Non, critiquer l’islam n’est pas du racisme!

Non, critiquer l’islam n’est pas du racisme!

Les pressions pour pénaliser « l’islamophobie » s’accentuent. La jurisprudence assimile déjà souvent toute critique de l’islam à du racisme – avec sanction pénale à la clé.

Mais, il faut le dire et le redire, critiquer l’islam n’est pas du racisme. Ne serait-ce que parce que les musulmans sont de multiples origines ethniques. Mais, surtout, ce n’est pas parce que l’on émet des réserves contre tel point de doctrine, que l’on appelle au meurtre des tenants de cette doctrine. Il y a une différence profonde entre les musulmans et l’islam. D’autant plus profonde que, contrairement au ca­tholicisme, personne n’est fondé à prétendre représenter l’islam. Il est donc impossible d’affirmer – comme le font régulièrement les politiciens français – que le « vrai » islam s’oppose au terrorisme.

La réalité, c’est que, comme le disait très justement Magdi Cristiano Al­lam, converti de l’islam au christianisme et journaliste italien, s’il y a, bien sûr, des musulmans modérés, il n’ex­iste pas d’islam modéré.

Le coran contient nombre d’appels au meurtre, notamment des juifs et des chrétiens. Et, comme il est réputé être la parole directe de Dieu, sans aucune médiation humaine (au contraire de la Bible), il n’est pas possible d’y voir de simples métaphores.

C’est pourquoi il est fondamental que les Occi­dentaux, habitués à la critique historique et à la liberté d’expression, ex­ercent sur le coran et l’ensemble de la doctrine islamique un « droit d’inventaire », comme nous y invite Anne Buisse dans ce livre passionnant.

Cette critique historique a déjà donné des fruits remarquables. Je pense, en particulier, à l’admirable thèse du RP Gallez sur les origines de l’islam. Mais il y a aussi tout un travail historique en cours sur l’existence même de Mahomet ou encore sur l’existence – de plus en plus contestée – d’un lieu de pèlerinage pré-islamique à La Mecque.

Et je ne parle pas – même si c’est encore plus important pour la paix mondiale et l’avenir de l’Europe – de la contestation, pied à pied, des principes les plus nocifs qui sont développés dans le coran. Et donc du soutien aux musulmans qui les refusent.

Ces principes nocifs concernent notamment la persécution des non-musulmans, le statut inférieur de la femme, le refus de toute liberté en matière religieuse, etc.

Sur tous ces sujets, le coran est en violente opposition avec nos principes occidentaux, et notamment avec notre conception de la dignité humaine.

Il faut naturellement soutenir les musulmans réformateurs contre les musulmans fanatiques, mais sans prétendre que la modération serait la « vraie » interprétation du coran.

Ce qui est vrai, c’est que la modération est la seule interprétation qui soit compatible avec la vie en Occident.

Il devrait donc être parfaitement admis dans nos sociétés qu’un mu­sulman qui défendrait les interprétations salafistes du coran n’a pas sa place chez nous. A fortiori devrait-on pouvoir expulser de notre territoire toute personne pratiquant l’apologie du terrorisme.

Sur ces questions de critique historique, sur les différences profondes qui existent entre les dispositifs intellectuels chrétien et musulman, sur l’attitude à tenir face à l’islam radical, le livre d’Anne Buisse est une synthèse remarquablement bien informée et pédagogique. Je recommande aussi, tout spécialement, la dernière partie sur la trahison des clercs et les déviances du dialogue islamo-chrétien.

Mais je voudrais terminer sur cet avertissement du grand sociologue protestant Jacques Ellul, cité par Mme Buisse : L’étude des historiens arabes des VIIe-IXe siècles « nous apprend que l’islam s’est répandu en 3 étapes. Dans une première étape, une infiltration pacifique de groupes arabes isolés, vivant en paix. Puis une sorte d’acclimatation religieuse : on faisait pacifiquement admettre la validité de la religion coranique. Et ce qui est particulièrement instructif ici, c’est que ce sont les chrétiens qui ouvraient les bras à la religion sœur, sur le fondement du monothéisme et de la religion du Livre. Et, enfin, lorsque l’opinion publique était bien accoutumée, alors arrivait l’armée qui installait le pouvoir islamique. »

Nous en sommes à la 2e étape. Ce que nous savons des pays qui ont subi la 3e nous impose de stopper net, tant qu’il en est encore temps.

Pierre Baudouin

 

Le livre Islam Le droit d’inventaire d’Anne Buisse est disponible sur le site les4verites-diffusion.fr en cliquant sur ce lien

Partager cette publication

(6) Commentaires

  • Hannibal deCarthage Répondre

    Je suis d’origine Berbère et je considère que l’islam n’est pas une religion mais qu’en plus l’islam provoque un génocide culturel. En effet tout bon mahométan converti qui se respecte doit changer de nom de famille et de prénom donc d’identité et ensuite de culture par des normes et des dogmes qui sont imposés.
    L’islam c’est la colonisation des esprits.
    Et aussi un moyen pour les seoud d’asseoir leur pouvoir et leur main mise sur les libertées individuelles de chacun.
    L’islam est un crime contre l’humanité.
    Je suis d’origine Berbère, je suis bien placé pour le savoir et ne saurait du fait de mes humbles origines être taxé d’un quelconque racisme.

    – barbara.forum-free.ca

    27/05/2014 à 17 h 08 min
  • druant philippe Répondre

    La misislamie (la détestation de l’ Islam) est la preuve de l’ existence d’ un instinct de survie en « bon état de marche » dans le chef de celui qui abhorre les Coraneries de Momo le pedo !
    Attendons avec impatience le commentaire de Jaures qui
    niera le double danger démographique et idéologique muzz

    25/02/2014 à 10 h 55 min
  • frei Répondre

    Critiquer ce qui apparait de plus en plus clairement n’être qu’une invention légendaire , je ne vois pas en quoi cela pourrait être considéré comme du racisme .Ou alors , faudrait-il s’interdire toute critique historique ?

    25/02/2014 à 10 h 32 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      c’est le cas ; vous n’en aviez pas encore pris conscience ?

      25/02/2014 à 18 h 47 min
  • BRENUS Répondre

    Avant d’accepter une loi interdisant de critiquer l’islam, j’attends une loi interdisant les putes femem obscènes a Notre Dame. ……Et leur affectation dans un BMC au bout du monde.

    25/02/2014 à 6 h 41 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    mais il n’en est pas de même en ce qui concerne le sionisme ***

    si vous critiquez le sionisme , vous êtes un anti-sémite

    c.q.f.d.

    *** partout, ailleurs, et sur les  » 4V² « 

    24/02/2014 à 14 h 33 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: