Nicolas Sarkozy à Marseille-sur-scène

Posté le 26 février , 2012, 12:00
3 mins

Nicolas Sarkozy, candidat, est enfin entré en campagne !

L’exercice est délicat qui consiste à changer de costume plusieurs fois par semaine , voire par jour . Passer de la posture de président au rôle de challenger est un exercice d’équilibriste où les opposants ne ménagent pas leurs coups de gaffe pour le déséquilibrer ou jeter de la confusion dans le jeu démocratique.

Dimanche, à Marseille, lors de son premier meeting de campagne , le candidat a volé l’applaudimètre au président et comblé les nostalgiques de 2007. Faire agiter les drapeaux et vibrer les cœurs sur de nouveaux et virils couplets mais avec les doux refrains de la chanson France fut un exercice de scène émouvant…

Que des mots, disent ses pourfendeurs ? J’ai entendu de puissantes propositions qui font acte de l’écoute de cette France profonde qui n’est plus tout-à-fait silencieuse et passive . En 2007, Ségolène Royal disait « entendre la voix de ceux qui ne s’expriment pas », incantation jubilatoire de sa « Démocratie participative », qui l’a envoyée en Charente ! En 2012 les citoyens ont assez exprimé leur « ressenti » pour passer par dessus les tranchées de censure des corps intermédiaires et des  Lignes Maginot du politiquement correct.

Oui, les Français veulent du courage et encore du courage pour moderniser les institutions plus encore qu’il n’a déjà été fait durant le quinquennat écoulé. La Justice dont se drape le candidat de gauche n’est qu’un costume de comédie et la Vérité qu’il évoque si volontiers n’est qu’une agrafe fragile pour maintenir en campagne son fragile vêtement de printemps. Le costume de président doit être assuré de coutures solides résistant aux chocs et tiraillements imprévisibles !

Oui, j’ai envie de répondre à l’appel de Nicolas Sarkozy lancé en clôture de son discours !

Henri Gizardin

6 Commentaires sur : Nicolas Sarkozy à Marseille-sur-scène

  1. Ludo

    28 février 2012

    Et bien moi, je fais le choix de défendre celle qui s’attaque à la “root cause” (veuillez me pardonner cet anglicisme) de nos problèmes : l’euro. On rappellera juste que cette monnaie a été conçue pour générer de la dette d’elle-même (cf. son manuel de création “Modern money mechanics”). Par conséquent, défendre quelqu’un qui soutient cette monnaie, est tout simplement être pour notre propre mise en esclavage.

    Répondre
  2. l'Auteur

    27 février 2012

    Non Cincinnatus je n’ai pas la mémoire courte et je ne me situe pas dans le troupeau des bovins, sinon je ne prendrais pas la plume! Mais contre le flou, ou le populisme je préfère l’audace. Avec un bonus au sortant , contrairement à la clameur générale, car l’apprentissage sur le tas est, pour moi, la meilleure des écoles.L’éventuel” second mandat étant le dernier,nous épargne en outre la peste du clientélisme..

    Répondre
  3. quick

    27 février 2012

    Au restaurant des présidentiables trois menus : la confiture empoisonnée, une recette impossible et Bayrou. Bayrou, il faut l’aider de toutes nos forces, en parler. Il est fiable. Ses adversaires lui ont trouvé un gros poux dans la tête : Il paraîtrait que, quand il a été été ministre de l’Education nationale, il aurait agi de concert avec les syndicats. C’est évidemment une casserole scandaleuse, et là il faut bien reconnaître que personne n’est parfait. Bayrou peut gagner, mais pas sans votre aide. Demandez-vous sérieusement comment vous pouvez contribuer concrètement à sa victoire. L’écouter et l’approuver ne peut suffire. Prouvons cette fois qu’on peut gagner sans mentir.

    Répondre
  4. Zoinzoin

    27 février 2012

    Au meeting de Marseille, Michele Alliot Marie se trouvait comme il se doit au premier rang de l’assistance. Cette Ministre démissionnaire voulait utiliser la police française pour prêter main forte à son ami Ben Ali, dictateur tunisien aujourd’hui déchu. Normal car cette Ministre avait de gros intérêts en Tunisie, enfin ses parents presque centenaires qui venaient juste de se lancer allègrement dans les affaires dans ce pays !! Avec le meeting de Marseille, on a tout compris !

    Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    26 février 2012

    à l’attention de Monsieur Henri Gizardin cette maxime "jésuistique" :

      "errare humanum est , perseverare diabolicum"

    P.S. ce qui ne fait que confirmer la bonne opinion que j’ai des Français… en Général * ( De Gaulle ! )  ou en Maréchal  ** ( Pétain ! ) !

    *des veaux !

    ** Français vous avez la mémoire courte !

    Répondre
  6. trionel

    26 février 2012

    Guaino, on te parle. Par ta prose lyrique tu fais dire à ton employeur qu’il compte bien dans l’avenir organiser des referendums. T’as oublié qu’à l’occasion du référendum de 2005 sur le traité européen, il a craché sur l’avis du peuple français ? T’as oublié qu’en 5 ans il n’en organisé aucun ? Te foutras-tu longtemps de nous, Guaino ? Crois-tu qu’on oubliera ta propre fourberie ?

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)