chômage et, à coup sûr, la spoliation des Français honnêtes, ce qui remet en mémoire les prévisions de Gustave Le Bon, à la fin du XIXe siècle : « La plèbe est reine et les barbares avancent. La civilisation peut sembler brillante encore, parce qu’elle conserve la façade extérieure créée par un long passé, mais c’est en réalité un édifice vermoulu que rien ne soutient plus et qui s’effondrera au premier orage. »

Ancien Ambassadeur de France

7 réponses à l'article : Municipales, départementales, régionales… Et alors ?

  1. HOMERE

    05/05/2015

    Les français (ou ce qu’il en reste)ont le Président qu’ils méritent..falot,inconsistant,rondouillard,gras du bide,boutonneux,amnésique,vicieux,corrompu….comme eux quoi…du fond rien que du fond…de la gamelle….et rien d’autre. Pas rancuniers les franchos…juste conformes à leur Président ectoplasmique…
    Oui Jeanny Segret une explication définitive et irrémédiable entre les tenants marxistes et leurs comparses et ceux de la liberté et de la nation…une raclée absolue pour clore leurs becs de rapaces et leurs projets mortels pour notre France….

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      05/05/2015

      Heureusement il nous reste [ à nous Français ] @ Homère et Bygmalion Sarkozy … on ne peut s’ imaginer quelle chance est la nôtre !

      résumé :

      Hollande est un  » malin  » et Sarkozy un  » illusionniste « 

      Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    04/05/2015

    cet article des  » 4V²  » qui pour une fois abordait même timidement le fond du problème n’ a pas beaucoup stimulé les neurones des lecteurs ! il méritait mieux ! du fond ! du fond ! rien que du fond !

    Répondre
  3. Jeanny Segret

    01/05/2015

    Eh bien! Dites moi, quel catastrophisme!!!!!s’il n’y a plus rien a esperer,que faut il faire??deja je me suis abstenue aux dernieres elections (celles ci ne servent a rien, souvenez vous du referendum sur
    l’Europe, le gouvernement n’a pas tenu compte de
    l’opinion des Francais)l’elite sait tres bien que la rupture est definitive entre elle et le peuple L’elite s’en accommode et continuera ainsi jusqu’a une
    explosion sociale ou une guerre? Dieu seul le sait

    Répondre
  4. Betsynette

    01/05/2015

    Ce mr pense et compte sur l’amnésie des Français et les médias n’ont plus rien à dire.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      01/05/2015

      Pas du tout Mr Lambert nous annonce à sa façon discrète, feutrée, voire même subliminale ( qui après tout est la suite logique d’une langue diplomatique longtemps pratiquée ) que l’ abstention ajoutée au vote blanc ( de préférence au vote nul ) sera à son zénith si les trois  » majors  » ( sic ) restent ceux là même qui sont présentement !
      Le problème étant que ces imbéciles d’ umpéistes vont bien sûr désigner comme leur candidat un saltimbanque, un traine cuir, un matamore !

      Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    30/04/2015

    En ces temps inquiets, les  » journaliers  » ( de l’intox ) *** glosent à langues déliées sur les chances de F.H. en 2017 ; il est vrai que le Président Camembert fait le forcing … les réformes ce n’ est pas pour maintenant et seuls les cadeaux à faire à  » mon  » électorat retiennent  » mon  » attention !

    *** émission  » C’ à dire  » de ce jour

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)