Nicolas Sarkozy plombe la campagne des régionales

Posté le mars 04, 2010, 12:00
4 mins

Nicolas Sarkozy aurait voulu « torpiller » la campagne de l’UMP aux régionales qu’il ne s’y serait pas pris autrement ! Depuis des semaines, les candidats les plus sérieux – de Christophe Béchu dans les Pays de la Loire à Thierry Mariani en Provence Alpes Côte-d’Azur, en passant par Hervé Novelli en région Centre – s’efforcent de dire aux électeurs de droite : nous tenons nos promesses, soutenez-nous de vos suffrages.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le discours passait déjà assez mal. L’abstention devrait battre des records ; et les abstentionnistes viendront ma­joritairement de la droite… Malgré les efforts, aucune campagne ne semblait vraiment décoller.

Mais voici que la semaine dernière, Nicolas Sarkozy a pris un certain nombre de décisions politiques désastreuses pour l’électorat. Il a nommé Michel Charasse au Conseil constitutionnel et Didier Migaud à la Cour des comptes.

Ce qui peut se comprendre de deux façons – nullement incompatibles… Tout d’abord, l’opinion publique va vraisemblablement comprendre qu’il n’y a, dans l’esprit du Président de la République, aucun talent à droite, puisqu’il faut les prendre à gauche.
Elle peut également comprendre que, bien que Sarkozy ait été élu avec les voix de la droite, il entend faire la politique de la gauche, puisque les nominations les plus stratégiques sont faites systématiquement au bénéfice de la gauche.

L’ouverture à gauche était à l’extrême rigueur supportable dans l’euphorie de la victoire (j’avoue que, déjà à ce moment-là, je ne la supportais pas !…). Dans ce contexte, on pouvait imaginer que les « prises de guerre » s’aligneraient sur le programme droitier du candidat Sarkozy. Qu’il suffise de rappeler que la principale « prise » de l’époque s’appelait Éric Besson (celui-là même qui ignore qu’il existe des Français de souche…) pour voir à quel point ces espérances étaient déraisonnables. Mais, l’ouverture à gauche, aujourd’hui, dans un contexte de crise économique, de tension sociale et de bataille politique, est tout simplement suicidaire.

Les candidats nous disaient, à nous électeurs de droite : Nous ne vous avons pas trahis ; nous défendons vos idées ; nous allons mener les réformes que vous souhaitez. Le Prési­dent, qui est aussi le vrai chef de la majorité, nous dit : Vous ne m’intéressez que pour vos voix ; vos idées n’ont aucun intérêt. Dont acte. Mais ne vous étonnez pas du désastre électoral à venir !

6 réponses à l'article : Nicolas Sarkozy plombe la campagne des régionales

  1. sas

    09/03/2010

    Vite un coup de barre à gôôoôche……juste histoire de nous achever…

    ….heureusement que des forces etrangères ceilles aux destinées politiques de la FRANCE…..ainsi sommes nous sure d’aller au tapis à n importe quel momment…

    sas

    Répondre
  2. MINUX75

    08/03/2010

    Bonjour Pour moi, SARKOSY fait tout pour perdre les élections, il me semble qu’il va y arriver tout comme son prédécesseur, souvenez vous la manière dont CHIRAC a torpillé TIBERI pour faire gagner la gauche. MITTERAND en son temps a fait la même chose et fait gagner la droites aux régionales, une situation symétrique à celle que nous connaissons maintenant. C’est la théorie du balancier, on fait gagner l’opposition pour des élections jugées peu importantes pour se rattraper, retour du balancier oblige sur d’autres élections jugées très importantes comme l’élection présidentielles. Aussi quand jean ROUXELLE affirme « Nicolas Sarkozy aurait voulu « torpiller » la campagne de l’UMP aux régionales qu’il ne s’y serait pas pris autrement » ce n’est pas une boutade, c’est la réalité.

    Répondre
  3. MAGNE

    07/03/2010

    L’ouverture à gauche était à l’extrême rigueur supportable dans l’euphorie de la victoire (j’avoue que, déjà à ce moment-là, je ne la supportais pas !…).

