Nicolas Sarkozy contre les déficits des hôpitaux ?

Posté le décembre 21, 2010, 3:13
58 secs

Le président Nicolas Sarkozy a défendu à Avignon la politique hospitalière du gouvernement en mettant l’accent sur la nécessité de « tenir les équilibres financiers » au moment où « deux tiers des hôpitaux sont en déficit ».

Accompagné de son épouse Carla Bruni, ainsi que du ministre du Travail, Xavier Bertrand, et de la secrétaire d’Etat à la Santé, Nora Berra, le chef de l’Etat a expliqué que le pays ne pouvait « pas rester avec deux tiers des hôpitaux en déficit ».
« Ce n’est pas sain », a-t-il dit, en rappelant que le budget consacré aux hôpitaux serait en augmentation de 2,9% en 2011, contre 3% en 2010.
Le président a promis néanmoins que le gouvernement continuerait « à investir dans l’hôpital », mais avec « une seule limite », celle « du respect des équilibres ».

« Je ne laisserai pas la France devenir comme d’autres pays qui tendent la main (aux marchés, ndlr). Oui, c’est vrai, il faudrait mieux payer les personnels, il faudrait plus d’emplois dans les hôpitaux mais, en même temps, si on ne tient pas les équilibres locaux, on n’est plus un pays indépendant », a encore expliqué M. Sarkozy.

Des paroles de bon sens, mais est-ce vraiment plus que des paroles quand on voit la dégradation des comptes publics en France. On ne saurait trop conseiller à Madame Carla Bruni-Sarkozy de chantonner à son mari la célèbre chanson de Dalida « paorles, paroles »

3 réponses à l'article : Nicolas Sarkozy contre les déficits des hôpitaux ?

  1. DOE Jane

    26/12/2010

    mais c’est Janus cet homme….pas crédible son discours ; et on sait que les cliniques font les mêmes interventions pour beaucoup moins cher…mais dans les cliniques il n’y a pas plus d’administratifs que de personnel médical ce qui est hélas le cas dans TOUS les hostos

    Répondre
  2. Pluto 69

    23/12/2010

    Pinocchio a encore parlé.

    Répondre
  3. ahje

    22/12/2010

    Quand on est le président qui creuse les déficits publics, on devrait éviter de faire de la morale sur la santé publique.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)