Nicolas Sarkozy pris à son propre piège

Nicolas Sarkozy pris à son propre piège


A force de jouer tous les rôles, de s’attirer toutes les critiques, d’exposer sa vie privée, Nicolas
Sarkozy
s’est pris à son propre piège : en période de crise, il devient l’exutoire de tous les mécontentements !
A ce titre, sa politique d’ouverture est un échec complet : non seulement la gauche et les électeurs ne gauche ne lui en savent aucun gré, mais la droite exprime de plus en plus fortement de voir
les personnalités de gauche obtenir les places, tout comme le discours gouvernemental pencher décidément à gauche, notamment sur la question de l’identité nationale.

Le résultat du premier tour des élections régionales témoignent de l’ampleur de la « rupture » entre Nicolas Sarkozy et l’opinion.
A tel point qu’un sondage place aujourd’hui François Fillon favori avec  43% comme candidat de l’UMP pour la présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy
n’obtenant que 29% !
C’est bien la première fois sous la Ve République qu’un Premier ministre est plus populaire à mi-mandat que le Président.
Nul doute que les courtisans de l’Elysée vont user de toute leur insistance pour obtenir la démission de François Fillon en lui mettant sur le dos l’échec des
régionales…

Partager cette publication