    Dans l’euphorie de la victoire . Vous croyez vraiment à ce que vous dites , et ne pensez – vous pas que les tractations étaient faites depuis longtemps : Mitterand , Kouchner , DSK,
    et tant d’autres LANG , ALLEGRE ( qui est trés bon ) … L’attitude des éléphants qui ne voulaient pas de Ségoléne ( 17OOOOOO de voix ) … bientôt Abdelmalek BOUTIH à La Halde  ( je n’ai rien contre cette nomination , mais je crois que c’est inutile : de la com ) .

    Il fauit une grande volonté politique , et remettre les compteurs à zéro. Ces nominations entraînent des milliers de Mitterandistes ,K ouchnériens etc … à entrer dans les services et " noyauter " l’Etat .tous ces gens ne renient en rien leurs écuries , et M. MITTERAND reprendra un poste dans un gouvernement AUBRY sous peu de temps .

    Tout ceci ne me fait rien , ne faisant aucune différence entre gauche et droite  Tous ces gens sont des Français , et comme je ne brigue pas un poste de conseiller municipal ( tous indispensables ) .

    Le jeu est toujours le même . On endette l’Etat ( pour des travaux nécessaires ( autoroutes de l’information , S.N..C .F  etc… ) , et on laisse la place aux autres pour qu’ils se sédrouillent à trouver les fonds …  Animosité du corps électoral , et on remet cela .

    En 1981 , c’est ce qui s’était passé , mais les grands stratéges de la " droite " s’était fait rouler dans la farine .

    Front de gauche , tiens un sujet un pour l’exce’llent Canteloup .

    Répondre
  4. Para Bellum.

    06/03/2010

    L’Electeur, honteux et confus,
    Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

    Répondre
  5. Philippe

    05/03/2010

    Que dire de plus après l’article de M. Rouxel? Tout y est sur le vrai visage de Sarkozy et sur l’arnaque qui s’est produite aux élections de 2007.

    L’UMP est en lui-même un parti de gauche qui, soit n’a jamais le courage d’abroger les dispositions néfastes de la gauche revendiquée (exemple : la politique anti-familiale, la politique immigrationniste sans contrôle avec ses "régularisations"), soit les adopte avec un léger temps de retard (suppression de la "double peine" (sic), discrimination "positive")…

    Et des aveugles (volontaires) de nous dire que l’UMP, c’est bien parce qu’il réalise une virtuelle union de la "droite". Mais c’est pour appliquer un programme de gauche avec un mépris affiché pour ses électeurs (présence de socialistes au gouvernement, nominations de personnalités de gauche à des postes importants…).

    En aucun cas, on ne peut accuser le Front national de faire gagner la gauche aux régionales, c’est l’UMP qui se fait perdre tout seul. Et d’ailleurs, il a toujours refusé toute alliance (aux régionales de 1998 et 2004, c’est le Front national qui avait fait l’effort de proposer une alliance pour battre la gauche, les instances dirigeantes du RPR-UMP l’ont rejeté avec des insultes). Enfin l’UMP n’hésite pas à appeler à voter pour des candidats socialistes (cas d’Hénin-Baumont en 2009). Les seules réformes que l’UMP fait, ce sont des bidouillages et des changements de mode de scrutin pour que la vraie opposition de droite n’est pas de représentants. Nous sommes dans une "démocratie" tellement exemplaire, qu’il y a plusieurs régions en France où les verts ou les communistes ont fait 5-6% des voix en 2004 et ont des élus grâce aux tripatouillages des fusions de listes, et dans ces mêmes régions, le Front national, avec 8-9%, n’a eu aucun élu.

    Pour paraphraser Tixier-Vignacourt, je dirai "Sarkozy, c’est le socialisme plus l’imposture."

    Philippe.

    Répondre
  6. sas

    04/03/2010

    il en a rein a fouttre le nabot…que l ump se fasse torcher…..

    vu que lui même une politique de goôô^che bobos…..et que ses ministres sont pour beaucoup socialistes….y a pas assez de con à droite et surtout pas assez de compétences visiblement…

    ….les membre de l ump ayant un peu de dignité et cerveaux devraient comprendre enfin cette significcation et en tirer les conséquences…

    sas

    nb en prenant part au régionales, naguy bocsa a rompu l esprit de neutralité du président de la ripoblik chère à la 5 ème ripoublik…..encore un pas dans le mauvais sens.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)