Non, Hollande n’est (hélas) pas de la « gauche molle » !

Non, Hollande n’est (hélas) pas de la « gauche molle » !

J’ai reçu récemment un communiqué, paru dans la lettre d’actualité des « Républi­cains » du 14 septembre, et relatant une prise de position du député Guillaume Larrivé.

Ce communiqué critiquait à juste titre l’attitude de François Hollande devant la marée de l’immigration clandestine.

Mais M. Larrivé (qui, pour autant que je sache, est l’un des rares députés qui assument tranquillement d’être de droite) déclarait, dans cette prise de position, que François Hollande était « perdu, sans aucune capacité d’anticipation, sans aucune vision, sans aucun leadership ».

Je crois que c’est faux.

Non, François Hollande ne man­que pas de vision, ni même de leadership.

Simplement, sa vision est une vision erronée et son leadership est un leadership sur la secte qu’est le Parti socialiste.

Depuis des années, les dirigeants de droite font l’erreur de sous-estimer François Hollande, en l’accusant d’être l’incarnation de la « gauche molle ».

Malheureusement, ce n’est pas vrai. François Hollande est peut-être, à titre personnel, un mou. Je ne le connais pas suffisamment pour pouvoir l’assurer.

Mais ce que je peux dire avec certitude, c’est qu’il dirige une majorité de gauche sectaire et brutale.

Arrêtons donc de dire qu’ils n’ont rien fait. Ce n’est pas vrai. La réalité est bien pire : ils ont détruit la France avec une brutalité que même Léon Blum en 1936 ou François Mitterrand en 1981 n’ont pas osé employer.

Il est vrai aussi que, jamais dans l’histoire de France, une majorité socialiste n’avait bénéficié ainsi d’un tel monopole du pouvoir politique, médiatique et culturel…

Il n’empêche que cette accusation de gauche molle cache mal la réalité.

Le problème, c’est que la gauche n’est précisément pas assez « molle » et qu’elle tient ses promesses. Tandis que la droite, quelles que soient les épithètes de « dureté » qu’on lui attribue, est toujours trop molle lorsqu’elle est au pouvoir et elle trahit systématiquement ses électeurs…

Notre problème, c’est donc la droite molle et non la gauche molle !

Et, à dire vrai, il n’existe qu’une seule façon pour que nous puissions faire confiance à un candidat de droite : c’est qu’il se lie les mains en laissant le peuple de droite libre de légiférer par lui-même. C’est-à-dire que nous ne ferons confiance à un candidat de droite qu’à la condition qu’il instaure, en premier lieu, la démocratie directe, cent fois promise et jamais réalisée…

Partager cette publication

(4) Commentaires

  • DESOYER Répondre

    Hollande est mou quand il s’agit de défendre les intérêts de la France et extrêmement dur quand il s’agit de défendre les intérêts du parti socialiste, notamment de la racaille qui tourne autour.

    30/09/2015 à 13 h 40 min
  • huguo Répondre

    c’est le peuple de France qui est mou :je me marre.

    26/09/2015 à 11 h 45 min
  • kouroutien Répondre

    mare des Gauchos, des socialos, et des Mptistes, ou républiconos,et vivement l’ére Le Pen, avec Elle plus de Migrants, fini l’invasion des Roms aliens, nous resterons entre Français, et comme disais notre célèbre général Cambrone  » et Merde cette fois nous allons tirer les premiers

    26/09/2015 à 0 h 01 min
  • Nicolas Répondre

    Je suis d’accord avec vous mais on peut attendre longtemps…

    25/09/2015 à 17 h 32 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: