Nicolas Sarkozy s’attaque

Nicolas Sarkozy s’attaque

 Nicolas Sarkozy n’en finit pas de surprendre les observateurs de la vie politique.

La plupart pensaient – et nous avec – qu’il faisait mine de briser les tabous, sans jamais le faire vraiment. Pourtant, il vient de le faire, avec talent, en abordant la question de l’immigration.

Il faut avouer que son statut est délicat, joignant les missions de chef du parti majoritaire et de principal challenger du Président. Par conséquent, tous les thèmes ne lui sont pas accessibles. Mais, comme la plupart des hommes politiques, Sarkozy a un flair impressionnant pour sentir le vent tourner et il est probable que le vent tourne actuellement sur le sujet de l’immigration, qui commence à agiter profondément les Français…

Ajoutons que la plupart des pays européens commencent à revenir de leur politique – ou plutôt de leur absence de politique – migratoire. Le thème de l’immigration par quotas (professionnels ou par pays) est donc très présent dans les débats politiques.

Notons d’ailleurs que ceux qui poussent des cris d’orfraie dans le débat politique français n’hésitent pas, dans les cénacles internationaux, à encourager cette mise en place de quotas. C’est le cas, par exemple, de Dominique Strauss-Kahn, qui rédigea naguère un rapport pour Romano Prodi, alors président de la Commission européenne, recommandant la mise en place de quotas migratoires…

Il convient donc de remettre les choses en perspective : il n’y a rien de révolutionnaire à évoquer ces quotas, d’autant plus qu’ils existent dans un certain nombre de pays occidentaux.

Mais, pour le débat politique français, cette prise de position de Nicolas Sarkozy est de première importance. Enfin, un homme politique dirigeant un « parti de gouvernement » déclare publiquement que l’immigration ne doit pas seulement apporter satisfaction aux immigrés, mais également au pays d’accueil. Ce n’est pas rien.

Il reste encore à reconnaître la différence essentielle entre immigration de travail et immigration de peuplement – et, par conséquent, il faut pouvoir revenir sur le regroupement familial.

Il reste également à reconnaître qu’il existe des pompes aspirantes pour l’immigration, légale ou clandestine : les aides sociales. Et il faut donc avoir le courage de réserver ces prestations aux personnes qui travaillent sur le territoire français.

Bref, le tabou de l’immigration en France demeure largement en place. Mais, les déclarations de Nicolas Sarkozy sont un premier pas pour le lever…

Partager cette publication

(10) Commentaires

  • LESTORET Répondre

    Il est évident que Sarkozy n’est pas l’homme providentiel dont la France a besoin. Son passé le suite de trop près. N’empêche qu’il est le seul qui ose dire certaines choses et même s’il ne les pense pas (ce dont je doute) les choses sont bien dites et font leur chemin grâce à nos chers médias qui sentent le vent eux aussi. Ceci dit, le problème de l’immigration est trop important pour pouvoir se régler sur une simple pichenette; il mérite beaucoup plus d’attention, de patience, de réflexion et d’actions. Peut-être le système est-il en marche, je l’ignore, mais ce qui est certain c’est qu’il est urgent pour notre pays d’avoir une véritable politique de l’immigration qui se soucie à la fois des immigrés et du pays d’accueil, c’est à dire la France.

    29/01/2005 à 19 h 26 min
  • Thierry orlowski Répondre

    Cher lecteur, Il faut être vraiment désespéré pour voir en Mr.Sakosy un « sauveur ». Je rappel que Mr. Sarkozy fut un « ami » fidele de Mr. Chirac pendant 25 ans…jusqu’a ce qu’il le trahisse devant tous pour Mr. Baladur durant les elections presidentiels. En quoi un homme aussi opportuniste et honteusement hypocrite peut representer a ce point l’espoir d’une nation ? Avec Mr. Chirac, j’ai peur que l’on ai affaire, d,ici les prochaines élection, a une « Guerre des Clones »!!! Cordialement Thierry Orlowski

    26/01/2005 à 23 h 56 min
  • R. Ed. Répondre

    J’ai vu un extrait d’une déclaration de Sarkozy qui date de 90-91, où il affirmait exactement le contraire de ce qu’il dit maintenant. « Autre temps, autres moeurs » ou ,comme nous l’annonçait Chirac, « je ne suis ni pour ni contre, bien au contraire »

    25/01/2005 à 11 h 16 min
  • SAS Répondre

    Comme dab sarkozy suit son exemple vivant chichi, en se saisissant de problèmes sensibles et graves , mais n’y fera jamais rien de déterminant pour l’intérêt de la france….seul le bordel general ambiant peut permettre l’émergeance du roi sarkozevitch…donc ils le cultivent tous… SAS

    24/01/2005 à 14 h 44 min
  • cast Répondre

    Il m’est déjà arrivé de voter FN,mais la main forcée.Forcée car Le Pen n’est pas une alternative politique crédible (il a tout fait pour ça),et d’autre part s’obstine dans une stratégie de provocation qui l’arrange personnellement en confinant son parti à 15%:il peut ainsi en garder la direction et les avantages.Le pen est exactement semblable à ceux qu’il critique.Il se moque éperdument de la France et des français.Il ne voit que ses petits avantages égocentriques. J’étais extrêmement dubitatif quant à Sarkhozy.Je le suis toujours,mais il faut reconnaitre qu’il constitue la seule alternative crédible d’un changement politique.Comme me l’ont fait remarquer des amis anglais,les insuffisances de Sarkhozy tiennent peut-être à ce qu’il n’a pas le choix pour prendre le pouvoir et d’autre part qu’il n’a jamais eu vraiment les mains libres pour mettre en oeuvre une nouvelle politique (immigration,fonction publique…). Si Sarkhozy se présente,je voterai pour lui car il constitue,qu’on le veuille ou non,le seul espoir de la France.

    24/01/2005 à 10 h 19 min
  • numavial@clubinternet.fr Répondre

    Pour moi cela représente un immense espoir. Peut être que Sarkosy déclarera aussi un jour qu’il faut mieux passer des accords avec les Français qui votent le Pen plutôt que de laisser systématiquement le pouvoir aux socialistes

    24/01/2005 à 1 h 28 min
  • dolf Répondre

    tout le monde aime sarkozy..son attraction est grandissante… il parle tjrs du bon sujet au bon moment…il se fait passer pour un revolutionnaire… Pourtant moi je l’ai vu faire entrer des delinquants dans la police, forcer les gradés a fermer leur gueule et a accepter d’apprendre a momo, le sourire en coin , a tirer au pistolet automatique…. Bien sur momo, etait avec rachid et yazid.Ben oui, ils se sont dit qu’entrer a plusieurs dans la police, c’etait mieux pour s’amuser. Ben oui, grace a sarkozy et a ses directives tres claires, quand on a la peau basanée, on a obligatoirement l’examen. Tant pis si meme un autiste pourrait reussir les « tests ». Le but c’est d' »integrer ». Momo a ete viré de la police quelques mois apres son integration; on a retrouvé son arme de service chez lui alors qu’il pretendait l’avoir perdu, et il a menacé un superieur en le traitant de raciste des son incorporation dans son premier commissariat. Rachid s’est fait viré d’ecole de police; il a fait venir des amis un week end de permission a la sortie de l’ecole pour tabasser un sale blanc de sa promotion qui lui avait demandé d’arreter de foutre la merde. Merci sarko.

    23/01/2005 à 22 h 32 min
  • Olivier Répondre

    Les medias disent trop de bien du Sarkozy en question pour que ce ne soit pas extrêmement suspect ! C’est une vieille combine du système politique, avec le pseudo opposant (qui ne s’oppose à rien en définitive, genre de Villiers) on a aussi le pseudo-anticonformiste, qui fait des déclarations fracassantes pour se construire une image et se faire élire, sans bien entendu faire quoique ce soit une fois au pouvoir. Le but est de capter des voix de mécontents qui pourraient être tentés d’aller vers d’autres partis… Sarokozy a fait toute sa carrière dans le système et au RPR et à l’UDF. Il a toujours soutenu ces politiques, qu’il a continué à appliquer lorsqu’il était au pouvoir (l’immigration clandestine a continué de plus belle lorsqu’il était ministre de l’intérieur). Il n’a donc AUCUNE CREDIBILITE pour faire mine de s’opposer à l’immigration, et ce n’est pas son choix de la discrimination positive (en faveur des étrangers bien entendu) qui donne envie de changer mon opinion. Si on veut changer la politique du pays, il faut changer les élites et les partis au pouvoir. Malheureusement le plus grand nombre des gens sérieusement inquiets de la situation du pays (il y a de quoi), et y compris ceux d’un niveau socio-culturel élevé, sont incapables de se détacher des thèses martelées par les médias.

    23/01/2005 à 17 h 47 min
  • Olivier trehard Répondre

    C’est la boîte de Pandore ! En y mettant la main, il y mettra le bras et il le sait ! Chirac est cuit, car le peuple va pousser vers le politiquement incorrect. Sarkozy va exploiter le filon. Ils sont tous devant la bombe et l’objet interdit. Les FN-MNR vont voir légitimé 20 ans d’ostracisme. Tout ceci a des conséquences imprévisibles et ils le savent.

    23/01/2005 à 17 h 12 min
  • T.C. Répondre

    Ca va demander un effort colossal car il y aura pas mal de blocage à faire sauter, mais c’est déjà un début.

    23/01/2005 à 14 h 02 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *