Nicolas Sarkozy confond hyperactivisme et efficacité

Posté le août 28, 2007, 12:00
4 mins

Nicolas Sarkozy est en empathie avec les victimes. Le 20 août, il reçut le père et le grand-père du petit Enis Kocafurt, ce garçonnet violé par un pédophile récidiviste. Le 22 août, il assista aux obsèques du marin pêcheur breton accidenté au large d’Ouessant par un cargo kiribatien. Le 23 août, il reçut Chouaib Lusikama, lycéen d’origine angolaise victime pendant six mois d’insultes racistes de la part d’un professeur, et son père. Le même jour, il vit les proches du journaliste franco-canadien « indépendant » Guy-André Kieffer – disparu en Côte-d’Ivoire depuis avril 2004.
Le 24 août, il s’entretint avec les familles de Chantal Klimaszewski et Lucette Gariod, les deux aides-soignantes assassinées par un malade en décembre 2004 à Pau. Après, il visita des victimes d’un autre genre : les pêcheurs de Saint-Jean-de-Luz mécontents de la décision de la Commission européenne, prise en juillet, de ne pas rouvrir la pêche à l’anchois dans le Golfe de Gascogne…

Ces tâches sont traditionnellement dévolues aux ministres, quand ce n’est pas aux préfets. L’activisme de Sarkozy évoque les dictatures des pays sous-développés, dont les présidents font tout.

« Je veux rester un président de la République proche des Français, qui réagit avec eux », dit-il. « Le Canard Enchaîné » surnomme le chef de l’État « SuperSarko », allusion à Superman. Son activisme résulte de son tempérament trépidant – « Je ne sais pas m’économiser », dit-il. Cela l’a servi dans la conquête du pouvoir et des médias. Il n’imite pas De Gaulle qui, président de la République, se produisait avec parcimonie dans les médias. Les temps ont changé, explique-t-il : la télé et Internet imposent une exposition permanente.

Jusque-là, ce registre de l’émotion – sincère – a été payant : Sarkozy bénéficie de 69 % – et François Fillon de 63 % – d’opinions favorables dans le sondage Ifop/JDD de dimanche dernier. L’euphorie estivale contribue à soutenir la popularité du tandem gouvernemental. Mais les nombreuses démonstrations d’empathie du chef de l’État ne le dispenseront pas d’obtenir rapidement des résultats concrets en matière d’économie, de sécurité et d’immigration.

S’ils venaient à faire défaut, le rejet de Sarkozy par l’opinion publique serait à la mesure des espoirs qu’il a suscités. Le dégrisement pourrait commencer à la rentrée, avec les factures entassées dans la boîte aux lettres, les grèves des transports en commun et les mauvaises nouvelles au bureau…

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

9 réponses à l'article : Nicolas Sarkozy confond hyperactivisme et efficacité

  1. sas

    02/09/2007

    question de profane……dans l’affaire du pédophile recidiviste violeur du petit kocafurt…….il y a eu une telle réaction parceque c’était une famille turc ?????

    Aquand les mêmes démonstration pour des familles de goyim…..

    sas

    Répondre
  2. marquais

    02/09/2007

    En voulant trop bien faire , M. Sarkozy dévalue la fonction présidentielle.

    En recevant tout le monde il abaisse l’honneur qu’il y a à etre recu par le Président de la République

    En assistant, en bras de chemises , à tous les évènements du pays il diminue le prestige de sa fonction  . La plèbe a besoin de " cette montre si authentique " dontt parlait Bossuet  ( à moins que ce ne soit Pascal)

    les juges ont besoin de se déguiser  pour en imposer pendant les audiences, les prètres de revètir des tenues  inhabituelles et clinquantes pour apparaitre autrement que les fidèles, les généraux d’afficher des étoiles et des breloques,  et le président doit paraitre autre que le commun des mortels en ne dispensant ses familiarités qu’avec parcimonie !

    La mite errante fut un modèle du genre, personne n’avait envie de lui taper sur le ventre quand il traversait la foule .

    Avec notre Sarko ?

     

    Répondre
  3. LESTORET

    31/08/2007

    Comment la majorité des français ne comprend-elle pas qu’un homme seul ne pourra pas réussir dans son entreprise de redressement du pays ? S’ils comptent sur cet homme seul et si après avoir bien profité de leurs vacances ils viennent attendre des résultats en se mettant mollement au travail, ils ne vont pas tarder à goûter les fruits de la désillusion. Un train a une locomotive et des wagons: la locomotive tire mais si les wagons ne se tienent pas bien sur les rails, elle est gênée et s’essoufle; elle peut même s’arrêter. Il ne suffit sans doute pas d’attendre béatement que les actes de Mr Sarkozy portent leurs fruits: il faut aussi que le peuple, la totalité du peuple, fassent l’effort d’abord de croire, ensuite d’agir. En est-il ainsi aujourd’hui ?? J’entends beaucoup plus de critiques et de manifestations d’impatience que de volontés de se mettre réellement au travail.

    Répondre
  4. MINUX75

    30/08/2007

    Bonjour MITERRAND se définissait lui même comme un technicien du pouvoir. En clair, un technicien du pouvoir ne résoud jamais aucun des problèmes auquel la nation est confrontée, chômage, immigration, fiscalitée excessive, etc… au contraire le vrai technicien du pouvoir agrave les problèmes du pays tout en prétendant les résoudre. Les français aiment cela jusqu’à la folie et MITERRAND aurait pu dans ces condition être réélu une troisiemme fois. SARKOSY est lui même un parfait zélé technicien du pouvoir, en clair, il ne va résoudre aucun des problèmes auquel la nation est confronté, chômage, immigration, surfiscalité, baisse du pouvoir d’achat etc au contraire, il va agraver les problèmes tout en prétendant les résoudre. Normal que les sondages soient bons, les français aiment cela jusqu’à la folie. La seule différence entre SARKOSY et MITERRAND est la gestion de la propagande, la ou MITERRAND faisait des lois bidons sur l’emploi promulgés en 127 points, SARKOSY s’interesse aux chats écrasés. Tout le monde sait que nous sommes dans le trou, peu savent que le trou est bien pus large et plus profond que ce que l’on croit. le prochain « super président » aura sur les bras en plus, une guerre civile, auquel, bien sûr, aucune solution ne sera apportée. Les français auront élu, la aussi un technicien du pouvoir. à bientôt

    Répondre
  5. Yann

    30/08/2007

    Misérabilisme, compassion et communication. La nouvelle trinité des gouvernants dépourvus du moindre pouvoir. Ce pantin désarticulé n’a que l’esbrouffe et le boniment comme instrument, pourquoi en vouloir à un homme de petite dimension, il n’est tout simplement pas à sa place. Ceci dit il aurait sans doute fait un excellent montreur de foire ou un commercial de province de qualité s’il n’était pas né à Neuilly.

    Répondre
  6. Anonyme

    29/08/2007

    Nicolas Sarkozy confond aussi "agir" et "s’agiter".
    Le gouvernance par faits divers/émotion/faits d’annonce commence à montrer ses limites.
    Exemple : l’histoire récente d’un enfant tué par un chien. M. Sarkozy a déjà commenté ce genre d’incident en juin et en novembre 2006, comme ministre de l’intérieur. Il envoie MAM ou Fillon pour meubler, mais tôt ou tard, il va falloir montrer quelques résultats…
    En ce qui concerne l’hyperactivité, on a déjà tout dit. 53 % des Français estime que l’hyperactivité est bien, les autres se rendent compte que c’est une maladie

    OBLOMOV

    Répondre
  7. dagmar

    29/08/2007

    SARKO brasse le vent, mais cela on le savait avant les éléctions, pendant la campagne.

    Et pourtant il a gagné. La preuve que les français préférent le théatre des ombres à la réalité. Au moment où le pays fera faillit, on cherchera le coupable. Mais le grand coupable, le seul c’est " LE PEUPLE" qui vote. Et ceci depui 30 ans.

    Dagmar

    Répondre
  8. Jaures

    29/08/2007

    Sarkozy a toujours fait reposé sa communication sur deux axes: son lien avec les victimes (allant jusqu’à organiser sa propre victimisation) et le refus d’endosser la responsabilité des échecs: aucune solidarité avec le gouvernement auquel il a appartenu, ce qu’il ne réussit pas est la faute des juges, des fonctionnaires, de l’Europe, du Conseil Constitutionnel… Gageons que les ministres, quand les nuages viendront obscurcir l’habituel état de grâce des premiers mois, découvriront rapidement en quoi consiste leur rôle.

    Répondre
  9. ericson

    29/08/2007

    pour moi le degrisement est deja termine, voire n’a meme pas eu besoin d’avoir lieu car je n’ai jamais cru a ces promesses.

     

    laissons aux gens le temps de s’apercevoir qu’ils ont encore une fois ete roules dans la farine.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)