Nicolas Sarkozy : la dernière chance de la France !

Posté le mai 09, 2007, 12:00
9 mins

Une nation authentique, c’est une famille. Si dans une famille de six personnes bien de chez nous, s’imposent deux « Subsahariens » et un Maghrébin qui se servent dans le frigidaire et lorgnent sur la maîtresse de maison, le chef de famille a deux possibilités : ou il laisse faire et sa famille disparaît, ou il fait son devoir et il flanque les intrus dehors. L’actuelle situation de la France est parfaitement comparable. Que l’on en tire les conclusions !

Ceci me conduit à exposer une nouvelle fois, au seuil d’une nouvelle présidence de cinq ans, les réalités de la famille « France » que les contradictions et l’extrême confusion engendrées par près de deux ans de campagnes électorales ont entourées d’un écran de fumée.
Soyons clairs et n’ayons pas peur de la vérité, la situation laissée par les deux précédents chefs d’État est calamiteuse.

1 – Immigration. 12 millions d’allogènes dont six millions de musulmans. 500 000 clandestins, la majorité de ces populations venant d’Afrique et d’Orient. Depuis des années, il en arrive 350 000 nouveaux par an. Coût financier annuel : 35 milliards d’euros.

2 – Islam. À l’exception de Philippe de Villiers, les principaux candidats n’en ont pratiquement pas parlé. C’est là cependant une menace extrêmement grave pour notre pays. Les professeurs démographes Gourévitch et Dupâquier estiment qu’en 2060, les musulmans pourraient approcher, en France, les 45 millions. Déjà, en trente ans, le nombre de mosquées et lieux de culte musulmans est passé d’une trentaine à plus de quatre mille. Après une bonne partie du Proche et du Moyen-Orient, le Maghreb passe sous l’influence d’Al Qaida. L’Algérie est en guerre. Le prochain théâtre d’opération pourrait bien être la France, avec des
attentats-suicides.

3 – Délinquance. Elle a diminué en nombre, assure-t-on, mais elle s’est aggravée en violence. 60 % des détenus seraient des immigrés. Les prisons sont surchargées. 750 « quartiers » sont entre les mains de gangs dirigés par des caïds trafiquants de drogue et de voitures volées. 50 à 150 véhicules sont incendiés chaque nuit. Une jeune femme policier est violée en Seine-Saint-Denis à 300 mètres de son commissariat, et par qui ? « Le Figaro » a bien voulu le faire savoir… Et n’oublions pas la Corse, une île qui enregistre, bon an mal an, 300 attentats et une trentaine d’assassinats politiques pour 260 000 habitants, largement subventionnés par le Trésor public. Bref, les forces de
l’ordre en ont plus qu’assez du mot d’ordre officiel : « surtout pas de bavures », ce qui, en bon français, signifie : « recevez des coups, mais n’en donnez pas ».

4 – Chômage. Trêve de calculette. Il est au moins de 9 % de la population active pour les « adultes » et de 21,5 % pour les jeunes. Le taux d’emploi français est inférieur de dix points à celui des États-Unis. Et dans l’Union Européenne, la France occupe le 25e rang. Seules, la Slovaquie et la Pologne ont des taux de chômage plus élevés. La législation et la réglementation sont tellement contraignantes et absurdes, la fiscalité tellement lourde, que les PME n’ont qu’une idée, ne pas embaucher, et les grandes entreprises, licencier.

5 – Situation financière. Nous avons-là un festival d’incurie. 2 500 milliards d’euros de dette. Sait-on qu’en deux heures, la dette française s’alourdit de 15 millions d’euros. Pourquoi ? Parce que les deux précédents Présidents de la République, obsédés par une ambition pathologique, faisaient distribuer les milliards dans l’espoir d’être réélus. « Depuis 1995, écrit Nicolas Baverez dans « La France qui tombe » (Perrin, éditeur), la dette publique a presque doublé, ce qui conduit, si la tendance actuelle devait se prolonger, à atteindre 260 % du PIB en 2050. Et cela, malgré la ponction exercée sur le contribuable qui fait que les prélèvements obligatoires sont, en France, les plus lourds du monde. L’ISF, un impôt politique communiste, a fait fuir à l’étranger quelque 100 milliards d’euros. Chaque jour et depuis des années, un patrimoine important se délocalise hors de France. L’ISF va ruiner la France.

6 – L’économie. Trente ans de socialisme d’inspiration plus ou moins marxiste l’ont dangereusement affaiblie. On est désormais en droit d’imaginer le grave affaiblissement de l’industrie automobile et de l’aéronautique qui produit à coût trop élevé. Les 35 heures, une « exception française », parmi d’autres, est une arme de destruction massive de la production et de l’emploi industriel. Les exportations françaises régressent très sensiblement. Les exportations allemandes sont florissantes. Un million de trentenaires ont quitté la France en dix ans et, depuis 1981, le nombre de fonctionnaires a augmenté de plus d’un million. Au total, six millions, le plus fort pourcentage par rapport à la population active de tous les pays industrialisés.

7 – L’enseignement. C’est une sorte de monstruosité. 1 300 000 fonctionnaires dont 900 000 enseignants, pour 300 000 lycéens qui sortent du système scolaire, chaque année sans aucun diplôme. Idem pour 14 % des étudiants et cette catastrophe aux frais du contribuable.
Conclusion : Les choses sont simples. La France a été dirigée successivement ces 26 dernières années par deux chefs d’État qui s’inscrivent parmi les plus mauvais qu’elle ait jamais eus. Le bilan est désastreux. Alors, Nicolas, faites très attention. Vous avez dix-huit mois pour résoudre les problèmes très sérieux que je viens d’énumérer. Si vous n’y parvenez pas, les extrêmes se reformeront. La France ressemblera au Liban et elle finira par disparaître.

Christian Lambert
Ancien ambassadeur de France

Une réponse à l'article : Nicolas Sarkozy : la dernière chance de la France !

  1. Joke

    12/07/2007

    "Les exportations allemandes sont florissantes"
    A quel parti appartient le ministre allemand des finances ? (
    Peer Steinbrück)
    http://www.20six.fr/290505/
    A l’UMP allemande ?
    Qui est pour un euro fort ?
    Qui est contre ?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)