Nicolas Sarkozy ne tient pas les médias

Posté le juin 06, 2007, 12:00
4 mins

La semaine dernière, « L’Express » s’interrogeait : « Sarkozy tient-il les médias ? » Eh bien non : 85 % des journalistes sont à gauche, selon une enquête publiée en 2005 par « Télérama ». Durant la campagne présidentielle, ils favorisèrent Royal, déversant un tombereau d’insanités sur Sarkozy.

John Vinocure, éditorialiste de l’« International Herald Tribune », dit : « Cette victoire de Nicolas Sarkozy, annoncée depuis des mois par les sondages, dérangeait un très grand nombre de journalistes, dont « Sarko » n’était pas la tasse de thé. Au point qu’une bonne partie de l’establishment journalistique s’est mise à dénigrer les sondages, après que la gauche a décidé de tirer à vue sur ceux-ci. »

Alain Genestar, ancien directeur de la rédaction de « Match », a été viré pour avoir publié un reportage sur la fugue amoureuse de Cécilia. « Le Journal du Dimanche » a enterré un article révélant que celle-ci s’était abstenue de voter, au second tour de la présidentielle. Cela a fait croire que Sarkozy tient les médias. Il ne s’agissait que de sujets people, et d’un contrôle illusoire : une information censurée par la presse finit par sortir, notamment grâce à Internet. Exemple : l’abstentionnisme électoral de Cécilia. Les services politiques des médias, eux, n’en font qu’à leur tête, le plus souvent de gauche. Même si Sarkozy leur dit « Je connais votre patron », ou les tance.

Si le gros des journalistes est à gauche, les propriétaires des médias se prosternent devant le pouvoir, qu’il soit de droite ou de gauche. Un marchand d’armes comme Dassault, ou de béton comme Bouygues, ont besoin de son appui pour décrocher des marchés. Même Bernard Arnault lui doit tout : le Premier ministre Pierre Mauroy lui avait vendu le groupe Willot, en 1984.

Le pouvoir médiatique fonctionne comme le pouvoir politique : un couple de forces inverses entre la tête (propriétaire de médias/haute fonction publique) et la base (journalistes formatés au CFJ/syndicalistes stipendiés). Quelques médias font exception : « le Canard enchaîné », « Marianne » et… « Les 4 Vérités ». La majorité des médias fait du bourrage de crânes, la minorité, de l’anti-bourrage de crânes. Un fait demeure : le centre de gravité du système médiatique français est à gauche. Ses propriétaires ne peuvent, ne veulent, ou n’osent pas contrer les rédactions.

Sarkozy est en état de grâce, y compris avec les médias. Mais son inévitable affrontement avec les syndicats mettra fin à cette lune de miel.

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

12 réponses à l'article : Nicolas Sarkozy ne tient pas les médias

  1. Observateur

    30/06/2007

    La très grandes majorité des médias en France sont de gauche, ou plus exactement socialo-mondialistes ( à 99 %), et ça tombe bien : Sarko est …. socialo-mondialiste !!

    Donc tous les médias pensent comme Sarko.

    Si Sarko ne contrôle pas les médias de "droite", alors ce sont les médias de "droite" qui …. contrôleraient Sarko.

    Tout va bien dans le meilleur des mondes.

     

    Répondre
  2. Dagmar

    12/06/2007

    A toutes les personnes hautement intéligentes, qui dictutent ici

    La France entière et vous tous,  vous avez de nouveau choisi gauche – gauche. Rien a changé depuis 30 ans, à part d’un lifting.  La France est bleu????Sans blaque. Première mesure de cette, soit disant droite, est la TVA social.

    vous critiquez Sarko et je suis très d’acc. avec vous tous. Mais  QUI AVEZ VOUIS VOTE????????????? De quoi bordel vous vous plaignez?? vous avez ce que vous avez choisi. Vous avez tous confirmé le système. Et après vous le critiquez. On a l’impression que les français adorent patauger  leur propre merde. JMLP avait raison en disant:

    "Je me suis trompé, j’ai pensé que les français sont mécontent, mais ils sont très content"

    Répondre
  3. dagmar

    12/06/2007

    je completéte la liste des périodiques indépendants: Minute, National hebdo, Choc du mois, FDA,  Politique, Voix des français, Monde et Vie……..

    dagmar

    Répondre
  4. Christian

    12/06/2007

    Il ne suffit pas que 85% des journalistes soient de la gauche. Il faut voir qui tien les medias, qui sont les actionnaires. Si un journaliste de gauche veut écrire quelque chose et que lagardere ne veut pas que ça soir publier, et beh ça ne sera jamais publier!

    C’est pour cela que sarkozy tient les medias, parce que les patrons sont ses amis!

    Répondre
  5. sas

    12/06/2007

    Et voilà maintenant que la droite et la gauche fusionne…..C EST DONC BIEN LA LA DEMONSTRATION PATENTE QUE LA DIFFERENCE RESIDE AILLEURS…….la loge

    Droite ripoublicaine ou gauche corrompu= franc maçonnerie…..

    cqfd et réduire la politique de la france à ce bipartisme, equivaut à remettre les clées de la nation à la secte maudite….de dieu et des hommes de bonne volonté et parfaite intelligence…

    sas

    Répondre
  6. sas

    11/06/2007

    sas questionne…….ou est la proportionnelle promise par le nabot ?????

    a combien est revenu la baudruche bayrou ??????

    Purée de nous autre ce n’est plus de l’art divinatoire ????sas……c’est de la science infuse ….

    sas qui se marre…et qui prédit que sa va tanguer…

    SAS

    Répondre
  7. Grégoire

    10/06/2007

    Sarkozy ne tient pas les médias parce que 85% des journalistes seraient de gauche….

    La blague !

    Il y a deux manières de de faire une analyses.

    Pour la permière, on part de présupposés (les résultats d’un sondages), et en général sans analyse de ce présupposé (car si 85% des journalistes si disent véritablement de gauche, on peut douter du fait que l’on retrouve cette proportion parmi les étidorialistes, c’est à dire ceux qui déterminent la ligne idéologique, et encore moins, bien évidement des patrons de presse qui ont tout de même un rôle de nomination non négligeable (voir Solly)).

    La seconde manière consiste à analyser les faits. Et là, je suis désolé, mais tout résiste à cette thèse. Certes UN journal, un unique journal a éreinté Sarkozy (Marianne) alors que ce n’est pas a priori dans sa vocation éditorialiste (centre républicain pour résumé). Pour le reste, on ne peut pas dire que la presse était particulièrement en défaveur de Sarkozy. Evidement les journaux de gauche était plutôt anti-sarko comme ceux de droite anti-Royal.

    Dans les médias de masse : radio et télé, on ne peut pas franchement parler d’antisarkozisme. Europe 1 et RMC sont de véritables radio-Sarko. Même chose pour TF1. Les autres sont plus nuancés, mais j’en note aucun parmi les grands qui s’oppose "editorialement" à Sarkozy, ni aucune "radio-Royal" au moment de l’élection présidentielle…

    Après d’autres faits inquiétants viennent à l’appui : les censures (vous en oubliez une : celle de Bolloré pour un article sur la police) qui ne concerne pas le mois du monde que les "peoples" (voir celui que je viens de citer) et qui ont toutes les raisons de n’être que ‘la partie immergée de l’Iceberg’.

    Mais puisque qu’on vit dans un pays qui se fout royalement des règles les plus élémentaires de la démocratie (faible contre-pouvoirs, aucune réaction lorsque Sarkozy viole l’indépendance de la justice, assemblée au pouvoir ridicule), il en va de même avec la presse et ses relations incestueuses avec les nouveaux pouvoir en place…

    Répondre
  8. Jaures

    10/06/2007

    (2ème version après rejet) Dire que Sarko ne contrôle pas les media est une plaisanterie. Dassault, Bouygues et Lagardère qui gèrent tout ce qui compte en ce pays de radios, télés et journaux sont des intimes du président. Les anecdotes concernant le collaborateur de Sarko bombardé n° 2 de TF1 ou Elkabach demandant son avis au président de l’UMP sur le recrutement d’un journaliste illustrent l’état de vassalisation des media au pouvoir. Et je passe sur le discours formaté libéral des commentateurs économiques en vue: J.M Sylvestre sur France inter, E.Israelevich sur Europe1, E.Le Boucher dans le Monde, Touati sur France 2, etc…La droite liberale et conservatrice a de beaux jours médiatiques devant elle.

    Répondre
  9. hdperso

    09/06/2007

    Laurent Solly, ancien directeur de campagne adjoint du nouveau président, va devenir directeur général adjoint de TF1.

     

    La suite sur http://www.lefigaro.fr/medias/20070522.WWW000000345_un_proche_de_sarkozy_a_la_direction_de_tf.html

     

    Sarko ne tient certes pas TOUS les médias. Mais certains, peut-être, non ?…

     

     

    « Le pouvoir médiatique fonctionne comme le pouvoir politique : un couple de forces inverses entre la tête (propriétaire de médias/haute fonction publique) et la base (journalistes formatés au CFJ/syndicalistes stipendiés). Quelques médias font exception : « le Canard enchaîné », « Marianne » et… « Les 4 Vérités ».

     

    Vous montez en épingle deux canards de gauche, M. Rouxel, en « oubliant » la quasi-totalité de la presse de droite… Rivarol, Présent, Monde & Vie, National Hebdo, Français d’abord ! Le Libre Journal, Faits & Documents, Minute, etc.

     

    Répondre
  10. sas

    08/06/2007

    Au lieu de tennir la presse , il ferait mieux de tennir sa gonzesse……

    sas

    modèle KENNEDY mon cul oui……et on a déjà vu comment il a finni…..john

    Répondre
  11. sas

    07/06/2007

    HAHHAHAH   naguy bocsa main dans la main avec cécilia au G8…….pour qui a t on voté exactement pour le nabot ? ou l’adulterine fière de ne pas avoir de sang français dans les veinnes…..?? peut être ni l’un ni l’autre……ce que pense votre serviteur

    Quoi qu’il en soit …..gageons qu’avec ça……..la france sera préservé et les intérets profanes des Gaulois seront sauve gardés….

    Ce dont doute fortement sas

    sas

    Répondre
  12. Jean-Claude THIALET

    07/06/2007

    07/05/07   – "Les 4-Vérités"

    Certes, 85% des gens de presse sont de gauche. Mais comme, manifestement, le Gouvernement "SARKÖZY" co-piloté par François FILLON est largement ouvert à gauche … Et comme par ailleurs François FILLON, hier mercredi 6 juin, a déclaré sur RTL, au micro de Chistophe HONDELATTE qu’en aucun cas il n’accorderait de poste à une personnalité de la Droite Nationale … Voyant la débâcle de la gauche socialo-communiste, la meute de journalistes de gauche est en train de se rallier à la nouvelle gauche que représente le sarközysme. Et quand j’aurai ajouté que ce matin, toujours sur RTL, le généralement bien informé Alain DUHAMEL a confirmé que Nicolas SARKÖZY "tenait la presse" il est permis de mettre en doute le postulat de Jean ROUXEL selon lequel celui-ci ne pourrait le faire sous prétexte que 85% des journalistes sont de gauche.

           Cordialement, Jean-Claude THIALET

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)